AccueilPortailChatboxRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -25%
APPLE Écouteurs sans fil AirPods 2
Voir le deal
135 €

 

 Et si l'on avait besoin d'une Fondation?

Aller en bas 
AuteurMessage
RustamSeldon
Organisme Monocellulaire
Organisme Monocellulaire
RustamSeldon

Nombre de messages : 2
Masculin Age : 19

Et si l'on avait besoin d'une Fondation?  Empty
MessageSujet: Et si l'on avait besoin d'une Fondation?    Et si l'on avait besoin d'une Fondation?  EmptyMar 25 Fév 2020 - 9:10

Bonjour,

J’aimerai faire ici un appel. Un appel à rejoindre une association, ce qui peut sembler hors-sujet sur ce forum. Ca ne l’est pas. Je m’explique.

En juin 2019, nous avons créé, moi et quelques coéquipiers, l’association Ad Astra.

On s’était demandé “Si la Culture, cette civilisation intergalactique utopique décrite par Iain M. Banks existait, que ferait elle pour notre Terre?”. La réponse s’est imposée à nous, parmis autres solutions, elle créerait une association loi 1901, qui permettrait d’agir pour le progrès social et influencer la société vers la bonne direction. L’idée est donc telle: en comprenant scientifiquement  le monde et la société, l’association organise des actions, événements, etc...pour influencer la marche du monde vers le mieux. Une sorte de Fondation, mais qui reste sur Terre, et essaye d’influencer la marche de l’histoire (l’inertie psychohistorique, pour les connaisseurs) depuis l’intérieur.

En un mot: une association de personnes qui visent à améliorer le monde, afin de créer un jour une utopie.

Une démarche bien différente de la plupart des associations, qui se concentrent pour la plupart sur des thèmes précis. Une démarche bien différente de la plupart des partis politiques, qui ne se projettent le monde que sur le court-terme, et pas sur des dizaines d’années, de siècles,  voire de millénaires à venir. Ad Astra fait de tout: lutte contre inégalités, discriminations, pour l’écologie, la paix etc...et sur le long terme, en pensant le futur lointain.

Bien sûr, cette vision est partagée par les dirigeants. Mais la plupart des membres ne comprennent pas la démarche en profondeur: ils adhèrent pour être bénévole, aider les pauvres, sauver la planète, bref, prêter leurs forces et leur temps à ces causes là.

Mais aujourd'hui, l’association grandit et a besoin de dirigeants qui comprennent l’idée. (Hari Seldon avait 100 000 scientifiques qui le suivaient, mais seul lui et son cercle d’ami proches savaient ce qu’il cherchait.)

C’est donc vers ce forum que je me tourne: très peu de personnes sont aujourd’hui capable de projeter leur esprit au delà de siècles, s’imaginer le futur, et vouloir le bien des générations à venir. Je pense que les lecteurs de science-fictions en sont capable. La science-fiction, par son pouvoir émancipateur et politique, élargi les horizons de nos esprits: nous ne pensons plus aujourd’hui mais demain, nous pensons long terme, nous imaginons un futur meilleur pour les descendants. Et donc nous pouvons changer les choses.

Nous avons besoin de ce genre de personnes pour renforcer le projet de l’association et ouvrir des sections locales partout en France, puis dans le monde. Ensemble, nous pourrons influencer la société pour la pousser vers le progrès, vers l’utopie, si nous nous y prenons à long-terme, avec la science pour choisir nos actions...en tout cas, nous pouvons y contribuer à notre échelle.

Nous appelons donc toutes celles et ceux, prêts à donner leur temps et leurs efforts à l’amélioration du monde, pour le progrès, et le bonheur universel. Au nom de Banks, d’Asimov, et tout les autres qui rêvaient d’une utopie, rejoignez nous.

Je prie les intéressés de m’envoyer un message en privé, pour avoir plus de détails sur ce qu’on fait, pourquoi et comment. J'enverrai les liens des réseaux sociaux, le manifeste, et tout le reste ^^


PS: je m'excuse si je me trompe de section, je suis nouveau...

Merci à vous,
Revenir en haut Aller en bas
Artheval_Pe
Chief of Spatial Operations
Chief of Spatial Operations
Artheval_Pe

Nombre de messages : 3197
Masculin Age : 29
Localisation : Paris

Et si l'on avait besoin d'une Fondation?  Empty
MessageSujet: Re: Et si l'on avait besoin d'une Fondation?    Et si l'on avait besoin d'une Fondation?  EmptySam 29 Fév 2020 - 0:02

Je trouve l'idée louable et intéressante, mais personnellement, je pense que la méthode n'est pas la bonne.

La Fondation développée par Hari Seldon existait sur le fondement de la psychohistoire, elle-même pensée comme science sociale de prévision sociohistorique. C'est l'utilisation de cette science qui donnait tout son pouvoir à la Fondation, en lui permettant d'agir sur des évènements précis qu'elle pouvait identifier a priori comme ayant un rôle déterminant dans les développements historiques postérieurs.

Or, à l'heure actuelle, les sciences humaines et sociales que nous connaissons (histoire, géographie, sociologie, économie, psychologie, etc.) n'ont même pas de débuts de théories unificatrices (malgré les efforts de certains penseurs au XIXème siècle) et encore moins de capacités prédictives sérieuses. Bref, on est très loin de la psychohistoire ou même des prémisses d'explorations théoriques pouvant y mener dans un horizon de temps envisageable. Peut-être qu'une rupture technologique prochaine pourra changer cela, mais pour l'instant on n'y est pas.

Partant de là, je suis plus que sceptique quant au pouvoir réel que peut avoir une association de gens qui se fixerait comme objectif de faire de la politique à long terme sans se préoccuper du court terme et sans rechercher le pouvoir. Car cela revient à souhaiter exercer un pouvoir politique par l'influence sans jamais pour autant toucher ceux qui l'exercent aujourd'hui.

Le deuxième problème, c'est que s'il s'agit d'influencer la société vers la "bonne direction" et le progrès social, toute la question est de déterminer quelle est cette "bonne" direction. En matière d'énergie par exemple : préfère-t-on un mix renouvelable-fossile (comme le souhaitent ceux qui veulent abandonner l'énergie nucléaire) ou un mix nucléaire-renouvelable ? En matière de justice : est-ce que l'égalité de situation entre les êtres humains est un objectif juste ou est-ce qu'une inégalité déterminée par les différences de capacités et de chances à la naissance est juste ? En matière d'exploration : est-il souhaitable de chercher à étendre l'humanité à travers le système solaire et demain les étoiles ? Ou est-ce que l'humanité à vocation à vivre plus sobrement en se contentant de la Terre ?

Ces questions sont difficiles, et aujourd'hui elles divisent profondément les gens qui se décrivent "progressistes" (sans même parler de certains qui ont capturé ce concept pour lui faire dire n'importe quoi et le coller à des idéologies anciennes discréditées). Avant même d'agir, il s'agirait d'abord de les discuter et de les trancher, par des instances démocratiques. Quel est le futur qu'Ad Astra souhaite voir arriver ?

Ce que tu décris, c'est une forme de proto-parti politique. Effectivement, les partis politiques que l'on connait aujourd'hui ne se projettent plus que sur un ou deux ans (et encore, difficilement), parce que pour la plupart, pour plein de raisons institutionnelles, ils sont concentrés sur des échéances électorales. Mais c'est le symptôme d'une aporie idéologique qui est très conjoncturelle. Au XXème siècle, les communistes par exemple, avaient une idée assez précise de leur projet de société à long terme avec des étapes très claires : révolution, dictature du prolétariat, socialisme réel puis communisme (société sans classes et sans État). Les anarchistes et leurs différents courants avaient également des idées assez précises quant à la forme institutionnelle qu'ils souhaitaient à terme. Dans l'ensemble, les courants idéologiques de la gauche avaient une vision très historique de leur action et se projetaient à l'échelle de l'histoire. Ce n'est que depuis les années 1980 que tout cela s'est effrité, que les idéologues ont été supplantés par des techniciens et des professionnels de l'élection et que la vision de long terme a peu à peu disparu.

La limite à cela, c'est que pour le meilleur et pour le pire, tant dans le travail quotidien et idéologique qu'en matière de gouvernement des sociétés humaines, on apprend en marchant. C'est probablement la leçon majeure de l'histoire du XXème siècle où nombre de forces politiques se sont retrouvées profondément transformées dans la confrontation au réel. C'est pour ça qu'à titre personnel, je suis un peu sceptique quant à la démarche. L'aphorisme de Von Moltke sur le fait qu'aucun plan de bataille ne survit au contact de l’ennemi est vrai de manière plus générale en politique. Dans la fiction d'Asimov, Hari Seldon pouvait prétendre s'émanciper de cela car il avait avec lui une science lui permettant de savoir comment les choses allaient se passer dans le réel. Pour nous autres humains du XXIème siècle, ça me semble plus compliqué.

Après, s'il s'agit de faire de l'influence pour aider à propager un certains nombres d'idées (comme l'ont fait les modernistes à partir de l'entre-deux guerres ou les libéraux avec la société du Mont Pélerin), pourquoi pas. Mais il n'est pas impossible qu'une telle démarche ne se révèle pas très conséquente dans le réel. Mais s'il s'agit d'avoir une influence déterminante sur le réel, il n'y a pas vraiment d'alternatives à la participation au pouvoir politique, et les institutions qui y mènent sont tout simplement les partis politiques.

_________________
Stargate Earthling Fleet
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
RustamSeldon
Organisme Monocellulaire
Organisme Monocellulaire
RustamSeldon

Nombre de messages : 2
Masculin Age : 19

Et si l'on avait besoin d'une Fondation?  Empty
MessageSujet: Re: Et si l'on avait besoin d'une Fondation?    Et si l'on avait besoin d'une Fondation?  EmptySam 29 Fév 2020 - 17:17

Bonjour,

Merci de te réponse claire et étayée. Je me permets de défendre certains points.

Premièrement: ton argumentation m'a agréablement surpris. Tu fais preuve d'une très fine compréhension du monde et raisonne, clairement, le raisonnement est irréfutable...mais se base sur une hypothèse implicite fausse, elle même provenant d'un malentendu, ou du fait que je me sois mal exprimé. Je dirais simplement: Ad Astra n'exclut pas l'usage de la politique pour changer les choses. Ton raisonnement l'a très bien résumé: c'est le moyen le plus efficace d'influencer une société, par définition d'ailleurs. Si aujourd'hui Ad Astra est une association se targuant d'engager les jeunes dans des causes citoyennes, dont les actions semblent éloignées de ce que je vous ai décrit plus haut, c'est simplement car nous considérons que c'est ce qui convient le mieux à nos moyens, notre nombre, et aux compétences et expertises additionnés de nos membres. En effet, l'influence la plus réelle est la participation au pouvoir politique.

Deuxièmement: concernant la question de ce qu'est une bonne société. Justement, nous ne prétendons pas avoir un jugement là dessus, loin de là. La seule démarche qui peut faire unanimité et qui se passe de contradiction, c'est que le but est de maximiser le bonheur de tous. Vous pourriez me rétorquer que tout celà est vague, qu'il n'existe aucune définition objective du bonheur...je répondrai: vérifiez. Une flopée d'études scientifiques, entre neurosciences, biologie, mais aussi toute la clique des sciences sociales (notamment l'économie et la sociologie) se penchent là dessus. Les sciences dures mesurent les phénomènes physiques qui ont lieu dans notre cerveau et qui sont le bonheur, tandis que les sciences sociales démontrent quels phénomènes entraînent ces bonheurs malheurs (par exemple: il y a une stricte corrélation entre les taux de suicides, de dépressions, de consommation de drogues, de criminalités etc... et les inégalités, par pays Cf Utopies réalistes, R.Bregman) Il existe, et la science l'affirme mot pour mot, un bonheur/malheur qui sont mesurables. (Je te recommande ici Happiness, lessons from a new science, de Richard Layard.)

Troisièmement: concernant l'inexistence d'une science unificatrice et la pauvreté des moyens scientifiques à notre disposition comparés à ceux d'Hari Seldon, tu as essentiellement raison. Je ne prétendrais, ni que la dialectique marxiste, ni d'autres théories holistes se mesurent tout à fait à la psychohistoire. Mais la Fondation, en bonne œuvre de science-fiction qu'elle est, est une expression métaphorique/caricaturale d'une certaine réalité: la psychohistoire est l'incarnation de la science poussée à son apogée, ses capacités prédictives ayant atteint presque 100% de réussite. Bien sûr, dans la réalité, l'échelle est moindre. N'empêche que premièrement, il est possible, comme tu le dit, d'avancer en apprenant: utiliser ce que l'on a pour faire au mieux, en prédisant aussi loin que nous le permettent nos sciences. Maximiser le bonheur des humains en fonction de ce que nous disent les lois socio-économiques. Deuxièmement, dans l'hypothèse où une science unificatrice et absolue serait plus efficace qu'un ensemble de sciences aux outils variés, il faut peut être commencer par former u groupe qui en exigera, voire qui en créera une. Enfin, je dirais qu'il y a des tendances lourdes de la marche des événements humains que l'on peut difficilement nier: la tendance à la répartition des richesses et des pouvoirs, l'élargissement des réseaux sociaux des individus, l’accélération des moyens de communication...et bien d'autres. Le tout, bien que très loin de ce qu'avait Hari Seldon sous la main, nous permet de ne pas être complétement impuissants. Il s'agit de faire au mieux avec nos moyens, et la compréhension scientifique de notre époque.

Enfin: la propagation de certaines idées, voire valeurs abstraites, est en effet un autre outil, tu le cites très justement.

Considérant donc, que la participation au pouvoir politique est, à terme, non exclue de notre idée, que que le bonheur est mesurable de manière objective et que tout un récent champ scientifique s'y consacre, et que nos sciences actuelles peuvent au moins permettre d'esquisser la marche à suivre pour faire progresser les sociétés, je pense que le projet d'Ad Astra peut être intéressant. Ajouter à celà, de manière plus humaine et moins solennelle, qu'une association c'est aussi un moyen de rencontrer des personnes aux intérêts proches, faire des activités que l'on aime, et ça devient vraiment intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Et si l'on avait besoin d'une Fondation?  Empty
MessageSujet: Re: Et si l'on avait besoin d'une Fondation?    Et si l'on avait besoin d'une Fondation?  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Et si l'on avait besoin d'une Fondation?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [FREE] The Interceptor [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Multivers :: .:: Discussion Globale ::. :: Aux avant-postes-
Sauter vers: