AccueilPortailChatboxRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 [Stargate-Alternative] 1.02 : Intrusion

Aller en bas 
AuteurMessage
BiBiche
Homme-Lézard
Homme-Lézard
BiBiche

Nombre de messages : 131
Féminin Age : 33
Localisation : Sud-Manche; Normandie

[Stargate-Alternative] 1.02 : Intrusion Empty
MessageSujet: [Stargate-Alternative] 1.02 : Intrusion   [Stargate-Alternative] 1.02 : Intrusion EmptyDim 20 Mai 2007 - 19:42

[Stargate-Alternative] 1.02 : Intrusion Nouvobansgalvb1

Statut : Fan-série de 10 épisodes : 4/10
Auteur : BiBiche.
Genre : aventure, intrigue, science fiction, romance Sam&Jack.
Spoiler : saisons 8, 9 & 10
Résumé : Lorqu’une jeune femme inconnue parvient à traverser la porte des étoiles malgré l’iris, pour annoncer la prochaine destruction de la Galaxie, de nouveaux horizons s’ouvrent à la science, au SGC, à la planète, et à SG1…



Guide de la Fan-Série.


Episode 1.01 : Prologue : Perdue.

Une jeune femme est propulsée sur Terre par la porte des étoiles. Elle arrive malgrès l’iris à pénétrer dans le SGC où au même moment SG1, sous le feu ennemi, rentre d’une mission d’exploration. Mais tout bascule lorsque le colonel Carter et la jeune femme inconnue restent coincées dans la salle d’embarquement où une bombe est sur le point d’exploser…

Episode 1.02 : Intrusion.

Le SGC est en alerte, la salle d’embarquement où se trouvaient le colonel Carter et une jeune inconnue, a été détruite… Mais, la mystérieuse jeune femme réussi miraculeusement à sauver le colonel. Après des examins, le médecin fait part à SG1 et au général O’Neill de ses inquiétudes quant à la physiologie de la jeune femme…

Episode 1.02 : Intrusion.

La mystérieuse jeune femme révèle à SG1 et au général O’Neill de funestes nouvelles quant à l’avenir de la Terre et de la Galaxie. Un nouvel ennemi, bien plus puissant veut s’en prendre à l’humanité…

Episode 1.04 : Nouvelle Vie.

Mo’nc décide d’aider SG1 à se préparer à vaincre le nouvel ennemi. Pendant ce temps, elle s’adapte à sa nouvelle vie sur Terre. Mais sa nouvelle identité n’est pas pour plaire à tous, sa présence va provoquer bien des changements.

Episode 1.05 : Première.

Suite à de récentes découvertes faites par Daniel d’après les textes Anciens, SG1 accompagnée de Mo’nc va explorer trois planètes supposées leur donner la clé qui fera la perte de leur nouvel ennemi.

Episode 1.06 : L’Alliance.

La menace Ori se précise ce qui pousse la Terre à créer une alliance avec les cinq races de la galaxie afin de s’unir devant l’ennemi. Pendant ce temps, après des mois de recherches, Daniel et le colonel Carter aboutissent enfin à des résultats concluant qui aideront la Terre à être un allié de taille au sein l’alliance. Une nouvelle quête s'annonce...

Episode 1.07 : Utopia.

Suite à la découverte faite sur L'île de Pâques sur Terre, SG1 et Mo’nc explore une planète abandonnée des Anciens, Utopia qui serai la clé de la victoire de l’alliance face aux Oris. Mais tout ne va pas se passer exactement comme prévu.

Episode 1.08 : Apogée.

Depuis sa visite sur Utopia, Mo’nc a bien des difficultés à contrôler ses pouvoirs, qui pourtant seraient des atouts précieux dans la bataille pour la survie. Devant la rapidité de l’ennemi à développer sa flotte, l’alliance lance une grande campagne d’armement militaire capable de faire face à la menace. Pendant ce temps, SG1 recherche toujours la planète des Oris.

Episode 1.09 & 1.10 : La Guerre des Mondes et Effet Papillon.

Les Fils de la Lumière affrontent enfin les Fils des Ténèbres dans un combat à mort où la survie de milliards d’être vivants est en jeu… Mo’nc réalise enfin ce qu’impliquait la dernière partie de la prophétie de l’Elue, mais aura-t-elle le courage de l’accomplir ? Pourtant, comme depuis le début tout repose entre ses mains…


Vos commentaires sur Stargate-Alternative


____________________________
____________________________



Episode 1.02 : Intrusion

Terre, Mardi 29 juin 2005, au même moment.

- Pour l’amour du ciel, Walter qu’est ce que c’était que ça ! dit le général O’Neill qui se trouvait dans la salle de commande alors qu’il venait de se produire déflagration dans la salle d’embarquement de la porte des étoiles.

Il descendit vers la salle d’embarquement pour constater les dégâts et surtout se persuader que le colonel Carter n’était pas dans la salle d’embarquement durant l’explosion comme il avait cru le voir.

- Daniel, Teal’c est ce que ça va ? Ou est Carter ?

-…

Il ne répondit pas toujours sous le choc de l’explosion.

- Daniel ?!

- O’Neill, nous sommes désolés mais le colonel Carter se trouvait dans la salle d’embarquement au moment de l’explosion.

- ouvrez les portes de la salle d’embarquement !

Les portes s’ouvrirent sur une salle entièrement soufflée par l’explosion, seules la porte des étoiles, les installations métalliques et une mystérieuse sphère métallique, située au pied de la rampe d’accès à la porte, étaient restées intactes. Le reste avait volé en éclat ou tout simplement fondu. Le général O’Neill, Teal’c et Daniel se dirigent vers cette sphère étrange.

- Mais qu’est-ce que c’est que ce truc, et où est Carter, si elle se trouvait réellement ici pendant l’explosion il devrait y avoir son corps, non ?

- Jack, qui était cette jeune femme qui s’est jetée sur Sam ?

- Euh, nous ne savons pas, elle a réussi à passer la porte et surtout l’iris. Elle était bien amochée quand nous l’avons récupéré, et on allait l’emmener à l’infirmerie, quand vous êtes arrivés par la porte…et puis qu’est ce qu’on s’en fiche Daniel, on ne sait toujours pas ce qu’est devenu Carter, bon sang !

- Si au contraire, cette jeune femme intriguait Sam et s’avait l’air réciproque. Vous n’avez pas vu comment celle-ci s’est jetée sur Sam pour la protéger… je pense que cette chose là, dit-il en montrant la sphère mystérieuse encrée dans le sol de la salle d’embarquement, et la réponse à votre question, je pense que Sam et cette mystérieuse jeune femme se trouve la dessous !

-Daniel, vous dites n’importe quoi, vous me ferez le plaisir de passer à l’infirmerie après que cette histoire soit démêlée !

-Teal’c dites lui que je n’ai pas rêvé ce que j’ai vu pendant que nous affrontions cette chose !

O’Neill, je suis d’accord avec le docteur Jackson.

-ça aurait été trop beau que vous me souteniez, et puis au fait c’était quoi cette chose comme vous dites, qui nous a bousillé tout nos installations et peut-être tué Carter… sa voix mourut dans sa bouche, en réalisant soudain que son colonel était effectivement peut-être morte.

-On ne s’est pas, il nous est tombé dessus sans que l’on sache ce que c’était et d’où il sortait ! dit-il en s’approchant un peu plus de la sphère métallique.

-Aïe, c’est brûlant ! dit Daniel en secouant sa main brûlée, qu’il venait de poser sur la sphère.

-ça vous apprendra à ne pas toucher les objets que vous ne connaissez pas !

- très drôle, Jack !

- Sergent, faites venir des soudeurs et des jets d’eau pour m’ouvrir cette chose !

- Oui, mon général.

Une équipe s’afféra donc à arroser la sphère afin de faire diminuer sa température de surface et enfin pouvoir voir comment l’extirper de la salle d’embarquement. Après une bonne vingtaine minutes de refroidissement, la sphère apparue sous un autre jour. On voyait distinctement l’étrange métal qui la composait, s’enfoncer dans le sol. La tache n’allait pas être aussi simple qu’ils l’avaient prévu. Au moment où un soudeur s’attaqua à découper la surface de la sphère, celle-ci réagit vivement comme si on attaquait un être vivant.

-Stop, attendez on dirait que c’est vivant.

-Daniel, vous ne croyez pas que vous avez assez dit de bêtises pour aujourd’hui, du métal ce n’est pas vivant ! dit le général en faisant signe de continuer à découper le métal.

Mais à peine le soudeur eut-il approché son chalumeau de la sphère, que cette dernière réagit de nouveau, mais avec plus d’intensité, on aurait dit que le métal frissonnait sous le chalumeau.

-Ecartez vous ! dit le général, voyant la sphère s’agiter de plus en plus.

La sphère était comme prise de convulsions, il semblait qu’elle allait se disloquer en morceaux. Quand tout à coup, certains des morceaux se désancrèrent du sol, pour se rétracter vers un point inconnu vers le centre de la sphère. Les morceaux glissaient les uns sur les autres de plus en plus vite, rencontrant plus ou moins de problèmes pour atteindre leur but, un corps. C’est alors que deux corps apparurent sous cette sphère qui venait de se rétracter entièrement sur le corps du dessus. Le corps en dessous, s’avéra être le colonel Carter et la jeune femme au dessus, le corps entièrement brûlé, se maintenait à bout de bras au dessus de Carter. Elle avait la respiration rapide et anarchique, elle semblait pleurer.

- Gardes ! ordonna le général

-Jack, attendez, elle vient sûrement de sauver Sam !

La jeune femme brûlée se releva difficilement, prenant garde de ne pas toucher Carter toujours intacte et inconsciente à terre, et fit face au général, Teal’c et Daniel. Une fois debout, elle vacilla. Les gardes l’avaient en joug, prés à faire feu au moindre geste suspect. La jeune femme avait l’air de souffrir mais son regard était apaisé de toutes douleurs. Des larmes coulaient sur son visage brûlé et noir de suie.

-Je… je l’ai sauvée ! dit elle avec un petit sourire triste, comme libéré et enfin heureuse.

Mais cet effort l’avait mené à bout de toutes ses forces. Elle tomba lourdement à leurs pieds.

-Mon dieu, Carter ! dit le général en se précipitant sur son colonel, toujours inconsciente. Appelez les médecins, pour qu’on s’occupe de la jeune femme et qu’on emmène Carter à l’infirmerie. Dit-il après avoir constater que son colonel était bien en vie.


Quelques instants plus tard, à l’infirmerie…

-Alors, docteur, qu’en est-il pour Carter ? demanda le général inquiet.

-Eh bien, vous pourrez remercier l’inconnue qui est arrivée par la porte, si elle s’en sort, car le colonel Carter se porte à merveille, elle est seulement inconsciente, malgré l’explosion ! Je ne peux pas en dire autant de la jeune femme qui est arrivée en même temps qu’elle, à l’infirmerie… Elle est brûlée au deuxième degré sur la totalité de son corps, je ne sais pas comment elle a réussi survivre ! Nous avons réussi à la stabiliser, mais je ne peux pas me prononcer quant à son avenir…

-bien, merci docteur, tenez moi au courant sur l’état de santé de la jeune femme et appelez moi dès que le colonel Carter sera réveillée !

-bien mon général, mais avant, je voudrais vous parler de quelques petites choses qui me tracassent!

-je vous écoute capitaine !

-voilà, après de plus amples analyses sur le colonel, il s’avère qu’elle ait été blessée à l’épaule, et que sa blessure ait été soignée par la jeune femme, je ne vois que cela comme explications, d’après ce que vous m’avez relaté de ce qui s’est passé dans la salle d’embarquement. De plus nous avons retrouvé les mêmes protéines chez la jeune femme que chez le colonel !

-Bien quoi d’autre ?

-Eh bien, nous avons procédé à tout ensemble de batterie de test en ce qui concerne la jeune femme. Et les résultats sont impressionnants. Elle possède apparemment le gène des anciens ainsi qu’une grande quantité de naquadda dans son sang…

-Un goa’uld ?!

-Non, pas vraiment mon général, nous l’avons examinée et ce n’est pas un goa’uld, puisqu’elle ne possède pas de symbiote, mais le taux de naquadda dans son sang le laisse pourtant penser, c’est cela qui me tracasse, elle est un goa’uld, sans l’être, mon général ! C’est-à-dire qu’elle a les mêmes aptitudes que les goa’ulds à se servir de leur technologie, mais sans avoir de symbiote…

-Bien, bien capitaine et vous pensez qu’elle soit dangereuse ?

-Ah vrai dire, mon général, son état général est critique et je ne sais si elle s’en remettra !

- Ben, prévenez-moi s’il y a du nouveau !

Le général sorti de l’infirmerie, où Teal’c et Daniel l’attendaient.

-On se calme, Daniel, Carter va bien, elle est juste inconsciente pour le moment, vous pouvais aller la voir, mais faites vite, je vous attends pour un débriefing dans 20min, je crois qu’on a des choses à se dire…

-OK, Jack, à toute à l’heure… vous venez Teal’c ?
Revenir en haut Aller en bas
http://stargatefiles.forumactif.fr/index.forum
BiBiche
Homme-Lézard
Homme-Lézard
BiBiche

Nombre de messages : 131
Féminin Age : 33
Localisation : Sud-Manche; Normandie

[Stargate-Alternative] 1.02 : Intrusion Empty
MessageSujet: Re: [Stargate-Alternative] 1.02 : Intrusion   [Stargate-Alternative] 1.02 : Intrusion EmptyDim 20 Mai 2007 - 19:42

oui, Daniel Jackson.


Salle de Briefing, 20 minutes plus tard.


-Alors, Daniel, qu’est ce que c’était que cette chose qui a traversé la porte, et qui a blessé Carter ?

-à vrai dire, nous n’en savons rien !

-comment ça rien !

-Jack, ne vous énervez pas…

-mais je ne suis pas énervé, Daniel !

-Si !

-non !

-si !

-non !

-jack !

-Daniel !

-ce que nous voulons dire, c’est que lorsque nous étions sur P9X826, tout se passé normalement : analyses scientifiques pour Sam, les traductions des fresques qu’il y avait sur les parois de la forteresse que nous avions repérées avec la sonde, pour Teal’c et moi, puis les pourparlers avec les autochtones, bref, une mission banale, jusqu’à ce que cet individu apparaisse de nulle part, par des anneaux de transport, alors que nous n’avions repéré aucun vaisseau, dans les environs. Apparemment les habitants le connaissaient, et ils avaient l’air de le craindre. Je pense à un Goa’uld.

-en effet, O’Neill, son symbole est celui du dieu Thôt…

-je croyais qu’on s’était débarrassé d’eux une bonne fois pour toute !?

-apparemment non, Jack !

-O’Neill, je pense savoir pourquoi il a été épargné par les offensives d’Anubis…

-je vous écoute Teal’c !

-ce goa’uld a toujours été renommé par sa présence discrète voire…absente dans les conflits des grands maîtres, cependant cela ne l’empêchait pas d’être au courant de ce tout qui se passait dans la galaxie, il a toujours profité des défaites des autres pour assouvir son désir de pouvoir et agrandir ses troupes. Je pense qu’il va maintenant essayer de prendre la tête des troupes d’Anubis.

-il va se heurter à Baal, non ?

-il est vrai qu’il ne reste qu’eux deux pour prendre la tête des troupes d’Anubis, espérons qu’ils s’entretueront pour avoir le poste !

-oui, espérons ! En tout cas, il ne nous a pas raté tout à l’heure, surtout Carter ! Comment diable a-t-il eu le temps de passer à travers l’iris ?

-aucune idée, en tout cas ses armes étaient efficaces, il nous a pourchassés jusqu’à la porte, sans relâche, on a eu chaud ! C’est comme s’il avait toujours su que l’on était sur cette planète, je pense qu’il nous attendait !

-en effet, Daniel Jackson.

-heureusement qu’il y avait cette inconnue, elle nous a protégés de lui avec efficacité !

-oui ! Au fait, qu’en est-il de la jeune femme qui est arrivée peu avant nous par la porte des étoiles ?

-rien, Daniel !

-rien ? Que vous a dit le médecin ?

-Que c’est elle qui a sauvé Carter, et qui, d’après lui, l’aurait même soignée d’une blessure…

-ah, qu’est ce que je vous avais dit dans la salle d’embarquement, j’en étais sur qu’elle l’avait protégée…

-Daniel, laissez moi donc finir… je disais donc que le médecin a découvert des traces importantes de naquadah dans son sang, mais sans présence de symbiote !

-ce serait une ancienne hôte !

-avec le gène des anciens alors, mais il ne pense pas que ce soit ça, il avait l’air sceptique, mais vu ce qu’il m’a laissé entendre sur son état de santé, elle ne nous est pas dangereuse.

-en effet, mon général, elle ne l’est pas !

Sam venait de pénétrer dans la salle de briefing et vint s’asseoir à la droite du général.

-Carter/Sam/Colonel Carter !

-Sam, comment allez vous ?

-Le médecin va m’entendre de vous avoir laissé sortir, après ce qui vous est arrivé !

-Mon général, je vais bien… il a fait tous les tests possibles et imaginables et il n’a rien trouvé, il pense même, que je suis plus en forme que je ne devrais l’être après une explosion... Alors qu’est ce que j’ai manqué ?

-Le feu d’artifice, Carter ! dit le général d’un ton enjoué, heureux de voir son second en vie et en bonne santé.

-Plus un ennemi qui voulait notre mort et une inconnue qui vous a sauvée !

-Eh ben, rien que ça !

-Dites Carter, pourquoi affirmez-vous qu’elle n’est pas une menace pour nous ?

-Ah vrai dire, je ne peux pas l’expliquer…c’est une sorte d’intuition, parce que je ne me souviens pas de tout ce qui c’est passé dans la salle d’embarquement…

-L’intuition féminine, colonel ?

-Oui et non, mon général, c’est comme si elle et moi on avait pu communiquer lorsque j’étais près d’elle et qu’elle me soignait… J’avais une sensation de bien être et de totale sécurité… Cétait plus étrange que perturbant, pour être honnête !

-Il n’empêche qu’elle reste un mystère, apte à se servir de la technologie goa’ulds et des anciens !

-Mon général, est–il possible d’aller la voir, je voudrais l’examiner ainsi que ses objets personnels, avec votre permission, bien sûr !

-Accordez, colonel, je veux tout savoir sur elle, si elle est une menace pour le SGC ou non, et surtout ce qu’elle est exactement ! D’ailleurs, allons à l’infirmerie, voir si le doc a trouvé d’autres choses !


Quelques minutes plus tard à l’infirmerie

- Alors capitaine, quoi de neuf à propos de notre inconnue ?

-C’est encore plus compliqué que je ne le pensais, mon général !

-C'est-à-dire ? demanda le colonel Carter

-Eh bien, ce que je peux affirmer c’est qu’elle n’est pas un goa’uld à proprement parler, le naqquadah de son sang est, comment dire, naturel. C’est son organisme qui le produit, et qui en contrôle les effets sur son corps, je dirais qu’elle tient ça de ses parents, anciennement des goa’uld ou des hôtes !

-Une arciésice ?! Intervint Daniel

-Ou quelque chose dans ce genre… Car ce qu’il y a de plus intrigant, mis à part la présence du gène des anciens dans son patrimoine génétique, est peut-être l’harnachement métallique fixé à chacune des articulations de son corps. D’ailleurs, colonel Carter, je pense que cela va vous intéresser…

-En quoi ?

-Le métal de son harnachement semble être un alliage fait de plusieurs métaux lourds, dont l’un des principaux constituants serait du naqquadah, je pense.

-Je regarderai ça capitaine, vous me ferez apporter un échantillon à mon laboratoire !

-A vrai dire c’est là que les choses se compliquent, le métal semble être inextirpable de sa peau, comme greffé sur son corps…vous devrez donc l’étudier sur elle !

-Jack, intervint soudain Daniel, souvenez vous de la sphère métallique qui renfermait Sam et la jeune femme dans la salle d’embarquement, le métal semblait glisser sur sa peau pour se rétracter en plusieurs endroit de son corps, il pourrait s’agir de ça ? Non ?

-En effet, docteur Jackson, d’après ce que j’ai pu voir des vidéos de ce qui s’est passé dans la salle d’embarquement, je suis de votre avis.

-Et quel est son état actuel ?

-Pas très bon, malheureusement, le fait de vous avoir soigné et de vous protéger, colonel, l’a beaucoup affaiblie, en plus d’un état de santé initialement mauvais.

-Pouvons-nous la voir ?

-Oui, venez, je vous accompagne.
Ils suivirent le médecin vers une pièce d’isolement médical, surmontée d’une bais vitrée afin d’observer en toute quiétude et sans déranger la patiente et les médecins. Tous arrivèrent dans la pièce où se tenait la jeune femme, allongée sur un lit. Des infirmières lui dispensaient les soins nécessaires pour soigner ses brûlures. Le médecin leur montra l’harnachement métallique fixé à chaque articulation de son corps, ainsi que les effets personnels retrouvés sur la jeune femme. Ils étaient autours du lit de la jeune femme, et l’observaient.

-Mon général, le métal qui compose cet alliage, ce n’est pas du naqquadah, mais du naqquadriah, cela change tout, d’après ce que vous m’avez dit, elle contrôle cet alliage pour le déployer en une sorte de bouclier autour de son corps, voir plus. Elle possède donc un niveau de technologie nettement plus élevé que le notre !

-Sam, venez voir ça ! dit l’archéologue qui était entrain d’examiner la main droite de la jeune femme.

-Daniel ?

-regardez ce bijou !

-Daniel, venez en fait, nous voyons tous ce bijou…. Et quoi?

-Regardez les pierres cela ne vous rappelle rien ?

-Non, Daniel !

-Mais si Jack !

-Mais non, je vous dis !

-Mon général, ce sont des cristaux identiques à ceux que l’on utilise dans la technologie goa’uld et toc’kra ! Enfin pour ces deux là, parce que celui là ressemble plus à ceux employés dans la technologie des Anciens ! dit elle en s’approchant du bijou accroché au poignet de la jeune femme.

-Carter ! Attention ! Cria le général en voyant deux des cristaux incrustés dans le bijou métallique, se mettrent à briller.

En effet, au moment où le colonel Carter avait touché le bijou pour l’examiner de plus près, les cristaux arrondis blanc et rouge, incrustés dans le bijou, s’étaient mis à briller. Ou plutôt, ils s’étaient actionnés. Le colonel Carter surprise, lâcha le poignet de la jeune femme, et les cristaux reprirent leur couleur initiale. Intriguée, Carter toucha de nouveau le bracelet de la jeune femme.

-Carter, vous tentez le diable, là, lâchez ce truc, pour l’amour du ciel !
Revenir en haut Aller en bas
http://stargatefiles.forumactif.fr/index.forum
BiBiche
Homme-Lézard
Homme-Lézard
BiBiche

Nombre de messages : 131
Féminin Age : 33
Localisation : Sud-Manche; Normandie

[Stargate-Alternative] 1.02 : Intrusion Empty
MessageSujet: Re: [Stargate-Alternative] 1.02 : Intrusion   [Stargate-Alternative] 1.02 : Intrusion EmptyDim 20 Mai 2007 - 19:43

Comme précédemment les cristaux se rallumèrent au contact du colonel sur le bijou.

-Mon général, je crois comprendre pourquoi ces cristaux se mettent à fonctionner quand je les touche !

Le général désappointé, lui indiqua d’un mouvement de tête de poursuivre ses explications.

-Capitaine, vous nous avez bien dit qu’elle possédait du naqquadah dans le sang, comme pour un goa’uld ?

-Euh, oui, colonel…

-Je pense que cela fonctionne comme les technologies goa’uld, il suffit d’avoir un symbiote ou d’avoir été un hôte, donc d’avoir du naqquadah dans le sang pour faire fonctionner cet appareil. Or, comme il me reste des résidus de protéines de Jolinar l’appareil réagit à mon contact, mon général !

-Bien, mais à quoi servent cet appareil et ce dernier cristal bleu ?

-Aucune idée, mon général !

-Daniel ?

-Peut être pour un individu qui a le gène des anciens, Sam, vous venez vous-même de le dire que ce cristal ressemble à ceux employés dans la technologie des anciens !

-Oui, c’est tout à fait plausible…

-Quoi d’autre ?

-A vrai dire je n’en sais pas plus, mais j’aimerais étudier son bijou, il semble être recouvert d’inscriptions…

-Accordez Daniel, mais pressez s’il vous plaît !

-Mon général, attendez, si Daniel dit vrai pour le dernier cristal, il est facile et rapide de vérifier !

-Ah, et comment ?

-Avec vous, mon général !

-Hein ?!

-Vous savez Jack, le gène des anciens, qui permet de se servir de leur technologie comme sur Atlantis !

-Ah ! Ah… dit-il moins enthousiaste tout d’un coup.

-Essayez mon général, il suffit juste de toucher le bijou et on saura très vite !

-Mouai !

Docilement, sous le regard implorant de son second, le général O’Neill céda et se rapprocha du lit où la jeune femme était allongée, inconsciente. Timidement, il approcha sa main du bijou, s’arrêta à quelques millimètres du contact et fini par céder. Comme l’avait suggéré Daniel, le cristal bleu s’activa, ainsi que le cristal blanc.

-Carter ?

-Pour le cristal bleu, Daniel avez raison, il fonctionne avec le gène des anciens, mais le blanc, il s’est mis à fonctionner pour nous deux, et je ne vois pas le lien, sans vous offusquer mon général !

-Y a pas de mal, Carter !

-Daniel ?

-Laissez moi le temps d’étudier le …

Mais Daniel n’eut pas le temps de terminer sa phrase, que tout à coup, le corps, pourtant inerte, de la jeune femme, fut soudain pris de convulsions. En effet, alors que SG1 et le général discutaient, ce dernier avait gardé le contact avec le bijou, et le colonel Carter, absorbée dans sa contemplation de la jeune femme, s’était rapprochée du corps de cette dernière et avait fini par la touchée, inconsciemment, comme attirée à elle. Les trois cristaux s’étaient donc mis à briller. Le médecin affolé avait demandé à tout le monde de s’écarter, mais étrangement le général et son second toujours en contact avec le bijou de la jeune femme, étaient immobiles, insensibles aux ordres du médecin. Ils étaient figés, hypnotisés devant elle. Après quelques secondes d’hésitation, mais à la vue de la réaction qu’avait engendré le contact sur l’harnachement métallique de la jeune femme, Teal’c et Daniel se décidèrent à éloigner leur général et le colonel de la jeune femme. Car l’harnachement métallique s’était déployé anarchiquement à la surface du corps de la jeune femme, provoquant chez elle, de vives réactions. Son corps était soulevé par la douleur, que l’on pouvait lire sur son visage. Mais aucun son ne sortait de sa bouche. Une fois libérés de l’emprise qu’avait eu le bijou sur eux, le général et son colonel, reprirent leur esprit, choqués et confus par ce qu’ils venaient de vivre.

-Sam, Jack, vous allez bien ?

-Oui, Daniel…

-Ca va, ça va !

-que vous est-il arrivé ?

Le général et son second se regardèrent, perdus, ne sachant plus quoi dire.

-On…On aurait dit comme si mon énergie était absorbée par elle… Puis, j’ai ressenti une grande chaleur se répandre en moi, soufflant à mon esprit de ne pas s’inquiéter… Et puis, j’ai eu la même sensation que dans la salle d’embarquement quand elle m’a soignée… de la sérénité et … un bonheur intense … c’était vraiment bizarre, Daniel, je ne l’aurais pas lâchée si vous ne m’aviez pas empêché… finit-elle par dire devant les regards intrigués de Daniel, Teal’c et du médecin, qui s’afférait maintenant à calmer la jeune femme, et le mutisme de son supérieur.

-Oui, j’ai ressenti la même chose… dit-il devant le regard interrogateur de son second.

-Mon dieu, écartez vous, elle réagit de plus en plus violemment…dit le médecin, essoufflé de maintenir la jeune femme en place sur son lit… je n’arrive pas à la calmer avec les sédatifs que je viens de lui donner…

Mais il n’eut pas le temps de terminer sa phrase qu’il venait d’être projeté à travers la salle médicalisée. La jeune femme, jusqu’à lors inconsciente, s’agitait désespérément sur son lit, hurlant de toutes ses forces pour lutter contre son armure qui se déployait anarchiquement sur elle et dans toute la pièce. Tous ceux présents dans la pièce étaient maintenant à terre, se protégeant le plus possible de la jeune femme car certaines parties de son armure allaient s’écraser contre les murs et la vitre blindée, qui explosa sous l’impact du métal lancé à très grande vitesse. Apeurés par cette soudaine attaque, Daniel et Teal’c ne virent pas le général et le colonel se jeter sur la jeune femme, évitant de leur mieux les assauts de son armure…
Le silence... La salle médicalisée était plongée dans un silence de mort. Chacun reprenait petit à petit ses esprits essayant désespérément de comprendre ce qui venait d’arriver. Les assauts de l’armure de la jeune femme avaient cessé et elle était de nouveau inconsciente. Mais la salle était détruite, la vitre blindée en morceau, les meubles explosés et les murs comme lacérés de toutes parts. Peu à peu, l’agitation revenait et des soldats débarquaient au compte goûte dans la salle afin d’aider les rescapés. Daniel et Teal’c, remis de leurs émotions cherchaient du regard leurs coéquipiers.

-Sam, Jack ?!

-Daniel Jackson ! Par ici ! Intervint le jaffas.

En effet, les corps du colonel Carter et du général O’Neill, gisaient au pied du lit médicalisé où se trouver allongée la jeune femme de nouveau inconsciente.

-Mon dieu, Jack, Sam, répondez pour l’amour du ciel ! s’exclama l’archéologue, en prenant leur pouls. Teal’c faites venir un médecin, ils sont toujours en vie !

Le colonel et le général furent transportés à l’infirmerie. Daniel et Teal’c apprirent plus tard, qu’ils étaient seulement inconscients et qu’ils se réveilleraient d’ici quelques heures seulement.

Une heure plus tard, lorsque tout fut à nouveau revenu à la normal, la jeune femme avait été de nouveau placée sous surveillance dans une autre salle et chacun avait effectué son passage à l’infirmerie. Teal’c et Daniel s’étaient, quant à eux, rejoints dans le labo de ce dernier, afin de faire le point sur ce qui venait de se produire.

-Teal’c, d’après vous que c’est-il passé tout à l’heure ?

-Je ne saurais vous dire, Daniel Jackson !

-Je ne comprends toujours pas comment cette jeune femme, qui pourtant d’après le médecin était mal en point, a pu d’un coup, comme ça, sans prévenir, détruire à elle toute seule la salle médicalisée toute entière…

-Il semblerait que cette inconnue est momentanément perdue le contrôle de son armure !

-Oui, il semblerait, dit-il perdu dans ses pensées. Mais pour quelles raisons, Teal’c, pourquoi à cet instant précis et pas à un autre, je… je ne comprends pas… finit-il par admettre.

-Nous si, Daniel ! Intervînt le général qui venait d’entrer dans le labo accompagné de son colonel.

-Jack, Sam, vous allez mieux ?

-D’après vous, Daniel ? s’exclama le général, irrité.

-Oui, Daniel, ça va mieux, ne vous inquiétez pas ! Nous avons juste étaient, comment dire, assommés ! répondit calmement le colonel, un sourire d’excuse aux lèvres.

-Mais que s’est-il passé, bon sang, nous avons eu une peur bleue, avec Teal’c, quand on vous vu allongés, inconscients…

Le général fit une grimace ironique, son colonel sourit et Teal’c leva un sourcil d’incompréhension face à la remarque de Daniel. Ce dernier réalisant, se reprit un léger sourire aux lèvres.

-Ok, j’admets ! J’AI eu une peur bleue, mais ça ne répond pas à ma question !

L’atmosphère pesante d’angoisse venait tout à coup de s’estomper grâce à la remarque de Daniel sur une éventuelle marque de sentiments chez le jaffas si stoïque.

-Je pense que c’est de notre faute ! Avoua le colonel.

-comment ça ?

-Le fait de la toucher simultanément et donc d’actionner tous les cristaux de son bracelet, a déclenché chez elle une réaction, qui lui a fait perdre le contrôle de son armure…

-vous êtes certaine ?

-Daniel, puisqu’elle vous le dit… dit le général, d’un ton exaspéré.

-A vrai dire, il faudrait que je vérifie, mon général, mais je pense que c’est ce qui est le plus plausible, sinon pourquoi s’être déclenché à ce moment et pas un autre ?

-Ouai, vous avez sans doute raison, Sam !

-Bien… Puisque tout à l’air d’être rentré dans l’ordre, je vais retourner à ma paperasserie, et vous, vous avez tous les trois, deux jours devant vous pour me trouver le pourquoi du comment de cette chose à son poigné ! Briefing prévu à 8 heures dans deux jours… Ah, j’allais oublier, Carter, je vous interdis d’approcher cette femme à moins de trois mètres, suis-je bien clair ? dit-il en la menaçant gentiment du doigt.

-Mais, mon général, comment vous voulez vous que je l’étudie, sinon ?

-Raah, Carter, y a pas de mais qui tienne, débrouillez vous comme vous voulez, mais je ne veux pas vous retrouver en miette à l’infirmerie !

-A vos ordres, mon général ! Lui répondit-elle un doux sourire aux lèvres, pour le remercier de son attention à son égard.

Ainsi, chacun vaqua à ses occupations, Teal’c, Daniel et Sam travaillaient en collaboration sur l’étude du bracelet de la jeune femme inconnue, pendant que le Général s’évertuait à maintenir l’ordre dans sa base.
Après une journée de travaux communs à récolter les informations nécessaires à leur compréhension du bracelet, chacun parti dans son labo peaufiner ses recherches. Le colonel, de son coté, travaillant sur le fonctionnement de l’appareil et de l’autre, Daniel, aidé de Teal’c tentaient de traduire les inscriptions du mystérieux bracelet.

Labo de Daniel, le lendemain.

-Voyons un peu ce que ça donne…Alors, ça, en bas, d’après tout ce que j’ai pu comparer, ça ne correspond pas à une langue : M.O’N.C, ce n’est donc ni un mot, ni des symboles particuliers comme sur la porte des étoiles, j’opterai pour des initiales, une abréviation d’un mot ou autre, bref, on verra ça plus tard. En ce qui concerne, la parties supérieure du bracelet, vous m’avez dit y avoir déchiffré du goa’uld, c’est ça ?

-En effet, Daniel Jackson.

-Il y aurait donc deux langues, plus celle-ci. Plus on avance plus ça se complique, on dirait... Récapitulons, autour du cristal bleu, on a donc un texte en Ancien, autour du rouge, du goa’uld : schree noc’tel mate noc’kree mao’c toled my tcha’ deck goa’uld, et pour le blanc, ce serait du latin : humaine, tu es ; humains, tu sauveras ; l’élue, tu seras. En gros, on n’a pas beaucoup avancé… dit-il dans un soupir.

-En effet.

-Merci, Teal’c, ça m’avance beaucoup !! Dit-il ironiquement

-C’est un plaisir, Daniel Jackson.

-Mouais... Sinon, au niveau des gravures décoratives, on a quoi…Ah, oui, c’est ça, les trois cristaux forment un triangle, dont la pointe est tournée vers le porteur du bracelet. Les trois cristaux sont reliés entre eux, jusqu’au centre du triangle, sur le symbole de la Terre, ouais, donc ça c’est bon…Puis réfléchissant un instant... Hein ! Quoi, le symbole de la Terre, mais qu’est-ce que ça vient faire là ? Là, j’en perds mon latin ! Pourquoi ce symbole, ici ? Teal’c, quelle heure est-il s’il vous plaît ?

-12H45.

-Mince, l’infirmerie est fermée à cette heure !

-Qu’avez-vous en tête, Daniel Jackson ?

-Fouiller les effets personnels de la jeune inconnue, pour en apprendre plus sur ces origines ! dit-il fièrement.

Pendant ce temps-là à l’infirmerie…

Installée dans une nouvelle salle médicalisée, la jeune femme n’avait pas repris connaissance depuis l’incident. Cependant, le médecin avait pu noter un net changement de ses fonctions vitales, depuis que le général et le colonel l’avaient touchée. Son pouls était remonté, son encéphalogramme était redevenu stable et indiquait un début de réveil de ces capacités intellectuelles. La plus grande surprise fut de découvrir sous ses bandages de guérison que les brûlures qui avant recouvraient la totalité de son corps suite à l’incident dans la salle d’embarquement avaient en totalité disparu.
En quelques heures seulement, la jeune femme émergea de son inconscience. Au début calme, elle avait timidement ouvert les yeux, découvrant ce qui l’entourait puis tout c’était enchaîné, en moins de dix minutes, elle était passée du calme à la panique totale. Elle commença à gesticuler et hurler de douleur et d’incompréhension. Hurlant des paroles sans queue ni tête. Son visage était tiraillé par la peur. Mais, une fois solidement attachée à son lit, par des soldats en faction devant sa chambre, elle finit par se calmer grâce aux sédatifs, qui lui furent administrés. Le général et SG-1 furent appelés à l’infirmerie, pour constater le réveil de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
http://stargatefiles.forumactif.fr/index.forum
BiBiche
Homme-Lézard
Homme-Lézard
BiBiche

Nombre de messages : 131
Féminin Age : 33
Localisation : Sud-Manche; Normandie

[Stargate-Alternative] 1.02 : Intrusion Empty
MessageSujet: Re: [Stargate-Alternative] 1.02 : Intrusion   [Stargate-Alternative] 1.02 : Intrusion EmptyDim 20 Mai 2007 - 19:43

-Alors, Capitaine, pourquoi cet appel ? Demanda le général, quelque peu inquiet.

-Pour ça ! Mon général ! Répondit le médecin, en leur montrant à travers la vitre blindée qui surmontait la salle médicalisée, la jeune femme attachée sur son lit.

En effet, elle s’était réveillée assez vite malgré les sédatifs, mais était restée calme, observant son nouvel environnement.

-Depuis combien de temps est-elle réveillée ? demanda le colonel Carter.

-Il y a environ trois heures, j’ai noté des changements au niveau de ses fonctions vitales en plus de ses brûlures totalement guéries…

-Totalement ! s’exclama Daniel, mais comment est-ce possible ?

-Peut-être à cause de nous, quand nous l’avons touchée. Intervint Carter.

-Bref, à son premier réveil, elle était tellement agitée, que nous avons dû l’attacher et lui administrer des sédatifs, et là elle s’est réveillée il y a quelques minutes, plus calme, alors je vous ai fait venir. Termina le médecin.

-Nous pouvons la voir ? demanda Daniel

-Oui, mais ménagez là, je ne sais pas comment elle va réagir ! Indiqua le médecin avant de rejoindre la jeune femme, accompagné de SG-1.

Quand ils arrivèrent dans la salle médicalisée, la jeune femme ne les avait pas encore remarqués. Mais quel ne fut pas le choc lorsqu’enfin elle croisa leur regard. Ses poings se serrèrent et elle se mit à gesticuler sur son lit comme pour se défaire de ses attaches, continuant de les fixer avec un regard si pénétrant. On pouvait nettement distinguer dans son regard bleu océan, de la colère, de la peur et de l’incompréhension.

-Mon dieu… murmura le général en croisant la jeune femme du regard. *Ce regard bleu, il l’avait déjà vu, il lui ressemblait tellement, non ce n’était pas possible, il radotait ! Pourtant…* (jack)

-Mon général, ça ne va pas ? demanda son colonel, inquiète.

Il fixait à présent son second, incrédule, puis se reprit et la rassura qu’il n’y avait rien, ou presque. A présent, ils pouvaient enfin découvrir la jeune femme qui avait réussi à passer la porte malgré l’iris : elle paraissait jeune, pas plus de vingt ans. Elle avait les cheveux longs bruns parsemés de mèches blondes qui encadraient un visage fin et agréable, aux beaux yeux bleus. Elle avait quelque chose de familier malgré son agitation permanente. Elle les regardait avec des yeux exorbités, pire que si elle avait rencontré des morts, son regard avait perdu sa peur, mais pas sa douleur ni sa colère et encore moins son incrédulité face à eux. Elle gesticulait de plus en plus, se soulevant de rage de son lit, les fusillant du regard, grognant même, mais ne prononçant aucun mot. Elle parvînt à se libérer d’un de ses liens, mais fut vite arrêtée par des soldats qui la maintinrent pendant que le médecin lui injectait de nouveau un sédatif. Quelques minutes suffirent à la rendre inoffensive, mais toujours consciente.

-C’est pas aujourd’hui que l’on apprendra d’où elle vient ! Plaisanta le général pour détendre l’atmosphère.

Mise à part le général O’Neill, aucun autre n’avait encore parlé depuis leur entrée dans la salle médicalisée. Daniel avait l’air subjuguait par la jeune femme, Teal’c se méfiait et Carter, incrédule, observait la scène qui se déroulait sous ses yeux. Ils finirent par s’approcher de plus près de la jeune femme au bord de l’endormissement. Ils l’observaient, tous, sans dire un mot, attentifs aux moindres gestes de sa part. Elle aussi, elle les observait, les yeux mi-clos, jusqu’au moment où elle tendit son bras encore libre des attaches, vers le visage du colonel, en murmurant :

-par…donne… moi… j’ai éch…oué…Finit-elle par murmurer, une larme coulant sur son visage.

Elle retomba inconsciente, endormie par les sédatifs. Tous étaient maintenant tournés vers le colonel Carter, cherchant une réponse à ce qui venait de se passer.

-Carter ?!

-Sam ? Qu’est-ce qui passe ? S’enquit Daniel

-Je n’en ai aucune idée !! Répondit-elle, le regard perdu sur la jeune femme inconsciente…

Tous attendirent une réponse qui ne vînt pas.

-Bon ! Eh bien, je crois que du travail vous attend pour le briefing de demain matin ! Non ? Finit par dire le général, pour couper court à ce silence pesant.

-Euh, oui, mon général ! Se reprit Carter, en lâchant la jeune femme du regard.

-En effet, O’Neill !

-Bien, alors au boulot ! dit-il en sortant de l’infirmerie.

Tous retournèrent à leurs occupations, chacun de son côté. Laissant ainsi le médecin s’occuper de la mystérieuse inconnue. Après avoir récupéré les affaires personnelles de la jeune femme, à l’infirmerie, Daniel s’enferma de nouveau dans son labo. Teal’c parti en salle de sport. Carter tenta tant bien que mal de se concentrer sur le métal inconnu qui constituait l’armure de la jeune femme. Et le général se cloîtra dans son bureau pour finir sa paperasserie.

Labo de Daniel, quelques heures plus tard.

Daniel s’était remis à la traduction du bracelet. Il tournait désespéramment en rond, quant à la signification des phrases inscrites autour des différents cristaux. Il avait bien réussi à les traduire, mais ne trouvait pas le lien qui les réunissait. Que pouvait bien faire le symbole de la Terre sur ce bracelet ? Et ses initiales : M.O’N.C, que pouvaient-elles bien signifier ?

-Arrgh, qu’est-ce que ça m’agasse de ne pas trouver… finit-il par se grogner à lui-même, pour se remotiver. Il finit par réfléchir à voix haute.

-Bon ! Reprenons,
- autour du cristal rouge, du Goa’uld : «L’Elue des étoiles, par son sang maternel, se fera l’ennemi de son ennemi ».
- autour du cristal bleu, de l’Ancien : « De son sang paternel, Pouvoir infini d’une race disparue, en l’Elus de la cinquième des races, sauvera sa race de la destruction, de sa propre chair ».
- autour du cristal blanc, de l’Anglais natif : « Humaine, tu es ; Humains, tu sauveras ; L’Elue, tu seras ».
Et puis, le symbole de la Terre, qui par définition représente la mère patrie de chaque être humain de la galaxie, qui, ici, relie les trois cristaux, soit les trois races. Ensuite… Ensuite, et bah rien… se résignât-il, en apercevant la besace de la jeune femme sur son bureau.

-Peut-être, aurais-je plus de chance avec ses effets personnels… dit-il en commençant à en examiner le contenu.

Il déballa le contenu sur son bureau, triant d’un coté ce qui était susceptible d’être intéressant et de l’autre ce qui ne l’était pas. Un collier formé d’un pendentif en cristal blanc, une sorte de serre-tête à positionner sur le front, surmonté lui aussi d’un cristal blanc, puis une masse compacte du même métal que celui du bracelet et de l’armure de la jeune femme, avaient été mis de coté par Daniel. Le collier, n’avait en apparence rien d’extraordinaire, mais le cristal qui constituait le pendentif l’intriguait. L’espèce de serre-tête semblait être une interface neuronale comme ceux auxquels SG1 avait eu à faire avec les Toc’kras et Hathor. Et le dernier objet le laissait dubitatif quant à sa fonctionnalité. On aurait dit un livre en métal désespérément fermé. Il était orné des mêmes motifs et cristaux que le bracelet. Ce qui lui donna une idée : Elle, elle peut l’ouvrir. Il fila ainsi prestement en direction de l’infirmerie.

-Ah, docteur, c’est vous que je cherchais… serait-il possible d’aller voir la jeune femme ?

-A vrai dire, vous tombez plutôt mal, elle fait une nouvelle crise…dit-il essoufflé. Et nous ne parvenons pas à la calmer… Elle a réussi à se détacher et elle s’est recluse dans un coin de la salle et personne n’arrive à l’approcher, sans qu’elle ne déclenche son armure à travers toute la pièce.

-Et si je parvenais à la calmer…osa–t-il

Le médecin le regarda un instant, semblant réfléchir à sa proposition.

-D’accord, mais à une condition…

-Laquelle ? S’empressa de demander Daniel.

-Ne prenez pas de risques inconsidérés, au moindre problème, vous ressortez de la salle !

-Adjugé !

Il pénétra doucement dans la salle médicalisée. Le médecin n’avait pas menti la salle était lacérée de toutes parts. Et, elle, elle était là, au fond de la salle prostrée dans un coin, sanglotante, se tenant frénétiquement les tempes. Elle semblait répéter inlassablement les mêmes mots, indissociables, de là où se tenait Daniel. Il s’approcha un peu plus de la jeune femme, mais garda tout de même une distance raisonnable. Il s’accroupie et lui adressa enfin la parole.

-Eh ! Est-ce que ça va ? Lui souffla-t-il doucement.

Elle releva brusquement la tête dans sa direction, nerveuse, le corps tremblant et le regard hagard. Elle semblait ne pas pouvoir contrôler les réactions de son corps, Elle lutait, mais contre quoi, ou contre qui ?

-Je ne vous veux aucun mal…Je voudrais seulement savoir qui vous êtes ? Lui dit-il toujours doucement, tentant de la rassurer.

-Non… Je…murmura-t-elle au bout d’un moment

-Oui… S’impatienta Daniel

-Vous n’êtes… pas…murmura-t-elle avec difficultés.

-Je ne suis pas quoi, dites moi, je ne vous ferais rien…

-Réels…Finit-elle par avouer

Etonné, Daniel ne répondit pas tout de suite. Réels, qu’entendait-elle par « pas réels ». Pour lui, il était plus que vivant, elle divaguait sûrement.

-Qu’entendez vous par « pas réel » ? demanda Daniel

Docilement, comme apaisée par la voix de Daniel, elle lui répondait.

-Vous n’êtes pas réels ! Répéta-t-elle avec plus d’assurance dans la voix

-Oui, ça je le sais vous venez de me le dire ! S’impatienta Daniel

Mais l’impatience de Daniel irrita la jeune femme qui redevint agité. Les cristaux de son bracelet se mirent à briller et les harnachements au niveau de ces articulations commençaient à vibrer dangereusement. Certains morceaux se détachaient déjà légèrement de leur socle. Daniel se recula, de peur.

-Vous êtes des imposteurs, des monstres…. Hurla-t-elle, le visage haineux et balayé par les larmes.

-Mais non, voyons, nous ne…

-Vous ne m’aurait pas, je préfère mourir que d’être votre prisonnière…le coupa-t-elle, dans un élan de colère.

-Mais non, vous n’êtes pas notre prisonnière, vous avez débarqué chez nous, comme ça sans prévenir par la porte des étoiles. Vous étiez blessée, alors on vous a soigné. En plus vous avez sauvé mon amie de l’explosion, vous savez la jeune femme blonde aux yeux bleus…

-Vous mentez…VOUS MENTEZ ! Continua-t-elle.

-Je vous assure que non…

-VOUS ETES TOUS MORTS ! Hurla-t-elle, coupant ainsi la parole à Daniel qui ne savait plus quoi dire.

-Mais enfin, puisque je suis devant vous c’est que je ne suis pas mort, à la fin ! Dit-il d’une traite, agacé, afin de ne pas être coupé.

*Se pouvait-il, qu’il dise vrai à propos de tout ça, ils seraient réels… non, non ce n’est pas possible, ils sont morts, je les vus mourir, c’est une ruse pour me faire parler, j’ai déjà déshonoré ma famille et ma race, alors je dois me taire ! Pourtant, ce regard… et Elle, et lui! Ils leurs ressemblent tant… Non, non, tais-toi ! …. Mais, alors pourquoi je n’arrive pas à contrôler mon armure, c’est comme si elle ne répondait plus à moi, mais à quelqu’un d’autre et cette chaleur en moi qui me ronge et que je n’arrive pas à contrôler… Ils me mettent à bout, pour que je parle plus facilement… alors je dois me taire !*

-Pour l’amour du ciel, foutez moi la paix, laissez moi mourir…Supplia-t-elle, arrêtant là, ses pensées, pour le moins embrouillées.

Daniel se tut définitivement à l’écoute de cette expression, sidéré. Dans un élan de lucidité il décida d’abattre son dernier joker qui pourrait lui permettre de comprendre qui était cette jeune femme, si torturée par on ne sait quel monstre psychique ou réel. Alors, il lui montra l’espèce de livre métallique qu’il avait trouvé dans ses affaires espérant qu’elle lui ouvrirait.

-Et ça, en lui désignant l’objet métallique, puisque vous voulez mourir, je peux le détruire ? Lui dit-il d’un ton cynique.

Elle fixait l’objet qu’il tenait dans ses mains. Son visage se crispa, ses larmes et sa colère redoublèrent, mais elle restait silencieuse les mains tremblantes sur ses tempes. Elle menait apparemment un combat intérieur contre elle-même.

*Non, résiste, tu ne dois pas lui dévoiler l’importance de cet objet, nooonnnnnnn, résiste, pour tout ceux que tu as trahis, résiste ! Résiste, tu ne dois pas parler… Mon dieu, mais s’il le détruit c’est comme s’il tuait ma famille, une deuxième fois, je ne peux pas, nooonnnn, je ne peux pas…..résister !*

Dans un élan de folie, elle se jeta sauvagement sur Daniel qui tenta de s’échapper, en vain. Elle voulait à tout prix récupérer l’objet si précieux à ces yeux. Mais cet excès d’humeur avait rendu l’armure de la jeune femme incontrôlable. Ca fusait dans toute la pièce. Au regard de la jeune femme, on pouvait aisément comprendre qu’elle ne maîtrisait pas les assauts de son armure. Elle hurlait à en perdre haleine. Son armure la blessait et elle essayait vainement d’en prendre le contrôle. Mais elle n’eut pas le loisir de poursuivre ses tentatives, que son armure vint l’assommer contre un mur de la salle médicalisée. Elle finit inconsciente et sévèrement blessée au pied d’un des murs de la salle. Quant à Daniel, après s’être fait agresser par la jeune femme, il avait réussi à se dégager, heureux de constater en sortant de la pièce, que son stratagème avait fonctionné : l’espèce de livre métallique se trouvait ouvert dans ses mains. Il pouvait maintenant élucider le mystère qui entourait cette jeune femme sortie de nulle part.
Après s’être assuré auprès du médecin, que la jeune femme était hors de danger, Daniel fonça dans son labo, étudier l’objet métallique. Quant à Carter, elle avait un peu plus avancé que ces dernières heures. Elle avait pu déterminer comment le métal qui constituait l’armure de la jeune femme, fonctionnait, mais certains points restaient tout de même obscurs. Mais l’heure n’était plus aux réflexions, demain, tous devaient se lever tôt pour le débriefing, avec le général, à propos de la jeune femme. Seul, Daniel passa sa nuit à étudier l’objet. Ce n’est que vers trois heures du matin, qu’un « Au mon Dieu… » s’exclama du labo de Daniel. Peu de temps après lui aussi parti rejoindre ses quartiers.
Revenir en haut Aller en bas
http://stargatefiles.forumactif.fr/index.forum
BiBiche
Homme-Lézard
Homme-Lézard
BiBiche

Nombre de messages : 131
Féminin Age : 33
Localisation : Sud-Manche; Normandie

[Stargate-Alternative] 1.02 : Intrusion Empty
MessageSujet: Re: [Stargate-Alternative] 1.02 : Intrusion   [Stargate-Alternative] 1.02 : Intrusion EmptyDim 20 Mai 2007 - 19:44

Le lendemain matin, salle de briefing, 8H00.

SG1 était déjà installé depuis un petit moment autour de la table de réunion, discutant tranquillement en attendant l’arrivée retardataire de leur général.

-Bien le bonjour à tous ! Salua le général en s’installant à sa place.

-Mon général !/ O’Neill !/ Bonjour Jack !

-Alors, dites moi tout sur l’inconnue qui détruit notre infirmerie !

-Daniel ? Interrogea le colonel Carter

-Non, Sam, allez-y, je voudrais vérifier si ce que vous avez découvert coïncide avec ce que moi j’ai découvert, si cela ne vous dérange pas ? S’enquit Daniel

-Pas de problème, Daniel ! Alors, voilà, pour faire court, mon général, son armure est un alliage de naqquadah, de naqquadriah et de Trinium… C’est un alliage à la fois très résistant face aux impacts d’armes telles que les lances jaffas, ou celles de types décharges comme les zat’niktel, mais aussi très élastique. Je m’explique, son armure résiste à tout, en plus de pouvoir se rétracter et se déployer à volonté, comme nous avons pu le constater. Le Trinium lui donne sa résistance, le naqquadah, un peu de souplesse et c’est le naqquadriah qui fait le lien entre les deux autres métaux, il leur donne cette élasticité contrôlée. J’en arrive donc à la façon dont elle le contrôle. C’est simple, elle contrôle les réactions nucléaires du naqquadriah grâce aux trois cristaux qui sont incrustés dans le bracelet. Grâce aux gènes des Anciens et Toc’kras, elle peut commander son armure comme on commande une télévision, elle fonctionne comme les armes de points des goa’uld et la chaise des Anciens en Antarctique, c’est un savant mélange des deux technologies ! …. Elle est la preuve d’une avancée technologique importante, elle a su allier les deux plus grandes forces en une seule à la fois sur un point de vue génétique que technologique, c’est incroyable !

-Pourriez-vous reproduire cette technologie, Carter ?

-Seule, je ne pense pas, mon général, mais avec son aide, oui, avec du temps. Il faudrait qu’elle m’en explique les bases. Cependant, pour l’utiliser il faudrait posséder les deux gènes à la fois !

-Bien, on fera le nécessaire pour continuer les recherches sur cette technologie… Mais en ce qui concerne l’aide de la jeune femme cela semble encore très compromis ! Daniel, qu’avez trouvé, vous ?

Daniel, qui avait écouté depuis le début le récit du colonel, semblait de plus en plus étrange, un sourire énigmatique accroché aux lèvres.

-Jack, vous n’allez pas en croire vos oreilles ! S’exclama Daniel

-Pour ça, Daniel, il faudrait que vous nous expliquiez de quoi il retourne ! Rétorqua le général, ironique, ce qui fit sourire tout le monde, et hausser un sourcil à Teal’c.

-Exact, mais avant, je voudrais que vous accédiez à ma demande…

-Qui est ?

-De faire venir la jeune femme en salle de briefing, avec nous !

-N’y pensez même pas, Daniel, il en est hors de question, elle est instable et risque à tout moment de perdre le contrôle de son armure, refuser ! répondit le général.

-Jack, je pense avoir découvert son identité, et si elle s’avère être celle que je pense, on a rien à craindre, elle est juste déstabilisée par la situation et il faut que nous lui expliquions…

-Daniel, j’ai dit non, vous pouvez très bien nous expliquez, sans qu’elle soit présente, non ?

-Oui, mais non, elle doit être présente, Jack, faites moi confiance, de plus j’ai demandé au médecin de lui donner assez de sédatifs, pour qu’elle reste à la fois calme et consciente ! Jack, je vous en prie, faites-moi confiance ! Supplia Daniel.

-Rrrahhh, Daniel, c’est bon, mais je vous préviens s’il arrive quoique se soit, je vous tiendrais pour responsable, c’est compris ? Sergent faites venir la jeune femme ! Ordonna-t-il au soldat en faction devant la porte.

-Bien mon général ! Obéit-il en sortant de la salle.

En attendant l’arrivée de la jeune femme en salle de briefing, Daniel étala les objets personnels de la jeune femme, qu’il avait étudiés, sur la table. Tous le regardaient intrigués, espérant des réponses à toute cette histoire, qui avait pris un tournant plus que mystérieux. Quelques instants plus tard, la jeune femme, entourée de gardes, fut installée en bout de table en face du général O’Neill. Cette dernière semblait déconnectée de ce qui l’entourait. Le regard vide, elle fixait la table devant elle.

-Bien, nous allons pouvoir continuer… Daniel ?

-Encore une chose, si vous le permettez, Jack ?

-Je trouve que vous poussez un peu trop loin le bouchon, Daniel, ma patience a des limites ! S’exaspéra-t-il

-Je sais, mais je pense que ce qui va être dit à partir de maintenant, doit rester dans cette pièce, sans vous offenser, messieurs ! Dit-il en se tournant vers les gardes, qui surveillaient la jeune femme.

-Bien, si ça peut vous faire cracher le morceau…au point où on en est, on est plus à ça près… messieurs, veuillez patienter dans le couloir, je vous pris ! Soupirant par capitulation.

-Bien, mon général ! Dirent-ils en sortant.

-Bon, Daniel, c’est tout, cette fois-ci, où il vous autre chose… un café, peut-être, non ? Vous êtes sur ? Ironisa-t-il, ce qui ne manqua pas de faire sourire le colonel Carter.

-Bien, alors voilà ce que j’ai découvert : D’après les inscriptions se situant autour de chaque cristal, j’ai pu traduire trois phrases, caractérisant toutes, l’utilisateur de ce bracelet, en fonction de la nature technologique de chaque cristal. Cela donne : Autour du cristal bleu, de l’Ancien : « De son sang paternel, Pouvoir infini d’une race disparue, en l’Elus de la cinquième des races, sauvera sa race de la destruction, de sa propre chair ». Autour du cristal rouge, du Goa’uld : «L’Elue des étoiles, par son sang maternel, se fera l’ennemi de son ennemi ». Et enfin, autour du cristal blanc, de l’Anglais natif : « Humaine, tu es ; Humains, tu sauveras ; L’Elue, tu seras ».La disposition des symboles n’est pas anodine, les trois cristaux sont disposés en triangle, au centre duquel se situe le symbole de la terre, tous ceci pour dire qu’elle n’est autre qu’une humaine issue de la Terre, qui possède en plus, comme vous le savez les gènes des Anciens et Toc’kras, qui lui ont été transmis par ses parents. Il lui est donc possible de contrôler la technologie que Sam nous a décrite…

Durant le discours de Daniel, La jeune femme était restée calme, voire attentive à ce qui se disait, se méfiant tout de même, de ce qui se tramait ici, dans cette base.

-En plus, de son bracelet, j’ai étudié quelques autres de ses effets personnels, entre autre celui-ci ! dit-il en poussant l’objet métallique rectangulaire au milieu de la table, pour que tout le monde puisse l’observer à sa guise.

La réaction de la jeune femme ne manqua pas de tarder, à la vue de l’objet. Elle daigna enfin lever les yeux vers eux dans un regard de mépris, de haine et de douleur, qui n’annonçait rien de bon. Cependant, mis à part ce regard lourd de reproche, elle ne bougea pas, se contentant de les observer, avec haine.

-Maintenant, dit Daniel en s’adressant à la jeune femme, je vous laisse le choix, entre nous expliquer vous-même qui vous êtes, et celui de dévoiler tous vos secrets en ouvrant votre ordinateur !

-C’est un ordinateur, Daniel ? Interrogea le colonel Carter.

-En quelque sorte, oui !

-Vous ne pourrez pas l’ouvrir ! s’exclama tout à coup la jeune femme.

Tous étaient maintenant tournés vers elle, pendu à ses lèvres. C’était pour eux, mis à part Daniel, la première fois qu’ils l’entendaient parler avec cohérence.

-Et pourquoi, je ne pourrais pas ?

-Je suis la seule à pouvoir l’ouvrir ! dit-elle calmement, ce qui contrastait avec l’expression de son visage, elle tentait apparemment de maîtriser ses émotions.

-C’est là que vous faites erreurs, ce que vous redoutez tant, est là devant vous, et vous, vous refusez d’y croire, pourquoi ? … J’en ai appris sur vous bien plus que vous ne le pensez… Mo’nc, parce que c’est votre surnom, n’est ce pas ?

A ces paroles, la mâchoire de la jeune femme s’était crispée, son regard, humidifié de larmes qui menaçaient de couler. Tout son corps tremblait, pourtant elle se maîtrisait tant bien que mal, essayant de ne rien laisser paraître, en vain.

-Vous mentez ! Murmurait-elle de manière audible.

-Et pourquoi le ferais-je ?

-Pour me nuire, pour me faire parler, pour me voir mourir !

-Vous voulez une preuve que je ne vous ai jamais menti et que vous avez tord ?

-Daniel, mais de quoi parlez-vous à la fin ? Intervint tout à coup le général, qui tout comme Teal’c et le colonel Carter, avait jusque là silencieusement suivi l’échange entre Daniel et la jeune femme.

-Alors regardez ! Ordonna Daniel à la jeune femme.

Daniel se leva de sa place et contourna la table pour venir entre le général et le colonel. Il approcha l’ordinateur métallique près d’eux et s’adressa à ses deux compères.

-Jack, Sam, vous allez à mon signal toucher l’objet ensemble en vous concentrant sur l’idée de vouloir l’ouvrir…

-Mais, Daniel qu’est ce que…

-Sam, faites ce que je vous dis, vous comprendrez en temps voulu, une fois l’ordinateur ouvert ! Jack ! Faites ce que je vous dis, s’il vous plaît ! La coupa-t-il, Bien, à trois, un, deux, trois…

Simultanément, Le général et son second posèrent une main sur l’ordinateur en se concentrant. Pendant quelques secondes, rien ne se produisit, puis soudain, comme pour l’armure de la jeune femme, le métal composant l’ordinateur se mit en mouvement, pour se rétracter et enfin, il s’ouvrit tel un livre. Un hologramme surgit au dessus, faisant apparaître des symboles. Surpris, le général et le colonel retirèrent leur main précipitamment de l’ordinateur.

-Non… non…non, ce n’est pas possible, vous ne pouvais pas être…dit-elle dans un gémissement de douleur.

Le simple fait que le général et son second aient réussi à ouvrir son ordinateur, avait bouleversait la jeune femme, elle ne contenait plus les larmes qui glissaient maintenant abondamment sur ses joues.

-Daniel, qu’est ce que ça veut dire ?

-Jack, j’essaye juste de lui faire comprendre que nous ne sommes pas ses ennemis et que nous sommes bien réels.

-Mais vous ne pouvez pas être réels, vous ne pouvez pas, je vous ai vu mour…. Oh mon dieu ! Non ! Ils ont osé faire ça… Pourquoi ? Souffla la jeune femme, qui semblait se parler à elle-même plus qu’aux membres de SG-1 et de leur général.

-Pour l’amour du ciel, je voudrais bien que quelqu’un m’explique ce qui se passe dans cette pièce ! S’emporta le général.

Simultanément, Daniel et la jeune femme se consultèrent du regard. Le regard de cette dernière exprimait tant de choses, qu’il était difficile de savoir ce qu’elle pensait à présent. Mais, soudain il changea, un sentiment ressorti parmi les autres, la résignation, la jeune femme semblait avoir capitulé face à Daniel. Inspirant profondément, comme pour trouver en elle tout le courage possible pour leur expliquer, elle ouvrit la bouche.

-Je… Je ne sais pas par quoi commencer… souffla-t-elle quelques instants après.

-Qui êtes vous ? demanda Daniel qui tentait de guider la conversation.

-L’Elue des Etoiles…

-L’élue de quoi ? demanda bêtement le général

-Je suis l’élue de ma race, des humains. La confédération des T.H.A.J.N.E, m’a nommée ainsi à ma naissance. Je devais sauver ma race de la destruction totale… Nos ennemis, que nous avions jusque là réussi à repousser, ont trouvé un moyen d’éradiquer les humains de la galaxie, pour atteindre le pouvoir suprême…J’ai donc été élevée dans le but de les repousser, car mes prédispositions génétiques me rendaient dangereuse pour nos ennemis…

-Quel âge avait vous ?

-J’ai 20 ans…

-De quelle époque venez-vous ! Intervînt Daniel.

-Que voulez-vous dire, Daniel ? demanda le colonel.

-Il veut dire que je suis une humaine issue du monde natif, La Terre… Mais il se trouve que je suis née en 2006 aux Etats-Unis…

-Ce qui veut dire que vous allez naître l’année prochaine… s’exclama le colonel Carter.

-Oui…Répondit la jeune femme, en la fixant d’un regard perçant et déstabilisent.

-Mais alors vous venez du …commença le général.

-Du future. Il y a trois jours encore, j’étais en 2026.

-Pourquoi êtes-vous ici à présent ?

-Au début, je ne comprenais pas… J’étais entrain de mourir aux mains de mes ennemis quand le vortex m’a happée, et je me suis retrouvée ici, sans le vouloir, sans savoir où j’étais… Et puis je vous ai reconnus… en premier, j’ai cru que c’était une ruse de l’ennemis pour m’affaiblir et me faire parler, et puis, trop de choses autour de moi, m’ont faites douter de ma première opinion… trop de ressemblance, de paroles, de personnes et de lieux qui me hurlaient que je ne rêvais pas… C’est Daniel, qui m’a poussée à voir la réalité que je refusais d’admettre, car il était impossible que j’aie pu retourner dans le passé, c’est interdit par les lois… En y réfléchissant bien, je crois que les anciens m’ont donnée une nouvelle chance de sauver ma race, de sauver plus 180 milliards d’individus de la mort…
Revenir en haut Aller en bas
http://stargatefiles.forumactif.fr/index.forum
BiBiche
Homme-Lézard
Homme-Lézard
BiBiche

Nombre de messages : 131
Féminin Age : 33
Localisation : Sud-Manche; Normandie

[Stargate-Alternative] 1.02 : Intrusion Empty
MessageSujet: Re: [Stargate-Alternative] 1.02 : Intrusion   [Stargate-Alternative] 1.02 : Intrusion EmptyDim 20 Mai 2007 - 19:44

-Les anciens, nos anciens ? S’interrogea le général.

-Oui et non, les anciens sont les premiers hommes de la galaxie, le peuple qui a construit la cité d’Atlantis, ainsi que la technologie de la porte des étoiles. Ils ont acquis un niveau de technologie, d’intelligence et de conscience exceptionnels, au point de renoncer à tout par la suite pour revenir à l’origine de l’homme, l’énergie pure, c'est-à-dire l’ascension. Cependant, en premier lieu, ils croyaient que c’était comme une sorte de paradis, en fait, il s’est avéré être un plan d’existence final, où l’être prend toute sa valeur et prend conscience de ce qui l’entoure et le maîtrise enfin…

-Attendez si j’ai bien compris, vous nous connaissez ? demanda le colonel

-Euh, oui…murmura la jeune femme, tête baissée.

-Racontez nous comment vous en êtes arrivé là, vos ennemis, votre technologie… s’empressa Daniel.

-Daniel, non, elle ne doit pas, sinon elle modifierait notre future et son présent, nous devons trouver un moyen de vous faire retourner dans votre époque ! Opina le colonel.

-Vous ne pourrez pas…

-Pourquoi, nous avons bien déjà réussi une fois !

-Je sais, et vous réussirez de nouveau, mais si je suis là, ce n’est pas une erreur, ils m’ont envoyée ici, pour que je comprenne là où j’ai échoué à sauver ma race…

-Vous n’avez pas réussi à les sauver ? Intervînt tout à coup Teal’c, qui s’était depuis le début contenté d’écouter la conversation.

-Non, je n’ai pas réussi à réaliser la prophétie ! Admetit-elle honteuse. Tous avaient une confiance illimitée en moi, en mes pouvoirs, mais ils ont oublié que je suis comme eux, humaine, avec des sentiments, des doutes et des peurs… Et je n’ai pas réussi à me servir de mon armure comme je le devais, ma douleur et ma haine m’ont trahie, et ont affaibli mon pouvoir au point de ne plus pouvoir me défendre moi-même… J’allais mourir quand j’ai atterri ici…

-Cela ne change rien, si vous modifier votre passé, c’est tout l’espace temps qui va en payer les conséquences, vous n’avez pas le droit de choisir pour les autres ! S’opposa le colonel

-Vous apprendrez à vos dépends que l’espace temps est toujours un temps soit peu modifier lorsque vous prenez le risque des voyages temporels, rien que votre présence modifie l’avenir… Comprenez-moi, ils ont désobéi aux lois élémentaires, pour leur élue, pour la survie d’une race entière ! … Je pense que j’ai enfin compris la dernière partie de la prophétie… Ce voyage temporel est la seule chance pour moi de sauver la galaxie de l’extinction finale, je dois modifier mon passé pour sauver votre avenir… sinon nous n’aurons pas d’avenir !

-Quelle était cette prophétie dont vous parler ? demanda Daniel

-Ce sont des écrits du premier ancien qui a réussi les voyages temporels. Nous les avons trouvés sur une stèle sur une planète que vous aviez découverte. En les déchiffrant, Daniel a pu déterminer que ces écrits étaient un récit de tous les évènements historiques importants qui ont régit la galaxie, comme la disparition des Goa’ulds… ou ma naissance…

-Vous voulez dire que cet ancien a passé sa vie à relater tous les grands évènements de la galaxie, mais dans quel but ? Questionna Daniel.

-Peut-être pour celui de voir un jour la galaxie régnait par la paix ! S’exprima-t-elle calmement.

-Que disait cette prophétie à propos de votre naissance? Intervînt Teal’c

-…A l’aube d’une nouvelle aire de paix, l’enfant au sang mêlé naîtra des héros d’hier, pour sauver sa race première, d’un nouvel ennemi à la puissance suprême…La carapace d’or obéi à l’enfant au sang mêlé. De son pouvoir, la mort interdite disparaît mais au prix de sa vie… récita-t-elle comme une automate.

-C’est tout ? S’indigna le colonel.

-Non… L’ampleur de son pouvoir se finalisera, devant l’objet de sa douleur, où tout ce qui aura été perdu trouvera sa valeur dans son cœur et trouvera sa force dans son sang mêlé. Finit-elle.

-Je ne comprends pas tout ! Avoua le général

-Et moi je viens de comprendre, toute l’ampleur de cette prophétie ! Intervînt Daniel

Le silence venait de se faire dans la salle de briefing, face à la révélation de Daniel. La jeune femme avait baissé la tête devant les propos de Daniel, comprenant que la vérité allait être faite sur tout ce qui avait gardé en secret depuis son arrivée. Et la surprise serait grande pour certains, en leur avouant les non-dits, l’avenir serait-il sauvé ou bien anéanti ?

-Expliquez-vous Daniel ? Dit le colonel.

-Je crois que ce n’est pas à moi de le faire ! Répondit-il, puis il se tourna vers la jeune femme qui fuyait du regard à présent.

-Daniel !!! Rouspéta le général, pour qu’il parle.

-Non, laissez, il a raison c’est à moi de vous le dire…Murmura la jeune femme, timidement.

-Nous dire quoi, au juste, c’est quoi toutes ces cachotteries ? S’indigna le général

-Dites leurs qui vous êtes réellement ! Implora gentiment Daniel à la jeune femme.

-Je croyais que vous vous appeliez Mo’nc ? S’interrogea le colonel.

-Mo’nc n’est pas nom, mais l’abréviation de mon nom complet… En réalité, je m’appelle Mao’ling, ce qui signifie …

-Etoile filante, en Goa’uld ! La coupa Teal’c

-…C’est exact…Je…Je voudrais avant de continuer, vous expliquer ce que j’ai vécu jusqu’à présent…Implora la jeune femme en s’adressant au général, de plus en plus impatient face à tous ces non-dits.

-Allez-y, on est plus à une heure près, maintenant ! Ironisa-t-il, ce qui lui valu un regard noir de reproche de son second.

-…A cause de la prophétie, l’identité de mes parents a vite été découverte, et ma venue a été un évènement plus qu’attendu. Ma naissance était signe de victoire, de paix et tous avaient mis beaucoup d’espoir en moi avant même que je sois venu au monde. Ils n’ont pas été déçus. Grâce à mes parents, j’ai hérité d’un patrimoine génétique exceptionnel, comme vous avez pu le constater…
Il s’est trouvé que ce brassage génétique a développé les pouvoirs que renfermaient ces gènes, qui étaient inhibés chez mes parents. Ainsi très tôt, j’ai développé des pouvoirs particuliers, tels que la guérison, la maîtrise de la technologie Goa’uld et celle des Anciens…
Au début, tout ce qui concernait la porte des étoile était inconnu à la population de la Terre, mais la venue de nouveaux ennemis, plus belliqueux que ces têtes de serpents se sont montrés et le gouvernement a dû annoncé au monde l’existence du projet de la porte des étoiles et de tout ce qui la concerne ainsi pour rassurer la population de cette menace ils ont parlé de mon existence et ce que ça impliquait selon la dite prophétie…
J’ai donc été élevée dans le seul but de me battre et de développer mes pouvoirs pour combattre nos ennemis. Mais, ce qu’ils ont sous-estimé c’est que je n’étais pas la petite fille docile, qu’ils attendaient, j’étais plus une tête brûlée comme mon père, dit-elle dans un sourire triste, et tout c’est compliqué, les attaques des ennemis se sont faites de plus en plus ciblées et fréquentes. ET…et, en attendant la finalisation de mon apprentissage, ce sont mes parents et le SGC qui se sont mesuraient à eux… dit-elle dans un hocquement de douleur. Ils sont…ils sont tous morts pour moi, pour moi, souffla-t-elle, alors que les larmes coulaient abondamment sur ses joues. Elle se reprit un peu, mes les larmes continuaient leurs interminables sillons sur ses joues, rosies par la douleur. Moi, qui avais toujours refusé de prendre cet apprentissage au sérieux, j’ai compris bien trop tard, que tous comptaient sur moi, comme mes parents, qui eux n’ont pas hésité à se sacrifier pour moi, pour nous, pour tous, car nous n’avions pas compris la dernière partie de la prophétie… si j’avais su… Je vous aurais tous sauvés, mon dieu…

-Pourquoi nous dire tout ça, maintenant ? Demanda le colonel.

-Parce que… mon nom est Mao’ling O’Neill Carter… D’où M.O’N.C. Avoua-t-elle dans un sanglot en regardant successivement le général et le colonel.

Un silence pesant et lourd de sens accueilla cette nouvelle. Daniel, qui était jusqu’ici restait debout entre le général O’Neill et son second, retourna s’asseoir lourdement dans son fauteuil. Teal’c souleva un sourcil de surprise, le colonel resta la bouche désespérément ouverte où aucun son ne parvenait à s’en échapper. Quant au général, il regardait intensément la jeune femme, essayant de chercher la vérité à travers son regard. Et, bizarrement, maintenant il pouvait lire en elle, comme dans un livre ouvert. Il y voyait la douleur, et l’amour d’enfant qui avait perdu ses parents, la même douleur que lui avait ressenti à la mort de Charlie, la même dans ses yeux là, dans ses yeux qui ressemblaient tant à ceux de sa mère, ce bleu indescriptible dans lesquels il aimait tant se perdre. Tout à coup, après avoir jeté un œil à son second pour voir sa réaction, il prit la parole :

-Je me disais bien que ces yeux là me disaient quelque chose ! Plaisanta le général, pour détendre l’atmosphère et observant la réaction de son second.

Sa réaction ne se fit pas attendre. Elle, qui observait si intensément Mao’ling, se retourna brusquement vers lui, outrée de n’avoir rien vu, de n’avoir rien compris, d’avoir fermé les yeux devant cette ressemblance frappante avec lui, avec ses expressions et son caractère bien trempé. Maintenant qu’elle y regardait bien, cela sautait aux yeux.

-Et moi, je me disais bien que ce vocabulaire me rappelait quelqu’un, « tête de serpent » ; « pour l’amour du ciel »… Se moqua Daniel.

-Mais pourquoi n’avoir rien dit avant ! Reprocha le colonel, d’un ton amer et ému, qui s’était retourné vers la jeune femme.

-Parce que je refusais d’y croire, parce que ce n’était pas possible, vous étiez morts, comment voulez vous croire à quelque chose que vous vouliez tant voir se réaliser, mais qui était impossible… Vous m’avez tellement manquez… Pleura-t-elle.

Le silence se fit de nouveau, mais se fut le colonel qui le brisa en se levant, les larmes aux yeux, et s’approcha de Mao’ling. La jeune femme se jeta littéralement dans les bras de sa mère, pleurant toutes les larmes de son corps. Le général observant la scène d’un regard ému, s’adressa à Daniel.

-Daniel, avez-vous d’autres informations à nous faire part ?

-Rien qui ne saurait attendre, Jack ! Répondit Daniel compréhensif pour ses amis et cette jeune femme.

-Bien, s’il n’y a rien de plus à ajouter pour aujourd’hui, je reporte cette séance à demain matin 10h, vous pouvez disposer, Daniel, Teal’c, vous avez quartiers libre jusqu’à demain matin… Daniel, bon travail ! Dit-il amicalement à ses amis et collègues.

-Merci, Jack ! Au fait, si vous doutez encore de son lien de parenté, le médecin a procédé au test génétique… Et, il est positif…

Le général remercia Daniel d’un signe de tête. Et Daniel et Teal’c sortirent discrètement, laissant Jack, Samantha et leur fille, seuls, et enfin réunis. Le général se leva, et alla rejoindre son second toujours entrain de consoler Mao’ling, qui s’était depuis peu calmée. Cette dernière se détacha de sa mère, et regarda timidement son père dans les yeux, et de nouveau ses larmes montèrent. Alors, il lui ouvrit ses bras, où comme avec sa mère, elle se jeta pour consoler sa douleur, toute timidité envolée. Doucement, l’encadrant tendrement mais fermement de ses bras, il la berça, observant en même temps, son second, qui était en face de lui, les bras ballants et qui les regardait troublée, et terriblement émue. A son tour ému, à la vue de son second profondément touchée par cette situation, il l’attira tendrement à lui et la blottie contre lui à coté de Mao’ling. Docilement, le colonel accepta cette marque de tendresse et se cala dans les bras de son général et embrassa sa fille à coté d’elle. Ils étaient là, tous les trois, Mao’ling et le colonel blottis dans les bras du général, qui les berçait, les embrassant avec amour tour à tour. Tous les trois s’étonnaient silencieusement des émotions qui les submergeaient, ils n’avaient pas réfléchi, ils s’étaient étreints tous les trois comme si cela avait été naturel, comme une vraie famille, qui se serait enfin réunie. Mais, qu’allaient-ils devenir tous les trois ? Cette situation était embarrassante et compliquée pour le général et son second, car tout ceci n’avait pas été prévu, encore moins envisagé…
Les étreintes finies, Mao’ling fut raccompagnée à l’infirmerie, pour se reposer de ses émotions. Comme par enchantement, à la découverte de ses parents, elle semblait avoir repris le total contrôle de son armure. Elle semblait désormais apaisée de ses douleurs. Quant au général O’Neill et son second, ils s’étaient enfermés dans le bureau de ce dernier, tentant désespérément d’établir le dialogue sur ce qui venait de se passer.

-Rrrhm…Euh… Je crois que nous sommes dans de beaux draps, Carter ! Se tenta le général, embarrassé.

-Euh…Oui, mon général, c’est plus qu’une certitude à ce stade ! répondit-elle.

-Qu’allons-nous faire ? Dit-il anxieux.

-C’est à moi que vous demandez ça, mon général ? Je suis toute aussi perdue que vous, si ce n’est plus… finit-elle par murmurer audiblement.

-Mouai… Prenez du repos, Carter, on en reparle demain matin, briefing à dix heures, Vous pouvez disposer ! Souffla-t-il fatiguer, puis il ajouta : Vous pouvez aller voir Mao’ling quand vous le souhaitez, seulement prévenez quelqu’un avant, on n’est jamais trop prudent.

-Bien, mon général ! Obéi-t-elle avant de rejoindre ses quartiers.

Perdus, c’était le mot qui résumait le mieux l’état d’esprit dans lequel tous se trouvait en ce moment, face à cette nouvelle quelque peu perturbante. Ils étaient perdus dans leurs sentiments, dans leurs explications qu’ils voulaient rationnelles, face à la venue de cette jeune femme, ou tout simplement perdus, face à tant d’incertitudes et de probabilités. Quel serait l’avenir de tous, quel serait l’avenir du général et de son second, et quel serait son avenir, à elle, venue des étoiles ? Ce fut une nuit agitée pour tous.

Le général O’Neill et le colonel Carter, trop heureux de se retrouver enfin seuls dans leurs quartiers respectifs, se trouvaient cependant dans le même brouillard sentimental. Ils avaient beau être différents, cette nuit là, se sont les mêmes questions et incertitudes qui vinrent les tourmenter. Ils n’avaient en aucun cas pensé à un avenir, tel qu’il se dessinait ce soir : leur enfant, la chair de leur chair pris dans les griffes du destin pour sauver le monde, il fallait croire que ce gène du patriotisme était un gène héréditaire… Et que fallait-il penser de ces constantes, dans toutes les réalités alternées qu’ils avaient rencontrées, ils étaient ensembles, ils formaient une famille. Ce serait se mentir de dire qu’ils n’y avaient jamais pensé surtout depuis le miroir quantique du Docteur Carter. Et même s’ils avaient toujours su qu’ils y avaient bien plus qu’une simple amitié entre eux, leur relation avait toujours été ambigüe et ça depuis leur première rencontre. Cependant, ils se respectaient et beaucoup de paramètres avaient toujours empêché un quelconque rapprochement entre eux, même si l’envie n’était pas bien loin, ils avaient toujours fait passer les autres, le monde, le bonheur de l’autre, avant leur relation, avant leur propre bonheur, face à beaucoup trop d’appréhension, de mauvais souvenirs, et de respect, pour gâcher leur vie, leur amitié et leur carrière. Toutefois en ce jour, tout ce qui avait été bâti, tous ses accords tacites entre eux, étaient remis en cause par la venue de cette jeune femme. Il faudra l’aider pour accomplir sa soi-disante destinée, et il faudra la soutenir dans les moments difficiles, ensembles, et c’est ce qui sera le plus dur, devoir agir en tant que parents, sans n’avoir jamais passé le cap du simple baiser entre eux, faire semblant que tout va bien, que vous arrivez à gérer la situation, alors qu’au fond de vous cela vous détruit un peu plus chaque jour…
Revenir en haut Aller en bas
http://stargatefiles.forumactif.fr/index.forum
Contenu sponsorisé




[Stargate-Alternative] 1.02 : Intrusion Empty
MessageSujet: Re: [Stargate-Alternative] 1.02 : Intrusion   [Stargate-Alternative] 1.02 : Intrusion Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Stargate-Alternative] 1.02 : Intrusion
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Stargate Omicron III : Le chant des Aellos
» Stargate: Continuum
» Lillie-sheppard/Rodney-Stargate Atlantis-Petit delire
» [Spoilers] Téléfilm #2 : Stargate Continuum
» [RESOLU] Alternative à Outlook

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Multivers :: .:: Fictions, franchises & univers à l'honneur::. :: Stargate :: Vos créations :: Créations Stargate-
Sauter vers: