AccueilPortailChatboxRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque)

Aller en bas 
AuteurMessage
Foley
Homme-Lézard
Homme-Lézard
Foley

Nombre de messages : 134
Masculin Age : 33

[The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) Empty
MessageSujet: [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque)   [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) EmptyLun 4 Déc 2006 - 10:50

Je vais parler de la facon dont va débuter la FanSérie.
Elle est en effet composé de plusieurs "pilotes" si je puis me permettre l'expression.
Pilote 1 ----> Sans Retour (Ou Presque) : La porte des étoiles est réactivée en 1945 aprés la disparition de Littlefield. Une mission de sauvetage est envoyée a sa recherche...
Episodes Annexes (cependant la lecture d' Enfant Joueur est indispensable a la compréhension de certains éléments a suivre.)
------> Enfant Joueur : Mitchell et Foley partent en mission afin de retrouve une technologie volée, sur la demande express de Thor...
------> La Colonie Oubliée : Ecriture en cour, scénario gardé secret...
Chapitre 0 -------> La clé : Pilote introduisant le vrai début de la série.

The Lost Expedition.


Chapitre 1 : See You On The Other Side
Chapitre 2 : Rencontre
Chapitre 3 : Sauvetage
Chapitre 4 : Déja Vu
Chapitre 5 : Traqué
Chapitre 6 : Deuxieme vague...
Chapitre 7 : " Je ne sais pas comment, mais on va y arriver. "
Chapitre 8 : " On repousse cette horde et on se fait un nid douillet, ok? "
Chapitre 8, partie 2
Le chapitre 8 marquera la fin de la premiere partie de la série.

Voila, les épisodes seront publiés progressivement, merci de votre patience et bonne lecture!!!! :209:

_________________________________
_________________________________


Stargate The lost expedition.
Prequel 1: Sans retour (ou presque)

Par Foley.


[The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) Foleyweird


Ernest Littlefield a passé la porte des étoiles le 28 juillet 1945, et n’en est jamais revenu. On sait désormais qu’il a été secouru par l’équipe SG1 en 1997. Ce que l’on ne savait pas, c’est qu’une autre équipe a traversé la porte quelques mois après Littlefield… Cette équipe a elle aussi été « officiellement » portée disparue…


6 Novembre 1945.
Le major Robert « Bob » March est assis chez lui, dans sa petite maison en Louisiane. La petite construction est située loin de tout, au bout d'un petit chemin de terre boueux, envahi par les mauvaises herbes. Il n'a pas reçu de visite depuis qu'il est rentré chez lui. Il portait un marcel blanc taché, un pantalon en velours ocre. Ses cheveux étaient plutôt long, il ne les avait pas coupés depuis son retour à la vie civile.
En 1944 March était Lieutenant au 507th Parachute Infantry Regiment, 82nd Airborne Division pour l’Operation Overlord. C’est avec beaucoup d’émotion qu’il repense a tout ce qu’il a vécu pendant cette année 1944…
Pendant la seconde guerre mondiale, March a effectué des missions de renseignement en Italie, en Afrique, dans les touts premiers balbutiements de l’aéroportée américaine. En 1944/1945 il a participé a la campagne de Normandie, de Hollande (affecté au 505th PIR), des Ardennes Belges (de retour au 507th), et d’Allemagne. Après la guerre, l’armée l’a rendue à la vie civile, contre son gré. Il repris sa vie civile, mais il le regrettait…

Il s’ennuyait. Il était à la retraite et avait eu quelques problèmes avec l’alcool. Son mariage avait été un fiasco, de ce fait il n’avait aucune attache dans la vie civile… Mais tout changea en ce jour triste et gris.
Tout un tas de photos étaient accrochées à ses murs. Lui en tenue de cérémonie, lui avec quelques autres officiers, lui sur un aérodrome, arnaché d'un parachute, visage noirci...
L’ex officier était affalé dans son canapé, bière à la main,journal posé sur les genoux, lorsqu’il entendit frappé à sa porte.
Il se leva et alla ouvrir. Il se trouvait face à des militaires de l’US Air Force.

- Major Robert J. March? Dit l'officier qui portait les insignes de colonel.
- C’est bien lui, mais ça fait un sacré bail qu’on ne m’a pas appelé comme ça… Répondit March avec désinvolture.
- Vous pouvez nous accorder quelques minutes ?
- Oui, entrez.


Les 2 hommes, 1 colonel et un lieutenant, entrèrent. Ils se tenaient maintenant dans le salon de la petite maison.
- Vous voulez quelque chose à boire ? Ah non, on ne boit pas pendant le service dans l’Air Force.
- Tout à fait Major.
- Qu’est ce qui vous amène chez moi ? Remise de médailles en souvenir de ce que moi et mes gars on a fait pendant la guerre ?
- Même si vous méritez la médaille d’honneur pour tout ce que vous avez fait, nous ne sommes pas venus pour ça…
- Ha, ben dites moi pourquoi alors…
- Nous ne pouvons rien vous dire pour le moment. Nous voulons juste savoir si vous seriez apte et d’accord pour reprendre du service…
- Je n’ai pas envie d’aller former des bleus moi.
- Je pense que l'air force a quelque chose de plus palpitant a vous proposer. Voulez vous me suivre, oui ou non ?
- L'Air Force? Hors de question !

Quelques minutes plus tard March s’asseyait dans la voiture noire avec laquelle les deux officiers étaient venus le chercher.
- J’peux savoir où vous m’emmenez ?
- Au risque de vous décevoir, non. Secret Défense. Je ne sais pas moi même. Répondit le colonel qui se trouvait a l'avant de la voiture, en tournant légèrement la tête.
- La dernière fois qu’on ne m’a pas dit ou j’allais atterrir, j’ai failli en mourir…
- Vous ne mourrez pas aujourd’hui major, je vous rassure.
- Je me sens mieux d’un coup…


March ne vit pratiquement rien de l’endroit où la voiture le menait. Ils roulèrent pendant plus de trois heures, sans s'arréter. Les deux militaires étaient silencieux, bien que March tente de temps en temps de placer une petite blague. Sans effet.
Ils arrivèrent dans un long tunnel, sous une montagne. March demanda oû ils se trouvaient. Le colonel lui répondit simplement « Cheyenne Mountain ». Ils descendirent de la voiture dans une sorte de grand parking sombre. Le colonel invita March a le suivre. Ils montèrent dans un ascenseur, et descendirent de plus de 28 niveaux. Ils traversèrent un dédale de couloirs aux plafonds-domes. March était comme un enfant, il ne savait absolument pas de quoi il s'agissait, mais il paraissait tout excité, disant bonjour a tout le monde, sifflotant, s'écartant pour laisser passer de charmantes scientifiques.

Le Colonel amena rapidement March dans le bureau d’un autre gradé, le Général de Division Summers. Le général lui serra la main, et l'invita à s'asseoir.
- Bonjour Major.
- Général, pardonnez moi de ne pas vous saluer, mais je ne suis plus major.
- Plus pour longtemps. Je vais vous dire pourquoi vous êtes ici.
- Hé bien allons y.
- Bien. Je vais faire très court. Tout ce qui se dira ici devra rester dans cette pièce. Le secret n’est même pas à la hauteur de ce que vous avez du garder pour vous avant de sauter sur la Normandie par exemple. Je vais être bref. Nous avons trouvé un objet en Égypte, à Gizeh plus précisément, en 1928.Cet objet a intrigué pas mal de nos chercheurs, dont un, le Professeur Langford et son assistant, le Professeur Ernest Littlefield. Il a trouvé que cet objet, un anneau de 6 m de diamètre, était en fait une porte menant vers un autre monde. Il a réussi à l’ouvrir, et Littlefield est même passé à travers. Malheureusement il est depuis lors porté disparu. Je vous épargne les détails, mais cette porte fonctionne avec des symboles, qui sont gravés dessus.

March eut un moment d'hésitation.

- Vous voulez me faire croire ça ?
- On a réussi à la réactiver. Ce que j’attends de vous maintenant, c’est que vous traversiez la porte avec une équipe de soldats, et que vous retrouviez Littlefield. Ensuite vous pourrez revenir au bercail.
- Une équipe de soldat ?
- Oui major, on ne sais pas ce qu’on peu trouver de l’autre coté, vous aurez peu être besoin de vous défendre. Vous connaissez comme moi les histoires pour terroriser les enfants, à propos de monstres venus de l’espace… Bon, ce n’est pas un bon exemple, mais nous avons des raisons de penser que nous ne sommes pas seuls dans l’univers. Mais la, je n’ai pas le droit de vous expliquer…

March, abasourdi par ce qu’il était en train d’écouter, posa simplement une question :
- Est on sur de pouvoir revenir ?
- Je vais être franc major. Si il y a des coordonnées pour partir, il y en a pour revenir, évidement si la porte de l’autre côté est identique à la notre. Et ces coordonnées nous ne les connaissons pas.
- Ok…
- Prenez votre décision.
- Laissez moi 5 minutes de réflexion …
- Vous avez tout le temps que vous voulez…

Une demi heure plus tard, après avoir fait les cent pas dans le couloir…
- J’ai bien réfléchi… A vrai dire, je n’ai rien compris à votre histoire de tout à l’heure, mais j’ai toujours aimé prendre des risques, alors j’en suis …
- Bienvenue au Seuil de la Porte Major !


March était alors de retour dans l’armée. Il prenait toujours autant de plaisir à porter l’uniforme. Il avait eu une coupe de cheveux réglementaire et avait rasé sa barbe. Il portait un pantalon de couleur marron foncé et une chemise d'un marron un peu plus clair. Sur celle ci était accrochées diverses insignes, un brevet de parachutiste, un brevet de tir ainsi que plusieurs autres spécialisation. C’était un autre homme. Il se tenait dans ses nouveaux quartiers, rangeant un peu ses affaires. Quelqu'un frappa à sa porte. Le major répondit et se dirigea pour ouvrir. La porte de sa chambre laissa apparaître un jeune soldat, un caporal visiblement stressé, vétû d'une belle tenue comme la sienne, propre sur lui.
- Major, veuillez me suivre, je vais vous montrer la Porte…
- Hey fiston, calme toi, j'arrive.
Le major acquiesça sans un mot et suivit le soldat.

Ils arrivèrent alors dans une immense salle, gardée par quelques soldats. Au milieu se dressait un immense anneau...
March fut alors subjugué par la beauté de l’objet.

- Et comment ça fonctionne ?
- Je vais vous expliquer major ! Dit une petite voix féminine étouffée par la distance.

Une jeune femme, vêtue d'une blouse blanche et une jupe longue noire courut alors pour traverser la salle, tout en tenant ses petites lunettes pour qu'elles ne tombent. Cette femme était très maladroite… Toute essoufflée elle prit quelques secondes avant de parler a March.

- Pourquoi tout le monde a l'air stressé dans cette base? Calmez vous…Lui dit le major en souriant.
- Je me présente major, je suis le docteur Alexandra Ashcroft, je vais traverser la porte avec vous. C’est moi qui vais être en charge de nous faire revenir si le Docteur Littlefield est trop amoché pour le faire…
- Vous ? Le général avait omis de me mentionner votre existence…
- Vous avez quelque chose contre les scientifiques major ? Ou peut être, contre les femmes?
- Nous n'allons pas nous lancer dans un débat ridicule…Je n'ai rien contre personne, et en apprenant a me connaître vous vous en rendrez compte. Du moment que vous me faites rentrer à la maison…

- J’espère ne pas me tromper vous savez, mais ce qui me chagrine le plus est de me retrouver au chômage a notre retour …Tout ceci sera enterré a notre retour, la porte sera sûrement scellée et nous, on vivra juste avec ce souvenir d’avoir fait quelque chose de complètement fou…
- Il n’y aura aucune trace de tout cela…
- Aucune. Le Président a ordonné qu’aucune archive ne sois conservée. La mission sera portée disparue au bout de 2 mois.
- Ca nous laisse un peu de temps. Parlez moi de cet engin.
- Ah, la porte…Nous ne savons rien de cet anneau… A vrai dire c’est Ernest qui l’a appelée porte…Nous n’osons même pas imaginer d'où elle vient…36 symboles sont gravés sur cet anneau, mais on a un peu de mal a savoir a quoi ils correspondent. A priori, Ils permettent de composer une adresse pour voyager dans un autre monde. Le seul moyen que nous avons de l’activer est manuel, nous n’avons pas encore trouvé comment la faire fonctionner autrement. Avec Ernest on s’est toujours dit qu’un tel objet devait forcément s’activer autrement que manuellement… Ernest savait énormément de choses a propos de cet anneau, mais il a toujours eu un gros défaut, il n’écrivait jamais rien. Il nous a laissé quelques informations, par ci par la, et nous avons retrouvé les coordonnées ou il est parti, gribouillées sur un papier. J’étais là quand il est passé à travers la porte. Depuis, je travaille sur le moyen de le faire revenir. Nous avons essayé de voir ce qu’il y avait de l’autre coté en envoyant une caméra reliée à un câble. Nous n’avons rien pu voir, l’on n’a pas réussi à ramener la caméra... Comme si le passage n’était possible que dans un seul sens. Mais l’on sais au moins que la texture du… Comment vous expliquer ?… On a d'abord pensé que c'était de l'eau, mais cela paraissait complètement absurde. On s'est ensuite imaginé que l'environnement de l'autre coté pourrait être hostile. C'est pour ca qu'Ernest est passé avec un scaphandre.
- Littlefield est passé avec un scaphandre ?
- Oui.
- Je sais au moins a quoi il ressemble dans ce cas. Ignorez mon humour !
- Euh, à vos ordres. Que puis je vous dire d’autre … On a aussi envoyé une caméra de l'autre coté, relié a un câble qui retransmettait ce que la bande enregistrait. C'est de la technologie de pointe, cette caméra a coté très cher. La porte s'est refermé et le câble a été coupé. Résultat la caméra est encore la bas... Il faut qu'on la ramène.
- C’est au dessus de mes ordres docteur… Je vous ai dit d’ignorer cet humour assez pitoyable. Mais, tout cela m’a l’air un peu aléatoire non ? Est-on sur des coordonnées « gribouillées »?
- Euh… oui.
- Non, vous n'êtes pas sur.
- Si, je le suis!!!!


« Major, veuillez vous rendre dans le bureau du général Summers, merci »

- Désolé doc, je suis appelé.
- Pas de problème major…


Dernière édition par le Jeu 3 Mai 2007 - 16:35, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Foley
Homme-Lézard
Homme-Lézard
Foley

Nombre de messages : 134
Masculin Age : 33

[The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) Empty
MessageSujet: Re: [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque)   [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) EmptyLun 4 Déc 2006 - 10:51

Dans le bureau du général…
- Major, vous tombez bien. Vous vous doutez que vous n’allez pas partir tout seul. Il va falloir que vous choisissiez votre équipe. J’ai ici une surprise pour vous…

Un homme s’avança alors, sortant de l’ombre. Il s’agissait du Lieutenant Foley. Il était vêtu d'un blouson de pilote en cuir marron, d'un pantalon en toile kaki, et un calot qui cachait ses cheveux châtains. Il appartenait toujours à l'armée. Il salua le Major, comme il est coutume entre militaires, et arbora un large sourire dentaire. March était surpris, et écarquillait grand les yeux. Un vieux compagnon d’arme avec lequel il avait pu faire ses preuves venait de lui réapparaître.

- Shawn !
- Bob, comment vas tu vieille branche !
- Aussi bien que toi visiblement !
- Toi aussi ils sont venus te chercher !
- Oui, je n’ai pas pu résister à cette histoire farfelue…Général, le Lieutenant et moi nous nous sommes mis dans de sacrés pétrins pendant la guerre, et visiblement ce n’est pas fini…
- J’ai lu tout ce qui concernait vos actions Major…
Répondit calmement Summers

- Oh, je n’ai rien vous apprendre alors…
- En effet…Messieurs, il faut maintenant que vous choisissiez vos hommes…
- Où chercher ?
- Vous avez fait parti du peloton de reconnaissance de la HQ Company/507th Parachute Infantry Regiment n’est ce pas ?
- Oui, les meilleurs mon général !
- Et vous Lieutenant vous avez mené le commando qui avait intercepté la Porte prés de - Rockstoc, en Allemagne.
- Tout a fait mon général.
- N’avez vous pas des anciens collègues assez casse-cou pour reprendre du service ?
- Malhereusement mon général, je suis le seul survivant de mon commando, tous les autres sont mort soit au combat sois pendant diverses opérations secretes. Mais le Major et moi connaissons quelques gars qui seraient prêts a reprendre du service!!
- Vous avez carte blanche, je voudrais juste que vous respectiez quelques formalités pour le recrutement.
- A vos ordres Général.


Quelques Jours plus tard dans l’enceinte de la base et devant un peloton d’homme.
March était devant Summers, une petite feuille à la main. Il avait fait la sélection de son équipe. Ashcroft et Foley étaient à ses cotés.

- Lieutenant Foley T. Shawn, Originaire de Bâton Rouge, Louisiane, mon vieil ami que vous connaissez déjà. C'est lui qui a mené l'escouade qui a retrouvé la Porte des Etoiles l'année dernière. Il a ensuite servit sous mes ordres pendant les campagnes de Normandie, des Ardennes et d'Allemagne. Corporal Fifth Grade Harris, il était mon opérateur radio pendant la guerre. C’est d’ailleurs l’homme qui m’a le plus collé aux fesses pendant 1 an et demi ! Sergent Page Damian, Originaire de Brooklyn, est le meilleur sous off que j’ai pu commander. Corporal Fifth Val T. Tyrone, originaire de Los Angeles. Medic, il a rejoint le 507th après la Normandie, et s’est illustré en jouant au Base Ball sous une pluie de grenade, sauvant ainsi tous ses camarades…Corporal Clark H. West s’est distingué en secourant 3 de ses camarades pris sous le feu d’une mitrailleuse ennemie. Il a reconduit cet exploit 8 fois pendant toute la durée de la guerre. Il n’a jamais eu peur de se faire tirer dessus. C’est aussi un expert en explosifs en tout genre. Voici mon équipe Général. Ils sont tous informés de la situation, et tous volontaires.

- Vous avez oublié le Docteur Ashcroft, Major.
- Ouch, pardonnez moi !
- Vous allez devoir me supporter major ! Lança Ashcroft, entrant dans la pièce.
- Sans aucuns problèmes docteur, vous êtes la fraîcheur de l’équipe…
- Oh, je suis flattée…
- C’est mon devoir de gentlemen… Faites votre boulot !
- Major, avez vous besoins de remettre vos hommes en condition ? Dit le général, pour couper court a la conversation.
- Quatre de mes hommes sont dans la réserve de l’armée de terre, et les autres sont encore d’attaque, mais quelques semaines d’entraînement ne sont pas de trop…


3 semaines plus tard….

March se tenait dans le bureau de Summers. Toujours en grande tenue, il faisait son rapport sur l'état de son équipe.

- Général, mes hommes sont dans une forme olympique, ils sont mêmes meilleurs que pendant la guerre… Nous sommes prêt.
- Major, vous ne savez presque pas a quoi vous attendre de l’autre coté de la porte, vos hommes sont vraiment prêt a cela ?
- Oui, ils sont préparés à l’éventualité de ne pas pouvoir revenir… Mes hommes et moi y sommes habitués. On a vécu une guerre comme ça !
- Bien, nous allons programmer votre départ pour Lundi, 13h00.
- Parfait, cela nous laisse quelques jours pour nous mettre au point les dernières choses, et nous reposer.
- Rompez Major.


Lundi 1er décembre 1945. 12h59.

Quelques soldats s’affairent à faire tourner l’anneau pour enclencher les coordonnées de la porte, à l'aide de rampes fixées sur l'anneau rotatif. Chacun des hommes étaient vêtus de la tenue de combat parachutiste encore en dotation à cette période, une épaisse veste verte avec un pantalon munis d’énormes poches cargos, témoignant de leur passé dans l'aéroportée. Ils portaient tous sur le dos un sac a dos en deux parties fixé sur les bretelles de suspensions de leur équipement. Dans cette impeccable uniformité quelques variations étaient présentes, chacun des hommes avaient emporté un objet qui lui était cher, comme par exemple un couteau de combat donné a Foley par l'un de ses hommes tué au combat pendant la guerre. Ashcroft fit irruption dans la salle, vêtue elle aussi de la même manière. Elle traînait son équipement derrière elle, elle n'avait visiblement pas trouvé le moyen d'enfiler les 20 kg de matériel toute seul. Son casque de métal la gênait énormément, elle n'avait pas non plus prit le temps de le régler à sa taille. En souriant, March l'aida, la retenant de ne pas tomber sous le poids de son barda.
Une fois cela accomplit, le major se plaça devant des hommes, a une distance de sécurité suffisante de la porte, comme indiqué par Ashcroft.

- Ok les gars, aujourd’hui est un jour particulier.
Chevron 1 !
- On a déjà fait pas mal de trucs insensés tous ensemble, mais la, ça dépasse tout ce qu’on peu imaginer.
Chevron 2 !
- Dans moins de 30 secondes,
Chevron 3 !
- On va sa retrouver dans un autre monde, sur une autre planète, peu être même dans une autre galaxie. Bref, J’y connais rien.
Chevron 4 !
- On ne sait pas ou on sera, et pour combien de temps, mais ça, vous le savez !
Chevron 5
- On ne sais pas a quoi s’attendre de l’autre coté, alors je veux une vigilance maximum ! Tout le monde fait gaffe au gars à coté de lui !
Chevron 6 !
- Les gars, je compte sur vous !

Chevron 7!

La porte s’ouvre, l’effet « Kawoosh » caractéristique de l’ouverture impressionna tout le monde, tel une explosion sous marine. L'horizon des Évènements se stabilisa alors.
Chacun des membres de l’équipe était submergé par ce qu’il était en train de voir.

- Ca vous fait un choc, pas vrai major ? Lança Ashcroft, souriante.
- C’est magnifique doc. !
- Oui, et maintenant on doit passer a travers !
- Messieurs, allons y !


L’équipe au complet traversa l’anneau, mais tous les hommes de l’équipe eurent un moment d’hésitation au moment de passer, comme pour admirer la chose à travers laquelle ils allaient passer.
Ashcroft fut la plus longue, avec Foley. Elle toucha d’abord délicatement le vortex, et admira l’effet qu’avait produit son geste sur l’horizon des Evènement. Foley essaya de toucher avec son pied le vortex. Il mit ensuite la main, et la tête. Il ouvrit les yeux de l’autre coté avant d’être disloqué.
De l’autre coté, les soldats furent éjectés et atterrirent tant bien que mal. Ils avaient le visage recouvert de ce qui semblait être de la glace.


Foley et Ashcroft furent éjectés tout les deux au même moment.
Harris et March se relevèrent, tandis que les autres hommes étaient déjà à leurs postes, inspectant les lieux. Ils étaient dans une forêt de pins, très dense. Un petit chemin presque caché sous la végétation se faufilait depuis la porte, et menait jusqu'à dans la profondeur de la foret. Il faisait froid, très froid. Le soleil était à son zénith, mais il ne semblait pas pouvoir chauffer convenablement la surface de la planète.

- Ok les gars, on se déploie ! Doc., ça va ? Dit March en se relevant.
- Oui major, merci. Je ne m’attendais pas a ça.
- Qu’en dites vous ?
- On est plus sur terre, ça c’est sur. Répondit elle, en époussetant son pantalon.
- Comment le savez vous ?
- La lumière, vous avez vu la lumière que produit ce soleil ? Et il doit y avoir une couche d’ozone très épaisse pour que la chaleur ne passe pas… Le soleil est pourtant à son zénith !
- En effet. Les gars, on va inspecter les lieux, cherchez Littlefield. Docteur, je compte sur vous pour nous faire rentrer a la maison.




Foley et Tyrone patrouillent. Chacun des deux hommes est très concentré, sur ses gardes.
Soudain Tyrone fit signe à Foley de ne plus faire aucun bruit. Survient alors un rugissement… Quelque chose de gros, et surtout, quelque chose se trouvant pas loin des 2 hommes…
Foley regarde alors Tyrone, et soudain une énorme masse se mit à bouger à quelques centaines de mètres d’eux. Les deux hommes commencèrent alors à reculer, mais la masse s’arrêta. Ce qui semblait être sa tète regardais dans leurs direction… Soudant cette énorme masse, une sorte de taureau, se mit à foncer vers eux. Les 2 hommes se mirent alors a courir, sans même réfléchir, sachant sans aucun doute qu’ils étaient menacés…La chose, sous ses pas faisait trembler le sol.


A quelques kilomètre plus loin, tout le monde était sur ces gardes, le rugissement s’était fait entendre aussi.
- Harris, vous avez entendus ça aussi bien que moi n’est-ce pas ? Dit calmement March, a voix presque basse. Il grelottait, relevant le col de son blouson. Il regardait sa montre, semblait stressé.
- Oui major. C’était d’ailleurs assez effrayant.
- On a qui en patrouille la ?
- West/Page, Foley/Tyrone, ils établissent un périmètre de sécurité autour de la porte, selon vos ordres Major.
- Ok. Quand doivent ils revenir ?
- Une demi heure major.
- Très bien. Cet endroit m’a l’air plus hostile que je ne le pensais. Je n’aurais pas du les faire patrouiller aussi loin…


Dernière édition par le Jeu 3 Mai 2007 - 16:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Foley
Homme-Lézard
Homme-Lézard
Foley

Nombre de messages : 134
Masculin Age : 33

[The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) Empty
MessageSujet: Re: [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque)   [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) EmptyLun 4 Déc 2006 - 10:52

Foley et Tyrone étaient dans la forêt, en train de courir. Les deux hommes tentaient désespérément de maintenir une distance entre eux et la chose. Mais la chose se rapprochait et était maintenant à moins de 10 m des 2 hommes. Une décharge très forte vint soudain la toucher. La bête s’écroula, dans un vacarme indescriptible, en glissant même sur plusieurs mètres, à cause de l’élan que celle ci avait pris durant sa course.
Foley et Tyrone s’arrêtèrent quelques mètre plus loin, à bout de souffle. Les deux hommes se cachèrent dans la végétation, pour voir ce qui avait pu causer autant de dégât à une si grosse chose.

Ils semblaient ne pas avoir été vu. Soudains des dizaines de petits hommes s’affairèrent autour de la chose. Foley regarda alors Tyrone. Les deux soldats étaient les premiers humains en contact avec des êtres d’une autre planète. Tyrone reçu alors un rayon qui le paralysa. Foley n’eut pas le temps de réagir et fut assommé. Les étranges indigènes emmenèrent alors les 2 soldats, et ils les avaient bien sur attachés.


March était nerveux. Il tournait en rond, devant la porte des étoiles.
- Merde, Foley et Tyrone devraient être revenus maintenant !
- Major, Ne vous inquiétez pas, ils ont déjà fais le coup quand on était au nord est de Bastogne, ils sont partis un peu trop loin, ils ne sont pas revenus a l’heure, rappelez vous vous avez même failli les porter disparus !
- On est plus dans les Ardennes belges, Page, on est dans une merde encore pire que les Ardennes belges…
- Laissons leur un peu de temps.
- Pas plus de 10 minutes. Ils vont m’entendre ces 2 la !
March se dirigea alors vers Ashcroft.
- Doc, vous avez besoins de combien de temps ?
- Beaucoup Major, je pars de zéro. Nous venons juste de découvrir cet engin que sert surement a composer les adresses sur la Porte. Je suis en train d’examiner tous ça .Mais je suis perdue, et je fait de mon mieux.
- Cet endroit est oppressant, vous ne trouvez pas ?
- Si très, il me fait même peur.
- Il ne vous arrivera rien doc, vous n’avez rien a craindre. Du moins, je mourrai avant vous en tentant de vous sauver la vie…
- C’est trop aimable major.
- Bon, je vous laisse travailler… Je suis dans les parages…
- Ok ! Répondit ashcroft qui n'avait même pas remarqué que le major n'avait pas vraiment envie de la laisser travailler.


Foley était allongé sur le sol, les mains et les pieds attachés.
Il ouvrit les yeux, regarda autour de lui difficilement.
- Putain Val, si c’est ta nouvelle folie de m’attacher pour pouvoir abuser de moi, c’est raté, je ne suis pas...
- Ne faites pas de bruits Lieutenant. Regardez... dit Tyrone, le coupant.
Les deux hommes étaient prés de l’énorme chose, morte.
- Merde, c’est ça l’odeur que j’ai dans les narines ?
- Ouais.

Soudain quelques hommes arrivèrent. Un homme, typé métisse, long cheveux bruns, vêtu d'une toge blanche assez sophistiquée, visiblement très très épaisse pour le protéger du froids, arriva. Il effectua un hochement de tête envers les 2 hommes.
- Bonjour. Désolé pour cet accueil un peu brutal, mais nous nous méfions toujours des inconnus. Je me présente, je suis Chaka, fils de Marton, Chef de ce village.
- Euh, Bonjour. Où sommes nous ?
- Et si je vous demandais d’abord d’ou venez vous ?

Foley se méfiait. Finalement, ne percevant aucune menace il s’identifia. Il répondit alors comme Summers avait demandé à l’équipe de se présenter en cas de rencontre avec une forme de vie extraterrestre.
- Je suis le Lieutenant Shawn Foley, et voici le Caporal Tyrone. Nous venons des Etats Unis, c’est un grand, grand, grand pays situé sur une le continent américain. Je sais que ça ne vous dit absolument rien, mais bon… Nous sommes à la recherche de quelqu’un…
- En effet, ça ne me dit rien…Vous venez d'une autre planète?
- Ah, oui, j'avais oublié de le dire, ça me fait tellement étrange...
- Vous avez du emprunter l’anneau…
- L’anneau ? Oui, on est venus avec lui…Vous savez le faire fonctionner ?
- Non.
- Nous ne voulons de mal a personne. Alors si vous pouviez nous détacher, ce serait très poli… Nous devons retrouver nos amis.

- Vous n’êtes pas seuls ?
- Non, notre chef et nos camarades nous attendent près de l’anneau.
- Je vois. Vous avez peur de nous ?
- Nous ne soupçonnions pas votre existence à vrai dire. Et nous venons juste d’arriver, nous explorions les lieux quand cette… chose nous est tombée dessus.
- Très bien, vous nous devez la vie dans ce cas.
- En effet. Au risque de paraître quelque peu rude, cela vous embêterais il de nous détaché, afin que nous allions prévenir notre chef pour qu’il rencontre votre père ?
- Bien, détachez les !
- Merci. Pouvons nous récupérer notre matériel ?
- Oui, ce sont des armes n’est ce pas ?
- Oui.
- Elles sont… Primitives…
- Oh, elles sont très efficaces, vous pouvez me croire à défaut de vous faire une démonstration…
- Je vous crois sur parole.
- Nous allons chercher notre chef.
- Je viens avec vous.
- Ok. Nous sommes donc à la recherche d’un homme qui a passé l’anneau avant nous, il y a environ quelques mois, vous l’avez vu ?
- Cela fais environ 50 ans que l’anneau des dieux n’a pas été activé…
- Vous en êtes sur ?
- On ne peu plus sur, Voyageur… Allons chercher vos amis… Et, bienvenue sur Eoncia…


La nuit tombe sur la petite équipe. Ashcroft était fascinée par ce qu’elle vivait. Elle observa comment la nuit progressait. Il faisait déjà très sombre dans la foret, mais la nuit qui tombait jetait une atmosphère presque glauque a cet endroit.
Ashcroft était terrorisée. Cependant, son esprit scientifique ne put s'empêcher de constater la vitesse a laquelle la nuit était tombée. Elle n'avait jamais vu ca, mais était la seule a l'avoir remarqué. Elle avait eu aussi l'impression que la température avait un peu augmenté, ce qui rendait les conditions météo presque supportables.

- Où sont Foley et Tyrone, bordel ! Cria March, sans trop prêter attention a la fascination de la scientifique pour l'étrangeté de l'endroit.
- Ils ont du s’égarer, Tyrone n’a jamais eu un bon sens de l’orientation.
- J’espère qu’ils vont bien.

L’ambiance dans la forêt se fit encore plus oppressante que de jour. Tous les membres avaient l’impression d’être observés. Dans sa tente, Ashcroft dormait déjà profondément, épuisée par le travail effectué durant la journée. Sortant la tête de la sienne, March attira l'attention de ses hommes, qui firent de même.
Soudain, Des ombres commencèrent à s’agiter prés du campement de fortune. Harris dégaina immédiatement son Colt, tandis que Page et West saisirent leurs pistolets mitrailleurs Thompson.
- Les gars, on se tient prêt, on se regroupe !

March essayait de voir ce qu’étaient ces formes. Mais il faisait trop sombre pour apercevoir quoi que ce soit.
Les ombres couraient dans les arbres, en poussant des cris ressemblant à des ricanements, ou des ordres dans un dialecte animal. Une bête tomba alors prés d’Ashcroft, et March l’abattit en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Des tas d’autres bêtes sautaient alors des arbres en tombant sur le sol. Les 4 hommes ouvrirent alors le feu, en dégommant toutes les bestioles s’approchant trop prés d’eux. Une bête arriva derrière Page et lui entailla le dos. Soudain, un cri d’une puissante intensité se fit entendre. Ce cris eu un effet sur les bêtes, qui s’enfuirent toutes, la queue entre les jambes.

- Chef, c’est Foley, ne tirez surtout pas !
- Foley ? Vous êtes en retard ! Montrez vous !

Le Lieutenant arriva en trottinant prés du Major. Il courait prudemment, enjambant la dense végétation.

- On arrive avec de la compagnie!

Le jeune officier arriva alors suivit de quelques hommes, Chaka et quelques autres.

- Chef, je vous présente Chaka. Reprit il. C’est le fils du chef village des gens qui vivent pas loin. Ils disent que personne n’a traversé la porte depuis 50 ans…

Tyrone se précipita alors vers Page et s’occupa de sa blessure. Major resta pensif. Ashcroft se réveilla, en sursaut.
- Mais ce n’est pas fini tout ce vacarme ! Hurla elle.

- Calmez vous doc.

La jeune femme mit ses lunettes, et fut présentée a Chaka.
Cependant, March s'énerva très vite.

- Dites moi doc, comment se fait il que ses messieurs nous disent que la Porte n'a pas été activée depuis plus de 50 ans?
- Pardon? Mais, Ernest?
- Il n'est visiblement pas içi.
- Oh, mince.
- Mince?
- Cela vient de confirmer ce qu' Ernest avec effleuré. Il y a plusieurs destination possibles...
- Quoi? C'est maintenant que vous dites ca???
- Je n'étais pas d'accord avec lui!
- Expliquez moi comment vous vous êtes trompé!
- Personne n'a réussi a lire les gribouillages d'Ernest, nous avons choisit l'adresse la plus ressemblante!

March était exaspéré.

- Je peux la tuer? Demanda il a Foley.

Le lieutenant ne répondit pas.

- Mais ce n'est pas grave, nous allons rentrer sur Terre, j'ai juste a retrouver les coordonnées de la Terre. Ces gens vont me montrer leur cartouche, ils ont sûrement un cartouche a proximité de leur porte. N'est ce pas?

- Euh, pardonnez moi, dit timidement Chaka, mais il ne fait pas bon rester içi la nuit, je vais vous emmenez dans mon village. Mes animaux ne retiendrons pas longtemps ces démons hors de portée. Il faut venir, vite!
March ne répondit pas, et effectua juste un hochement positif de la tête.

La petite équipe, escortée par quelques indigènes, traversait alors la forêt sombre pour se diriger vers le village de Chaka. Ashcroft se fit alors à l’idée qu’elle ne parviendrai pas à retrouver son collègue sur cette planète…


Toujours par une nuit noire, ils arrivèrent dans un petit village, coupé en deux par une petite route de pavés de couleur marron, qui ne faisait qu'être le prolongement du petit chemin de terre qui démarrait de la Porte. L'architecture n'était pas reconnaissable. Ashcroft, pas experte en la matière semblait quand même reconnaître des caractéristiques de l'architecture égyptienne de l'antiquité, avec de nombreuses variantes. Les rues étaient presque desertes, il était très tard, et faisait de plus très froid.

- Major, voici notre village, Eoncia. Dit calmement Chaka, en brassant l'air de son bras en direction des maisons autour de lui.
- C’est mignon tout plein. Commenta March.
- Pardon ?
- C’est un très beau village.
- Oui, et il le serai encore plus si il n’y avait pas Heret-Kau.
- Heret-Kau?
- Entrez donc chez mon père.


March ordonna à ses hommes de rester en dehors de la maison et d'aller inspecter un peu. Il entra avec Ashcroft dans une grande maison. A l'intérieur, l'architecture type sauta aux yeux d'Ashcroft. C'était en quelques sortes un mélange des antiquités Romaines et Egyptiennes. Elle n'en revenait pas ses yeux. Les peuples de cette planète semblait s'être développés en harmonies de façon semblable a celle de ceux de la Terre, mais mélangeant plusieurs cultures connues. De nombreuses fresques ornaient les murs, retraçant des batailles d'un ancien temps. Un vieil homme arriva, descendant péniblement un grand escalier, fait d'une matière semblable au marbre. Chaka se précipita vers lui et l'aida à terminer sa descente. Il lui baisa ensuite le front, et se tourna vers les voyageurs.

- Père, je vous présente le Major March et ses hommes, ils viennent d’une autre planète, ce sont des voyageurs… Ils ont traversé l’anneau des dieux.
- Soyez les bienvenus, chers voyageurs. Cela fait très très longtemps que personne ne nous a rendu visite par l’anneau.
- Salutations. Nous... sommes des voyageurs venant d'une autre planète, nous sommes à la recherche de quelqu'un.
- Vous avez toute mon hospitalité le temps de votre voyage.
- Merci, c’est avec grand plaisir que j’accepte.
- Qui est ce Heret-Kau dont Chaka m’a parlé tout a l’heure ? Lança Ashcroft, a voix haute.
- Ne parlez pas si fort, elle va nous entendre…Répondit Marton, faisant de grands gestes.
- Pardon ?
- Heret-kau est notre déesse.
- Déesse ?
- Oui, elle a tous les droits sur nous.

- Doc, c’est une histoire pour vous ça… Dit March, agacé, se rendant compte qu'il salissait le sol avec ses chaussures pleines de Terre.
- J’écoute, je trouve ça passionnant ! Mais où est Heret-Kau ?
- On ne sait pas, mais elle vient régulièrement et prends plusieurs d'entre nous, pour nous punir.
- Mais vous punir de quoi ?
- De nos péchés ! Nous étions Jadis une civilisation florissante, nous avions de nombreux villages, des nombreuses tribus. Mais Heret-Kau est arrivée est a décrété que nous étions dans le mauvais chemin. Elle a alors commencé a enlever nos hommes les plus forts, nos jeunes hommes les plus vigoureux.
- Ok…
- Doc, vous en pensez quoi ?
- Je ne pense rien, j’ai vu tellement de trucs farfelues ces 24 dernières heures, que plus rien ne m’étonne. Elle vient vous rendre visite à quelle fréquence ?
- Elle vient n’importe quand, aussi bien le jour que la nuit, et prend l’un de nous, homme femme ou enfant…
- Heret-kau dans la mythologie égyptienne est une déesse de la mort, des fois assimilée à Horus…
- On va essayer de vous aider.
- C’est une déesse, personnes ne peu rien faire contre elle !
- C’est ce qu’on verra.
- N’attisez pas la colère des dieux !


Dernière édition par le Jeu 3 Mai 2007 - 17:35, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Foley
Homme-Lézard
Homme-Lézard
Foley

Nombre de messages : 134
Masculin Age : 33

[The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) Empty
MessageSujet: Re: [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque)   [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) EmptyLun 4 Déc 2006 - 10:52

Soudain, des cris se firent entendre à l’extérieur de chez le chef du village. March et Ashcroft sortirent de la maison, suivis de Marton aidé de son fils.
- C’est elle, elle revient !
March, démarrant au quart de tour, sentant une menace, commença à hurler.
- Foley, va poster les gars dans le village. Personne ne tire, On se tien calme et on observe.
- A vos ordres Major! Répondit le lieutenant.

La pluie était battante, la nuit noire. Il faisait toujours aussi froid. La petite rue de ce village était déserte. Foley et le reste de l’escouade se séparèrent dans le village. Une sorte de corne de brume se fit entendre, et on entendait les portes des maisons s'ouvrir. Comme si les habitants s'attendait a ce qui allait arriver.
March, toujours dans la maison de Marton, leur dit de ne pas bouger. Il ordonna aussi à Ashcroft de rester à l’abri avec Chaka. Il sorti de la maison, et se plaça au coin d'une petite bâtisse, qui lui donnait une bonne vue sur l'ensemble du chemin pavé.

Foley se positionna à l’entrée du village, avec Tyrone non loin de lui. West était de l’autre coté.
Tous les hommes se tenaient chacun à un endroit du village, silencieux, en épaulant leurs armes, la pluie ruisselant sur leurs casques de métal.
Soudain une silhouette de femme apparu au milieu du village, revêtue d’une grande cape de ce qui ressemblait a du cuir.
La femme s’arrêta soudain et parla.

-Je suis Heret-Kau, votre déesse protectrice, vous me devez allégeance ! En raisons de vos nombreux péchés, je dois vous punir ! Je vais devoir prendre un membre de votre pitoyable village ! Ne résistez pas, et je continuerai de vous protéger !

La déesse s’avança alors, accompagnée de deux sortes de prêtres deux Jaffas. L'un des deux portait un casque de garde serpent, l'autre de garde d'Horus. La Déesse fit signe et les quelques gardes entrérent dans une maison, et en ressortirent quelques minutes plus tard avec un vieil hommes a genoux et plusieurs adolescent. Elle les regarda un a uns, leurs touchant le visage.

- Bien, c’est lui que je veux, ils feront des guerriers parfait pour mon armée... Dit elle en regardant l'un de ses prêtres.
Les prêtres s'emparérent des jeunes hommes, aidés par quelques Jaffas. Le vieil homme se mit alors a genoux, aux pieds d'Heret-Kau et l'implora. Tout ce qu'il obtint comme réponse fut un violent coup au visage.
Ashcroft sorti de la maison du chef en courant, pour évaluer la situation. Elle descendit l'escalier de pierre qui menait a l'entrée de la demeure et traversa le village en courant. Elle arriva alors derriere la déesse, et hurla, son cri étouffé par son souffle coupé.

- Arrêtez ! Vous ne pouvez pas faire ça !
La déesse se retourna alors, et ses yeux se mirent à briller.

- Je vous avait dis de me pas vous mettre sur mon chemin !
La déesse propulsa alors Ashcroft en arrière…
Tous les soldats ouvrirent le feu sur la déesse, mais les balles ricochèrent sur une sorte de champs magnétique. Les Jaffas ouvrirent alors le feu. Leurs armes étaient d'une puissance telle que les hommes de March restaient yeux grands ouverts. Foley, sans trop se poser de question abattit deux gardes, puis West et Tyronne firent feu sur les autres. Voyant ses gardes tués, les yeux d'Heret-Kau s'illuminèrent.
- C’est la pire offense qu’on puisse me faire, vous allez me le payer !
Un éclair surgit alors et éblouit tout le monde…
Lorsque que Foley recouvrit la vue, la déesse avait disparue. Mais l’enfant aussi.

- Doc, vous êtes complètement timbré ! J’ai dit que l’on n’intervenait pas ! Cria March, aidant la Jeune femme a se relever.
- On ne pouvait pas la laisser prendre ces enfants !
- Ce que vous avez fait n’a servit a rien, et en plus vous l’avez énervé !
- Ce n’est qu’un imposteur, vous le savez aussi bien que moi !
- Et c'était quoi ces trucs qu'ils tiraient la??? Dit West, quelques peu perturbé.
- On garde son calme les gars. Je vous rappelle que rien n'est plus normal ici, je vous avez prévenu. Dit calmement March, tentant de se convaincre lui même
- Attendons qu’elle revienne, on ira lui parler ! Cria Ashcroft.
Toute l’équipe se tourna alors vers Ashcroft, qui venait de dire la pire stupidité de sa carrière.
- Euh, Oubliez ça.
- On l’a sacrément énervé, et je pense qu’il est de notre devoir de protéger ses pauvres gens.
- Vous êtes des inconscients, vous avez mis notre déesse en colère ! Elle va tous nous tuer !!!!!
- Calmez vous Marton, ce n’est pas une déesse, il n'y a qu'un seul dieu, et il est déjà occupé a protéger les Etats Unis d'Amérique.... Non je déconne. Je ne suis pas croyant, mais alors pas du tout. Si un quelconque dieu existait, il aurait déjà stoppé toutes les saloperies qui sont arrivées chez moi. Alors vous ne ferez pas croire que cette bonne femme est une déesse! Elle sais juste faire briller ses yeux, arréter nos balles, et... Projeter les gens en l'air... (tous s’accordèrent alors à penser que le Major venait de dire quelque chose de complètement fou.) . Les gars, on va attendre qu’elle revienne…
- Harris, Page est assez amoché, il est avec Chaka, vous prenez sa place. Tyrone, Faites moi un état des munitions. West, Essayez avec le doc d’en apprendre plus sur cette Heret-Kau. Les autres, vous venez avec moi, on va voir si on a de quoi se défendre.

Quelques heures plus tard…Le jour était revenu, la température avait augmentée de nombreux degrés.
Foley, dans un état de saleté et de fatigue avancé, fit son rapport à March.
- Major, J’ai installé des défenses de fortune un peu partout dans le village, on devrait pouvoir lui faire face. Surtout si elle vient avec ses hommes de main comme Marton nous la dit.
- Bien, On a récupéré pas mal d’armes des villageois, des trucs qui lancent des fléches entre autres, et certains vont nous aider.
- Quelle est la stratégie Major ?
- Cela va dépendre de l’endroit qu’ils vont attaquer en 1er. Vous vous souvenez de vos manuels militaires Lieutenant ? La maison du chef, c’est Fort Alamo. C’est la plus solide du village, et il y a un sous sol. On y planquera tous les villageois qui ne se battent pas. Il faut éviter les dommages collatéraux. Foley, vous avez établis, des postes ?
- Oui Major, chacun sais ce qu’il doit faire.
- Ok. On va peu être avoir besoin du bazooka.
- Oui major, West s’en charge.
- D’après les renseignements des combattants du village, ils vont sûrement attaquer par vagues. Il va falloir que l’on les détruise une par une. Espérons qu’on ne sera pas submergés trop rapidement. On ne sais pas a combien est estimé la garde d’Herer-Kau, mais ils ne sont pas très nombreux. L’effet de surprise aura une grande importance. On ne sais pas du tout a quoi s’attendre, mais si on arrive a s’en sortir, je peux vous garantir que dans 60 ans cette attaque sera encore étudiée a West Point ! Foley, chargez vous des villageois, montrez leurs ou se placer, que faire en cas de repli, et parlez leurs d’Alamo. Utilisez aussi les armes des gardes qu'on a tués.

- Major, on fait quoi si Alamo cède ?
- On improvise. Rappelez vous a Graignes, on a fait comment ? (Graignes est un petit village de Normandie, ou les allemands firent un carnage parmi les parachutistes américains et les civils, du 6 au 15 juin 1944. March était Lieutenant a l’époque, et Foley sergent chef.)
- On a pris nos jambes à notre cou, on s’est replié vers Carentan.
- Alamo ne cédera pas, j’en fait une affaire personnelle…
- Major, ça me rappelle tout ça vous savez…
- Tout quoi ?
- Tout ce qu’on a vécu pendant la guerre…
- Remettons ça en pratique Foley. Vous savez ce que vous avez a faire, je vous fait confiance, vous êtes meilleurs tacticien que moi.
- Major, j’ai trouvé pourquoi Heret-Kau enlève des gens… Elle s’en sert pour en faire des cobayes, pour diverses expériences, mais aussi pour en faire des soldats…
- Étrange…
- J’ai aussi appris que Heret-kau était capable de manipuler le temps, mais c’est impossible…
- On se penchera la dessus plus tard, doc.
- D’accord, je vais aller m’occuper de ces gens.

Le major regarda tout ce petit monde s’activer, et soupira.
- Et c’est reparti…
- Qu’est-ce qui est reparti Major ?
- Le merdier, doc.
- On va s’en sortir pas vrai ?
- Non.
- Pardon ?
- C’est encore mon humour.
- Oh, Désolée, je n’y suis pas habitué. Je vais voir si je peu être utile a ces gens.
- Non, je m’en charge. Pour l’instant essayer de trouver des infos sur la porte dans la bibliothèque dont Marton nous a parlé. Emmenez Chaka avec vous, il pourra peu être vous aider. Vous n’aurez qu’a fouillé toutes leurs archives, et voir aussi ces vestiges entreposés la dedans. Barricadez vous a l’intérieur, je viendrai vous chercher.
- Ok, faites attention a vous…
- Ne vous en faites, pas, je ne sais pas a quoi m’attendre sur cette planète, mais je me suis déjà retrouvé dans ce genre de situations…
- Vous avez intérêt à venir me chercher, vous me raconterez tous vos exploits, ok ?
- Pas de problèmes. Filez doc.
- Major, j’ai envoyé les gars en avant garde. Et j’ai trouvé un signal de rassemblement.
- Lequel ?
- Ces sortes de chiens qui hurlent a la mort…
- Bien joué Foley. A vos postes maintenant, j’ai un mauvais pressentiment, ils sont bientôt la…

Tous les militaires ainsi que les villageois étaient sur leurs gardes.

Quelques heures plus tard, West arriva en courant au village, et tout essoufflé dit a Foley :
- Lieutenant, ils arrivent, ils sont une trentaine. Ils se sont arrêtés un 2 kilomètres d’ici, et j’ai vu un 1er groupe de soldats partir.
- Ils attaquent donc par vagues.
- Apparemment. Ils ne m’ont pas vus.
- Bien. Ecoutez moi tout le monde, On va se mettre en position défensive de ce coté du village ! Vous m’avez tous bien compris ? Je veux qu’une fois la 1ere vague repoussée, on se repli dans le centre, pour les laisser pénétrer un peu plus. Faites bien attention aux pièges que nous avons posés en reculant. Tout le monde est d’accord ?
Les villageois acquiescèrent.
- Faites sonner le rassemblement.

Les « Chiens » poussèrent alors leurs cris, et les soldats/villageois postés autour du village revinrent.
Tout le monde était posté, silencieux. Les soldats avaient les doigts crispés sur les gâchettes de leurs armes.
West avait repris son poste, et s’activait à préparer son piège.
Foley avait tout fait pour que, de là où les gardes viendraient, personne ne soit visible.

Quelques longues minutes plus tard, le premier garde arrivait alors, et fit signe à ses collègues de le suivre. Lorsque que le groupe de soldat dépassait la première maison, West activa son piège. Les 5 kg de TNT qu’il avait posé explosèrent, tuant sûrement sur le coup 5 ou 6 ennemis. Foley ouvrit alors le feu, et fut suivit par tout les autres. Une déferlante d’éclair et de balles s’abattit alors sur les gardes, qui furent très vite cloués au sol, tués pour la plupart. Foley hurla alors :
- On se replis vers la ligne Baker !
Tout le monde bougea alors prudemment, en prenant soin de ne pas activer les pièges que West avait posé.

- On s’arrête ici !
Tout le monde pris alors son poste.
March arriva alors prés de Foley.

- Bon boulot mon vieux. Je ne reste pas loin de vous.
- Pas trop prés quand même Major, je voudrai pas être tenu pour responsable si vous êtes touchés.
Hé hé, ça ira. Continuez comme ça.
- A vos ordres.

Quelques minutes plus tard, la 2ème vague de soldat atteint les portes du village. Foley fut étonné par le manque de tactique avec laquelle les soldats investirent le village. C’était tout à son avantage.
Arrivés aux anciennes positions de Foley, les soldats ennemis déclenchèrent tous les pièges. Plusieurs explosions retentirent, et Foley fit alors feu, suivit encore une fois par le reste de la « résistance ».
Les premiers coups de feu ennemis furent aussi tirés. Les salves d’énergie tirées à partir de leurs lances atteignirent les fortifications de fortunes avec une violence inouïe. Les pertes ennemies était déjà lourdes, le plan de March et Foley était d’une efficacité redoutable. Mais l’ennemi était en surnombre. Des villageois se repliaient déjà, alors que Foley s’efforçait à les faire rester à leurs places. Harris élimina un garde qui tirai sur un villageois a découvert. « Et de 5 !!! »


Dernière édition par le Jeu 3 Mai 2007 - 17:47, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Foley
Homme-Lézard
Homme-Lézard
Foley

Nombre de messages : 134
Masculin Age : 33

[The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) Empty
MessageSujet: Re: [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque)   [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) EmptyLun 4 Déc 2006 - 10:52

Dans la bibliothèque du village, Ashcroft était plongé dans des archives, Chaka à ses cotés.
- Vous êtes surs que vous n’avez rien sur la porte ?
- Je cherche docteur, je cherche !
- Bien, prenez votre temps… Attendez, j’ai trouvé quelque chose ! C’est un dérivé d’égyptien, il me faut plus de temps pour le traduire !
- Prenez votre temps docteur !


A l’extérieur, la bataille faisait rage.
- On se replis sur la ligne Charlie !
Foley se replia, tant bien que mal. Il se déplaçait rapidement lorsqu’un Jaffa apparu devant lui. Il lui donna un coup de point dans la tête, qui eu un bruit métallique, à cause du casque du lieutenant. Il se releva, sonné, et le Jaffa, avec tout l’orgueil qu’on leur connaît, ricana. Le casque du Jaffa se décomposa alors, laissant apparaître un visage d’un homme de couleur noir. Foley ricana à son tour.
Il dégaina son Colt 45 et tira une balle dans la tête de son ennemi. L’énorme soldat d’Heret-Kau s’écroula, tombant lamentablement en arrière.

- T’aurais du laisser ton casque !
Foley repris alors sa position prés de March, sous le feu des lances Jaffas.

- Ca va mon vieux ?
- Ils tapent forts ces enfoirés !!! Et je confirme, ce ne sont ni des allemands, ni des russes !

Dans la fumée qui se dissipait au fond, une silhouette féminine avançait. C’était Heret-Kau.
March l’aperçut et ordonna à Foley de concentrer ses tirs sur elle.
Mais il se reproduisait exactement la même chose que la veille, les balles ricochaient sur un bouclier invisible.

- Regardez Foley, les balles et les déchargent ne l’atteigne pas, mais les débris qui tombe non loin d’elle traverse son bouclier ! J’ai une idée, couvrez moi !
Tir de couverture les gars !

March sorti alors son couteau, et contourna lentement et prudemment une maison, non loin de laquelle était positionnée la déesse. March remarqua aussi que la déesse et ses gardes se trouvaient prés de l’entrée de la bibliothèque. Il pensa dans sa tête que si Ashcroft sortait, elle était morte.

La situation s’était un peu calmée. Les gardes étaient maintenant cachés derrières les maisons, leurs pertes étant très lourdes. Mais des renforts faisaient encore leur apparition.
Foley en profita pour recharger son arme.
- Tyrone, il te reste quoi en munitions ?
- Pas grand chose Lieutenant, je vais devoir utiliser les armes locales.
- Pareil. Aller, on reste sur nos gardes.

March fixait son regard sur la déesse. Soudain la porte de la bibliothèque s’ouvrit et Ashcroft en sorti.

- Major, j’ai trouvé !
La déesse souri alors et s’empara de la jeune femme. Ashcroft était a genou, et la déesse avait mis au dessus de son visage un objet, dissimulé dans la paume de sa main, qui semblé la paralyser. March assistait impuissant à la scène. Il se leva alors d’un bond et couru vers la déesse. Il essuya quelques tirs ennemis, mais s’empara de la déesse en lui plaçant son couteau sous la gorge.

Un énorme silence retentit alors, puis prenant la parole.
- Qui êtes vous, je ne vous avais jamais vu avant ! Cria Heret-Kau
- Qui je suis n’a aucune importance, je vous demande juste de quitter ce village, et de ne plus jamais y remettre les pieds…
La déesse propulsa alors March en arrière. Abasourdis, il sortit son arme de poing et abattit les quelques gardes qui étaient autour de lui. Il se leva alors mais dans sa course pour se mettre a couvert, reçu une salve dans le dos… Il était allongé, inconscient.

Foley et ses hommes se battaient alors avec acharnement, mais les gardes d’Heret-Kau étaient toujours plus nombreux et les encerclèrent.
Le jeune lieutenant se battait comme il ne s’était jamais battu. Il tirait et faisait mouche à chaque fois. Il s’arrêta alors de tirer pour recharger son arme, lorsqu’un villageois résistant fut abattu en tenant de se replier. Foley regarda l’homme, impuissant, sa blessure encore fumante… Tyrone ne pu rien faire lui non plus, débordé entre sauver sa propre vie et s’occuper comme il pouvait des blessés.
Un garde arriva derrière Foley et l’assomma avec sa lance, et les autres membres de l’équipe se rendirent, impuissant.



Les gardes rassemblèrent les survivant au centre du village. Ashcroft reprenait ses esprits, March était toujours inconscient, et Foley se réveilla lui aussi.
- Décidément, c’est pas mon jour, pourquoi c’est toujours moi qui me fait assommé ? Tyrone regarda le lieutenant et ne trouva à faire qu’un simple haussement d’épaule.
Foley, en se frottant la tête regarda alors un garde Jaffa qui empoigna son colt 1911A1. Le Jaffa le regarda en souriant et plaça le colt dans la ceinture de son armure.
- Mais qu’est ce qu’ils ont tous a me narguer ces abrutis ? Dit il, se parlant a lui même.

Tyrone était avec March, et faisait tout pour soigner ses blessures. Les gardes encerclaient tout le monde, aucune possibilité de s’enfuir.
Foley examina alors la situation. Aucun Jaffa n’était allé jusqu'à Alamo. Les habitants étaient donc sain et sauf .Il réalisa aussi qu’il lui restait une grenade. Il se faufila jusqu'à March, qui était de nouveau conscient.
- Major, ça va ?
- Non, mais je vais m’en tirer.
- Major, il me reste une grenade, je vous la donne, essayez de la lancer sur Heret-Kau, nous, on va se charger des gardes qu’il reste.
- C’est du suicide Lieutenant, mais au moins mourir en s’étant battu…
- Je vais avertir les autres, faites moi signes quand vous balancez la grenade.
Foley se dirigea alors discretement vers ses hommes, tous plus térrifiés par la situation les uns que les autres.
- Les gars, ça va ? Bon, le major a une grenade, il va la balancer sur Heret-Kau. Ca va semer la confusion, et nous on va s’occuper des gardes qui restent. Faites passer le mot. Harris, ou est West ?

Soudain un engin volant apparu au dessus du village. Il resta alors immobile au dessus des prisonniers. Une trappe circulaire en dessous de l’engin commença alors son ouverture.
- Merde, qu’est ce que c’est que ça ????
West, qui avait réussi à échapper à la capture, grimpa le haut d’une colline très proche du village, et épaula le bazooka. Il réfléchis attentivement a l’endroit ou tirer, il n’avait que 3 rockets. Il visa alors ce qui lui semblait être le cockpit. Il fit feu.

Au sol, Foley et les autres se protégèrent. Il profita de la confusion pour désarmer un garde et lui prendre sa lance. Il tira sur un Jaffa, maladroitement, et en abattit 2 autres. Parmi les gardes qu’il avait abattu, il y avait celui qui lui avait pris son colt, il se précipita pour le récupérer. Les autres soldats se battirent aussi tels des lions luttant pour leur survie. Il ne restait plus qu’un garde, mais il fut neutralisé par Harris.
West en haut de sa colline rechargea son arme et tira une 2e fois sur l’engin, qui commença à perdre de l’altitude. Il fit feu une 3e fois et l’engin alla s’écraser dans la foret…
Foley était alors devant la déesse, il l’a regarda dans le blanc des yeux, mais elle dégaina la 1ere, en expulsant Foley et Harris… Elle pris Ashcroft et la neutralisa avec le dispositif dans sa main.
March dégoupilla sa grenade, se leva alors, couru de toute la vitesse qu’il pouvait, sauta sur la déesse, en plaquant la grenade sur son ventre, et dans sa chute la cloua au sol…
- Doc, courez !!!!
Ashcroft se releva et couru, mais l’explosion la fit voler a quelques mètres.
Foley se releva et hurla de tout son souffle.
- MARCH !!!!!


Le corps d’Heret-Kau était étendu sur le sol, elle regarda alors Foley, qui l’acheva avec son Colt, d’une balle dans la tête. Ses yeux cessèrent alors de briller…
March était assis contre un arbre à quelques mètres…
- Major, ça va aller ?
- Ashcroft va bien ?
- Je vais bien Major, j’ai juste un peu mal au crâne…

West arriva au galop.
- Merde, c’est déjà fini ???
Foley éclata de rire, même si la situation ne s'y prêtait pas.
- Toujours fidèle a toi même, quand y’a un gros truc a faire péter, t’es dans le coup !
- Foley, le major ne va pas bien !
- Ne vous inquiétez pas pour moi, je n’ai plus peur de mourir…
- Major, vous ne pouvez pas partir, vous… vous deviez me raconter tous vos exploits !
Le major rit doucement
- Foley, vous lui raconterez pour moi…
- Major, on va s’occuper de vous ! TYRONNNNNNEEEEEEE !!!! Amène ton cul par ici !
- C’est inutile, Shawn, je suis trop mal en point…

Foley regarda alors March, qui agonisait. Ashcroft laissa alors couler une larme sur son visage…
- Shawn, je suis très honoré d’avoir pu servir avec toi, et d’être mort en me battant à tes cotés…
- Major…
- Doc, Alexandra, désolé de vous faire faux bond, ça aurait été un plaisir de vous comptez nos aventures, mais le destin en a décidé autrement… On se verra de l’autre coté….
March poussa alors son dernier soupir…
Tyrone arriva alors près du corps et constata le décès de March…
Chacun des hommes salua alors le Major…

Mais sur Terre,
Un souffle avait balayé les hommes travaillant sur la porte des étoiles. Quelques techniciens se relevaient difficilement. L’explosion qui venait de se produire à cause de l’anneau et de la surcharge des générateurs qui l’alimentait. Summers déboula alors dans la salle et aida ses hommes à se relever. Il y avait beaucoup de blessés et 2 morts.
La porte était tombée de son socle. Summers prit alors la décision d’entreposer l’anneau dans la toute nouvelle zone 51, pensant que le dysfonctionnement qui venait de se produire avait été fatal à ses hommes envoyés au travers. Il ne connus donc jamais l’aventure de ceux-ci.
Une grue avait été réquisitionnée pour soulever la porte et la mettre dans un énorme container. La boîte fut déposée dans un hangar et un homme s’appliqua à refermer toutes les portes ainsi que les systèmes de sécurités derniers cris destinés à sa protection.
L’anneau était bien au chaud… Il y reste quelques mois, et en fut ressorti au début de l'année 1946 sur ordre du Président Roosevelt. Langford se remit a l'étudier, mais ignorait ce qui s'était déroulé sans qu'il ne le sache aprés la disparition de Littlefield...


Dernière édition par le Jeu 3 Mai 2007 - 16:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Foley
Homme-Lézard
Homme-Lézard
Foley

Nombre de messages : 134
Masculin Age : 33

[The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) Empty
MessageSujet: Re: [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque)   [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) EmptyMer 6 Déc 2006 - 9:41

Suite et fin...




Au SGC, les colonels Carter et Mitchell se tiennent dans la salle de contrôle de la porte. Face à eux l’énorme anneau de naquada sur lequel quatre techniciens s’affairent.

Je n'ai jamais été trop d'accord quand a l'idée de réviser l'Iris de cette manière… Murmura Carter.
- Moi aussi, mais heureusement que ça ne dure pas plus de 2 minutes. On a aussi de la chance que les Oris ne tentent pas de nous envahir par notre porte.
- Oui, c'est ce que le général m'a dit. Il n'était pas rassuré a l'idée de le faire non plus, mais le gouvernement préfère dépenser un peu dans un révision que dans une autre Iris. Je me demande bien pourquoi cette foutue pale est défaillante.
- On se demande des fois si le gouvernement veut défendre la planète. Tenez Sam, on va faire un pari. 20 dollars que quelqu’un active la porte de l’extérieur pendant la révision.
- Cameron, on a déjà parié 4 fois et vous avez perdu 4 fois, vous ne pouvez pas me battre, sur quelque paris que ce soit, vous en voulez encore ?
- Hum, j’ai une impression bizarre ce matin, je me suis levé avec le sentiment qu’il allait se passer un truc étrange aujourd’hui …
- Il se passe des trucs étranges tous les jours ici, mais bon, comme vous voulez. Pari tenu.

A ce moment là le sergent Harriman qui surveillait grâce à ses moniteurs de contrôle l’ensemble de l’opération, et tout cela juste à côté d’eux hurla, hystérique.


« Ouverture extérieure non programmée de la porte ! »


Carter ne put s’empêcher de s’exclamer
- Oh mon dieu….
- Mince, que toutes les forces disponibles se tiennent prête a une éventuelle attaque ! Hurla Landry dans le micro de la salle de contrôle.
- Il fallait que ça tombe maintenant ! Vous me devez 20 dollars colonel ! Lanca Mitchell, une moitié de sourire accrochée au visage.

Jackson a coté du général, et toujours dans son élan pacifiste ajouta quelque chose que le dirigeant du SGC avait sûrement oublié dans la panique générale.
- Ce n’est peu être pas forcément hostile, général. Il faut que vous ordonniez aux troupes de ne tirez que pour ce défendre !
- Vous avez raison docteur. A toutes les troupes présente, ne tirez qu’en cas d’attaque, nous n’avons peu être pas affaire a des voyageurs hostile !

La porte qui s’était si soudainement ouverte, plongeait maintenant toute la salle dans une lumière bleue glacée.
L’ensemble des hommes étaient crispés.
C’est alors qu’une jeune femme sortie de la flaque bleue, vêtue d'une grande toge a capuche serrée a la taille par un ceinturon sur lequel était accroché une gourde avec le sigle “US” dessus. Elle était suivi immédiatement après par un homme vêtu lui aussi d'une toge de même type, avec un casque en métal sur la tête sur lequel on pouvait lire “Mary” peint en blanc. Il portait un pistolet mitrailleur mais aucun chargeur n'était engagé. L’iris ayant été bloquée pour la maintenance venait d’être remis en marche. Il se referma juste après le passage du jeune homme.

Le sergent chef Harriman souria un peu bêtement, en regardant le général Landry.
- Heu, maintenance de l’iris terminée mon général…
Lorsque l’homme se retourna, il poussa un cri d’étonnement, « Whow !!!! » et leva aussitôt les mains.

C’était le Docteur Ashcroft et le Lieutenant Foley.
Ils n’avaient rien d’hostile, Ils avaient l'air épuisés.
- Ne tirez pas !!!! Hurla Ashcroft.

Carter et Mitchell, se précipitèrent dans la salle d’embarquement à la rencontre de leurs étranges visiteurs. Dans le couloir qui menait a la Porte, le Colonel s'adressa non sans humour a son second.
- Je ne sais pas encore qui il sont, mais imaginez, la malchance si une invasion de la Terre avait réussi a cause de la maintenance de l’iris !!!
Carter se contenta de sourire.
Foley regardait sans arrêt autour de lui, il ne reconnaissait plus rien. Il salua les soldats devant lui, tout en gardant les mains en l’air, tandis qu’Ashcroft se contenta de dire bonjour de la main a tout le monde.
Les deux officiers arrivèrent en courant.
- Bonjour, je suis le Colonel Samantha Carter, et voici le Colonel Cameron Mitchell.
Lieutenant colonel? S'exclama Foley.
- Oui, c'est un grade au sein de l'Air Force...
- Oui, je sais, mais... Je ne voudrais pas être sexiste ou quoi que ce soit... mais,vous êtes une femme!
- C'est pas vrai, ca recommence... murmura Carter, se donnant une claque.
- Euh, je suis le docteur Alexandra Ashcroft… dit la jeune scientifique, tapant du pied sur la passerelle en métal, comme pour couper court a la conversation.
- Et Je suis le Lieutenant Shawn Foley, armée des Etats Unis d’Amérique. Dit Foley en saluant les officiers a son tour. Où est le Général Summers ?
Carter regarda Mitchell.
- Summers ? Le général qui a supervisé les premières études de la porte en 1945 ?
- Oui, c’est lui.
- Il est mort ! Et il y a de cela près de 40 ans, Lieutenant.
Ashcroft regarda Foley.
- Nous sommes bien en 1947 Colonel ?
- 1947 ? Non, nous sommes en 2006…


Quelques minutes plus tard en salle de briefing… Le général Landry se tenait au bout de la longue table de la salle de briefing, comme a son habitude. Il était entouré par SG1 et leurs invités improvisés .
- Si je comprend bien, vous me dites que vous avez étés envoyé a travers la porte des étoile en décembre 1945 pour retrouver le docteur Ernest Littlefield. Conclu Landry.
- Oui général. Répondit Foley, un peu incertain.
- J’en ai parlé au président, et il n’a aucune connaissance de cette affaire, j’ai moi même fait des recherche et aucune archive n’est resté sur ça… Mais cela ne m’étonne pas vraiment, nous avons déjà confronté à un cas similaire…

- C’était d’ailleurs une des closes de notre contrat monsieur. Personne ne saurai jamais rien de toute cette histoire … Mais, où est Littlefield alors ?
- On n’a pas réussi à le retrouver… Enchaina Ashcroft. Je m’en voudrais toute ma vie de n’avoir pas réussi a le ramener…
- Le docteur Littlefield est chez lui, dans le Minnesota… nous l’avons secouru en 1997…

Ashcroft laissait voir sa joie, visiblement soulagée. Un grand sourire ornait son joli visage. Mais quelques secondes plus tard elle se demanda comment tout cela était possible. Son expression changea instantanément, ses sourcils se plissèrent , elle releva ses lunettes abîmés tombantes sur le bout de son nez et portant sa main gauche sur son crane, comme pour le masser.
- Je n’y comprends plus rien… Nous sommes partis en 1945, pendant environ 2 ans et nous voilà en 2006…
- Je n’y comprends rien non plus… Dit Foley, passant sa main dans ses cheveux chatains. Ce que nous ne vous avons pas encore dis, c’est que lors de notre premiers contacts avec la planète ou nous sommes tombés, nous avons tué une individu dont l’espèce se fait appeler les Goa’uld, elle s’appelait Heret-Kau.
- Heret-Kau ? Teal’c, cela vous dit il quelque chose ? Dit Carter en tournant la tête vers le Jaffa.
- Oui, c’était un Goa’uld peu puissant, qui vivait en marge des autres, on raconte qu’il a été tué par un groupe de mercenaire, il y a longtemps. Il s’était approprié une planète et y a fait des expériences sur des humains en collaboration avec Kronos. Il a été dit qu’il a réussi a ralentir le temps, uniquement sur la surface cette planète.
- Ce qui expliquerai que vous n’ayez pas vieilli… Conclu Carter, sûrement un peu hâtivement.
- C’est insensé…On a donc été considéré comme des mercenaires…
Foley était quelque peu abasourdi .
- Même 60 ans en arrière, on ne peu pas s’empêcher de sauver tout le monde, n’importe ou que nous allions… Ajouta Mitchell, non sans humour.
- Quoi qu’il arrive, vous êtes chez vous a présent. Mais à combien étiez vous a votre départ en 1945 ?
- Nous étions 7. Notre commandant, le Major March est mort au combat, et le reste de l’escouade a préféré vivre sa vie sur Eoncia. On pensait qu’on allait jamais pouvoir rentrer…
- Nous effectuerons des obsèques dignes de ce nom pour le Major March.
Foley effectua un hochement de tête, comme si il était honoré par la proposition de Landry.

- Docteur, expliquez moi comment vous êtes arrivés sur Eoncia.
- Bien... En fait, je travaillais avec Littlefield lors des premières études de la Porte a son retour d'Allemagne. Ernest avait un gros défaut, il ne laissait jamais rien de ses travaux. J'ai juste retrouvé un petit cahier avec les coordonnées de la planète ou il est parti, et quelques autres choses peu importantes. Seulement c'était vraiment très mal écrit... J'ai honte, nous nous sommes perdus sur une autre planete pendant deux longues années parce que je n'ai pas réussi a lire l'écriture de ce satané Ernest!!!!

Toute l'assistance était silencieuse. Elle pleurait. Foley lui posa une main sur l'épaule, pour tenter de la calmer.

Jackson tenta d'enchainer.

- Mais quel a été votre problème pour revenir?

Foley continua a la place de Ashcroft.

- En fait, aucun. Nous avions les bonnes coordonnées de la Terre. Nous avons traduis, enfin Ashcroft a traduit des documents laissés par un Goa'uld dont nous n'avons pas retrouvé le nom. Il dit qu'Eoncia a été le tout premier nid d'humain a avoir été transporté hors de la Terre. Il fait mention d'Abydos, mais nous n'avons pas compris.
Nous vous expliquerons... Dit Jackson, levant les yeux au plafond.
Ashcroft a tenté de composer les coordonnées de la Terre sans cesses pendant environs 2 mois. Elle n'est arrivé a rien, et a abandonné. Il s'est ensuite écoulé un peu plus d'un an et demi aprés cela, jusqu'à ce matin, ou Ashcroft s'est mis en tête de rééssayer. Je l'ai accompagné, elle a réussi, et nous voila.
- Ici il s’est passé 60 ans… Nous n'avons recommencé a étudier la Porte des Etoiles qu'a la demande du président Roosevelt en Janvier 1946. Vous avez eu beaucoup de chance de pouvoir revenir ici, notre porte est protégé par un dispositif appelé Iris. Elle était en maintenance et par conséquent inutilisable lorsque que vous avez activé la porte. Avez vous les coordonnées de cette Eoncia ?
- Oui, je les ai noté. Tenez. Dit Ashcroft en tendant un petit papier a Jackson.
- Cela correspond aux coordonnées de P4X 667, nous ne l’avons pas encore visitée. Ajouta Carter, regardant les griffonements par dessus l'épaule de l'archéologue.
- Et vous dites qu’il reste 4 hommes la bas ? Ajouta l'astrophysicienne.
- Oui, Harris, West, Page et Tyrone. Lui répondit Foley. Il n’y a que moi et Ashcroft qui sommes restés a proximité de la porte.
- Sont ils encore en vie ?
- Oui, ils étaient en parfaite santé la dernière fois que nous les avons vu.
- Où voulez vous en venir Colonel ? Demanda Landry.
- J’ai compris et je suis d’accord avec elle. Général, je vous demande la permission de partir en mission et d’aller chercher ces hommes, il est temps qu’ils rentrent à la maison.
- Cameron, il faut prendre en compte le facteur du temps. Si nous restons trop longtemps sur cette planète, le temps aura passé sur terre…
- Exact… On se revoit dans 60 ans alors ! Mais, on a déjà eu le cas de différentes réalités, des univers parallèles où je ne sais pas trop quoi, c’est peu être le cas non ?
- Il nous faudrait l’aide des Asguard. Ils pourront nous dire ce qu’il s’est réellement passé.
- Je vais les contacter. Dit Landry. Nous allons leurs demander conseil. Même si je n’ai pas d’énormes espoirs. Jackson, occupez vous d’en apprendre un maximum sur la civilisation rencontrée. Carter, puis-je vous voir en privé ?


S'écartant un peu des deux rescapés, Landry questionna Carter.
-Qu’en pensez vous ?
Tant que les Asguards ne nous auront pas donné un coup de main, je resterais méfiante. Il n'y a cependant aucune raison de croire qu'ils viennent d'une autre réalité, suite aux événements que nous avons vécu il y a quelques temps...
- Je suis d’accord avec vous colonel. Quoi qu’il arrive, ils ont dû endurer quelque chose de très dur. Ils auront donc tout le confort nécessaire. Rompez.

Foley était accompagné de Mitchell. Il lui faisait visiter le SGC. Les deux hommes s'arrêtèrent devant une petite porte en métal.
- Voilà vos quartiers lieutenant. Si vous avez besoins de quoi que ce soit, demandez…
- Mon colonel, le monde a beaucoup changé en 60 ans ?
- Énormément… On a été en froid avec les russes, fait la guerre au Vietnam, et maintenant on fait la guerre au terrorisme… Entre autre…
- J’imagine que tout cela est très résumé… Je vais m’intéresser a ça…
- Je vous amènerais des encyclopédies. Mais, vous avez fait la seconde guerre mondiale n’est-ce pas ?
- Oui, pourquoi ? Répondit le lieutenant, le plus naturellement possible.
- Quand j’étais petit, j’ai rencontré un pilote qui s’était battu au dessus du pacifique pendant la guerre. C’est d’ailleurs en l’écoutant que j’ai voulu devenir pilote. Si je vous demande de me raconter vos péripéties, cela vous ennuierait ?
- Pas du tout, si vous me racontez les votre…

Les deux hommes se lancèrent alors dans des conversations sans fin… Chacun était passionné par ce que l’autre racontait… Mitchell parla aussi beaucoup du monde actuel et même si au départ il n’était pas enjoué par l’actualité, Foley commença à s’attacher à l’année 2006… Il goûta aux plaisirs de l’informatique, aux jeux vidéo… Il devint ainsi un grand fan du jeu Half Life 2.

- Pourquoi ne m’emmenez vous pas faire un tour dans cette voiture dont vous m’avez parler tout a l’heure ?
- J’aimerai bien, mais tant qu’on en saura pas plus sur toute cette histoire, on ne peut pas bouger d’ici. Je vous promets que je vous emmènerais faire un tour.


Dernière édition par le Jeu 3 Mai 2007 - 16:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Foley
Homme-Lézard
Homme-Lézard
Foley

Nombre de messages : 134
Masculin Age : 33

[The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) Empty
MessageSujet: Re: [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque)   [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) EmptyMer 6 Déc 2006 - 9:45

De leur coté, Ashcroft et Jackson parlaient de la porte des étoiles.

- Mon dieu, mais pourquoi je n’y ai pas pensé plus tôt !!!!!
- Je vous rassure, je n’y ai pas pensé tout de suite non plus, à vrai dire j’ai mis quelques années pour me le mettre dans la tête… J’ai longuement parlé avec Ernest aussi, on s’est appris pas mal de choses…
- Vivement que je puisse le revoir… Il a dû retrouver Catherine.
- Oui, ils avaient pleins de choses a se dire … Si le général accorde une mission pour aller chercher vos amis restés la bas, vous allez y retourner ?
- Oui, je ne sais pas encore bien si je vais revenir vivre ici, je n’ai plus aucune attache… Il faut que j’y réfléchisse.
- Je comprend, ça ne doit pas être facile…
- Je ne réalise pas encore ce qui se passe. En 2 ans sur Eoncia, ou s’est écoulé 60 ans ici, c’est incroyable… Mais, docteur Jackson, vous nous croyez au moins ? J’ai cru entendre votre général se méfier…
- Vous savez, on a vu tellement de choses étrange que cela ne nous étonne pas, mais nous restons méfiants. Mais je vous crois sur parole, ne vous en faite pas pour ça. J’ai fait des recherches sur vous et les autres, et il apparaît bien que votre dossier s’arrête en 1945, peu avant votre départ. Idem pour Foley et les autres membres de l’expédition. Mais tout va s’arranger, Mitchell et Foley vont aller les chercher, après, ils seront libres de choisir entre vivre sur terre ou rester là bas. Mais je vais me pencher de très prés sur les archives dont vous avez parler, j’aimerai bien trouver l’identité de ce Goa’uld. J’en ai parlé au général, et j’ai proposé que ce sois l’équipe SG11 qui aille là bas les chercher.
- Si vous voulez, nous pourrons y aller ensemble.
- Pourquoi pas… mais j’ai pas mal de boulot avec l’expédition Atlantis en ce moment…
- Pardon ?
- Oh, je vais vous expliquer…


Foley tapa a la porte du bureau du général Landry.
- Entrez. Bonjour lieutenant.
- Général, je voudrais savoir si je peu rédiger différents rapports sur les événements qui se sont produits lors de notre convalescence sur Eoncia. Je pense qu’il y a certaines choses qui pourraient vous aider.
- J’en serai plus que ravi Lieutenant. Mais, reposez vous, vous avez tout votre temps. Je peux vous poser une question ?
- Oui mon général.
- Que comptez vous faire après tout cela ? Je veux dire, une fois que vos amis seront secourus ?
- Je ne sais pas vraiment mon général. J’ai longuement parlé avec le Colonel Mitchell, et j’ai trouvé toutes vos aventures passionnantes. Je voudrais postuler pour faire parti de ce projet.
Landry fut étonné.
- Vous êtes sur ? Vous avez vécu tellement de chose, vous êtes vétéran de la seconde guerre mondiale. Landry marqua une pause. Il parlait a un jeune homme d'un peu moins de la trentaine, vétéran d'une guerre achevée il y a 62 ans... Il repris.
Je ne sais pas trop quoi vous dire…
- Je suis jeune, je devrai avoir 26 ans si mes calculs sont bon, et j’estime que je suis encore apte pour tout cela. De plus, je suis réellement passionné par un tel projet…Je voudrais donc avoir une place dans une de ces équipes qui parcourent la galaxie.
- Bien Lieutenant, je vais y réfléchir. Allez vous reposer maintenant. Rompez.




2 jours plus tard…
Carter arriva en courant prés de Mitchell, le rattrapant dans les couloirs du SGC.
- Cam, j’ai des nouvelles des Asguards. Vous n’allez pas me croire. Je vais vous expliquer tout ca...
Carter se tenait devant un écran, une petite télécommande a la main, dans la salle de briefing. Foley et Ashcroft ainsi que le reste de SG1 étaient assis, a l'écouter.

- Comme je le disait au Colonel Mitchell, les Asguard ont répondus a notre appel.
- Il devait y avoir quelque chose de sacrément intriguant... Marmonna Mitchell.
- Oui. Ils ont survolés cette planète, et y ont découvert une sorte d’antenne, qui semblait être de technologie Goa’uld. Ils ont neutralisé l’appareil en question et l’ont ensuite étudiée. Ils y ont trouvé les emblèmes d’Heret-Kau et de Kronos dessus, il s’agissait donc bien d’un appareil permettant de ralentir le temps. Le temps suis sont cours normal a présent et cela n’aura absolument aucune répercutions sur la vie de ses habitant. Ils ont même trouvé un engin, d’une technologie autre que Goa’uld, mais détournée par eux. C’était en fait une sorte de « simulateur de nuit ». C’était un dispositif très très complexe… Les Asguards n’avaient jamais vu un dispositif regroupant autant de technologies différentes.
- C’est ça !! S'exclama Ashcroft. C’est avec ça que les nuits tombaient si précisément là bas !!! Je savais bien que ça n’était pas possible ! Et dire qu’on a pas trouvé ce dispositif...
- Il y avait aussi, entre autres, un appareil qui simulait le climat, similaire a un que nous avons déjà rencontré. Cette Heret-Kau était vraiment très ingénieuse… Elle avait réussi à ralentir le temps uniquement sur la surface de la planète, tout en réunissant toute les condition pour que des humains puissent y vivre…D’après ce que les Asguards ont dis, le dispositif se bloquait même une fois que le DHD était activé. Elle avait pensé a tout, même si comme vous nous l'avez dit elle n'avait pas utilisé la Porte depuis très longtemps.
- Cela voudrait dire que lorsque qu’une personne activait la porte, le temps reprenait son cours normal ?
- Oui, cela évite que la personne ne mette 30 ans pour l’activer et la traverser. Ce qui explique aussi que le temps soit peut être passé moins vite qu'il ne l'aurai du içi, car pendant que vous tentiez d'activer la Porte vers la Terre, le dispositif était inactif.
- Ca me dépasse…
- Ce qui m’étonne le plus, c’est qu’ils nous aient aidé… Ils ont sûrement récupérés des technologies a eux..... Plus rien ne nous empêche d’aller chercher le reste des gars.
- Exact, vous partirez en mission une fois que Ashcroft et Foley auront repris des forces.
- Général, étant donné que Teal’c doit partir avec Bra'Tac demain et que le major Carter et le docteur Jackson sont très occupé en ce moment, je voudrais prendre SG17 avec moi .
- Accordé Colonel. Ramenez les.

« Mais c’est qui les Asguards ? » Demanda Ashcroft, sans que personne ne lui réponde...

La porte était activée, devant Foley, Ashcroft, Mitchell et SG13. Foley venait tout juste de recevoir l’uniforme réglementaire du SGC, il s’y adaptait… Le plus dur fut de prendre en main le P90. Il n’avait eut que 30 minutes d’entraînement. Mais après tout une arme est une arme, il suffit juste de trouver la gâchette.
- Ca va aller avec ça ? Demanda Mitchell au jeune Lieutenant.
- Oui Colonel, vous en faites pas.
Ashcroft elle, était toujours en train d’examiner le Beretta m9 qu’elle avait reçu a l’armurerie.
- Doc, vous blessez pas avec ce truc, rangez le dans son holster vous voulez bien ?
- J’espère que je n’aurai pas à m’en servir…
- Moi aussi ! Vous n’êtes pas obliger de venir…
- Il faut que je revoie tout ce petit monde et puis, j’ai des affaires a reprendre…

Toute l’équipe traversa alors la porte.


De l’autre coté…
- Ok les gars, je veux un périmètre de sécurité autour de la porte. On se met en route dans 5 minutes.
Ashcroft s'exclama.
- Foley, vous avez vu, la lumière du soleil, elle est redevenue « normale » ! C’était sûrement du au dispositif d’Heret-Kau…
- On avait déjà vu des Goa’uld faire des trucs vicieux, mais la, c’est encore pire… Lanca Mitchell. C’est vicieux et tellement ingénieux à la fois… Foley, vous êtes mon guide. Emmenez moi là ou vos gars sont.


Après quelques heures de marche, L’équipe arriva dans un village. Ce village était précisément celui ou tout s’était déroulé, quand March et Foley ainsi que toute l’équipe étaient arrivés. Mitchell était étonné de voir que quelques enfants jouaient à un sport qui lui rappelait fortement le football américain…
Un homme d'une quarantaine d'année vint a leur rencontre. C'était Chaka, celui qui les avaient accueillit 2 ans auparavant. Les deux hommes s'offrirent une poignée de main vigoureuse.
- Chaka, comment ça va mon vieil ami ?
- Je vais bien, mon ami. Mais j’aurais aimé vous revoir sans avoir de mauvaises nouvelles a vous annoncer…
- Que se passe il ?
- Pendant votre absence des Jaffas sont arrivés, et ils ont enlevés quelques habitants du village … Tyrone et West faisaient partis de ceux là…
- Merde… Où sont Harris et Page?
- Ils sont encore dans le village voisin, ils n’y ont a priori pas bougé, sinon ils seraient forcément passés par ici.
- Pensez vous qu’ils sont en sécurité la bas ?
- Oui, le village est caché, les Goa’uld ne soupçonnent pas son existence.
- OK…
- Il a du se passer environ 2 a 3 mois depuis que nous sommes partis…
- Mais, qui sont vos amis ? Dit Chaka, regardant Mitchell et SG13.
- Oh, pardonnez moi de ne pas m’être présenter. Je suis le Colonel Cameron Mitchell. Voici les membres de SG13.
- Je suis honoré de faire votre connaissance.
- Nous avons réussi Doc et moi à retourner sur notre planète… Continua Foley. Nous revenons maintenant chercher le reste de nos compagnons. Colonel, je crois qu’il va falloir organiser une mission de sauvetage.
- Hum, j’aurais aimé que cela se déroule plus… pacifiquement. A combien sont estimés les Jaffas ?
- Je ne sais pas, 20, peu être moins.
- Ok, mais par qui sont ils commandés si Heret-Kau est morte ?
- Un Jaffa plus charismatique que les autres a pris le commandement des troupes d’Heret-Kau. Nous l’avons vu hier, il se nomme Halrek. Il est toujours fidèle aux faux dieux…
- Qui, au passage et j’aime le répéter, n’existent plus. Bien. On a déjà eu affaire à ce genre de gugusse. Espérons que celui la n’a pas les yeux qui brillent. Foley, je propose que nous allions chercher Harris et Page, ils en saurons peu être plus sur ces Jaffas.
- Allons y.
- On va faire une pause, Ashcroft, mettez ces gens au courant du dispositif d’Heret-Kau. Dites moi Foley, ils savaient déjà jouer au football américain avant que vous n’arriviez ?
- Non mon colonel, c’est West et Tyrone qui leur on appris…
- Il y a l’air d’avoir quelques bon joueurs… C’est ici que les recruteurs devraient venir…



A quelques kilomètres de là, la petite troupe arriva dans un autre petit village d'architecture similaire au précédent. Le sergent Harris sortit d'une maison et, reconnaissant son supérieur, accourut, euphorique.
- Foley, Ashcroft !
- Harris, comment ça va ??? Page !
- Bien ! Alors vous êtes repartis sur Terre sans nous hein !
- Mais comme tu vois, on vient vous chercher !
- Je savais que tu ne nous laisserais pas tomber !
- Harris, voici le Colonel Mitchell, et SG13. C’est une longue histoire, mais en fait sur Terre on est plus en 1947 mais en 2006… Une saloperie d’invention d’Heret-Kau a engendré un ralentissement du temps…Ce n’était pas un Goa’uld puissant, elle voulait donc augmenter la durée de vie de ses hôtes potentiels… Je t’expliquerai…
- Merde alors…
- J’ai encore une mauvaise nouvelle, Tyrone et West ont été enlevés par des jaffas, t’en a entendu parler ?
- On a vu du mouvement depuis quelques jours avec Page, mais on pensait pas qu’ils allaient aller plus loin que ça…
- Tu sais ou ils sont basés ?
- Oui, je vais vous montrer. Tu n’as pas une bonne nouvelle en attendant ?
- Ces gamins jouent super bien au football. Lacha Mitchell, pensant dire quelque chose de bien.
Harris regarda Mitchell, et le remercia d’un hochement de tête, mais ne dit rien de plus.
- Vous savez, je disais ça pour vous remonter le moral… Continua l'officier...

Le petit groupe mené par Harris arriva discrètement en haut d'une petite colline surplombant une toute petite vallée. Accroupis, le soldat, suivit de prés par Foley montra a Mitchell un petit campement composé de quelques tentes.
- Voilà, c’est là. Ils ne sont pas très nombreux. Dit Harris.
- On dirait un camp de travail. Qu’est-ce qu’ils fabriquent ? S'exclama Foley.
- C’est un groupe de Jaffa isolé. Lui expliqua Mitchell. Ils ne sont pas au courant des dernières nouvelles…J’ai déjà entendu parlé ce genre de camps, vos copains n’ont pas intérêt a être fatigué, ils seraient exécutés.
- Il faut les sortir de là !
- Chaque chose en son temps, laissez moi établir une stratégie de sauvetage. Reposez vous autant que vous pouvez, on fait le point dans 1 heure.

1 heure plus tard.
Mitchell avait fait un petit croquis du camp de travail.
- Ok, le camp se présente comme ça. Dit il en montrant un petit dessin rapide. Il y a des sentinelles là, là et là. Il y en a une en marge du camp, celle qu’il faudra éliminer en 1er. Miller elle est pour vous. Major Tyler, Maxwell et Hodges, vous vous occupez des autres. J’ai repéré ou étaient concentrés les prisonniers. Foley, vous venez avec moi et on va libérer tout ces gens.
Il y a une garnison d’environ 15 hommes, ici. Une fois les sentinelles éliminées par SG13, je veux que vous m’établissiez un périmètre de sécurité ici, pour permettre l’extraction des prisonniers. Si tout ce passe bien, on pourra filer sans alerter le reste de la garde.
- Bien mon colonel.
- Tous a vos postes ! Harris, Page, Ashcroft, retournez au village, et dites a tout le monde qu’on arrive, avec peut être des blessés.

Tous les hommes s’étaient noircis le visage. L’opération aurait lieu à la tombée de la nuit.

Les soldats de SG13, unité fraîchement réactivée, s’occupaient des sentinelles, a mains nues. Une fois qu’elles furent toutes éliminées, Mitchell et Foley s’infiltrèrent dans le camp, en évitant le reste des gardes. Les membres de SG17 se dispersèrent alors a l’intérieur du camps et éliminèrent tous les Jaffas qui patrouillaient.
- Ils sont là dedans, restez là, je vais les chercher.
- A vos ordres.

Mitchell entra dans une tente, ou étaient regroupés tous les prisonniers.
- Ne faites pas de bruit… Je suis le colonel Mitchell, je suis avec le lieutenant Foley, on vient vous chercher. On vous expliquera tout plus tard, venez !

Foley était visiblement content de revoir ses amis.
- Chargez en un d'amener les autres au village, si on brusque la garnison on est foutu ! On doit éviter les dommages collatéraux. Allez !
- Tyrone, je te charge d’amener tout le monde au village, il y a Harris et les autres qui sont là bas. Fait attention a West, il a l’air tout pâle.
- On discutera plus tard messieurs. On évacue.
Soudain, un jaffa sortit d’un baraquement et hurla quelque chose en jaffa avant d’être Zaté par Mitchell.
- Allez, on s’en va !!! SG13 en couverture !!!!!


Dernière édition par le Jeu 3 Mai 2007 - 16:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Foley
Homme-Lézard
Homme-Lézard
Foley

Nombre de messages : 134
Masculin Age : 33

[The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) Empty
MessageSujet: Re: [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque)   [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) EmptyMer 6 Déc 2006 - 9:45

Une dizaine de Jaffas sortirent du baraquement et commencèrent a ouvrir le feux sur le groupe.
Foley avait développé une haine envers les Jaffas, a qui il devait la mort de March. Il s’arrêta alors de courir, s’abrita derrière un rocher et fit feux sur l’ennemi, avant même que Mitchell n’ordonne quoi que ce soit. Ce comportement sauva certainement la vie de Mitchell et SG13.
Pendant un quart de seconde, Cameron réalisa qu’il se battait au coté d’un vétéran de la seconde guerre mondiale… Il réalisa aussi que Foley était un gros bourrin. Encore pire que lui !

- SG13, on s’arrête !
Ainsi, tous les soldats firent feu sur les Jaffas.
Les Jaffas étaient de plus en plus menaçant, de plus en plus près. Foley se replia sur la position de Mitchell. Rechargant son P90, il hurla.
- Vous savez que vous êtes un danger pour vous même Foley !!! Arrêtez vous un peu de courir !
Foley sourit et continua de tirer. Miller de SG13 fut touché. Un des ses camarades se précipita vers lui.
- Ca va aller ???? S'écria Mitchell, inspectant le bléssé.
- Oui colonel, je m’occupe de lui.
- On est bloqué, si on s’enfuit ils vont nous abattre dans le dos. Notre seul espoir est de les affronter mais cela ne sera pas facile. Foley, venez avec moi, on va les contourner ! SG13, tirs de couverture !

Les deux hommes se mirent alors à courir, sous le feu ennemi. Soudain, lorsqu’ils furent a couvert, ils se retrouvèrent face a un Jaffa immense. Il les attrapa tout les deux et balança Foley contre un arbre. Mitchell n'eut pas le temps d’ouvrir le feu, le Jaffa lui arracha son arme des mains. Il mis alors plusieurs grosses torgnoles (désolé du langage, mais coup de point c’était un peu petit…) dans le visage du Colonel.
- Je suis Halrek, anciennement prima d’Heret-Kau !!!
- Mon vieux, ça n’a pas du être facile a l’école avec un nom pareil…
- On insulte pas Halrek de cette façon !
Mitchell décocha un coup de poing dans la tête du Jaffa, qui ne bougea même pas. Il ressentit une vive douleur dans la main…. Le jaffa le pris alors par le coup et le souleva, en ricanant avec une grosse voix.

Foley se releva alors, trouva le Zat de Mitchell, l’examina précipitamment et tira sur le Jaffa. Celui-ci finit par lâcher Mitchell.
Le Jaffa se releva et Foley lui tira une 2e fois dessus, puis une 3e. Ce dernier coup le tua (et le désintégra en même temps…). L’énorme masse de muscle s’écroula.
- Waw, merci de m’avoir sauvé la vie, mais, j’aurai du vous prévenir de ne pas lui tirer dessus alors qu’il était en train de me massacrer…Le courant est passé de lui a moi… Ca fait super mal…
Mais il paraît que c’est bon pour la circulation du sang !!!

Il remit alors sa casquette.
Soudain, une dizaine d’homme, avec parmi eux Harris, Page, Tyrone et West arrivèrent en hurlant et massacrèrent les derniers Jaffas avec les lances qu'ils avaient depuis la 1ere bataille

- Tout le monde va bien ?
- Oui, y’a que moi qui ai réussi a me faire avoir… murmura Miller, dépité.
- Oh, tant que vous ne m’avez pas fait le haussement de sourcil lourd de sens a la manière de Teal’c et que vous n’êtes pas en train de déprimer comme il aurait pu le faire, c’est pas grave… Vous allez vous en tirer.


Ainsi, tout le monde rentra au SGC. Avec le décalage de temps qui s’était produit, certains des hommes, n’ayant plus aucune attaches dans la vie civile, décidèrent de retourner sur P4X667. Le SGC leur avait délivré leur propre émetteur, pour prévenir la terre en cas de besoin. SG11 retourna bien sur explorer cette planète, qui avait beaucoup à apprendre aux terriens.

Ashcroft s’acheta une maison à la campagne, en Louisiane, mais resta en contact avec le Major Carter, et étudia de prés le travail de Jackson. Elle rendais visite aussi très souvent à Ernest et enseigna l’archéologie dans une université. Le Lieutenant Shawn Foley fut recommandé par Mitchell pour action de bravoure et fut intégré à l’équipe SG13. La seule chose que Foley demanda alors, c’est un peu de repos…
Des obsèques émouvants furent aussi organisés pour le Major Robert « Bob » J. March.
Tyrone et West firent comme Ashcroft, prirent tous deux leurs chemins, Tyrone devint médecin dans une petite bourgade. West devint prof de sport, et se maria avec une jeune femme, qui fut alors la seule à savoir qu’il était né en 1924…


Dernière édition par le Lun 8 Jan 2007 - 23:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ienpk
Commandant Cyborg
Commandant Cyborg
avatar

Nombre de messages : 654
Masculin Age : 31
Localisation : Nomade

[The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) Empty
MessageSujet: Re: [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque)   [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) EmptyVen 15 Déc 2006 - 23:29

C'est pas mal, tout ça.

La fic exploite une idée intéressante, elle est bien écrite (sauf "tout" que l'on retrouve parfois écrit "tt"), l'histoire est bien menée.....

Je lirai la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Skay-39
The Vortex Guy
The Vortex Guy
Skay-39

Nombre de messages : 4190
Masculin Age : 30
Localisation : TARDIS 39th room (blit), on Moya third level, in orbit around Abydos (Kaliam galaxy)

[The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) Empty
MessageSujet: Re: [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque)   [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) EmptyMar 2 Jan 2007 - 3:38

Voila, je viens de terminer cette fic, et je crains que mon avis ne soit moins favorable que celui de Ienpk... En effet, certains éléments m'ont dérangés...

D'abord, je dois bien le dire, il y a quand même pas mal de fautes, parfois d'étourderies, qui gènent la lecture. C'est d'autant plus dommage qu'une simple relecture suffirait la plupart du temps à les éliminer (Cependant, j'ai vu que tu n'avais pas choisis d'adopter le style thétrale, c'est un effort tout à fait louable).

Ensuite, aucun Goa'uld ne laisserait un peuple parvenir à un tel niveau de technologie. En effet, toute civilisation qui parviendrait à maîtriser des technologies avancées telles que les armes à rayons paralysants, par exemple, finirait inévitablement par s'apercevoir que les Goa'uld ne sont pas des Dieux, et que leurs pouvoirs proviennent tout simplement de technologies avancées. De même, je n'imagine pas un Grand Maître dire à voix haute "cet hote sera parfait pour mon nouveau symbiote".

Je trouve aussi que les membres de l'expédition intégrent beaucoup trop facilement les notions d'armes à énergie et de bouclier. Il ne faut pas oublier qu'a cette époque, en 45, l'idée d'un mur énergétique n'était même pas de la science fiction : on ne l'imaginait tout simplement pas. De même, lorsque Foley dit : "- Calmez vous Marton, ce n’est pas une déesse, les dieux n’existent pas"
En 45, rare étaient ceux qui ne croyaient pas en Dieu, ou qui en tout cas affirmaient ainsi qu'il n 'existait pas...

Je regrette également que tu ne nous ais pas décrit le casque du Garde Heret-Kau. S'agissait-il d'un Horus ?

Lorsque l'iris n'est plus en activité, il suffit d'enterrer la porte pour qu'elle ne puisse plus être activée. J'imagine mal Landry ou qui que ce soit d'autre laisser le SGC sans défense aucune, même pendant seulement 2 minutes...

Installer un camp d'extraction minière sur une planète ou le temps est ralentit ne me semble pas idéal pour assurer un rendement maximal... lol! Songe que pour un jour de travail sur la planète, il s'écoule presque un mois et demi partout ailleurs...

Foley ne montre aucune surprise en apprenant que Carter est lieutenant-colonel. Pourtant, pour autant que je sache, les femmes n'étaient pas admises dans l'armée à l'époque, ou en tout cas pas à ce genre de poste.

Voila, ce sont sans doute des détails sans grande importance, mais je trouve que cette fic manque globalement un peu de cohérence... Peut-être suis-je trop exigeant, mais bien que j'apprécie tes recherches à leur juste valeur, il se trouve que tu as pris un pari risqué, en écrivant une histoire commençant en 45, et ces quelques maladresses font que tu n'es pas parvenu à retranscrire l'atmosphère de cette époque...

Voila... J'espère que tu trouveras mes critiques contructives, et que tu n'en prendras pas ombrage... Je suis convaincu qu'une simple relecture, et peut-être une légère réécriture, pourrait grandement améliorer l'ensemble...

Je lirais bientôt le second épisode, et, si tu en veux encore, je te donnerais mon avis également... farao

_________________
[The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) Trophy12
________________
« My name is Skay-39, an administrator… An enthusiasm wave hit and I got shot through a link... Now I'm lost in some distant part of the webniverse on a forum – a crazy forum – full of strange, geek life-forms… Help me… Listen, please. Is there anybody out there who can read me ? I'm being tyrannized by an insane fondator… doing everything I can… I'm just looking for a real life. »
Revenir en haut Aller en bas
Foley
Homme-Lézard
Homme-Lézard
Foley

Nombre de messages : 134
Masculin Age : 33

[The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) Empty
MessageSujet: Re: [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque)   [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) EmptyMar 2 Jan 2007 - 10:21

Merci Skay, je prends en compte ton commentaire pour une réécriture de cet épisode, mais :


Skay-39 a écrit:


Je trouve aussi que les membres de l'expédition intégrent beaucoup trop facilement les notions d'armes à énergie et de bouclier. Il ne faut pas oublier qu'a cette époque, en 45, l'idée d'un mur énergétique n'était même pas de la science fiction : on ne l'imaginait tout simplement pas. De même, lorsque Foley dit : "- Calmez vous Marton, ce n’est pas une déesse, les dieux n’existent pas"
En 45, rare étaient ceux qui ne croyaient pas en Dieu, ou qui en tout cas affirmaient ainsi qu'il n 'existait pas...


Et traverser un anneau qui créée un vortex instable jusqu'a un deuxieme anneau, c'était quoi pour eux en 1945? Ce que j'ai voulu faire paraitre dans cette fic c'est que nous avons affaire a des hommes qui ont déja vu des trucs insensés lorsqu'ils étaient au combat, ce sont des hommes rationels, qui gardent leurs sang froid face aux choses les plus perturbantes. De plus, ils ont traversé la porte des étoiles, et savaient, (d'aprés Langford) qu'ils allaient se retrouver sur une autre planète. Mais c'est vrai que cela n'explique pas le fait qu'ils soient insensible a certaines technologies.

Ensuite, pour Heret Kau, c'est un Goa'uld trés trés faible, en pleine guerre avec Râ, sans aucune ressources, qui consacre le peu qu'elle a dans sa lutte contre le dieu du soleil.

Foley n'est pas quelqu'un de trés croyant, et le reste de l'escouade non plus ; S'il y avait un quelquonque dieu quelque part, il aurait stoppé toutes ces horreurs sur Terre, selon lui. Je vais ajouté une explication a ce sujet.

Ensuite le ralentissement du temps n'est pas la pour assurer un rendement maximal, il est la pour assurer la longévité des habitants de la planete, qui servent aussi de chair a canon dans l'armée d'Heret Kau (ceq ui explique aussi leur faible nombre a présent), le nombre de ses Jaffas s'amenuisant quelque peu....

Merci pour tes commentaires constructifs, je vais me pencher sur l'amélioration de la fic tout de suite. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Foley
Homme-Lézard
Homme-Lézard
Foley

Nombre de messages : 134
Masculin Age : 33

[The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) Empty
MessageSujet: Re: [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque)   [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) EmptyLun 8 Jan 2007 - 23:08

Voila j'ai fait quelques modifs, et skay j'ai vu que tu vais fait des corrections de ton coté, ca m'interesse! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Foley
Homme-Lézard
Homme-Lézard
Foley

Nombre de messages : 134
Masculin Age : 33

[The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) Empty
MessageSujet: Re: [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque)   [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) EmptyJeu 3 Mai 2007 - 16:43

Fic retapée, incohérences enlevées, etc etc. a relire!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) Empty
MessageSujet: Re: [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque)   [The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[The Lost Expedition] Sans Retour (Ou Presque)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [MacDonald, Patricia] Sans retour
» Tous les matins du monde sont sans retour...
» Tout sur Slayers Hentaï (ou presque)
» l'arbre sans nom
» Camembert sans squelette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Multivers :: .:: Fictions, franchises & univers à l'honneur::. :: Stargate :: Vos créations :: Créations Stargate-
Sauter vers: