AccueilPortailChatboxCalendrierFAQGroupesRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Obi-Wan : A Star Wars Story

Aller en bas 
AuteurMessage
Artheval_Pe
Chief of Spatial Operations
Chief of Spatial Operations
avatar

Nombre de messages : 2756
Masculin Age : 27
Localisation : Paris

MessageSujet: Obi-Wan : A Star Wars Story   Sam 23 Sep 2017 - 15:12


Obi-Wan : A Star Wars Story


Projet encore à ses débuts de film Star Wars Stand-Alone consacré à Obi-Wan Kenobi




Réalisateur : Stephen Daldry
Producteurs : Kathleen Kennedy & ?
Scénaristes : ?
Compositeur : ?
-
Nationalité : Américaine
Titre VF : ?
Dates de sortie : ?
Budget : ?
Durée : ?
Pas de classification par âge actuellement connue



Dans le courant du mois d'août, l'information est sortie que LucasFilm avait engagé le réalisateur britannique Stephen Daldry (Billy Elliot, The Hours, The Reader) pour travailler sur un projet de film Stand-alone sur Obi-Wan Kenobi qui n'a pour l'instant semble-t-il ni script ni scénariste. L'information dévoilée par The Hollywood Reporter a depuis été confirmée par Variety.

C'est un choix très intéressant, à mon avis, pour plusieurs raisons :
- Stephen Daldry, qui a commencé dans le théâtre, est avant tout un metteur en scène, un directeur d'acteurs, et quelqu'un qui est bon dans ce domaine. C'est donc un excellent choix pour diriger un film de genre, à une époque où (je trouve), trop de jeunes réalisateurs sont focalisés sur le visuel et la technique au point de négliger les personnages, donnant une absence ou un manque de profondeur dramatique à leurs films (je pense notamment à Gareth Edwards, Colin Trevorrow et d'autres). Or je pense qu'un film émotionnellement plus fort et centré sur les personnages ne peut pas faire de mal à Star Wars.
- Ce n'est pas un produit d'Hollywood. Il a surtout travaillé en Angleterre après une carrière dans le théâtre dans le West End, avant de faire un film (américain) aux Etats-Unis puis un autre (brittanico-brésilien) au Brésil. Depuis, il travaille sur Wicked et a réalisé deux des épisodes de la série The Crown de Netflix dont il est aussi producteur.
- C'est un réalisateur de talent et reconnu comme tel, qui a été souvent nominé à des prix, et a amené ses acteurs à l'être également (et à en remporter). Il est susceptible de permettre à Star Wars de rencontrer un succès populaire ET critique.
- Il a su se tirer avec succès d'importantes difficultés de production (décès d'un producteur et départ d'un directeur photo) durant le tournage d'un film. Et il a su travailler efficacement sur de petits budgets ce qui devrait éviter les problèmes de riche qui peuvent arriver sur une grosse production (à l'instar de Lord & Miller qui tournaient à un rythme extrêmement lent car ils improvisaient en partie leur réalisation).

Par contre (et c'est ce qui en fait un risque) : hormis sur Wicked prévu pour sortir en 2019, il n'a jamais travaillé sur un film de genre avec les contraintes de production que ça implique. Cependant, son expérience sur des productions historiques devraient l'aider dans ce domaine. Ça laisse cependant pas mal de questions sur l'aspect créatif qui pourrait être un vrai défi.

_________________
Stargate Earthling Fleet


Dernière édition par Artheval_Pe le Ven 13 Juil 2018 - 15:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Mckay
Gouverneur Planétaire à Mandibules
Gouverneur Planétaire à Mandibules
avatar

Nombre de messages : 1165
Masculin Age : 27
Localisation : Quelque part dans l'univers...

MessageSujet: Re: Obi-Wan : A Star Wars Story   Sam 23 Sep 2017 - 16:03

D'après ce que j'ai lu sur ce projet, l'action se situerait entre les épisodes III et IV. Mais je ne me rappelle pas avoir lu que ce projet était le choix définitif de troisième film spin-off fait par LucasFilm.

Quoi qu'il en soit, j'espère que Ewan McGregor reprendra bien son rôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artheval_Pe
Chief of Spatial Operations
Chief of Spatial Operations
avatar

Nombre de messages : 2756
Masculin Age : 27
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Obi-Wan : A Star Wars Story   Sam 23 Sep 2017 - 16:24

D'après les informations disponibles publiquement, rien n'est encore fixé. La seule chose qui est certaine, c'est que le prochain spin-off sera celui sur Han Solo prévu pour 2018 et réalisé par Phil Lord & Christopher Miller puis Ron Howard. Mais LucasFilm travaille également sur des spin-offs consacrés à Yoda et Boba Fett. Impossible de savoir ce qui sortira en premier ou quand, mais celui consacré à Obi-Wan semble avoir l'avantage d'avoir depuis cet été un réalisateur. Peut-être donc sortira-t-il en 2020, mais il n'est pas certain qu'il sorte tout court : il semble en être au tout début du développement.

_________________
Stargate Earthling Fleet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Podracers
Homme-Lézard
Homme-Lézard
avatar

Nombre de messages : 103
Masculin Age : 36
Localisation : Terre

MessageSujet: Re: Obi-Wan : A Star Wars Story   Ven 13 Juil 2018 - 14:01

Un spin-off sur Obi-Wan Kenobi, sur Boba Fett, sur Jabba the Hutt, sur la jambe droite d'IG88, sur la jeunesse anarchiste de Yoda... dois-je continuer ? Sleep
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artheval_Pe
Chief of Spatial Operations
Chief of Spatial Operations
avatar

Nombre de messages : 2756
Masculin Age : 27
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Obi-Wan : A Star Wars Story   Ven 13 Juil 2018 - 15:20

On dirait quand même que le relatif four qu'a fait Solo a un peu calmé Disney en matière de spin-offs étant donné que des rumeurs ont émergé que leur développement aurait été entièrement stoppé. Ron Howard a démenti, mais il n'est pas impossible que les projets les moins avancés aient été temporairement interrompus.

Tant qu'on en parle, plusieurs nouvelles informations ont émergé sur le film Obi-Wan :
- D'après TMZ, le film s'appellerait "Obi-Wan: A Star Wars Story" avec pour nom de code "Joshua Tree". Stephen Daldry serait confirmé comme réalisateur. Le synopsis serait le suivant : "Obi-Wan Kenobi est sur Tatooine, surveillant secrètement le tout jeune Luke Skywalker confié à son oncle Owen. Mais des tensions entre les fermiers locaux et une tribu d'hommes des sables dirigée par un chef de guerre sans pitié l'obligent à abandonner sa discrétion pour utiliser ses pouvoirs de Jedi."
Le tournage serait prévu au printemps prochain.
- Le Belfast Telegraph révèle qu'il est prévu de tourner le film en Irlande du Nord en avril 2019. George Lucas serait venu sur place avant Noël 2017 pour conclure l'affaire. Le journal nord-irlandais révèle également que Ewan McGregor reprendrait le rôle d'Obi-Wan Kenobi.

_________________
Stargate Earthling Fleet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Podracers
Homme-Lézard
Homme-Lézard
avatar

Nombre de messages : 103
Masculin Age : 36
Localisation : Terre

MessageSujet: Re: Obi-Wan : A Star Wars Story   Ven 13 Juil 2018 - 15:42

L'échec de Solo a tellement calmé les ardeurs de Walt-Disney que la fausse bonne idée de développer un long-métrage creux et opportuniste sur l’exile d'Obi-Wan n'a pas été abandonné...  peuh  D'ailleurs, je crois qu'on peut considérer que l'échec de Solo n'est pas imputable à une prise de conscience générale sur le degré de qualité des productions ciné industrielles. Il n'y a qu'à voir le succès assez important d'un produit comme Jurassic World : Fallen Kingdom. Les studios ont probablement encore de la marge, avant de voir leur carnet de commande péricliter.

Pendant ce temps, on entend que Jon Favreau va s'atteler à la tâche d'une série live, censée se dérouler entre l'EpVI et l'EpVII. Quel gâchis de temps et de talent... c'est à se demander limite si cette initiative n'est pas une manière dire à JJ Abrams que son script pour Le Reveil de la Force était un peu trop facile et gratuit mrgreen

L'ambition de Lucasfilm est visiblement d'exploiter des figures « mineures » dans des films dispensables, simplement pour gagner du temps et rester dans le giron de la trilogie classique. A la limite, je dis pourquoi pas ? Simplement, je pense qu'il aurait été plus intéressant et intelligent de ressusciter la fameuse série live enterrée par Lucas il y a quelques années en arrière. Le personnage de Jyn Erso aurait été parfait comme "Lead character", traversant un show télé de 10 saisons de 10 episodes de 45 minutes. On aurait pu, comme ça, passer à côté de figures mythiques comme Solo, Jabba the Hutt, Boba Fett et Dark Vador dans le style de la série Young Indy.

Je ne comprends pas l'intérêt d'occuper l'espace vital des films de la saga avec de tels concepts... sauf bien sûr pour gagner du temps avant le grand saut dans l'inconnu. On attend toujours que Lucasfilm prenne les rennes de nouveaux projets, et contraignent les créatifs à sortir de leur zone de confort - Doug Chiang en tête, puisque ce Monsieur n'a visiblement pour seul intérêt que de "prolonger" l’œuvre de Ralph McQuarrie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artheval_Pe
Chief of Spatial Operations
Chief of Spatial Operations
avatar

Nombre de messages : 2756
Masculin Age : 27
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Obi-Wan : A Star Wars Story   Ven 13 Juil 2018 - 16:10

Honnêtement, je trouve que supposer que le film sera creux et opportuniste quand c'est Stephen Daldry qui est engagé pour le tourner, c'est un peu s'avancer. On parlerait de Ron Howard, Gareth Edwards, J.J. Abrams, Josh Trank ou d'un réalisateur de comédies à la noix, pourquoi pas.

Là on parle d'un type qui a remporté un BAFTA pour meilleur film sur Billy Elliot, un Golden Globe pour la saison 1 de The Crown, et qui a été nominé plusieurs fois aux Oscars, aux BAFTA et aux Césars pour meilleur film et meilleur réalisateur. On parle d'un type qui est un vrai metteur en scène de théâtre classique avec une carrière à West End avant d'avoir travaillé au cinéma.
Bref, on parle d'un vrai metteur en scène, d'un vrai cinéaste, d'un tout autre niveau que ce qu'on a sur Star Wars habituellement.

Rien que le fait de confier un film Star Wars à un vrai cinéaste, un vrai auteur, je pense que ça mérite l'essai. Après, peut-être que le scénario sera mauvais, peut-être que ce sera un échec (Daldry s'est parfois planté, ses deux derniers films sont assez moyens), mais voilà au moins une prise de risque intelligente (un peu plus que de confier un film aux clowns Phil Lord and Christopher Miller comme ce fut le cas sur Solo).

_________________
Stargate Earthling Fleet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Podracers
Homme-Lézard
Homme-Lézard
avatar

Nombre de messages : 103
Masculin Age : 36
Localisation : Terre

MessageSujet: Re: Obi-Wan : A Star Wars Story   Ven 13 Juil 2018 - 16:32

Ok méa culpa si j'ai pu laisser entendre que la carrière de Stephen Daldry était le problème. Je respecte par principe la carrière et l’intégrité intellectuelle de ce Monsieur.

Cependant, je continue de maintenir une certaine méfiance par rapport aux "idées" lancées en l'air par  Walt-Disney, et qui sont rattrapées au vol par des gens en quête de rebond professionnel. N'oublions pas que le problème se pose en termes de "propriété intellectuelle" dans le cas présent, et cela m'étonnerait beaucoup que Stephen Daldry puisse disposer d'une certaine latitude sur un pareil personnage, alors même qu'on sait que l’exile d'Obi-Wan sur Tatooine correspond à une période précaire qu'il n'est pas spécifiquement nécessaire de combler par un film - Le même problème se pose avec un film comme Solo, voire même avec la Prélogie qui est massivement rejetée... (personne n'a envie de savoir que Dark Vador était autrefois un gentil petit garçon, même s'il était sans doute nécessaire de "briser" les acquis du public pour mieux transformer la réalité du personnage. Au contraire de Solo qui n'est visiblement qu'un catalogue d'images d'Epinal...).

Je ne sais pas si Stephen Daldry est réellement dans cet état d'esprit, ni s'il a besoin de rebondir, mais si j'étais à sa place (et heureusement, ce n'est pas le cas), je resterais extraordinairement regardant par rapport à ces histoires qu'on me propose. Cela me fait penser, finalement, à la manière dont on a proposé un "job" à Gareth Edwards : il a été convoqué chez Lucasfilm, il s'est assis à une table, on lui a demandé de choisir entre le script de gauche et le script de droite. Celui de gauche était Rogue-One et "ne faisait qu'une page" et l'autre n'a jamais dépassé l'étape du "top secret". Vous noterez qu'à chaque fois, on se demande bien "qui" convoque, on est obligé de parler de ces anonymes par l'entremise de l'entité morale qu'est "Disney".

Si vraiment Stephen Daldry veut laisser son empreinte dans l'univers de Star Wars, il a tout intérêt à venir chez Lucasfilm avec ses propres histoires, en dehors de la chronologie officielle, et à négocier durement son implication. J'ai surtout le sentiment que des "anonymes / commerciaux / super-techniciens du cinéma" (rayez la mention inutile) filent des os à ronger à des gens de valeur, qui n'ont d'autre choix que d'accepter ou de rester dans une forme de cinéma confidentiel ou clandestin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artheval_Pe
Chief of Spatial Operations
Chief of Spatial Operations
avatar

Nombre de messages : 2756
Masculin Age : 27
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Obi-Wan : A Star Wars Story   Ven 13 Juil 2018 - 19:48

J'ose espérer que s'ils ont été le recruter lui, c'est pour qu'il ait une autonomie importante quant à l'histoire qu'il souhaite raconter et la manière dont il compte le faire. C'est seulement pour ça que j'ai un à-priori plutôt favorable sur l'idée : justement parce qu'il est dans une posture différente d'un Gareth Edwards en début de carrière, peu expérimenté, avec une patte personnelle quasi inexistante. Autant dire un potentiel béni-oui-oui qui sera facilement réduit à une posture de technicien.

Si Lucasfilm est allé chercher un auteur, j'ose espérer que c'est en lui laissant de larges marges de manœuvre. D'ailleurs, Rian Johnson a paraît-il pu faire ce qu'il entendait sur Épisode VIII (avec un résultat mitigé, certes, mais ce n'était semble-t-il pas du fait du studio en l'espèce).

Après, je pense qu'un bon cinéaste peut produire un excellent film à partir de n'importe quelle période de la saga Star Wars. L'exil d'Obi-Wan sur Tatooïne n'a pas d'importance dans les grands équilibres politiques de la galaxie, mais c'est pour l'instant une page blanche qui peut se transformer en une histoire personnelle très forte aux enjeux plus restreints mais à l'impact émotionnel néanmoins bien plus important que ce qu'on a pu voir jusqu'ici. De la même manière qu'un film comme Le Pianiste ou Le ruban blanc a un impact émotionnel sans commune mesure avec La bataille d'Angleterre ou Un pont trop loin.



_________________
Stargate Earthling Fleet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Podracers
Homme-Lézard
Homme-Lézard
avatar

Nombre de messages : 103
Masculin Age : 36
Localisation : Terre

MessageSujet: Re: Obi-Wan : A Star Wars Story   Mer 18 Juil 2018 - 14:50

Artheval_Pe a écrit:
Si Lucasfilm est allé chercher un auteur, j'ose espérer que c'est en lui laissant de larges marges de manœuvre.

J'ai encore un doute là dessus. Parce que si vraiment les intentions de Kathleen Kennedy dès le départ de sa prise de fonction étaient de "faire confiance" et de "permettre l'expression d'une plus grande créativité", on ne se retrouverait pas avec des départs en cascade, avec Colin Trevorrow débarqué de l'EpIX (personne ne le regrettera, mais enfin quand même...), les frères Miller remerciés pour incompatibilité d'humeur avec Lawrence "tout puissant" Kasdan, l'intervention inopinée de Tony Gillroy sur l'écriture de Rogue-One. Sans compter bien sûr, le départ en catimini de George Lucas qui expliquera plus tard "qu'ils ne tenaient pas vraiment à ce qu'il soit impliqué".

Il va falloir bien plus que des effets d'annonces pour que se matérialise à mes yeux une vision d'auteur, suffisamment humble face à l'ampleur de la tâche, et dotée de toute la capacité "juridique" pour exprimer une opinion - un sujet qui préoccupe d'ailleurs beaucoup John Landis.

Maintenant, le cas Rian Johnson est un mystère. Pourquoi a-t-il bénéficié d'autant de largesses de la part de Lucasfilm, alors même qu'il ne trainait pas un bagage conséquent derrière lui ? Quel a été le déclic ? J'entends partout que le point de vue de Rian "bouleverse les codes", mais en réalité ce film est, comme le film d'Abrams, le prolongement de considérations fétichistes, voire hasardeuses dans le pire des cas. Le film est beau par endroit, la photographie est louable mais il y a énormément de maladresses dès lors qu'on essaye de raccorder ce film au précédent, puis le film précédent au reste de l'intrigue développée par Lucas sur 40 ans. Cette trilogie "à la suite" des 6 épisodes précédents nécessitait de façon vitale le point de vue de Lucas pour permettre une cohésion de l'ensemble, ou au moins le point de vue d'un script-doctor en chef pour donner à l'ensemble un semblant de cohésion. Si vraiment Lucasfilm veut s'essayer à discuter de l'univers de George Lucas sans lui, qu'elle le fasse en dehors du périmètre moral de l’œuvre fondamentale.
Artheval_Pe a écrit:
De la même manière qu'un film comme Le Pianiste ou Le ruban blanc a un impact émotionnel sans commune mesure avec La bataille d'Angleterre ou Un pont trop loin.

J'aime tes exemples. Mais ce sont des films de réalisateurs fétiches, qui avaient probablement un contrôle plus important sur leur œuvre, par ailleurs relativement intimiste et "intello". On aurait du mal à voir les studios se battre bec et ongles pour imposer une vision d'auteur sur un film comme Le Pianiste - à part peut-être Studio Canal et encore ? N'oublions pas ce qui s'est passé avec le film Stargate, par exemple.

Et pourtant, si Lucasfilm souhaite vraiment traiter de cette période un peu terne de la vie de Kenobi, il faudra impérativement en passer par là pour donner une dimension autrement plus importante et légitime à ce film. Si on refile un brouillon au premier James Mangold venu, j'ai peur que même avec toute la bonne volonté du monde, on se retrouve encore une fois avec un résultat dispensable.

Je vois éventuellement deux dimensions à l'exil de Kenobi : sa volonté de rester au plus proche de Luke pour veiller sur lui jusqu'à sa majorité, et se retrouver au plus près des conditions de vie spartiates sur Tatooine, afin de mieux retrouver ce qui fonde la vie de Jedi. Il faut un artiste avec une vision sur un tel film, et pas un rouage malléable d'une logique d'exploitation bouche-trou en mode vintage. Je n'ai pas envie personnellement d'un énième concept-produit qui nous vendrait les meilleurs moments de A New Hope à travers une collection de jolis clichés.

Je crois que la compagnie Lucasfilm doit se montrer beaucoup plus exigeante avec les films qui sortent de ses usines. Plutôt que de chercher à tout prix à "préserver l'image de marque" de Star Wars en faisant du vintage, il faudrait soutenir l'idée d'un cinéma indépendant ou autonome, tel que le voyait George Lucas et qui a permis l'émergence d'un véritable phénomène social dans les années 70. Walt-Disney s'honorerait en faisant de Lucasfilm le vaisseau amiral d'une logique de production "en marge".


Dernière édition par Podracers le Jeu 19 Juil 2018 - 8:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artheval_Pe
Chief of Spatial Operations
Chief of Spatial Operations
avatar

Nombre de messages : 2756
Masculin Age : 27
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Obi-Wan : A Star Wars Story   Jeu 19 Juil 2018 - 0:08

Je l'avais écrit ailleurs, mais c'est l'occasion de le répéter : je pense que la valse des créatifs sur Star Wars est plus l'affaire de problèmes de production que d'autoritarisme créatif.
Par exemple, le départ de Colin Trevorrow, et le fait que J.J. Abrams reparte de zéro sur le script semble être indicatif du fait que le réalisateur-scénariste ne parvenait pas à développer une idée valable pour Episode IX et a fini par jeter l'éponge, plus qu'à un limogeage pour désaccords directs. Car si cela avait été le cas, l'équipe Abrams aurait au moins récupéré le script de Trevorrow pour en faire quelque chose. Or ils semblent être repartis de zéro, ce qui est assez rare (habituellement, à Hollywood, on voit plus une ribambelle de scénaristes se succéder à la tâche pour trafiquer un script initial défaillant). On en aura le cœur net à la sortie du film (si Trevorrow est crédité ou non de l'histoire) mais je pars plutôt sur cette hypothèse.

Sur Solo, on a affaire à un double problème : à la fois la prise de bec de Lord et Miller avec Kasdan, mais aussi une incapacité des deux réalisateurs à organiser correctement la production. Les informations qui sont sorties avant et après leur départ faisaient surtout état de leur improvisation importante sur le plateau, chose attendue sur une comédie, mais ingérable sur la production d'un film de science-fiction à gros budget (ils tournaient en conséquence à un rythme désespérément lent). D'ailleurs, l'équipe technique du film a (littéralement) applaudi l'annonce de l'arrivée de Ron Howard sans pleurer le départ de Lord & Miller, ce qui témoigne clairement de tensions sur la production elle-même et pas juste avec le commanditaire. On a tendance à l'oublier, mais un réalisateur est autant un créatif que le leader d'une équipe dépassant la centaine de personnes, et il peut faillir aussi sur ce plan.

Quant au travail de Tony Gilroy (en réalité moins sur l'écriture initiale mais essentiellement sur les reshoots), il s'est fait apparemment en bonne intelligence avec Gareth Edwards. Ils avaient d'ailleurs préparé un happy ending pour le cas d'un rejet de la fin par le studio... qu'ils n'ont pas eue à utiliser car Lucasfilm a fait confiance à leur histoire au final.

En réalité, je pense que Rian Johnson n'a pas profité de largesses. Je pense qu'il a montré qu'il pouvait juste faire le boulot et qu'à partir de là, Lucasfilm l'a laissé faire. A chaque fois qu'ils sont intervenus (sauf dans le cas de Colin Trevorrow où c'est encore peu clair), c'était parce qu'il y avait des problèmes. Dans le cas de Lord & Miller, parce qu'ils ne faisaient pas le boulot. Dans le cas de Gareth Edwards, Tony Gilroy fut apparemment plus une aide qu'une prise de contrôle par le studio. C'est, je trouve, ce qui transpire des déclarations et informations parues à posteriori (voir notamment sur io9 et The Verge).
Je trouve qu'on a tendance à l'oublier, mais écrire et réaliser un film est un travail, et un travail difficile, dans lequel il est possible de se planter ou d'avoir des difficultés, et pas seulement des désaccords avec le studio. Et je pense que les déboires de certains Star Wars sont largement dus à ces difficultés liées à des prises de risque importantes (en choisissant de "jeunes" réalisateurs peu expérimentés).

Je ne pense pas, du reste, que Star Wars soit le bon support pour faire du cinéma expérimental. Ne serait-ce que parce qu'il y a derrière un univers construit, qui doit rester cohérent, et des millions de fans très attentifs à ne pas dénaturer la franchise.

Par contre, je pense qu'il y a effectivement un espace, celui de laisser un auteur développer SA vision pour un film. Et je pense qu'en allant chercher Stephen Daldry, c'est ce qu'ils essayent de faire. Et cette fois, ils se prémunissent contre les ratés en choisissant un cinéaste, mais pas juste un jeune fougueux. Quelqu'un qui est un auteur, mais qui a dirigé de grosses productions (et donc à priori sait faire). Quelqu'un qui sait écrire et qui sait diriger des acteurs. Quelqu'un qui a de la bouteille. Et je pense que le choix de ce réalisateur là (s'il est bien confirmé, pour l'instant ça reste du off) ne peut témoigner que de cela, car contrairement à bien d'autres, Stephen Daldry n'a pas besoin d'un Star Wars pour faire décoller sa carrière : il est plutôt dans la fin de celle-ci. Donc il est peu susceptible de jouer les bénis-oui-oui, ce qui ne serait pas adapté s'ils voulaient mettre un pantin ou un exécutant de films sur commande comme peut l'être un Ron Howards.

_________________
Stargate Earthling Fleet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Podracers
Homme-Lézard
Homme-Lézard
avatar

Nombre de messages : 103
Masculin Age : 36
Localisation : Terre

MessageSujet: Re: Obi-Wan : A Star Wars Story   Jeu 19 Juil 2018 - 11:30

Artheval_Pe a écrit:
Je ne pense pas, du reste, que Star Wars soit le bon support pour faire du cinéma expérimental. Ne serait-ce que parce qu'il y a derrière un univers construit, qui doit rester cohérent, et des millions de fans très attentifs à ne pas dénaturer la franchise.

Outch ! Je ne suis pas sûr de vouloir m’aligner sur ce constat… Surtout que je me méfie énormément de ces fans qui sont attentifs « à ce qu'on ne dénature pas la franchise ». Ce sont souvent les mêmes qui mènent une véritable vendetta contre les idées depuis l'époque de la prélogie.

Je pense que, même si Lucas a posé les bases d’un univers cohérent – et donc probablement contraignant pour un artiste, rien n’empêche d’explorer certaines questions, d’approfondir le point de vue de Lucas en matière d’universalité et de spiritualité. Le trailer de Knight of the Eternal Throne témoigne à mon sens de la possibilité d’une convergence d’intérêts et d’idées dans un univers pré-construit. Le seul problème réside dans l’intelligence collective injectée dans un projet d’ampleur. Le véritable ennemi, ce n'est pas l'univers cohérent de Lucas mais bel et bien la tentation du retro-marketing.

Je rappelle quand même les propos récents de Lucas, qui expliquait vouloir approfondir dans la dernière trilogie le rapport entre les différentes entités reliées à la Force, de la fameuse arlésienne des « Whills » jusqu’aux midi-chloriens de l’autre côté de l’équation. Ce qui posait la question de la « conscience » de la Force, qui était jusque-là demeurée en suspens.

A aucun moment dans les dernières productions Lucasfilm, on a le sentiment d’une remise en question effective des « croyances populaires » autour de la Force et de ses possibilités. Tout au plus, une vision parcellaire et démagogique, issue d’une relation abusive à cet univers de fiction. Il suffisait pourtant de partir d’un constat clair :

- La haine mène au Côté Obscur.
- Le pardon mène à la rédemption.
- La maîtrise de soi vient avec l’apprentissage.

J’ai le sentiment personnel que ni JJ Abrams, ni Rian Johnson ne sont parvenus à s’inscrire dans ce triptyque. Et que Kathleen Kennedy ne sait pas trop non plus comment se situer par rapport à l’œuvre de Lucas – dans un contexte où les fans les plus virulents cloisonnent systématiquement tout esprit d’entreprise. La situation est devenue extrêmement complexe pour rien, d’où mon inquiétude quant à l’avenir de la franchise.

Le cinéma de George Lucas est expérimental à l’origine, même lorsqu’il travaillait sur Star Wars qui était avant tout un pari sur l’avenir. Star Wars est la synthèse de THX et des préoccupations politiques de George Lucas avec le caractère plus « léger » d’un American Graffiti (un bon show à l’américaine où le jeune est amené à grandir et quitter son foyer). L’idée était bien sûr d’offrir au public un divertissement populaire, mais sans jamais se reposer sur cette seule idée – A New Hope s’est tout de même distingué aux oscars dans une majorité de disciplines techniques.

Le problème qui s’est posé, effectivement, c’est que Star Wars est devenu un phénomène social qui a littéralement échappé à son créateur, de telle sorte que l’expérimental est devenu un problème secondaire, voire source de conflit avec le public qui a fait de la trilogie classique l’Alpha et l’Omega du « parler Star Wars ». On le voit avec la prélogie : les expérimentations technologies de Lucas ont été massivement rejetées, et Lucasfilm a littéralement encouragé ce phénomène, sans doute par peur des représailles – regardons en face le cas de Solo.

Lucas est probablement devenu son pire ennemi, lorsqu’il a tout misé sur les produits dérivés et les droits d’exploitation. Mais c'était le seul et unique moyen pour construire son empire indépendant. Le public n’a jamais véritablement compris le point de vue individuel de Lucas sur son propre travail, ce qui conduit aujourd’hui une armada d’exécutants dociles à obéir plus ou moins aveuglement à une logique d’exploitation répondant à un cahier des charges de plus en plus resserré sur les « acquis » du public – la rencontre entre Han et Chewie, le raid sur Kessel, etc.. Comment réussir à sublimer cette jolie collection de clichés, lorsqu’il y a une telle défiance de l’opinion publique, et même quand on s’appelle Ron Howard - ou Stephen Daldry ?

Il ne s’agit même plus, pour moi, d’accorder un espace vital suffisant à un artiste : il s’agit de défendre une certaine vision du cinéma, en marge des studios, contre le public s’il le faut. Je crois qu’en ce qui me concerne, le point de crispation se trouve ici. Sans Lucas (ou une éminence grise suffisamment intelligente pour comprendre et respecter un cheminement intellectuel particulier), Lucasfilm se prépare à devenir une énième ligne de fast-food prête à déverser sur la planète toujours plus de produits convenus et consensuels.

La gestion paternaliste de Lucas sur cet univers de fiction continue de se faire cruellement sentir, sans doute moins à cause du départ de Lucas que par l'incapacité des exécutifs à l’œuvre à percevoir et comprendre la sensibilité particulière qui émane de cet univers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Obi-Wan : A Star Wars Story   

Revenir en haut Aller en bas
 
Obi-Wan : A Star Wars Story
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La convention Star Wars Reunion II
» Star Wars : Force Unleashed [Xbox360 & PS3]
» Star Wars Celebration V Orlando USA - 12 au 15 Août 2010
» Projet : Customisation meuble Ikea & Décor Star Wars
» STAR WARS: DARTH MAUL CYBORG Premium format

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Multivers :: .:: Fictions, franchises & univers à l'honneur::. :: Star Wars :: Les Films Star Wars-
Sauter vers: