AccueilPortailChatboxCalendrierFAQGroupesRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 La prophétie (spoilers pour Journey's end)

Aller en bas 
AuteurMessage
sunny
Organisme Monocellulaire
Organisme Monocellulaire
sunny

Nombre de messages : 4
Féminin Age : 35
Localisation : Belgique

La prophétie (spoilers pour Journey's end) Empty
MessageSujet: La prophétie (spoilers pour Journey's end)   La prophétie (spoilers pour Journey's end) EmptySam 13 Juin 2009 - 8:40

La prophétie

Disclaimer : Non, Doctor who ne m’appartient pas. Hélas.

Il est la propriété de Russel T Davies et de la BBC. (Et bientôt de S. Moffat.)
Dédicace spéciale à Luna pour son anniverssaire!!

Prologue : L’Abomination, le grand méchant loup et les deux petits garçons

« Il y existe beaucoup de légendes autour de Rasillon. L’une d’entre elles parle de sa mort... et de son meurtrier. Il est dit qu’au début de son règne, le fondateur des Seigneurs du temps rencontra un loup. Pendant des années, l’animal resta inoffensif. Mais un beau jour, il se révéla une bête féroce, sanguinaire. Une bête hors du temps et de l’espace. Une Abomination. Et il tua son maître... »



-Oui, acquiesça un petit garçon. Mais pourquoi ?

Lord Borusa releva la tête et se tourna vers l’enfant.

-Eh bien... C’était une bête féroce. Un loup. Une créature de la nuit. Elle voulait sans doute le chaos. Peut-être était-elle du côté de Zargeus, Theta Sigma.

- Peut-être. Mais c’est tout de même bizarre, cette histoire.

-Oh, Theta, quel casse-pieds tu fais ! intervint Koshei, un enfant du même âge que Theta Sigma. Il n’y a pas de raisons à tout... C’est une histoire de grand méchant loup. Comme les Toclofanes : j’adore cette histoire de petites boules maléfiques !!! Elles sont trop drôles !

Lord Borusa sourit à son élève. Koshei, contraiment à Theta Sigma, l’orphelin, venait d’une grande famille de Gallifrey. Il ferait sans doute une brillante carrière politique dans les siècles à venir. Mais parfois, les réflexions du petit garçon lui faisaient peur...

- Je ne comprends toujours pas, continua Theta. Cette histoire n’a aucun sens! Pourquoi le loup aurait-il tué Rasillon s’il était son ami autrefois ? Une amitié, c’est quelque chose qui dure pour toujours, n’est-ce pas ? Hein, Koshei ? Je veux dire, Koshei et moi, on restera amis, toujours !

- Pour sûr, renchérit le petit garçon.

Après cette promesse d’amitié éternelle, Theta Sigma de la maison de Lugbarrow fit face à son professeur, la tête toujours bouillonnante de questions.

- Vous croyez que ca a un rapport avec l’histoire de l’Autre et d’Oméga ?

- Je ne vois pas le lien, gronda Lord Borusa. Ce gamin effronté commençait à lui taper sur les nerfs.

-Mais si !!! Koshei éclata d’un rire frondeur. Il connaissait bien les légendes gallifréennes, peut-être aussi bien que l’ancien sénateur. Theta et lui aimait à se les raconter, le soir, pour se faire peur. Koshei aimait incarner Zargeus, maître des ténèbres et pire ennemi de Rasillon, alors que Theta (qui avait un certain faible pour l’héroïsme et les grandes valeurs) incarnait le premier des seigneurs du temps. Et les deux garnements bataillaient dans les couloirs de la forteresse de solitude, faisant un bruit infernal sous le regard furieux de leurs aînés.

- Mais si, voyons, Lord Borusa! La mort d’Oméga était des plus suspectes ! Et l’Autre s’est suicidé !

-Et alors ? demanda le professeur, déjà effrayé par les théories blasphématoires de ses élèves.

- Et ? continua Theta. Ca me parait clair. Peut-être que le loup était le protecteur de Rasillon tant qu’il était gentil... Mais si jamais il est tombé du mauvais côté, peut-être alors que le loup....

-ASSEZ ! tonna Lord Borusa. Vous rendez-vous compte de ce que vous dites ? Rasillon était le plus grand d’entre nous. Jamais personne n’a été aussi puissant.

- Pourvoir et honneur ne vont pas toujours ensemble, murmura Theta Sigma.

- C’était le cas de Rasillon. Il était bon et généreux...

- Mais s’il avait changé ? Et que cela n’avait pas plu au loup ?

- Le Loup était une créature maléfique. Une abomination. C’est écrit dans les livres.

Une lueur d’horreur et d’effroi passa un instant dans son regard. Il souffla, comme pour lui-même : « On dit qu’il reviendra, après la destruction de Gallifrey ».

- Houhou, chantonna Koshei. Qui a peur du grand méchant loup ?

Fatigué et à bout de nerfs, le sénateur prit place dans son grand fauteuil de velours orangé. Il baissa les yeux et soupira. Ces deux enfants étaient infernaux. Il avait bien peur qu’ils ne deviennent tout deux des rebelles, une fois leur diplôme en poche. Si jamais leur amitié continuait « pour toujours », comme ils se l’étaient promis, qu’adviendrait-il de Gallifrey ? Et de l’Univers ? Lord Borusa frissonna à cette pensée.

- Dame Flavia ?

Le sénateur appela son assistante et quelques secondes après, cette dernière apparut, beauté rayonnante, revêtue d’une robe argentée, étincelante telle une étoile. Cette vision enchantée coupa le souffle aux deux petits garçons.

- Flavia, auriez-vous l’obligeance de bien vouloir conduire Theta Sigma et Koshei auprès de leurs tuteurs ? Demain sera un jour très important pour eux. Je tiens à ce qu’ils soient préparés.

Koshei et Theta se regardèrent, inquiets. Ils avaient tous deux huit ans. Ils seraient bientôt conduits devant le Vortex pour la première grande épreuve de leur vie.

Une épreuve qui mettrait fin à leur amitié légendaire.

Une épreuve qui les changerait pour toujours.

L’un se mettrait à courir sans jamais se retourner alors que l’autre entendrait le battement des tambours, l’appel à la guerre et au loin... oh très loin... le hurlement d’un loup.

A suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sunny
Organisme Monocellulaire
Organisme Monocellulaire
sunny

Nombre de messages : 4
Féminin Age : 35
Localisation : Belgique

La prophétie (spoilers pour Journey's end) Empty
MessageSujet: Re: La prophétie (spoilers pour Journey's end)   La prophétie (spoilers pour Journey's end) EmptySam 13 Juin 2009 - 8:41

Chapitre 1 : Et ils vécurent heureux...

Un millénaire plus tard, après la destruction de Gallifrey, dans un autre monde...




Rose regardait, désemparée, le Tardis disparaissant .... disparaissant pour toujours. Disparaissant sans elle à son bord.

Cela n’aurait pas dû se passer ainsi.

Rose avait rêvé de ses retrouvailles avec le Docteur des milliers des fois pendant ses voyages à travers le voïd.

Et jamais au grand jamais cela ne se terminait par la plage du Méchant Loup avec le Docteur l’abandonnant dans l’autre monde.

Elle aurait dû être aux côtés de l’autre Docteur, l’aidant à piloter la machine à voyager dans le temps avec Donna, choisissant leur prochaine destination, argumentant que Prorcia est tellement plus romantique en automne que Klum.

Mais non. Non. NON. Au lieu de voyager à travers le temps et l’espace, dans SON monde, avec l’homme qu’elle aimait, elle se retrouvait à la case départ. Et cette fois-ci (c’était peut-être cela qui lui brisait le cœur), ce n’était pas un accident. Le Docteur aurait pu la laisser l’accompagner- il ne l’avait pas fait. Il voulait qu’elle resta avec l’AUTRE, qu’ils vivent heureux et aient sans doute des tas d’enfants... Lui avait-il demandé ce que ELLE elle voulait ? Non, non, bien sûr...

Rose ne put s’empêcher d’en vouloir aussi un peu à Donna. Entre femmes, on se comprend et on se soutient. Et Donna, au moment où Rose avait le plus besoin d’aide, était restée au côté du ‘vrai’ Docteur, formant, avec lui, un jury impitoyable. « Tu resteras ici, nous l’avons décidé, c’est ainsi. Pas besoin de discuter, pauvre singe stupide, 100% humaine que tu es. »

Rose voulait hurler, Rose voulait s’effondrer en sanglots comme elle l’avait fait cinq ans plus tôt, Rose voulait rentrer sous terre et ne plus jamais revoir la lumière du soleil.

Toutes ces nuits blanches passées en compagnie de Toshiko Sato et de Malcom Taylor à construire le canon, tous ces voyages quasi suicidaires, .... tout cela pour rien ?

Ou presque...

Rose sentait la main de l’autre Docteur dans la sienne. Elle le regarda, l’air triste, incapable de sourire après cette ultime trahison. Il ne ressemblait pas à un meurtrier sanguinaire, loin de là (non, seulement à l’homme qui venait, une fois de plus, de lui briser le cœur).

Le Docteur lui avait donné une mission- ou voulait-il seulement une bonne excuse pour la laisser là ? Et ce Docteur, celui qui serrait sa main, qui la regardait, confus, comme s’il attendait quelque chose de sa part (Un sourire ? Un rejet ? Un autre baiser ?), pensait-il les trois mots prononcés quelques minutes plutôt ? L’aimait-il vraiment ou n’avait-il joué qu’un rôle dans l’espoir d’une diversion permettant à son double et à Donna de rentrer dans le Tardis et de partir sans qu’elle ait eu le temps de réagir ?

Si c’était le cas, eh bien, bravo ! La mission avait été un succès.

Le Docteur à moitié humain se rapprocha de Rose et prit son autre main dans la sienne. Ils regardèrent leurs deux mains jointes un instant puis il la prit dans ses bras. Un moment surprise, Rose se laissa emporter un flot de sentiments contradictoires et sa fatigue. Elle enfouit son visage entre la nuque et l’épaule de cet étrange Docteur et laissa couler ses larmes.

Elle n’était qu’une sale égoïste. Lui aussi avait perdu beaucoup dans cette histoire : le Tardis et son amie Donna. Son monde aussi. Tout allait être nouveau pour lui. Le Docteur extraterrestre avait eu raison sur un point au moins : il allait avoir besoin d’elle. Au moins au départ.

Rose releva la tête et vu deux yeux noisettes l’observant tranquillement, avec une certaine lueur... elle connaissait cette lueur, cette petite flamme... Leurs deux visages étaient proches, si proches...

« Hé ho! Roméo et Juliette, c’est pas le moment ! »

Le Docteur et Rose se retournèrent et virent Jackie Tyler les bras croisés et l’air excessivement agacé.

«Les hommes ne sont décidément bons à rien ! »

Le Docteur laissa échapper un rire surpris alors que Rose levait les yeux au ciel.

« Nous laisser en Norvège ! Je vous jure ! Tout le temps et l’espace à sa disposition et monsieur nous dépose en Norvège. Bravo pour les souvenirs ! Et le zeppelin de Pete qui est en panne ! On est coincés ici ! Une bande de bons à rien ! »

Rose s’approcha de sa mère et pris son téléphone.

« Du calme, j’ai peut-être la solution. Docteur, vous aimez Star trek, j’espère ? »

« Oui, assez... Vous n’allez pas encore m’appelez Spock, n’est-ce pas ? »

Rose sourit, se rappelant de Londres sous les bombardements et du capitaine Jack (elle ne pourrait jamais lui dire adieu, oh seigneur...). Elle composa un numéro sur le GSM de sa mère.

« Energie »

Tout à coup, le Docteur fut entouré par une lumière aveuglante. Lorsqu’il récupéra l’usage de sa vue, il se rendit compte qu’il n’était plus sur la plage, mais dans un grand hall, sans fenêtre et aux murs gris. Plusieurs scientifiques s’affairaient autour de machines extraterrestres- dont une attira son attention : le canon dimensionnel.

Rose suivit son regard et rit de bon cœur.

« Ne vous inquiétez pas. Maintenant que les murs entre les dimensions sont rétablis, c’en est fini des petites ballades dans les mondes parallèles. Par contre, je crois qu’il est assez puissant pour nous permettre de télétransporter des personnes ou des objets d’un point à l’autre... »

Le Docteur, pensif, acquiesça.

« De Norvège à Londres »

« Oui »

« Ou d’une planète à l’autre. »

Rose sourit. Elle savait qu’il apprécierait.

« Exact. »

«Hum... Je suppose que si je suis Mr Spock, toi, tu es Miss Scooty ? »

Avant que Rose puisse réponde, la jeune femme fut abordé par un scientifique, tout sourire, qui la prit dans ses bras et la serra à point que la blonde pensa qu’elle allait étouffer.

« Oh, miss Rose, miss Rose! On ne pensait plus vous revoir! Tous les autres pensaient que vous alliez rester avec votre fameux Docteur, mais moi, j’étais sûr que vous reviendriez ! Euh... Qui c’est, celui-là ? »

Rose reprit son souffle une fois que Malcom Taylor daigna la relâcher.

« Dr Malcom Taylor. Notre véritable Scooty. Voici... euuuhhh... »

Rose ne savait comment appeler ce nouveau Docteur. Juste ‘Docteur’... ou prendrait-il un nom humain. Peut-être Noble, en hommage à Donna ?

Le Docteur tendit sa main et sourit au scientifique.

« Dr John Smith. Enchanté. »

Malcom était surpris et se sentit menacé face à cet étranger au sourire ravageur. Il était bien séduisant. Trop. Un nouveau soupirant pour Miss Rose ? Elle n’avait pas suivi son Docteur, mais elle revenait avec un autre joli garçon. Et docteur qui plus est... Aurait-il jamais sa chance avec l’héroïne blonde qui hantait son cœur ? Reprenant ses esprits, Malcom décida de serrer cette main tendue et à se présenter. Ce n’est pas parce qu’il ne ressemblait pas à Casanova qu’il devait abandonner la partie !

« Dr Malcom Taylor. J’ai assisté miss Rose lors du projet Omega. »

« Omega ? » Le Docteur haussa les sourcils. Ils avaient choisi Omega comme nom du projet...

« Oui, le canon... »

« Pourquoi Omega ?

Rose et Malcom se regardèrent, surpris.

« Eh bien, je ne sais pas... ca sonnait bien ? Pourquoi cette question ?»

« Omega était un seigneur du temps. Un ami de Rassilon. C’est lui qui, le premier, a mis au point les voyages interdimensionnels. »

Rose leva les yeux au ciel et soupira.

« C’est juste une coïncidence. »

Mais le Docteur n’en était pas tout à fait sûr. Après tout, les noms ont un pouvoir sous-estimé.

« Ah, enfin, je vous trouve ! »

Pete Tyler, président de Vitex, multimilliardaire, époux de Jackie Tyler, père de Tony Tyler et accessoirement, directeur de Torchwood embrassa sa femme avant de se tourner vers sa fille adoptive et le Docteur.

« Où est Mickey ? » demande Pete, inquiet.

Le cœur de Rose se brisa de nouveau. Elle ne reverrait jamais plus son ami d’enfance. Ils s’étaient quittés fâchés et désormais, c’était bien fini. Elle devrait annoncer à Jake que son coéquipier ne reviendrait pas. Peut-être en avaient-ils parlé? Rose l’ignorait et elle redoutait cette conservation autant que son ami lui manquait.

Voyant Rose mal à l’aise, le Docteur prit la parole.

« Oh, il est chez lui » annonça-t-il sur un ton joyeux. « Je vous parierais ma chemise- euh, de toutes manières, je n’ai plus que cela, ma chemise, ha !- qu’il va travailler pour le Torchwood de notre monde avec Jack. Et peut-être Martha ! Oh, quelle belle équipe ! La meilleure ! »

« Hé ! » protesta Rose, donnant un petit coup de coude au Docteur d’un air moqueur.

« La meilleure de leur monde, je veux dire. Ici, dans ce monde, il y aura nous. »

Il dit cela avec son plus beau sourire, si bien que Rose sentit son cœur battre la chamade et la chaleur lui monter aux joues....

Non, non, non, non. Elle n’allait pas recommencer. Qui exactement lui assurait qu’il ne jouait pas le jeu de l’autre Docteur ? Qu’être son « coéquipier » était bien ce que lui, Docteur John Smith, voulait... et non pas l’autre? Que ses sentiments étaient bien réels et non pas un attrape-nigaud afin qu’elle se tienne bien tranquille, qu’elle reste à sa place au lieu de vouloir attraper l’inaccessible étoile filante ?

« Bon, ca n’est pas tout çà, mais moi, j’ai hâte de retrouver mon fils » annonça Jackie.

Rose hocha la tête, pensive. Si le Docteur l’avait emmenée avec lui, elle aurait peut-être gagné l’homme qu’elle aimait mais elle aurait perdu tellement ! Ses parents, son petit frère.... Comment avait-il pu ne serait-ce qu’un instant penser à abandonner Tony ! Ne valait-il pas tous les Docteurs au monde ?

« Je passerai demain. Pour l’instant, tout ce dont je rêve, c’est d’une bonne douche et de mon lit »

« Moi aussi » ajouta le Docteur.

Tous se retournèrent, le dévisageant puis regardèrent Rose, une lueur malicieuse dans leurs regards. La jeune femme baissa la tête, embarrassée.

Duh ! Comme si elle était du genre à partager sa douche ou son lit avec un inconnu! Mais le Docteur n’était pas vraiment inconnu... n’est-ce pas ?

« Je vois que j’ai bien fait de ne pas vendre ton appartement comme tu me l’avais demandé »

Pete sourit à sa belle-fille et au Docteur. Il aurait sans doute l’occasion de faire plus ample connaissance avec celui dont Rose, Mickey et Jackie parlaient avec tant d’amour et de révérence. Pour cette nuit, mieux valait laisser les amoureux s’installer dans leur petit nid douillet. A voir les regards nerveux qu’ils s’échangeaient depuis leur retour, ils avaient des choses à se dire.

N’en avait-il pas été de même entre lui et Jackie ?



Une fois arrivés dans le sous-sol, Pete lança à Rose un trousseau de clés.

« Hé ! » s’écria la jeune femme « mais il y a des clés de voiture !»

« Oui. Mon petit cadeau. Voiture écologique. »

« Quoi ? Elle carbure au vitex ? » le taquina Jackie.

« Haha ! Très drôle, Mrs Tyler ! Roger va vous montrer. Et bonne nuit ! »

Rose lança un regard désespéré vers sa mère. Elle n’avait jamais été timide avec les garçons. Rose aimait flirter et avait commencé très jeune. Elle avait déjà vécu avec un musicien alors qu’elle n’était qu’une adolescente- ce qui lui avait pourri l’existence et laissé un tas de dettes. Elle n’aurait pas dû se sentir aussi terrifiée à l’idée de passer la nuit dans le même appartement que ‘John Smith’. Bon sang, elle avait voyagé pendant deux ans dans le Tardis avec le Docteur. Ils avaient déjà partagé un lit une fois sur Melikns (même si rien ne c’était passé)- pourquoi diable sentait-elle sa gorge se nouer ?

Jackie sourit doucement à sa fille et articula un « Je t’aime » avant d’entrer dans la voiture aux côtés de son mari.

Arrrrrhhh ! D’abord Donna, ensuite sa mère ! Pourquoi tout le monde semblait-il l’abandonner aujourd’hui ?

Suivant l’employé de Pete, le Docteur et Rose marchèrent côte à côte et peu à peu, la jeune femme sentit ses muscles se relaxer et une main plus chaude qu’à l’accoutumée prendre la sienne.

Le cadeau de Pete était luxueux, comme à son habitude. Un coupé sport dernier cri -et bleu, couleur de la veste de Rose et de celle du Docteur. Ce qui enchanta le gallifréen.

« Tu as vu! Nous sommes tous assortis ! »

« J’ai vu. Merci, Roger. Passez une bonne nuit. »

« Vous également, miss Tyler »

L’employé de Pete disparu dans le parking alors que le Docteur examinait minutieusement le précieux véhicule.

« Oh, elle est belle, Rose, elle est très belle ! J’avais une voiture, avant, sur Terre, quand je travaillais pour UNIT. Elle s’appelait Bessie. »

« Tu avais donné un nom à ta voiture ? »

« Oh oui, et.... attends. Tu m’as tutoyé ! »

« Oui, euh, c'est-à-dire, je peux te ... vous vouvoyer, si vous voulez... » balbutia Rose, embarrassée.

« Non, non ! » coupa le Docteur. « C’est génial, Rose, absolument fantastique ! J’aime que tu me tutoies. On va vivre ensemble, tous les deux ... vraiment ensemble. C’est une aventure dont j’ai rêvé, Rose. Et je peux la vivre avec toi ! »

Rose observa attentivement le Docteur. Il semblait sincère. Il était bon comédien, il pouvait mentir aisément, parfois ... mais ici, dans ce souterrain sombre, entourés par les voitures des agents de Torchwood, Rose eut la conviction qu’il lui disait la vérité. Pour une fois, il n’essayait pas de la manipuler.

« Alors, tu veux dire que... c’est vraiment ce que tu désires ? Vivre avec moi ? Ensemble ? Comme un couple ? »

Le Docteur la regarda, stupéfait.

« Je croyais que ce que je t’avais dit, sur la plage, était assez clair »

Rose souffla, énervée, elle passa sa main dans ses cheveux, avant de s’appuyer contre la voiture.

« C’est vrai, tu m’as dit les trois mots. Tu m’as dit ce que je voulais entendre. Mais est-ce que tu les pensais vraiment ? Ou était-ce juste un moyen de gagner du temps pour qu’il puisse s’en aller avec Donna sans même me dire au revoir ? Le Docteur m’a donné ce qu’il pensait que je voulais. Mais toi, qu’est-ce que tu veux ? »

Rose était au bord des larmes, n’osant même plus le regarder. Elle était perdue dans ses pensées, tout semblait s’emmêler dans sa tête. Elle ne savait plus rien sinon sa tristesse d’avoir été abandonnée par le Docteur et sa peur incontrôlable de perdre John Smith.

D’un doigt, John souleva doucement la tête de Rose et essuya les larmes de la jeune femme.

« C’est toi que je veux.... singe stupide. » dit-il d’un ton taquin.

Une fois de plus, Rose évita son regard, détournant la tête.

« Si tu es vraiment le Docteur, comme tu l’as dit et répété, comment peux-tu vouloir une vie domestique, une vie sur le chemin long, jour après jour, ... » argumenta-t-elle.

« Parce que tu serras à mes côtés. C’est çà que je veux. » Il stoppa net un instant. « C’est ce qu’il veut lui aussi. C’est ce qu’il aurait voulu pour lui-même, s’il avait pu. Rappelle-toi, ma Rose, la malédiction des seigneurs du temps. Je suis lui, mais une version de lui qui vivras aussi longtemps que toi. Avec toi. Quoiqu’il advienne. »

« Tu peux me le promettre ? »

Le Docteur sourit, prenant Rose dans ses bras.

« Bien sûr ! »

Pourtant, tout au fond d’elle-même, Rose sentait qu’il ne tiendrait pas sa promesse... et ce n’était pas une affiche promouvant « La nouvelle histoire du Grand méchant loup » qui aurait pu calmer ses craintes....



A suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sunny
Organisme Monocellulaire
Organisme Monocellulaire
sunny

Nombre de messages : 4
Féminin Age : 35
Localisation : Belgique

La prophétie (spoilers pour Journey's end) Empty
MessageSujet: Re: La prophétie (spoilers pour Journey's end)   La prophétie (spoilers pour Journey's end) EmptySam 13 Juin 2009 - 8:46

Chapitre 2 : Vous avez dit « Bad wolf » ?



Attention :

RC : N-15



Le Docteur n’avait jamais beaucoup dormi. La biologie supérieure des seigneurs du temps lui permettait de ne prendre presque jamais de repos. Alors que ses compagnons dormaient à poings fermés, lui, bricolait ou faisait quelques réparations dans le Tardis, à moins qu’il ne décide d’enquêter sur la dernière bizarrerie à l’extérieur du vaisseau.

Désormais, le Docteur était humain. Ou plutôt, à moitié humain. Il lui fallait donc ses heures de sommeil. Et pourtant, il ne pouvait pas dormir.

La cause de cette insomnie ? Une certaine blonde.

Oh non, pas qu’elle l’empêcha son sommeil de la manière qu’il avait prévue... de longs baisers langoureux suivis d’étreintes passionnées toutes la nuit durant....

Non... malheureusement, la seule étreinte qu’il pouvait espérer était celle du chat de Rose : Kosheï.

Elle avait un chat appelé KOSHEÏ ! Kosheï ! Ha! Si seulement le Maître avait su que, dans ce monde, il était un chat...

Rose, après tout, avant leur arrivée, n’était-elle pas un petit chien ?

Le Docteur sourit à ce souvenir puis grimaça. Ce fichu divan n’était vraiment pas confortable.

Pourquoi diable lui avait-elle refusé la porte de sa chambre ? N’étaient-ils pas un couple maintenant ? Et les humains ne se prouvaient-ils pas leur amour par.... de nombreux câlins ?

Elle le trouvait à son goût, de çà, il était certain. Beaucoup de membres de la gente féminine lui avaient fait des compliments sur son apparence : Cassandra, Reinette, Martha, Astrid, ... Il était complètement irrésistible ! Où était-ce son aura de seigneur du temps ? Avait-il perdu son charisme en devenant à moitié humain?

Ou Rose se vengeait-elle de son autre lui-même en prêchant l’abstinence ?

Lorsque, lui offrant son sourire le plus charmeur, il avait voulu la suivre dans sa chambre, Rose l’avait regardé d’un air moqueur... un air moqueur qui voulait dire « Tu plaisantes, j’espère ? »

« Mais, mais, Rooooosssse, où vais-je dormir ? » s’était-il lamenté.

« Le divan est très confortable » avait-elle déclaré. Elle avait menti. Et il en souffrait maintenant.

« Il fait froid, je vais attraper un rhume, tu sais, je suis très fragile maintenant... et ton lit a l’avoir douillet et chaud. On pourrait se tenir chaud, tous les deux, hein ? » Il avait dit cela en se rapprochant, tentant de séduire Rose- cela n’aurait pas dû être difficile, puisqu’elle l’aimait. Elle l’aimait, n’est-ce pas ?

Mais Rose, quoiqu’elle rougît légèrement, était restée de marbre face à ses avances.

« Moui, moui, moui » avait-elle répondu avant de lui fermer la porte au nez.

« Rooooosssseee, ouvre la porte, s’il te plait ? » avait-il gémi. Bon sang, il était un ancien seigneur du temps et il avait l’impression d’être réduit à l’état de petit chien, jappant et piaulant pour pénétrer dans la chambre de sa maîtresse.

S’il se mettait à aboyer, Rose accepterait-elle d’ouvrir cette maudite porte ?

Vaincu, il se dirigea vers le divan où Kosheï était déjà bien installé. Le chat, impérial, le regardait. Le Docteur avait l’impression qu’il le narguait. Arhhh. Décidément, quelque soit la dimension, il y avait des choses qui ne changeaient pas.

Le Docteur s’assit à côté du félin. Il baissa la tête et soupira. Ce n’était pas vraiment la soirée en amoureux dont il avait rêvé. Lui et Rose, allongés dans ce grand lit, en dessous des couvertures, s’embrassant, se caressant, ... passant la nuit dans les bras l’un de l’autre.

Au lieu de cela, il avait le divan... et Kosheï.

Le Maître aurait bien ri de cette situation.

Soudain, le Docteur entendit la porte s’ouvrir. En un instant, il se leva et vit Rose chargée d’un coussin et de couvertures.

« J’ai oublié de te donner çà ! » dit-elle en souriant.

« Merci » répondit le Docteur, s’emparant du précieux chargement. Leurs mains se frôlèrent et il crut sentir Rose frissonner. S’il jouait bien ses cartes, peut-être que tout n’était pas perdu.

« J’ai envie d’une tasse de thé » dit-il sur un ton badin. Il ne fallait pas alerter Rose de ses réelles intentions. Pas qu’elles ne soient pas légitimes. Après tout, il lui avait proposé de partager sa vie et elle l’avait embrassé. Sur certaines planètes, c’était l’équivalent d’un mariage ! Qu’est-ce qui l’empêchait de l’attraper par la taille, de lui rendre son baiser de tout à l’heure et de faire d’elle officiellement sa tendre épouse, là, sur ce divan ?

Raison 1 : le divan n’était pas confortable et trop petit. Ils risquaient de tomber.

Raison 2 et la plus importante : Rose ne semblait pas vouloir. Son baiser sur la plage n’avait peut-être été qu’une vengeance contre celui qui lui avait refusé une nouvelle fois les trois mots qu’elle attendait. Une vengeance bien agréable. Mais maintenant, elle lui semblait amère. Il voulait davantage.

Il l’aimait, la désirait ... et elle aimait l’autre Docteur.

Oh seigneur. Il était le nouveau Mickey !

« Viens mon petit chéri »

Petit chéri ? Ohhh, se pourrait-il... Mais le Docteur déchanta rapidement. Le ‘petit chéri’ n’était pas lui... mais le chat.

Dans ce monde, le Maître l’emportait sur le Docteur. Echec et mat, mon cher Theta.

Oui, il pouvait entendre clairement le rire du Maître.

Alors que la porte se refermait une fois de plus, Le Docteur se précipita vers la chambre de Rose et tambourina.

« Rose, Rose, ne me laisse pas tout seul, je n’aime pas de rester tout seul ! »

La porte s’entrouvrit, juste assez pour laisser passer une poupée de chiffon.

Interdit, le Docteur saisit le jouet alors que la porte se refermait. Pour de bon cette fois.

Il regarda la poupée. Elle lui ressemblait, trait pour trait. A part qu’elle portait son costume brun à lignes.

Vaincu, le Docteur retourna sur son divan et s’allongea. Il serra la poupée contre son cœur. Au moins, elle avait l’odeur de Rose....





« Bonjour ! Enchanté de vous revoir, Docteur! Vous avez passé une bonne nuit, j’espère ? »

Pete serrait la main du Docteur alors que Rose était allée rejoindre sa mère dans le grand salon du manoir des Tyler.

« Si je vous disais que j’ai passé la nuit avec une poupée de chiffon, ca vous étonnerait ? »

Tout d’abord surpris, Pete éclata de rire. Il prit le Docteur en pitié, après tout, il était marié avec Jackie Tyler, il savait que mère et fille pouvaient être impitoyables quelques fois. Parfois. S’il était tout à fait honnête, souvent.

« Ah oui, cette fameuse poupée. Si je vous disais que votre compagne de chambrée a sauvé le monde, ca vous remontrait le moral ? »

« Ma poupée a sauvé le monde ? Vraiment ? » dit-il en souriant.

« Rose l’a fabriquée dans certaines circonstances nous dirons. Sans cette poupée, l’invasion Puppeutry aurait réussi. »

« Ha ! Fantastique ! »

Le cœur du Docteur devint plus léger. Même sans être vraiment là, grâce à Rose, il avait continué à protéger cette Terre. Quelque chose lui disait que ce maudit chat, lui, n’avait jamais sauvé qui que ce soit.

« Mais où est donc Tony ? »

Jackie et Rose s’inquiétaient car le petit garçon semblait avoir disparu. Cependant, le Docteur pensait avoir aperçu une paire d’yeux noisette l’observant dans les arbres lorsqu’ils étaient entrés dans la propriété.

S’éclipsant discrètement, le Docteur se dirigea vers les bosquets et trouva, bien caché, un petit garçon aux cheveux roux.

« OOohhhh, tu es roux ! Tu en as de la chance ! »

Le petit garçon leva vers l’étranger un visage surpris.

« Pourquoi çà ? »

« Parce que c’est génial ! Je n’ai jamais été roux. Et apparemment, je ne le serai jamais. Enfin peut-être que l’autre moi... un jour ou l’autre. »

Le Docteur sentit son cœur se serrer.

« J’avais une amie qui était rousse. Elle était comme une sœur pour moi. Je ne la reverrai plus. Je pensais avoir la femme que j’aime, mais... Il semblerait qu’elle ne m’aime pas de cette façon là. Elle préfère son chat.» dit-il, abattu, se laissant tomber à terre dans un moment de fatigue.

« Vous parlez de Kosheï ? » demanda Tony.

Le Docteur acquiesça.

« C’est une sale bête. Je ne l’aime pas. »

Le Docteur laissa échapper un rire amusé. Apparemment, Tony Tyler et lui s’étaient déjà trouvé un point commun avant même de se présenter. Un bon début !

« Vous êtes venu avec ma sœur, j’ai vu. »

« Oui, tu étais en mission d’espionnage pour la CIA ? » demanda le Docteur d’un ton sérieux.

« Duh, mieux que çà ! Pour Torchwood ! Un de ces jours, je travaillerai avec ma sœur et papa là-bas ! Et je serai un de leurs supers agents : LE meilleur! » en disant cela, Tony fit plusieurs gestes de combat qui amusèrent beaucoup le Docteur.

« Le dîtes surtout pas à maman ! Déjà qu’elle râle sur Rose parce qu’elle travaille pour eux. Enfin, pas vraiment. »

« Comment çà ? Pas vraiment ? » demanda le Docteur, interloqué.

« Ben oui, elle se servait d’eux, pour retrouver son Docteur. Elle pensait qu’à lui. Elle m’avait dit adieu... puis, là, elle est de retour. C’est louche. Vous croyez qu’on la remplacée par un clone ? Ou que c’est un Slitheyn ? »

« Une Slitheen ? Rose... non, elle est trop mince pour çà.» observa l’ancien extraterrestre.

« Huh, pas surprenant ! Elle mangeait presque plus ! Elle travaillait tout le temps ! C’était l’obsession, j’vous jure ! Au fait, comment tu t’appelles ? »

Le Docteur ne put répondre tout de suite. Cela ne l’étonnait plus que Rose lui refusa sa chambre. Elle avait espéré SON Docteur. Le vrai, pas une pâle copie, fragile, mortelle, .... indigne de la force de son amour. Il pensait être le Docteur. Mais l’était-il vraiment ? Ou bien simplement John Smith ?

« Hého ? C’est comment ton nom ? »

« John. John Smith. Et tu es le fameux Tony Tyler. » dit le Docteur en lui tendant la main.

« Waw ! Tu connais mon nom ? » dit Tony, émerveillé.

« Mais bien sûr ! Tu es une célébrité ! »

« Cool ! T’es un ami de Rose, non ? » demanda le petit garçon.

Le Docteur soupira. Un ami, oui. Et apparemment, il ne serait jamais rien d’autre.

« Oui, un ami. »

« Tu vas l’épouser ? »

Le Docteur se retourna et regarda Tony l’air triste.

« Oh, j’aimerai bien. Mais elle n’oubliera jamais son Docteur, n’est-ce pas ? »

« Non, pour sûr. Mais ca ne veux pas dire qu’elle ne peut pas t’aimer toi. »

La vérité sort de la bouche des enfants, dit-on sur Terre... et sur une série d’autres planètes.

« Et bien, vous voilà tous les deux ? »

La voix terrible de Jackie Tyler résonna et le Docteur et Tony se levèrent d’un bond, main dans la main.

« Hello Tony ! » murmura Rose, émue lorsque son petit frère courut se réfugier dans ses bras protecteurs.

Le Docteur observa la scène, sourire aux lèvres et tâchant de restreindre sa jalousie. Tony était son petit frère, il avait sa place auprès de Rose.... mais pourquoi, pourquoi désirait-il tant arracher le petit garçon à cette tendre étreinte afin de prendre sa place. Il est vrai, pensa le Docteur, que ses pensées, à lui, étaient beaucoup moins platoniques que celles du frère de Rose.

Et si jamais il réalisait ses rêves devant Jackie, il pourrait sans doute dire adieu à la vie. Et à Rose.

Alors que Rose n’avait toujours pas lâché son petit frère, son téléphone se mit à sonner.

« Allô ? Oui, Tosh. Quoi ? Oh, c’est pas vrai ! Je ne peux même pas prendre un jour de congé ? Ok, ok, j’ai compris, j’arrive ! »

Rose raccrocha le téléphone et soupira. Elle ouvrit la bouche mais sa mère la coupa.

« Ne me dis pas, Torchwood ? Rose, maintenant que tu as ce que tu veux » dit-elle en lançant un regard vers le Docteur « pourquoi continues-tu à travailler pour eux ? Tu prends des risques inutiles, chérie »

« Maman, on a déjà eu cette conversation, non ? C’est mon job. Certains font du pain, d’autres réparent des voitures, moi, je défends la Terre. »

« C’est trop dangereux... »

« Maman... Il faut que j‘y aille. Docteur, tu viens avec moi ? » demanda-t-elle en se tournant vers son colocataire.

Le Docteur était ravi : elle ne partageait peut-être pas sa chambre, mais peut-être pourrait-il travailler à ses côtés. C’était déjà un premier pas. Tony avait vu juste, il y avait de l’espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sunny
Organisme Monocellulaire
Organisme Monocellulaire
sunny

Nombre de messages : 4
Féminin Age : 35
Localisation : Belgique

La prophétie (spoilers pour Journey's end) Empty
MessageSujet: Re: La prophétie (spoilers pour Journey's end)   La prophétie (spoilers pour Journey's end) EmptySam 13 Juin 2009 - 8:47

Voici les faits : deux vaisseaux s’étaient écrasés sur les bords de la Tamise. A leur bord : personne. Les autorités avaient contacté Torchwood sur le champ afin de retrouver les aliens et de protéger la population.

« Protéger la population ? » interrogea le Docteur « Qui vous dit que ce ne sont pas les aliens qui sont en danger ? »

Hope Stuart lança au protégé de Rose Tyler un regard à la fois méfiant et glacial.

« Mais d’où sortez-vous ? Tout le monde sait que les extraterrestres sont une menace pour l’humanité ! »

Le Docteur voulu riposter, mais Rose d’un geste l’arrêta.

« Oui, bien sûr, Hope, tu as parfaitement raison. Excuse le docteur Smith, il vient juste de revenir d’un long voyage dans... euh... sur l’Himalaya. Il y a vécu en ermite. C’est un scientifique de génie, mais un rêveur idéaliste. Il n’a pas été confronté aux évènements des dernières années. »

Rose s’était lancée dans cette improvisation de mensonges, pensant, au passage, qu’il faudrait se souvenir de chacun afin de ne pas commettre d’impairs à l’avenir.

Le monde de Pete avait beaucoup de qualités. Il était avancé au point de vue technologique, ne connaissait pas la pollution – mais, depuis les Cybermen, les habitants de la Terre s’étaient mis à craindre les invasions aliens. Ce qui, dans un sens, était illogique, puisque les soldats de fer avaient été créés par un humain.

Désormais, la moindre visite du moindre extraterrestre était accompagnée par une série de militaires de l’UNIT ou de Torchwood, soit raccompagnant les visiteurs à leurs vaisseaux, soit les exécutant sur place.

Une série de lois avaient été votées- entre autre concernant les mariages entre humain et alien. Strictement interdit. La race humaine devait rester pure (ce qui n’était pas sans rappeler à Rose cette chère lady Cassandra). Les deux époux seraient exécutés ainsi que tout enfant né de cette union.

« Mais c’est d’une cruauté abominable !!! » s’insurgea le Docteur après que Rose l’ait mis au courant.

« Chuuttt ! Parle moins fort ! On risque de nous entendre ! » le sermonna la jeune femme.

« Et tu restes là, sans rien faire ? Ca ne te ressemble pas »

Le Docteur restait stupéfait face à l’apparente indifférence de Rose concernant cette affaire. La Rose qu’il connaissait serait montée au créneau, elle se serait battue jusqu’à son dernier souffle pour ce qu’elle croyait juste.

« Et moi, dit le Docteur. Moi, est-ce que tu vas me vendre à leurs bourreaux ? »

Rose haussa les épaules nonchalamment et leva les yeux aux yeux.

« Huh, tu n’es pas assez intéressant. Trop humain. Et puis, tu as une nouvelle identité. Humaine. Mon père est en train de faire tes papiers, docteur Smith »

« Et si j’allais rejoindre ceux de mon espèce, huh ? Et si je me joignais à eux, si je brûlais ma couverture ? Que dirais-tu ? »

Rose le regarda, paniquée. Son rythme cardiaque commençait à s’accélérer. Ce fichu alien allait la rendre folle un de ces jours !

« Tu n’oserais pas ? »

« Tu veux parier ? »

La silhouette brune d’Hope Stuart vint les rejoindre. Elle semblait enchantée.

« Bien, bien ! Depuis ton départ, plus d’attentats, c’est déjà çà ! » annonça-t-elle sur un ton glorieux.

« Des attentats? » demanda le Docteur.

« Des terroristes. Tout un groupe. Ils se font appeler « Bad wolf ». Ils défendent ces maudits aliens, les libèrent, font échouer nos exécutions publiques. Ca va sans dire que si nous les tenions, ils subiraient le même sort que leurs petits protégés. »

« Vous avez dit « Bad Wolf » ? » Le Docteur exultait. Il aurait dû se douter qu’elle cachait quelque chose. Rester dans son coin et laisser les choses se passer n’étaient pas du style de SA Rose Tyler.

« Oui, Bad wolf, ‘Méchant loup’, si vous voulez. Une meute de terroristes, mais nous les coinceront. Quoique, c’est vrai que ces derniers temps, ils se tiennent à carreau. On prétend que leur chef est parti, pour une durée indéterminée. »

Le Docteur ne pouvait s’empêcher de sourire. Il s’était fait du soucis pour rien. Mais il faut dire qu’elle l’avait bien eu.

La vie était belle et Rose était restée la même.

Mais elle prenait de grands risques.

« Laissez-les donc où ils sont. Je pars avec mon équipe à la cherche de nos visiteurs. »

« Très bien. J’attends votre premier rapport dans deux heures. »



Une fois seuls, le Docteur attrapa Rose par la taille et l’attira dans un couloir à l’abri des yeux et des oreilles indiscrets.

Plaquée entre le mur et le Docteur, Rose se sentait assez mal à l’aise et ce n’était pas le sourire moqueur de son compagnon qui arrangeait les choses.

« Alors, dit-il en riant. Bad wolf ? »

« Oh, ca va, on a compris, tu es malin. »

Le Docteur rapprocha son visage de celui de Rose, leurs fronts se touchant presque. Rose pouvait sentir son souffle chaud près de sa bouche. Et la jeune femme se sentit défaillir.

Oh seigneur, oui, elle l’aimait. Mais elle avait besoin de temps. De temps pour faire le point sur ses sentiments, sur... sur un tas de choses en fait. Pourquoi refusait-il d’attendre un tout petit peu ? Ne l’avait-il pas fait attendre, lui ? Deux ans durant, sans même un ‘Je t’aime’, à flirter avec Jabe, Reinette, etc. ?

« Rose » murmura-t-il à son oreille

« Oui ? »

« Je dors dans ta chambre cette nuit. » Ca n’était pas une question. Non, ca avait plutôt le ton d’un ordre.

« Ok »

« Ok ? » Le Docteur releva la tête, surpris. Cette victoire avait été presque trop facile.

« Ok. Il y a un autre divan dans ma chambre. Tu peux t’y installer, si tu veux. » dit-elle sur un ton moqueur.

Oh, elle l’avait bien eu. Elle voyait bien à son air abattu et déçu qu’il espérait davantage. Si ses gémissements à la porte de sa chambre l’autre nuit ne l’avait pas avertie sur la nature de ses sentiments à son égard.

Adieu doux amour platonique !

« Mais Rose... Ton lit a l’air tellement douillet ! »

« Tu l’as déjà dit.... Ok, voilà ce que je te propose. On le partage. »

« Parfait, ca me va ! »

« Un jour sur deux »

« Quoi? »

« Un jour, je prendrai le fauteuil et toi le lit et le jour suivant, ce sera vice-versa. »

« On ne pourrait pas le partager... ensemble ? » demanda-t-il doucement.

« Hummmm.... Laisse-moi y penser... «

Elle le fit un peut attendre, lui souriant, charmeuse, caressant d’un doigt le contour de son visage, avant de passer sa main dans ses cheveux.

Puis elle fit une petite moue boudeuse.

« Non. »

« Non ? »

« Non. Un jour sur deux. Allez viens, on a des aliens à aller sauver. »



Sur le site de l’impact, Rose retrouva Jake Simmonds. Le jeune homme blond leur fit signe de la main et leur dit d’approcher.

« Quand on m’a dit ‘Docteur John Smith’, j’avoue que je ne pensais pas à vous. Elle vous a dit pour la loi concernant les aliens ? » dit Jake tout bas, afin que personne, sauf John, ne l’entende.

« Oui. J’ai du mal à croire qu’Harriet Jones les a laissé voter çà ! » répondit le Docteur, visiblement énervé.

« Harriet est morte, dit Rose, assassinée. On accuse Bad Wolf. »

Le Docteur dévisagea Rose un instant.

« Ne me regarde pas comme çà ! On a rien avoir la dedans ! »

« On ? » questionna le Docteur. Il regarda Jake. Bien sûr, Simmonds et Mickey faisaient partie de l’équipe de Rose. Elle avait eu besoin de personne de confiance.

« Qui d’autre ? »

« Oh, des amis, des personne de confiance à Torchwood. Tu as rencontré l’un d’entre eux lors de ton arrivée, Malcom Taylor. »

Le Docteur acquiesça, tout en inspectant les deux vaisseaux extraterrestres.

« Vous les reconnaissez ? » demanda Jake.

« Oui. Judoon. Mais ces vaisseaux ne sont pas tombés tous seuls. On les y a forcés.»



A suivre....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Webkev
Roi des Petits Gris
Roi des Petits Gris
Webkev

Nombre de messages : 2378
Masculin Age : 32
Localisation : ~ Surfant dans le subespace ~ Compagnon de la Confrérie

La prophétie (spoilers pour Journey's end) Empty
MessageSujet: Re: La prophétie (spoilers pour Journey's end)   La prophétie (spoilers pour Journey's end) EmptyMer 19 Aoû 2009 - 9:52

Eh bien ma foi un petit texte sympathique, quoi qu'un peu trop à l'eau de rose à mon goût.

J'ai beaucoup apprécié ce prologue, nous ramenant sur Gallifrey près de 900 années en arrière. Tu utilises bien la mythologie des TimeLords dans ce passage, et j'ai beaucoup aimé.

Pour la suite, ça se corse un peu...
Citation :
Rose voulait hurler, Rose voulait s’effondrer en sanglots comme elle l’avait fait cinq ans plus tôt, Rose voulait rentrer sous terre et ne plus jamais revoir la lumière du soleil.
Cinq ans? D'après mes modestes estimations, ne se déroule-t-il pas une année entre chaque saison de Doctor Who? Rose a été exilée dans le monde parallèle en fin de saison 2, Journey's End se déroule à la fin de la saison 4. Je dirais donc 2 ans, non?
J'ai beaucoup de mal à m'accrocher à ton Docteur Bis. Son comportement n'a rien à voir avec celui du Docteur que l'on connait. ET quand bien même celui-ci aura avoué à Rose ses sentiments sur la baie du Grand Méchant Loup, je ne le vois pas changer aussi rapidement de comportement. Si on ne peut pas dire que Rose lui courrait ouvertement avant, ici c'est lui qui court après elle, et très ouvertement... Ca me "choque" un peu.
Tout comme le petit frère de Rose qui parle superbement bien pour un petit garnement qui est encore à la crèche normalement :-s

Mais bon, mis à part cela, je retrouve l'humour qui est tant présent dans la série, et pour ça je dois te dire bravo. Heureux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




La prophétie (spoilers pour Journey's end) Empty
MessageSujet: Re: La prophétie (spoilers pour Journey's end)   La prophétie (spoilers pour Journey's end) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La prophétie (spoilers pour Journey's end)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Film I] The Hobbit: An Unexpected Journey
» "Prophéties"- histoire fantastique : les commentaires"
» QUATRE FILLES ET UN JEAN (Tome 5) POUR TOUJOURS de Ann Brashares
» Manteau Patsy (Inma) revisité pour Kyla ma journey girl..
» Quel boitier numérique pour vieux objectifs argentiques ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Multivers :: .:: Fictions, franchises & univers à l'honneur::. :: Doctor Who :: Vos Créations Doctor Who-
Sauter vers: