AccueilPortailChatboxCalendrierFAQGroupesRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Star Wars: Episode IX

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Artheval_Pe
Chief of Spatial Operations
Chief of Spatial Operations
avatar

Nombre de messages : 2500
Masculin Age : 26
Localisation : Paris

MessageSujet: Star Wars: Episode IX   Mer 6 Sep 2017 - 22:51



Troisième épisode de la nouvelle trilogie Star Wars

Réalisateur : J.J. Abrams
Producteur exécutif : Callum Greene
Producteurs : Kathleen Kennedy, Michelle Rejwan
Scénariste : Derek Connolly, Jack Thorne, Colin Trevorrow
D'après des personnages créés par George Lucas
Compositeur : John Williams


Nationalité : Américaine
Titre VF : Inconnu
Date de sortie : Fin 2019 aux États-Unis
Budget : ?
Durée : ?
Pas de classification par âge actuellement connue


_________________
Stargate Earthling Fleet


Dernière édition par Artheval_Pe le Mar 12 Sep 2017 - 23:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artheval_Pe
Chief of Spatial Operations
Chief of Spatial Operations
avatar

Nombre de messages : 2500
Masculin Age : 26
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Star Wars: Episode IX   Jeu 7 Sep 2017 - 1:53

LucasFilm vient d'annoncer que Colin Trevorrow ne réalisera finalement pas Star Wars : Episode IX, contrairement à ce qui avait été annoncé précédemment. Le réalisateur s'était notamment fait connaître pour la réalisation de Jurassic World.

D'après le communiqué, "Lucasfilm et Colin Trevorrow ont mutuellement choisi de se séparer sur Star Wars: Episode IX [...] nos visions pour le projet diffèrent".

Apparemment, d'après io9, des rumeurs avaient émergé cet été sur le possible départ du réalisateur suite à la sortie de son film The Book of Henry qui avait fait face à des critiques très défavorables.

D'après The Hollywood Reporter, le départ est lié à des problèmes dans l'écriture du scénario qui ont été le point noir du développement d'Episode IX. D'après leurs sources, les relations entre le réalisateur et la chef de Lucasfilm, Kathleen Kennedy étaient devenues ingérables (mais cette dernière aurait souhaité chercher à éviter un changement de réalisateur).

Apparemment, les remplaçants pressentis à la réalisation de cet Episode IX seraient Rian Johnson (qui réalise Episode VIII mais aussi auteur et réalisateur du très bon Looper) ou éventuellement J.J. Abrams.

C'est la quatrième fois qu'un réalisateur est remplacé sur un projet Star Wars depuis l'acquisition de la franchise par Disney. Sur Rogue One, Tony Gilroy avait dirigé des reshoots importants en prenant la place de Gareth Edwards. Josh Trank a été remercié de la réalisation d'un film d'anthologie Star Wars (semble-t-il à la suite de problèmes de comportement sur le tournage du reboot Fantastic Four). Et plus récemment Phil Lord et Christopher Miller ont été remplacés par Ron Howard à la tête du film d'anthologie sur Han Solo.

_________________
Stargate Earthling Fleet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joe Black
Coffee Drinker
Coffee Drinker
avatar

Nombre de messages : 1980
Masculin Age : 27
Localisation : Lausanne

MessageSujet: Re: Star Wars: Episode IX   Jeu 7 Sep 2017 - 14:50

Le renvoi de Colin Trevorrow (parce que ne nous voilons pas la face, dans le langage hollywoodien, la formule "différents artistiques" équivaut à "renvoi") est pour ma part une très mauvaise nouvelle. Cela traduit assez bien la volonté plus ou moins affichée chez Lucasfilm de livrer chaque années de nouveaux "produits" Star Wars lisses, ternes et conformes aux attentes mesurées à l'aide d'études de marché, en atteste notamment le rejet de tout ce qui a trait de près ou de loin à la prélogie et un septième film dont on ne cache pas vraiment qu'il est une sorte de remake du premier sorti en 1977. La question est cependant de savoir si Kathleen Kennedy, en charge de Lucasfilm, fait un travail épouvantable, ou si cette dernière est mise sous pression par une compagnie Disney qui, en schématisant, ne voit peut-être pas d'un très bon œil tout ce qui pourrait s'apparenter de près ou de loin à une prise de risque artistique. En cela, les renvois à répétitions de réalisateurs, de même que l'engagement d'un Yes Man pour le film Han Solo à l'image de Ron Howard (quoique présent dans le sérail Lucasfilm depuis des années) sont assez effrayants, et tranchent avec la volonté d'innovation constante de la saga à l'époque où celle-ci était chapeautée par George Lucas. Reste tout de même l'énigme Rian Johnson qui clame avoir bénéficié d'une grande liberté lors de la production de l'Episode VIII qui s'est d'ailleurs déroulée semble-t-il sans éclats.

_________________
The truth is out there
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kezako
Gouverneur Planétaire à Mandibules
Gouverneur Planétaire à Mandibules
avatar

Nombre de messages : 1123
Masculin Age : 25
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Star Wars: Episode IX   Jeu 7 Sep 2017 - 17:02

Joe Black a écrit:
Le renvoi de Colin Trevorrow (parce que ne nous voilons pas la face, dans le langage hollywoodien, la formule "différents artistiques" équivaut à "renvoi") est pour ma part une très mauvaise nouvelle. Cela traduit assez bien la volonté plus ou moins affichée chez Lucasfilm de livrer chaque années de nouveaux "produits" Star Wars lisses, ternes et conformes aux attentes mesurées à l'aide d'études de marché, en atteste notamment le rejet de tout ce qui a trait de près ou de loin à la prélogie et un septième film dont on ne cache pas vraiment qu'il est une sorte de remake du premier sorti en 1977. La question est cependant de savoir si Kathleen Kennedy, en charge de Lucasfilm, fait un travail épouvantable, ou si cette dernière est mise sous pression par une compagnie Disney qui, en schématisant, ne voit peut-être pas d'un très bon œil tout ce qui pourrait s'apparenter de près ou de loin à une prise de risque artistique. En cela, les renvois à répétitions de réalisateurs, de même que l'engagement d'un Yes Man pour le film Han Solo à l'image de Ron Howard (quoique présent dans le sérail Lucasfilm depuis des années) sont assez effrayants, et tranchent avec la volonté d'innovation constante de la saga à l'époque où celle-ci était chapeautée par George Lucas. Reste tout de même l'énigme Rian Johnson qui clame avoir bénéficié d'une grande liberté lors de la production de l'Episode VIII qui s'est d'ailleurs déroulée semble-t-il sans éclats.

La question peut sembler lapidaire mais en quoi Colin Trevorrow irait contre un produit lisse ?

L'univers Star Wars a atteint un tel niveau -oserais-je dire depuis sa naissance-même ?- que les réalisateurs n'ont pas grande importance, d'un réalisateur au mieux médiocre comme Trevorrow à un créateur que l'on mettrait à la tête du projet. Ce n'est plus une question d'homme, cela ne l'a jamais été.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artheval_Pe
Chief of Spatial Operations
Chief of Spatial Operations
avatar

Nombre de messages : 2500
Masculin Age : 26
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Star Wars: Episode IX   Jeu 7 Sep 2017 - 17:40

Cette interprétation est possible, mais je ne suis pas certain que ce soit la bonne. Par exemple, je pense que le renvoi de Josh Trank est lié au fait qu'il se soit vautré tout en étant incapable de s'en rendre compte et en ayant été ingérable, sur Fantastic Four. Le film qu'il a sorti est globalement une daube, or Trank avait semble-t-il envoyé la veille de sa sortie un e-mail à l'équipe indiquant que ce film était meilleur que 90% des films de superhéros déjà faits (peu clairvoyant le garçon). De plus, le film avait du faire l'objet de reshoots pour sauver une production bâclée où Trank n'avait pas assuré (faute de temps et d'un bon entourage). Or si Trank prétend que le film avant les reshoots était excellent, je crains que ce ne soit pas le cas vu la médiocrité générale de l'ensemble.

De même, Colin Trevorrow a été viré notamment parce qu'après plusieurs mois, aucune version convaincante du script n'avait pu être finalisée semble-t-il, et parce que le garçon, en plus d'avoir fait un Jurassic World qui n'avait rien de transcendant, s'est quand même vautré sur son dernier film, en plus de n'avoir réalisé que des productions assez classiques auparavant.

Même chose du coté de Phil Lord et Christopher Miller, qui ont été virés en plein tournage, mais visiblement parce qu'ils tentaient de transformer le film Han Solo en comédie. Or franchement, je ne vois pas dans ces deux réalisateurs des créateurs audacieux et brillants, mais plutôt des gens travaillant sur commande à produire de l'humour lourdaud américain complètement convenu. Et pour le coup, s'ils ont tenté de transformer Han Solo en 21 Jump Street, je suis plutôt du coté de Lawrence Kasdan pour dire : non, c'est pas possible.

J'ai l'impression que Lucasfilm souffre surtout d'un mauvais choix de certains réalisateurs. Je dirais autre chose s'ils avaient viré Rian Johnson ou si les réalisateurs écartés avaient été Alex Garland, Denis Villeneuve, Neill Blomkamp, Andrew Niccol, Duncan Jones, Doug Liman, Bong Joon-ho, Guillermo del Toro ou Spike Jonze (quand bien même certains d'entre eux n'ont pas fait que des chefs d’œuvre). J'ai l'impression que le gros problème, c'est que LucasArts a fait des paris, en engageant des réalisateurs pas tous au clair avec la science-fiction à grande échelle, des réalisateurs "jeunes" dont c'était l'occasion de faire leurs preuves et qui pour certains n'ont pas donné satisfaction ou ont fait n'importe quoi.

Edit : en ce qui concerne le limogeage de Josh Trank, je crois qu'il suffit de lire cet article (et de se dire que LucasFilm avait eu toutes les informations quasiment en direct) pour comprendre les motivations : http://www.hollywoodreporter.com/news/fantastic-four-blame-game-fox-814764

_________________
Stargate Earthling Fleet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joe Black
Coffee Drinker
Coffee Drinker
avatar

Nombre de messages : 1980
Masculin Age : 27
Localisation : Lausanne

MessageSujet: Re: Star Wars: Episode IX   Dim 10 Sep 2017 - 0:05

Kezako a écrit:
La question peut sembler lapidaire mais en quoi Colin Trevorrow irait contre un produit lisse ?

L'univers Star Wars a atteint un tel niveau -oserais-je dire depuis sa naissance-même ?- que les réalisateurs n'ont pas grande importance, d'un réalisateur au mieux médiocre comme Trevorrow à un créateur que l'on mettrait à la tête du projet. Ce n'est plus une question d'homme, cela ne l'a jamais été.

En premier lieu, au cas où, histoire de clarifier les choses, c'est moins la perte de Colin Trevorrow en elle-même que le fait que celui-ci ait été éjecté du siège de réalisateur que je déplore, puisque cela envoie un signal excessivement négatif en termes de liberté créative laissée aux futurs auteurs et réalisateurs de la saga. De Trevorrow, je ne connais que Jurassic World qu'il a co-écrit et dirigé, ce qui n'est probablement pas suffisant pour se forger une opinion définitive quant à son statut d'auteur. Pour ce faire, il faudrait également que je me penche sur les films Safety Not Guaranteed et The Book of Henry. Toutefois, permets-moi de te contredire, à mon sens et sans vouloir entrer dans une forme d'angélisme, malgré l'immensité du phénomène Star Wars et le gigantisme de son ancien Univers Etendu, lorsqu'il s'agit d'un film et d'une histoire, je préfère - et de loin - que ceux-si soient le fait d'un véritable auteur (même si on peut effectivement émettre quelques réserves à cet égard dans le cas de Trevorrow), qui a quelque chose de personnel à dire et à montrer, quitte à complètement se fourvoyer, plutôt que de se retrouver en face un produit (encore plus?) lisse et générique, encensé par des armadas d'actionnaires à l'image de l'Episode VII - The Force Awakens (dont les défauts sont par ailleurs probablement moins à imputer à un J. J. Abrams qui s'est toujours revendiqué comme "conservateur" lorsqu'il s'agit de Star Wars, qu'aux exigences de la compagnie Disney qui comptais farouchement tenir un calendrier serré et voulait sciemment couper les ponts avec la prélogie qui avait - et a toujours - mauvaise presse). Toutefois, il est vrai que de manière générale dans le cas d'une production à gros budget produite par un grand studio hollywoodien, les hautes sommes engagées ont tendance à pousser les investisseur à contrôler un maximum le résultat final, ce qui ne laisse de toute façon, sauf rares exceptions, que peu de place à l'innovation et la créativité. Ce n'était justement pas le cas des films Star Wars de George Lucas qui depuis The Empire Strikes Back étaient financés de manière totalement indépendante des grands studios.

Artheval_Pe a écrit:
De même, Colin Trevorrow a été viré notamment parce qu'après plusieurs mois, aucune version convaincante du script n'avait pu être finalisée semble-t-il, et parce que le garçon, en plus d'avoir fait un Jurassic World qui n'avait rien de transcendant, s'est quand même vautré sur son dernier film, en plus de n'avoir réalisé que des productions assez classiques auparavant.

Même chose du coté de Phil Lord et Christopher Miller, qui ont été virés en plein tournage, mais visiblement parce qu'ils tentaient de transformer le film Han Solo en comédie. Or franchement, je ne vois pas dans ces deux réalisateurs des créateurs audacieux et brillants, mais plutôt des gens travaillant sur commande à produire de l'humour lourdaud américain complètement convenu. Et pour le coup, s'ils ont tenté de transformer Han Solo en 21 Jump Street, je suis plutôt du coté de Lawrence Kasdan pour dire : non, c'est pas possible.

J'ai l'impression que Lucasfilm souffre surtout d'un mauvais choix de certains réalisateurs. Je dirais autre chose s'ils avaient viré Rian Johnson ou si les réalisateurs écartés avaient été Alex Garland, Denis Villeneuve, Neill Blomkamp, Andrew Niccol, Duncan Jones, Doug Liman, Bong Joon-ho, Guillermo del Toro ou Spike Jonze (quand bien même certains d'entre eux n'ont pas fait que des chefs d’œuvre). J'ai l'impression que le gros problème, c'est que LucasArts a fait des paris, en engageant des réalisateurs pas tous au clair avec la science-fiction à grande échelle, des réalisateurs "jeunes" dont c'était l'occasion de faire leurs preuves et qui pour certains n'ont pas donné satisfaction ou ont fait n'importe quoi.

Je laisse de côté l'affaire Josh Trank qui a l'air en effet extrêmement gratinée, mais pour ce qui est du renvoi de Colin Trevorrow, si c'est effectivement parce que les dernières versions de son script n'ont pas satisfait Lucasfilm/Disney qu'il s'est fait évincer, on se retrouve justement au cœur du problème que je dénonce: on esquinte la vision d'un auteur/réalisateur pour mettre au point un produit plus consensuel et standard. En cela, l'engagement du scénariste Jack Thorne peu avant le renvoi de Trevorrow afin de "polir" le scénario de ce dernier est emblématique de plusieurs dysfonctionnements actuels du système hollywoodien. Et autant je me formalise moins sur l'emploi de tels procédés dans le cadre du développement de blockbusters habituels (j'imagine que j'ai peut-être malheureusement développé une forme de résignation), autant voir la saga principale Star Wars tomber désormais dans les mêmes écueils me désole véritablement. En effet, j'ai énormément d'affection pour les Episodes I à VI et ceux-ci sont quoiqu'on en dise de véritables films d'auteur de la part de George Lucas. Je précise que mon désarroi concerne la saga principale, je me fiche de la qualité des films spin-off tant que ceux-ci n'ont pas un impact direct sur la saga principale.

Pour le cas du renvoi de Phil Lord et Christopher Miller, j'ai l'impression qu'on se retrouve dans une situation similaire où l'on assiste à une récupération agressive de la part de Lucasfilm/Disney du contrôle créatif d'un long-métrage. Par ailleurs, dans ce cas précis, on peut véritablement s'interroger sur les raisons qui ont poussé en premier lieu Lucasfilm/Disney à engager les deux hommes s'ils ne voulaient pas d'une comédie, tant Lord et Miller se sont justement fait connaître en écrivant et en réalisant de tels films. Je précise d'ailleurs que suis justement très loin d'être l'un de leurs admirateurs.

_________________
The truth is out there
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rangil
Gouverneur Planétaire à Mandibules
Gouverneur Planétaire à Mandibules
avatar

Nombre de messages : 1049
Masculin Age : 27
Localisation : Sur une station spatiale, à attendre qu'elle explose, comme les quatre précédentes.

MessageSujet: Re: Star Wars: Episode IX   Dim 10 Sep 2017 - 13:28

Personnellement, je trouve cette reprise en main de Kathleen Kennedy plutôt encourageante, au contraire. Depuis le début, l'annonce de Colin Trevorrow m'inquiétait légèrement, tant le bonhomme manquait d'expérience et ne comptait qu'un blockbuster assez moyen à son actif (en plus d'un film indé peut-être réussi, mais qui reste un coup d'essai unique). D'après les rumeurs, Colin était complètement invivable et persuadé d'être un artiste de talent à qui on doit laisser carte blanche pour imposer sa vision. C'est déjà l'attitude qui a un peu gâché le potentiel de la Prélogie, mais c'était compréhensible de la part de Lucas. De la part d'un quasi-inconnu, par contre...

Soyons francs : dans les faits, c'est Kathleen Kennedy qui a l'air de décider des grandes lignes de l'histoire et du ton des films. Je n'ai aucun problème avec ça : les réalisateurs peuvent se concentrer sur l'esthétique, la mise en scène et le jeu d'acteur, tout en ayant une certaine marge de liberté pour adapter un peu le scénario à leur sauce. Mais vu les délais imposés au film, il faut une vision d'ensemble que les réalisateurs ne peuvent pas vraiment se permettre d'avoir, donc la donner à la grande productrice qui a un paquet de chef d'oeuvres dans sa filmographie, ça ne me dérange pas.

Surtout que si l'épisode 7 est asseptisé, ce n'est à mes yeux pas du tout le cas de Rogue One, et d'après ce que j'ai lu, c'est en grande partie grâce à Disney et Kathleen Kennedy qui ont poussé les scénaristes à aller jusqu'au bout de leur idée et à se montrer plus radicaux que prévu.

On verra bien avec la sortie de l'épisode 8, mais pour moi l'épisode 7 n'était qu'un coup d'essai destiné à rassurer les fans à cause de la mauvaise presse de la Prélogie. C'était d'ailleurs toute leur campagne marketing ("Regardez, on refait comme dans la Trilogie d'origine !"), alors que pour l'épisode 8, le marketing insiste beaucoup plus sur la radicalité du scénario et les twists que personne n'avait vu venir. Ca ne garantit pas que l'histoire sera vraiment intéressante ou surprenante, mais au moins, Lucasfilm/Disney a compris les retours du public et essaie maintenant de rassurer les gens en leur promettant qu'ils vont aller dans des directions inattendues.

Enfin on verra bien, mais pour l'instant, j'ai l'impression que Kathleen Kennedy prend des décisions difficiles (parce que ça donne quand même une mauvaise image de la firme, et ça peut potentiellement créer un bad buzz à la Robocop), mais probablement salutaires pour les films, en renvoyant des réalisateurs trop égocentriques qui veulent absolument faire leur propre trip plutôt que de se plier à la vision d'ensemble de ce que devrait être Star Wars.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artheval_Pe
Chief of Spatial Operations
Chief of Spatial Operations
avatar

Nombre de messages : 2500
Masculin Age : 26
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Star Wars: Episode IX   Dim 10 Sep 2017 - 16:20

Après, le problème, c'est que parfois les auteurs se plantent aussi, et c'est pas impossible qu'on ait eu affaire à des cas de ce type. Colin Trevorrow n'a aucune expérience en science-fiction, et je ne serais pas étonné qu'il ait pondu un mauvais script : pas juste un script qui ne va pas dans la bonne direction, mais un script mal écrit, contenant des incohérences, avec une écriture des personnages qui ne correspond pas à ce qu'ils sont, etc. Ou encore un film qui n'avait juste PAS de vision et une simple œuvre de série B qui ne ferait que reprendre des clichés déjà vus 100 fois en science-fiction.

Et en l'espèce, autant ça ne me dérange pas de voir quelqu'un faire des expériences sur un film unique. Autant sur la suite d'une franchise établie, au contraire, j'attends que le studio fasse en sorte que l'univers soit un minimum respecté. Car en l'absence d'un créateur tutélaire comme le fut Lucas sur la première trilogie (et qui du coup faisait en sorte qu'il y ait une cohérence entre les différents scénarios), c'est LucasFilm qui se retrouve de fait dans ce rôle.

Et je ne pense pas qu'il n'existe que les deux extrêmes (un auteur entièrement libre ou un produit formaté). Parfois, les contraintes posées par les studios permettent de recentrer des réalisateurs pris le nez dans le guidon ou partis en roue libre (que ce soit sur le plan créatif mais aussi parfois technique), voire de sauver un film que le réalisateur envoyait dans le décor. C'est par exemple ce qui s'est passé sur le premier Jason Bourne où, tout en restant fidèle à la vision de Doug Liman, le producteur et le scénariste ont du intervenir pour achever de diriger le film avec Liman.

De même, d'après ce qui est sorti comme informations sur Rogue One (voir par exemple cet article de The Verge), le reshoots ont en fait contribué à rendre le film encore PLUS sombre, dans la lignée de la vision de Gareth Edwards qui avait initialement prévu un happy ending, craignant l'interférence de Disney. Et le fait que Tony Gilroy ait été sollicité pour aider avait peut-être à voir avec la manière... très particulière qu'avait Gareth Edwards de tourner, plus qu'avec des divergences sur ce que devait être le produit fini.

Je veux dire : on a cette discussion comme si le principal enjeu était le contenu créatif du film (et parfois c'est le cas, clairement sur le film Han Solo), mais parfois ce n'est pas le seul enjeu. Parce qu'on est essentiellement au contact du produit fini, on a tendance à oublier que le réalisateur est un auteur, mais aussi un manager qui dirige (via les chefs de départements et en relation avec les producteurs) jusqu'à plusieurs centaines de personnes sur une grosse production. Et quand bien même le réalisateur pourrait être au point sur le plan créatif (et qu'il n'y aurait pas de désaccord dessus), il peut arrivé qu'il soit remplacé ou suppléé parce qu'il faillit dans sa tâche de manager et que l'équipe n'en peut plus.

D'après ce que décrit The Hollywood Reporter sur le cas Lord & Miller, les problèmes étaient multiples :
- Manque de préparation de la production, dans la lignée de ce qu'ils faisaient sur leurs comédies, mais qui est juste impossible sur un film de science-fiction
- Des conflits avec les directeurs de départements
- Conflit créatif avec le scénariste Lawrence Kasdan avec lequel ils étaient en désaccord.
Et même si après coup il a été expliqué que ce n'était pas pour fêter leur départ... l'équipe du film a quand même applaudi à la fin de la réunion annonçant le départ de Lord & Miller et l'arrivée de Ron Howard, ce qui n'est quand même pas le comportement typique d'une équipe qui serait malheureuse de perdre ses chefs. J'imagine sans difficulté que 2 ou 3 setups par jour, c'est une situation qui leur faisait s'arracher les cheveux.

Mais ce second cas illustre un autre problème : en l'absence de George Lucas comme créateur tutélaire, il y a une vraie bataille pour le contrôle créatif de la nouvelle saga, et sur Han Solo, ça s'est matérialisé entre Lawrence Kasdan qui avait participé à l'écriture de la première trilogie et qui était le scénariste du film, et les réalisateurs.

C'est pour ça que je préfère attendre de voir ce qu'aura fait Rian Johnson et qui sera choisi pour diriger Episode IX.

_________________
Stargate Earthling Fleet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joe Black
Coffee Drinker
Coffee Drinker
avatar

Nombre de messages : 1980
Masculin Age : 27
Localisation : Lausanne

MessageSujet: Re: Star Wars: Episode IX   Mar 12 Sep 2017 - 21:33

J. J. Abrams, réalisateur et coscénariste de Star Wars: Episode VII - The Force Awakens, est annoncé à la réalisation et à l'écriture de l'Episode IX en remplacement de Colin Trevorrow. Le scénario sera également signé par Chris Terrio (Argo, Batman v Superman: Dawn of Justice). A noter qu'il semblerait que Rian Johnson, le réalisateur et scénariste de l'Episode VIII, aurait au préalable décliné le poste qui lui aurait également été proposé.

Source: StarWars.com

Cette nouvelle (peu surprenante) me désole tant l'aspect conservateur de l'Episode VII de même que son scénario m'ont déçu. Décidément, Kathleen Kennedy, Lucasfilm et Disney ne semblent vouloir prendre aucun risque et marchent en terrain connu avec un Abrams qui a auparavant réussi à livrer un Episode VII avec des délais de production très courts.

Rangil a écrit:
Soyons francs : dans les faits, c'est Kathleen Kennedy qui a l'air de décider des grandes lignes de l'histoire et du ton des films. Je n'ai aucun problème avec ça : les réalisateurs peuvent se concentrer sur l'esthétique, la mise en scène et le jeu d'acteur, tout en ayant une certaine marge de liberté pour adapter un peu le scénario à leur sauce. Mais vu les délais imposés au film, il faut une vision d'ensemble que les réalisateurs ne peuvent pas vraiment se permettre d'avoir, donc la donner à la grande productrice qui a un paquet de chef d'oeuvres dans sa filmographie, ça ne me dérange pas.

Si l'on part du principe que les délais de production très courts sont une condition sine qua non alors oui, effectivement, il est nécessaire d'avoir une productrice telle que Kathleen Kennedy à la barre des trois films. Toutefois, on peut également questionner les raisons qui poussent réellement Disney à imposer un calendrier aussi serré et des délais d'entrée en production des longs-métrages aussi rapprochés, ce qui empêche de facto un réalisateur à s'impliquer dans la production de deux épisodes qui se suivent.

Rangil a écrit:
On verra bien avec la sortie de l'épisode 8, mais pour moi l'épisode 7 n'était qu'un coup d'essai destiné à rassurer les fans à cause de la mauvaise presse de la Prélogie. C'était d'ailleurs toute leur campagne marketing ("Regardez, on refait comme dans la Trilogie d'origine !"), alors que pour l'épisode 8, le marketing insiste beaucoup plus sur la radicalité du scénario et les twists que personne n'avait vu venir.

"Radicalité du scénario", "twists", je ne veux pas jouer à l'oiseau de mauvais augure mais quelqu'un a dit L'Empire contre-attaque ? J'espère qu'il s'agit simplement de marketing et que l'on n'assistera pas à un simili remake de l'Episode V pour cet Episode VIII, de la même façon dont l'Episode VII a repris la structure du IV. Mais pour le coup, je dois tout de même confesser que l'engagement de Rian Johnson était un choix assez surprenant de la part de Lucasfilm/Disney et je suis très curieux de voir le résultat final de ce huitième épisode.

Rangil a écrit:
Enfin on verra bien, mais pour l'instant, j'ai l'impression que Kathleen Kennedy prend des décisions difficiles (parce que ça donne quand même une mauvaise image de la firme, et ça peut potentiellement créer un bad buzz à la Robocop), mais probablement salutaires pour les films, en renvoyant des réalisateurs trop égocentriques qui veulent absolument faire leur propre trip plutôt que de se plier à la vision d'ensemble de ce que devrait être Star Wars.

Mais justement, qui est véritablement à même de décider ce que doit être Star Wars ? Au vu des sommes colossales engagées dans la franchise, je ne suis pas vraiment certain que Kathleen Kennedy a entièrement les mains libres. Il est impossible de penser que Disney n'a pas son mot à dire, ne serait-ce que dans le calendrier de production excessivement serré qui a été mis en place.

Artheval_Pe a écrit:
Et en l'espèce, autant ça ne me dérange pas de voir quelqu'un faire des expériences sur un film unique. Autant sur la suite d'une franchise établie, au contraire, j'attends que le studio fasse en sorte que l'univers soit un minimum respecté. Car en l'absence d'un créateur tutélaire comme le fut Lucas sur la première trilogie (et qui du coup faisait en sorte qu'il y ait une cohérence entre les différents scénarios), c'est LucasFilm qui se retrouve de fait dans ce rôle.

Excepté que George Lucas aurait justement pu tenir ce rôle. Initialement, il devait occuper une place de consultant et aurait pu être impliqué dans la production des différents films. Or, Lucasfilm et Disney ont décidé de mettre de côté un traitement que Lucas avait écrit quant au déroulement de la nouvelle trilogie, alors même que cela constituait une partie du deal passé entre ce dernier et Disney lors du rachat de Lucasfilm.

_________________
The truth is out there
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artheval_Pe
Chief of Spatial Operations
Chief of Spatial Operations
avatar

Nombre de messages : 2500
Masculin Age : 26
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Star Wars: Episode IX   Mer 13 Sep 2017 - 0:39

Je suis vraiment déçu par le choix de J.J. Abrams, effectivement plutôt conservateur. Mais j'imagine qu'à ce niveau, l'urgence de la situation obligeait LucasFilm a trouver une valeur sure comme J.J. Abrams.
La bonne nouvelle, c'est probablement que le scénariste n'est PAS J.J. Abrams mais Chris Terrio sur lequel, en l'espèce, il y a bien une prise de risque (il a un pedigree contenant certes de grosses références, mais bien peu nombreuses). J'ose espérer que n'étant PAS J.J. Abrams, il saura éviter les écueils de The Force Awakens (dont par ailleurs, j'imagine qu'il avait été conçu ainsi notamment pour clairement établir la filiation avec la trilogie originale plus qu'avec la prélogie, ainsi que que pour ré-introduire le grand public à Star Wars... chose qui ne sera alors plus nécessaire).

Sur la réalisation, même si j'espérais voir Rian Johnson, je ne peux m'empêcher de penser que le choix de J.J. Abrams est surtout lié au fait que Kennedy et Disney ne peuvent plus se permettre de faux pas, en tout cas pas sur ce projet. Le film devait commencer à être tourné en janvier 2018, et honnêtement, je ne vois pas comment ils pourraient tenir ce délai. Je pense que cette considération-là a emporté tout le reste. Faisons le calcul (à partir des délais standard d'Hollywood pour l'écriture d'un script) :
- Chris Terrio a en théorie 10 semaines pour écrire le script, ce qui nous mène à fin novembre. En vrai, il y a des chances qu'il le rende au bout de huit semaines ou moins vu l'urgence, donc début novembre.
- Le studio a alors 6 semaines en théorie pour envoyer leurs notes. Même en considérant qu'ils expédient le tout, on est alors fin décembre/début janvier.
- Terrio a alors six semaines de plus pour rendre une nouvelle version. On est au mieux début février 2018 (et ça peut durer plus longtemps)
=> La pré-production peut alors commencer pour de vrai en mars 2018 au mieux.

Pour rappel, Episode VII a commencé son tournage en Mai 2014, fini en septembre 2014 pour une sortie en Décembre 2015 (oui, la post-production prend très longtemps vu le volume d'effets visuels). Le film avait passé un an en pré-production. Alors certes, c'était le premier donc ça devait prendre plus de temps.

Mais là en prenant les mêmes délais de tournage et de post-production, même si la pré-production commence à partir du premier jet du scénario en novembre... ça laisse très peu de temps. AU MIEUX seulement 2 mois entre la version finale du script et le moment où devrait commencer le tournage (qui commencera probablement plus tard que Mai 2018). Donc en clair, ce film est devenu une course contre la montre, et dans ces conditions-là, seul un réalisateur TRÈS expérimenté et qui connait déjà très bien l'équipe peut s'en sortir. Je pense que c'est cette considération-là qui a présidé avant toute chose au choix de J.J. Abrams.

Je soupçonne donc qu'il y ait eu de très très gros soucis sur le script de Colin Trevorrow car avec cette décision, LucasFilm se sont mis dans une situation inextricable. La production va probablement être un enfer (particulièrement pour les producteurs), et Disney court le risque d'être obligé de décaler la sortie du film.

Joe Black a écrit:
Toutefois, on peut également questionner les raisons qui poussent réellement Disney à imposer un calendrier aussi serré
Les raisons sont très vraisemblablement financières : les films Star Wars (particulièrement The Force Awakens) ont beaucoup contribué à faire augmenter le chiffre d'affaires de la division "Studio Entertainment" de Disney (+60% en 2016 grâce à The Force Awakens, voir là, pour ceux que ça intéresse) et raisonnablement participé au bénéfice du groupe. Et donc pour continuer à afficher de tels résultats chaque année, Disney a vraisemblablement besoin de films Star Wars régulièrement (autant que pour maintenir le hype autour de la franchise).

Car pour rappel, et on ne peut que le regretter, Disney n'est pas possédé par des artistes ou des créatifs mais bien à plus de 60% par des investisseurs institutionnels divers (dont les plus gros sont Vanguard Group et Blackrock) qui n'ont pas pour objectifs de faire des bons films mais uniquement de l'argent.

_________________
Stargate Earthling Fleet


Dernière édition par Artheval_Pe le Mer 13 Sep 2017 - 9:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kezako
Gouverneur Planétaire à Mandibules
Gouverneur Planétaire à Mandibules
avatar

Nombre de messages : 1123
Masculin Age : 25
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Star Wars: Episode IX   Mer 13 Sep 2017 - 2:28

Joe Black a écrit:
Toutefois, permets-moi de te contredire, à mon sens et sans vouloir entrer dans une forme d'angélisme, malgré l'immensité du phénomène Star Wars et le gigantisme de son ancien Univers Etendu, lorsqu'il s'agit d'un film et d'une histoire, je préfère - et de loin - que ceux-si soient le fait d'un véritable auteur (même si on peut effectivement émettre quelques réserves à cet égard dans le cas de Trevorrow), qui a quelque chose de personnel à dire et à montrer, quitte à complètement se fourvoyer, plutôt que de se retrouver en face un produit (encore plus?) lisse et générique, encensé par des armadas d'actionnaires à l'image de l'Episode VII - The Force Awakens (dont les défauts sont par ailleurs probablement moins à imputer à un J. J. Abrams qui s'est toujours revendiqué comme "conservateur" lorsqu'il s'agit de Star Wars, qu'aux exigences de la compagnie Disney qui comptais farouchement tenir un calendrier serré et voulait sciemment couper les ponts avec la prélogie qui avait - et a toujours - mauvaise presse).

L'attente est légitime et je crois ne pas m'avancer en disant que c'est le cas de tout le monde ici, notre mode de consommation du cinéma et notre connaissance -modeste- du cinéma de genre fait que l'on est habitué aux codes et ficelles des blockbusters. Il y a néanmoins deux remarques que je me permets de faire et je vais être très bref car ma connaissance de l'univers Star Wars, partielle, d'une part et mon ignorance quasi-totale du processus de production du nouvel univers Star Wars pourraient me faire passer pour un âne et je n'aime pas ça.

La première est quant aux choix de réalisateurs aux personnalités fortes, George Lucas n'était-il pas déjà connu pour choisir des réalisateurs de talent et les écraser sous certaines contraintes ? Ses films ne ressortent pas comme très individualisés alors qu'ils ont été tous les trois réalisés par des hommes différents. George Lucas lui-même, qui se voit de surcroît comme un petit auteur, n'a t'il pas vu sa vision artistique écrasée par son propre projet ?

La deuxième remarque est quant au système de production hollywoodien à proprement parler et se résumera en cette question: sur ces dix dernières années, combien de superproductions aux touches originales, artistiques, proposant quelque chose de neuf pour quels réalisateurs ? Si l'on en sort plus de cinq, je serais très surpris.

J'y reviens mais il ne me semble plus être question d'hommes dans le système de production hollywoodien, les leviers se trouvant avant tout, donc, dans la production avec des showrunners à l'échelle de plusieurs films ou d'un univers, donnant le la et composant très souvent avec des exigences d'ordre financier. Vous connaissiez l'histoire de la mort de Han Solo dans l'épisode VI ? Jetez y un oeil, vous aurez déjà un petit indice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joe Black
Coffee Drinker
Coffee Drinker
avatar

Nombre de messages : 1980
Masculin Age : 27
Localisation : Lausanne

MessageSujet: Re: Star Wars: Episode IX   Sam 16 Sep 2017 - 13:33

La date de sortie de l'Episode IX a finalement été repoussée au 20 décembre 2019 aux Etats-Unis.

Artheval_Pe a écrit:
La bonne nouvelle, c'est probablement que le scénariste n'est PAS J.J. Abrams mais Chris Terrio sur lequel, en l'espèce, il y a bien une prise de risque (il a un pedigree contenant certes de grosses références, mais bien peu nombreuses).

Je ne suis pas forcément certain que cela soit le cas. Même s'il s'avère que Chris Terrio se retrouve plus impliqué dans l'écriture du script qu'un J.J. Abrams forcé de se lancer à corps perdu dans la préproduction du film, j'imagine tout de même que ce dernier qui est également un scénariste chevronné, sera partie prenante dans l'élaboration de l'histoire, soumettra des lignes directrices générales et aura un droit de véto. Et pour ce qui est de Terrio lui-même, l'homme est tout de même devenu ces dernières années une créature des grands studios. Il a ainsi procédé à la réécriture du scénario de Batman v Superman qui, en passant, souffre de nombreux problèmes, et a également écrit le premier script de Justice League avant que celui-ci ne soit réadapté par Joss Whedon lors des reeshots que ce dernier effectue actuellement pour le compte de la Warner. Tout ceci n'est franchement pas très rassurant bien qu'en fin de compte, pour ce qui est des deux films précités, les problèmes sont probablement moins à imputer à Chris Terrio qu'au réalisateur Zack Snyder.

Kezako a écrit:
La première est quant aux choix de réalisateurs aux personnalités fortes, George Lucas n'était-il pas déjà connu pour choisir des réalisateurs de talent et les écraser sous certaines contraintes ? Ses films ne ressortent pas comme très individualisés alors qu'ils ont été tous les trois réalisés par des hommes différents. George Lucas lui-même, qui se voit de surcroît comme un petit auteur, n'a t'il pas vu sa vision artistique écrasée par son propre projet ?

Tout à fait. Bien qu'ils aient été dirigés par deux réalisateurs différents, les Episodes V et VI sont avant tout des œuvres qui portent profondément la marque de George Lucas qui a pris un rôle de producteur très actif et est la principale force créatrice des six premiers longs-métrages de la saga. Ce dernier a simplement voulu se délester de l'aspect technique de la réalisation, le tournage de l'Episode IV ayant semble-t-il été un véritable cauchemar. Après, pour ce qui est d'Irvin Kershner (un ancien professeur de Lucas) et Richard Marquand, respectivement réalisateurs des Episodes V et VI, ils n'ont pas eu par la suite une carrière extraordinaire et la direction d'un Star Wars a vraisemblablement constitué pour eux la chance d'une vie.

Kezako a écrit:
J'y reviens mais il ne me semble plus être question d'hommes dans le système de production hollywoodien, les leviers se trouvant avant tout, donc, dans la production avec des showrunners à l'échelle de plusieurs films ou d'un univers, donnant le la et composant très souvent avec des exigences d'ordre financier.

A mon sens oui et non. En regardant le versant cinématographique du Marvel Cinematic Universe de Marvel Studios par exemple qui à l'instar de Star Wars est également possédé par Disney, j'ai clairement l'impression qu'on est un peu dans le cas de figure que tu décris où il existe une sorte d'architecte démiurge, Kevin Feige, qui produit chaque film et impose un canevas général pensé sur plusieurs années, de même qu'un certain ton qui rend la plupart des longs-métrages homogènes les uns envers les autres. Toutefois, on peut tout de même nuancer cette affirmation puisqu'il me semble que Feige (qui m'a l'air d'ailleurs plus libre de ses mouvements vis-à-vis de Disney que Kathleen Kennedy) peut tout de même laisser une certaine liberté créatrice aux réalisateurs/scénaristes qu'il engage tant que ces derniers acceptent de se conformer à certaines exigences, notamment au niveau de l'histoire. Par exemple, James Gunn se devait de faire apparaître le personnage de Thanos dans le premier volet des Gardiens de la Galaxie. Mais cela peut conduire à des renvois, en atteste notamment le départ d'Edgar Wright du film Ant-Man: le réalisateur et scénariste n'a probablement pas voulu respecter certaines exigences de Feige et consorts. Dans le cas de Lucasfilm cependant, les multiples renvois de réalisateurs et les changements de scénarios de dernière minutes alors même que que les délais de production sont très serrés, me donnent plutôt l'impression que Kathleen Kennedy et Lucasfilm naviguent à vue et ne possèdent pas une vision d'ensemble à long terme pour ce qui est de l'aspect créatif de la saga.

_________________
The truth is out there
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artheval_Pe
Chief of Spatial Operations
Chief of Spatial Operations
avatar

Nombre de messages : 2500
Masculin Age : 26
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Star Wars: Episode IX   Sam 16 Sep 2017 - 21:56

Joe Black a écrit:
Et pour ce qui est de Terrio lui-même, l'homme est tout de même devenu ces dernières années une créature des grands studios.
Soyons honnêtes : personne à Hollywood ne travaille sur des films à plus de 100 millions de dollars de budget sans être une "créature des grands studios". Par définition, pour travailler sur un film de cette ampleur, il faut avoir la confiance du directeur du studio et une bonne réputation parmi les cadres dirigeants. Après, en soit, ça ne veut pas dire grand chose : beaucoup de gens à Hollywood savent faire de la daube sur commande pour payer le loyer, tout en sachant écrire ou tourner des films intelligents lorsqu'ils ont l'opportunité. Regardez par exemple Doug Liman, qui en 2008 sort la daube Jumper puis deux ans plus tard est en compétition officielle à Cannes avec l'excellent (et engagé) thriller politique Fair Game. Même Andrew Niccol en tant que réalisateur a alterné entre films intelligents et engagés (Gattaca, Lord of War) et films formatés ou sur commande (Time Out ou The Host).

Donc on verra. Disons que pour ma part, je ne pars pas sur lui avec l'à-priori négatif que je peux avoir sur Damon Lindelof, Jon Spaihts, ou pire : Alex Kurtzman & Roberto Orci.

Joe Black a écrit:
Mais cela peut conduire à des renvois, en atteste notamment le départ d'Edgar Wright du film Ant-Man: le réalisateur et scénariste n'a probablement pas voulu respecter certaines exigences de Feige et consorts. Dans le cas de Lucasfilm cependant, les multiples renvois de réalisateurs et les changements de scénarios de dernière minutes alors même que que les délais de production sont très serrés, me donnent plutôt l'impression que Kathleen Kennedy et Lucasfilm naviguent à vue et ne possèdent pas une vision d'ensemble à long terme pour ce qui est de l'aspect créatif de la saga.
Sur le scénario : ça me semble clair. Ce qui est à la fois une bonne et une mauvaise chose : d'un coté ça laisse l'équipe engagée sur chaque film apporter des choses et avoir une certaine liberté (du moment qu'ils restent dans certaines barrières), de l'autre, effectivement, ils n'ont pas l'air de savoir où ils veulent aller avec l'histoire.

Après, l'autre difficulté par rapport au MCU, c'est que Star Wars est un univers unique, avec un certain ton, une certaine approche, certains personnages, une certaine cohérence, là où le MCU est plus un univers agglomérant des univers qui ont chacun un monde, des personnages, et même un ton et une approche visuelle différente. Feige est à ce titre un peu avantagé car il peut embaucher James Gunn et lui dire "fais Guardians of the Galaxy" sans trop le cadrer car même si c'est un film Marvel et une adaptation, les attentes sont quasiment celles d'un film original.

Là où quand Kathleen Kennedy a Lord & Miller qui transforment leur film en comédie et que Laurence Kasdan pète un cable, elle a moins de marges de manœuvre. Bon, et puis le fait que les deux zigotos jetaient de l'argent par les fenêtres et s'étaient mis à dos l'équipe n'a pas du non plus aider.

D'ailleurs, c'est aussi pour ça qu'hormis dans le cas de Trevorrow (où en l'espèce c'était bien un problème créatif car il est parti avant le tournage), je pense qu'il ne faut pas surestimer la dimension créative des problèmes de réalisateurs sur Star Wars :
- Dans le cas de Lord & Miller, il y avait apparemment de gros problèmes de production en plus des divergences créatives
- Gareth Edwards a vu sa vision finalement fidèlement réalisée et il est resté jusqu'au bout, mais Tony Gilroy a été engagé notamment pour régler des problèmes de production
- Le renvoi de Josh Trank est largement lié à ses problèmes de comportement et de relations avec les équipes sur le tournage de Fantastic Four.

_________________
Stargate Earthling Fleet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joe Black
Coffee Drinker
Coffee Drinker
avatar

Nombre de messages : 1980
Masculin Age : 27
Localisation : Lausanne

MessageSujet: Re: Star Wars: Episode IX   Lun 18 Sep 2017 - 14:44

Artheval_Pe a écrit:
Soyons honnêtes : personne à Hollywood ne travaille sur des films à plus de 100 millions de dollars de budget sans être une "créature des grands studios". Par définition, pour travailler sur un film de cette ampleur, il faut avoir la confiance du directeur du studio et une bonne réputation parmi les cadres dirigeants.

Je suis d'accord. J'essayais juste de relativiser la "prise de risques" de Lucasfilm et Disney avec l'engagement de Chris Terrio. Ce dernier a été oscarisé pour le scénario d'Argo et ces dernières années, il a consécutivement travaillé sur deux projets superhéroïques au budget pharaonique. Donc j'ai plutôt l'impression d'un choix relativement conservateur de la part de Kathleen Kennedy et consorts, là où l'engagement de Rian Johnson au scénario et à la réalisation de l'Episode VIII était à mon sens bien plus surprenant et audacieux.

_________________
The truth is out there
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artheval_Pe
Chief of Spatial Operations
Chief of Spatial Operations
avatar

Nombre de messages : 2500
Masculin Age : 26
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Star Wars: Episode IX   Lun 18 Sep 2017 - 23:12

Je comprends mieux ! Ce que je voulais dire initialement, c'est qu'ils ne confiaient pas le scénario à quelqu'un qui en avait déjà signé plusieurs sur Star Wars ou en SF (comme ce serait le cas s'ils l'avaient confié à Laurence Kasdan ou JJ Abrams). Chris Terrio, c'est plus un profil à la Colin Trevorrow : quelqu'un de plutôt débutant (il n'a qu'une poignée de films à son actif), mais qui pour autant a montré ses capacités à sortir un script intéressant, et pas forcément entièrement consensuel, autant qu'à travailler pour les gros studios.

Par exemple : même s'il y a des erreurs historiques dans Argo, j'avais apprécié le fait que l'introduction du film recontextualise les évènements de la révolution en mettant notamment celle-ci en perspective avec le fait que les États-Unis et le Royaume-Uni avaient renversé Mossadegh puis soutenu le Shah qui s'était révélé être un dictateur brutal (et que donc la colère des iraniens contre les américains était pour partie motivée par cela et pas juste sortie de nulle part, même s'ils passent pour les méchants dans le film).

_________________
Stargate Earthling Fleet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Star Wars: Episode IX   

Revenir en haut Aller en bas
 
Star Wars: Episode IX
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Star Wars (Episode IV) - A New Hope
» Star Wars (Episode V) - Empire Strikes Back
» Affiche star wars episode IV
» Star Wars Episode VII (2015)
» Star Wars Episode VII: The Force Awakens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Multivers :: .:: Discussion Globale ::. :: L'actualité fictionnelle et culturelle de l'imaginaire-
Sauter vers: