AccueilPortailChatboxCalendrierFAQGroupesRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Responsabilité du scénariste et attentes des spectateurs

Aller en bas 
AuteurMessage
Blackeagle
Alien Respectable
Alien Respectable
avatar

Nombre de messages : 190
Masculin Age : 27

MessageSujet: Responsabilité du scénariste et attentes des spectateurs   Sam 21 Avr 2012 - 15:13

[EDIT: discussion située à l'origine dans le topic "Rions un peu avec nos amis les Shep12"]

Comme tu le dis fangate, Mallozzi n'a pas pondu que de mauvais épisodes même s'ils sont bien moins nombreux. Cela veut dire que quand il le désirait, qu'il avait un intérêt, une passion,... il était tout à fait capable de pondre de bons épisodes. Tout auteur connait des bons épisodes et des navets, on ne peut être un bon "écrivain" sans avoir connu l'échec. Après, je peux critiquer le fait qu'il n'a pas tenter de corriger le tir mais je m'interdis formellement de dire qu'il est un mauvais scénariste car le fait d'avoir écrit ne fût-ce que deux épisodes intéressants prouve qu'il est (comme nous tous) capable de pondre quelque chose de cool.

Tu peux relire la totalité de mes posts, à part deux ou trois vannes ou propos ironiques ("Mallozzite"...), je n'ai jamais critiqué sa qualité en temps que scénariste, juste les oeuvres.

Pourquoi ? Parce que je sais par expérience à quel point c'est difficile d'avoir une bonne idée qui tienne la route et/ou de partir d'une idée débile pour pondre un résultat sublime. C'est une question du respect du travail, de l'effort même si celui-ci n'a pas été suffisant.

Et non, il ne s'en prend pas à l'oeuvre (ce qui tout à fait son droit) mais à l'auteur en le jugeant alors qu'il n'a aucune idée de la difficulté de la tâche.


PS: Le projet en question n'est pas ledit site (où je ne tiens par ailleurs qu'un rôle de conseil et de testeur).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ketheriel
Conquérant Itinérant
Conquérant Itinérant
avatar

Nombre de messages : 1424
Masculin Age : 38

MessageSujet: Re: Responsabilité du scénariste et attentes des spectateurs   Dim 22 Avr 2012 - 11:06

Citation :
Comme tu le dis fangate, Mallozzi n'a pas pondu que de mauvais épisodes même s'ils sont bien moins nombreux. Cela veut dire que quand il le désirait, qu'il avait un intérêt, une passion,... il était tout à fait capable de pondre de bons épisodes. Tout auteur connait des bons épisodes et des navets, on ne peut être un bon "écrivain" sans avoir connu l'échec. Après, je peux critiquer le fait qu'il n'a pas tenter de corriger le tir mais je m'interdis formellement de dire qu'il est un mauvais scénariste car le fait d'avoir écrit ne fût-ce que deux épisodes intéressants prouve qu'il est (comme nous tous) capable de pondre quelque chose de cool.

Tu peux relire la totalité de mes posts, à part deux ou trois vannes ou propos ironiques ("Mallozzite"...), je n'ai jamais critiqué sa qualité en temps que scénariste, juste les oeuvres.

Pourquoi ? Parce que je sais par expérience à quel point c'est difficile d'avoir une bonne idée qui tienne la route et/ou de partir d'une idée débile pour pondre un résultat sublime. C'est une question du respect du travail, de l'effort même si celui-ci n'a pas été suffisant.

Tu ne juges absolument pas objectivement la prestation absolument déplorable de mallozzi. Oui, nous avons le droit de dire que c'est un mauvais scénariste/écrivain. Par analogie, tu ne vas pas dire à un médecin ou à un carrossier qui a fait un travail lamentable que c'est malgré tout un bon médecin ou carrossier parce que le boulot est difficile et que Jadis il réussissait à faire des trucs corrects, c'est un non sens.
Tous les métiers sont difficiles à des degrés plus ou moins grands (souvent bien plus que scénariste). Perso si je me plante dans la même proportion que Mallozzi dans SG...et bien je prends la porte illico presto et on attend pas X années pour le faire....

Mieux encore, Mallozzi a le privilège d'évoluer dans un monde bien plus souple que le reste de la société. Un auteur peut faire de la m***e toute sa vie et sortir d'un coup un chef d'oeuvre pour qu'il soit considéré comme très bon. Roddenberry ou JMS après leurs oeuvres majeurs n'avaient plus grand chose à démontrer et leur réputation n'est plus a prouver (quand bien même ils auraient fait 20 ans de bouse après...)

Actuellement Mallozzi a fait au mieux du très sympa (c'est déjà bien) mais aussi énormement de médiocre à très mauvais (avec pas mal d'arrogance crasse et de mépris pour son public...).

PS : De plus comparer ses expériences de scénariste avec celles de scénaristes pro payés grassement justement pour leurs supposées supériorités/compétences dans ce domaine ce n'est pas très logique. Vous n'êtes pas dans la même sphère...Leurs salaires justifient pleinement le degré d'excellence attendu...Or lorsque Mallozzi nous pond un truc inférieur à une fanfic gribouillée sur le coin d'une table c'est qu'il y a un gros problème...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackeagle
Alien Respectable
Alien Respectable
avatar

Nombre de messages : 190
Masculin Age : 27

MessageSujet: Re: Responsabilité du scénariste et attentes des spectateurs   Dim 22 Avr 2012 - 14:01

Citation :
Tu ne juges absolument pas objectivement la prestation absolument déplorable de mallozzi. Oui, nous avons le droit de dire que c'est un mauvais scénariste/écrivain. Par analogie, tu ne vas pas dire à un médecin ou à un carrossier qui a fait un travail lamentable que c'est malgré tout un bon médecin ou carrossier parce que le boulot est difficile et que Jadis il réussissait à faire des trucs corrects, c'est un non sens.

Tu fais ici une analogie avec une sphère totalement différente de celle du développement d'un média audiovisuel. Un médecin a contractuellement une obligation de moyens : il doit mettre tout en oeuvre pour le patient. Idem pour le carrossier, celui-ci doit mettre tout en oeuvre pour réparer le(s) dommage(s).

Ce n'est pas le cas d'un scénariste, il n'a aucune obligation de moyens et encore moins de résultat envers le public. Et le fait qu'il a tenu longtemps un poste important montre qu'il avait une relative bonne entente avec la MGM.

Maintenant, oui je suis en droit de critiquer l'oeuvre mais en quoi je peux critiquer l'auteur ? Si je prends l'exemple du monde du développement (que je connais assez bien), en quoi le fait qu'un jeu X soit si ennuyeux, nul,...m'autorise à dire que son éditeur est mauvais ? Par exemple, Ubisoft, je peux très bien dire que la saga Splinter Cell est mauvaise pour autant je ne peux pas émettre mes réserves sur l'éditeur car ceux-ci ont sorti de bons jeux (Assassin's Creed etc.).

Je peux prendre un exemple plus personnel, j'ai participé au développement du jeu Fighter Uncaged 2, le jeu a reçu de très mauvaises notes (et à juste titre, y'avait plutôt pas mal de correction à faire) pour autant je ne peux pas dire que les développeurs qui l'ont conçu sont mauvais. Bien au contraire, ce sont d'excellents développeurs. D'ailleurs certains d'entre eux travaillent désormais sur d'autres projets pour Ubisoft, projets qui se sont vendus par millions et dont la communauté de fans est extrêmement importante et connait l'univers de bout en bout (Assassin's Creed, en l'occurrence). clin d'oeil

Moralité de la chose ? Un auteur qui n'a fait de la merde peut tout d'un coup être très bon, de même qu'un auteur qui a pondu un jeu/série/film tout au plus bon ne peut être considéré comme étant un mauvais auteur.

Alors, oui je juge la prestation de Mallozzi (=l'oeuvre finale), je n'ai pas apprécié la plupart des épisodes qu'il a écrit pourtant il a aussi fait du sympa. Ce qui veut dire qu'il est tout à fait en mesure de pondre de bonnes choses. Je peux évidemment émettre mes réserves quant à son attitude en revanche je me réserve de juger sa qualité en temps qu'auteur qui dépend de biens des facteurs (oui, tout ce que demande le scénariste n'est pas forcément réalisé, ça dépend des contraintes techniques, budgétaires etc..).

Citation :
PS : De plus comparer ses expériences de scénariste avec celles de scénaristes pro payés grassement justement pour leurs supposées supériorités/compétences dans ce domaine ce n'est pas très logique. Vous n'êtes pas dans la même sphère...Leurs salaires justifient pleinement le degré d'excellence attendu...Or lorsque Mallozzi nous pond un truc inférieur à une fanfic gribouillée sur le coin d'une table c'est qu'il y a un gros problème...

Le fait qu'il soit payé ou non ne concerne nullement le présent sujet. Nous parlons ici de la qualité de rédaction d'un auteur, le fait qu'il soit payé ne signifie nullement qu'il est supposé avoir une obligation de résultat en ne pondant que de bons épisodes et sans preuves du contraire (et à nos dépens), nous ne pouvons dire que le travail pondu était considéré comme mauvais aux yeux de la MGM (il aurait été licencié bien plus tôt dans un tel cas de figure). Je n'apprécie pas du tout son travail (à quelques exceptions près) et encore moins son comportement, mais peut-être qu'avec un peu moins d'arrogance, il aurait pondu bien plus d'épisodes sympas à défaut d'être parfait...

Et oui, il y a une logique dans mes propos, c'est que j'ai eu une expérience du milieu (soit en rédaction soit en participant au processus de développement). Je sais donc qu'on ne peut pas toujours faire ce que l'on veut (dans mon cas, les programmeurs calment les ardeurs de certains game designers) et que le résultat pondu peut être totalement différent du travail de base. Il n'est nullement question de traitement ici, il ne s'agit que de talent et de contraintes techniques, budgétaires voire logistiques.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ketheriel
Conquérant Itinérant
Conquérant Itinérant
avatar

Nombre de messages : 1424
Masculin Age : 38

MessageSujet: Re: Responsabilité du scénariste et attentes des spectateurs   Dim 22 Avr 2012 - 16:44

Citation :
Ce n'est pas le cas d'un scénariste, il n'a aucune obligation de moyens et encore moins de résultat envers le public. Et le fait qu'il a tenu longtemps un poste important montre qu'il avait une relative bonne entente avec la MGM.
Bien sur que si justement il a obligation de résultat ! Il est même engagé pour cela. Son oeuvre doit avoir un écho favorable auprès des téléspecteurs pour permettre à la MGM d'avoir un retour sur investissement largement positif. C'est un business rien d'autre, penser le contraire est complètement aux antipodes de la réalité. Le nombre de séries d'ailleurs arrêtés prématurément en est la démonstration parfaite.

Citation :
Maintenant, oui je suis en droit de critiquer l'oeuvre mais en quoi je peux critiquer l'auteur ? Si je prends l'exemple du monde du développement (que je connais assez bien), en quoi le fait qu'un jeu X soit si ennuyeux, nul,...m'autorise à dire que son éditeur est mauvais ?
Ton analogie est fausse, Ubisoft ici est l'équivalent de la MGM pas des personnes qui sont à l'origine réelle du jeu en question. Lorsqu'on critiquait Carmak c'était bien pour ses jeux, son éditeur n'avait rien à voir (ou alors très indirectement).

Citation :
Je peux prendre un exemple plus personnel, j'ai participé au développement du jeu Fighter Uncaged 2, le jeu a reçu de très mauvaises notes (et à juste titre, y'avait plutôt pas mal de correction à faire) pour autant je ne peux pas dire que les développeurs qui l'ont conçu sont mauvais. Bien au contraire, ce sont d'excellents développeurs. D'ailleurs certains d'entre eux travaillent désormais sur d'autres projets pour Ubisoft, projets qui se sont vendus par millions et dont la communauté de fans est extrêmement importante et connait l'univers de bout en bout (Assassin's Creed, en l'occurrence). clin d'oeil

Moralité de la chose ? Un auteur qui n'a fait de la merde peut tout d'un coup être très bon, de même qu'un auteur qui a pondu un jeu/série/film tout au plus bon ne peut être considéré comme étant un mauvais auteur.
Tu confonds exécutant et maitre d'oeuvre. Tu peux avoir des exécutants doués parmi une montagne de nullités (et le contraire) dans une équipe dirigée par des gens totalement incompétents (ou le contraire).

Qu'on fait les maitres d'oeuvre depuis Fighter uncaged 2 ? Moi j'attends encore des noms. En revanche oui il y a eu des transfuges d'une équipe à une autre mais ces transfuges l'ont été que dans des équipes pré-existantes et dont les rênes sont déjà tenus par d'autres (eux compétents).

Citation :
Alors, oui je juge la prestation de Mallozzi (=l'oeuvre finale), je n'ai pas apprécié la plupart des épisodes qu'il a écrit pourtant il a aussi fait du sympa. Ce qui veut dire qu'il est tout à fait en mesure de pondre de bonnes choses. Je peux évidemment émettre mes réserves quant à son attitude en revanche je me réserve de juger sa qualité en temps qu'auteur qui dépend de biens des facteurs (oui, tout ce que demande le scénariste n'est pas forcément réalisé, ça dépend des contraintes techniques, budgétaires etc..).

La prestation de Mallozzi ça se résume à sa fonction (vive la matrice^^) et sa fonction c'est Scénariste (ou ce que tu veux comme titre).
La question exacte sur ce point est : A-t-il rempli correctement sa fonction ? La réponse est tout aussi simple :
Globalement non toutes ses oeuvres vont du agréable (sans jamais être transcendantes) à souvent du très mauvais (le tout nacré d'un foutage de gueule permanent envers le public.)

C'est sa fonction qui est jugé ici et oui j'affirme qu'à la vue de ses oeuvres c'est un mauvais scénariste. Losqu'il aura prouvé être capable de faire quelque chose des très bon (comme Whedon, JMS ou roddenberry alors là tu pourras dire que ces mauvais scripts étaient dus a des contraintes X ou Y)
Citation :

nous ne pouvons dire que le travail pondu était considéré comme mauvais aux yeux de la MGM (il aurait été licencié bien plus tôt dans un tel cas de figure)
Bien sur que si justement et c'est pour ça qu'il a été viré...En revanche tu oublies une chose c'est que la MGM pense comme toute entreprise en terme de revenu financier et donc Mallozzi tant qu'il permet d'atteindre une part de marché suffisante (pré-établie) alors il n'y a aucune raison d'enclencher sa destitution d'autant plus qu'il faut trouver une série remplaçante qui fasse aussi bien que SG chose qui ne se trouve pas d'un claquement de doigt ou même en 1 ou 2 ans. Il est donc normal en attendant de trouver le projet qui le remplacera de tirer sur la corde un maximum tant que ça rapporte.

Citation :
Et oui, il y a une logique dans mes propos, c'est que j'ai eu une expérience du milieu (soit en rédaction soit en participant au processus de développement). Je sais donc qu'on ne peut pas toujours faire ce que l'on veut (dans mon cas, les programmeurs calment les ardeurs de certains game designers) et que le résultat pondu peut être totalement différent du travail de base. Il n'est nullement question de traitement ici, il ne s'agit que de talent et de contraintes techniques, budgétaires voire logistiques.
Justement tu plantes ton raisonnement sur un postulat faux. Le monde du jeu video n'a absolument pas les mêmes prérequis que le monde télévisuel. De plus il est infiniment plus facile d'avoir une démonstration par l'exemple dans ce dernier domaine via des auteurs ayant eu infiniment plus de contraintes que Mallozzi pour leurs créations. Les papiers de JMS ou de Whedon sur le sujet et qui trainent sur le Net depuis des années montrent ce fait. Budget inférieur, ingérence direct des chaines, mise en désordre de la diffusion des épisodes, retouche des scripts etc etc. Bizarrement ils ont réussi à pondre B5 et Firefly...Mallozzi avec des moyens supérieurs il a fait quoi ?

Je suis parfaitement d'accord qu'un auteur a des hauts et des bas mais lorsque le haut se résume à un truc seulement sympathique (et que la moitié de l'épisode tient surtout à son acteur principal) c'est qu'il y a quand même une conclusion a tiré, il me semble. Ne serait-ce à l'égard des gens qui en ont bavé bien plus et qui ont fait bien mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackeagle
Alien Respectable
Alien Respectable
avatar

Nombre de messages : 190
Masculin Age : 27

MessageSujet: Re: Responsabilité du scénariste et attentes des spectateurs   Dim 22 Avr 2012 - 17:22

Citation :
Bien sur que si justement il a obligation de résultat ! Il est même engagé pour cela. Son oeuvre doit avoir un écho favorable auprès des téléspecteurs pour permettre à la MGM d'avoir un retour sur investissement largement positif. C'est un business rien d'autre, penser le contraire est complètement aux antipodes de la réalité. Le nombre de séries d'ailleurs arrêtés prématurément en est la démonstration parfaite.

Non, justement. Il a une obligation de moyens envers la MGM, c'est à dire, qu'il doit mettre tout en oeuvre pour correspondre le plus possible aux objectifs de la société. En aucun cas, il n'a une obligation de résultat envers le public. De la même façon que tout employé a une obligation de moyens envers la société.

Ici l'obligation s'insère dans une relation entre la personne et la société, pas entre la personne et la clientèle. Il y a quelques exceptions au principe: le médecin, l'huissier, l'avocat...

Citation :
Ton analogie est fausse, Ubisoft ici est l'équivalent de la MGM pas des personnes qui sont à l'origine réelle du jeu en question. Lorsqu'on critiquait Carmak c'était bien pour ses jeux, son éditeur n'avait rien à voir (ou alors très indirectement).

Les scénaristes (et plus globalement les têtes pensantes) d'Ubisoft passent d'un studio à un autre (puisqu'Ubisoft n'est pas qu'un éditeur, la société dispose de studios et les scénaristes et autres designers sont ceux qui "voyagent" le plus). Maintenant, je suis d'accord pour dire que généralement, l'éditeur n'a rien à voir.
C'est ainsi que Jade Raymond passe d'Assassin's Creed à Splinter Cell (un exemple parmi tant d'autres).
NB: Je cite Ubisoft, mais la plupart des gros éditeurs/studios appliquent cela.

Citation :
Tu confonds exécutant et maitre d'oeuvre. Tu peux avoir des exécutants doués parmi une montagne de nullités (et le contraire) dans une équipe dirigée par des gens totalement incompétents (ou le contraire).
Non, je ne confonds pas. Je donne une analogie entre le talent estimé (d'un scénariste mais dans mon exemple je prend celui d'un programmeur) et le produit fini. Dans ledit jeu, l'un des problèmes majeurs relevé est le temps de réponse du personnage en fonction de la capture du mouvement par la Kinect. Les ingénieurs qui ont bossé dessus pourraient être considéré comme à l'origine de cela (maintenant, un bug étant un bug, ça peut survenir). Le système de capture de mouvement étant mauvais, peut-on dire que les ingénieurs qui ont bossé dessus sont mauvais ? Pas à mon sens, il y a des facteurs extérieurs qui peuvent survenir, de même que ce n'est pas un motif de préjugé sur ledit développeur.
Tu peux avoir la meilleure équipe au monde et pondre un jeu bas de gamme (voire vraiment un navet). Ma question : les développeurs (au sens, programmeurs) sont-ils pour autant mauvais ?

De même, un auteur qui a écrit 9 navets et un film (par exemple) avec un gros succès commercial peut-il être considéré comme étant bon ? mauvais ?

Comment juges-tu un mauvais scénariste d'un bon ? Du style, sur 10 scénarios, si il en a écrit 5 de bons, ça va; 8, il est très fort; 2, il est nul ? Ne dois-tu pas tenir compte de l'histoire dudit scénario, de la trame scénaristique ? Des précédents épisodes réalisés par d'autres scénaristes etc..



Citation :
Qu'on fait les maitres d'oeuvre depuis Fighter uncaged 2 ? Moi j'attends encore des noms.
A ma connaissance, l'équipe de conception (game designers,...) bosse toujours pour AMA Studios, seuls 3 développeurs ont rejoints d'autres équipes (mais en même temps, je n'ai été en contact qu'avec ceux-ci, j'ai jamais croisé les têtes pensantes et c'est un studio comprenant 50 employés). Mais là n'est pas le propos, puisque l'analogie que j'ai émis est (plus clairement ?) expliquée ci-dessus.

Citation :

La prestation de Mallozzi ça se résume à sa fonction et sa fonction c'est Scénariste (ou ce que tu veux comme titre).
La question exacte sur ce point est : A-t-il rempli correctement sa fonction ? La réponse est tout aussi simple :
Globalement non toutes ses oeuvres vont du agréable (sans jamais être transcendantes) à souvent du très mauvais (le tout nacré d'un foutage de gueule permanent envers le public.)
Je ne remets pas en cause cela et du point de vue consommateur, j'estimerai qu'il est mauvais. Mais de l'autre coté, je sais qu'il existe des contraintes (relativement identiques) qui ont une certaine influence sur le développement d'un jeu/film. Ainsi, je ne peux pas dire que Mallozzi n'a pas eu "d'influence néfaste" (idem pour le reste de l'équipe) et ces dernières années, je pense plutôt que la MGM (et Syfy) ont quelque peu pressés le staff (au vu des résultats, ça me semble probable). Si tu as un lien qui prouve que malgré cela, ils ont eu carte blanche (puisque tu dis qu'il avait moins de contrainte), ça m'intéresse de pouvoir le lire. Heureux

Citation :
Justement tu plantes ton raisonnement sur un postulat faux. Le monde du jeu video n'a absolument pas les mêmes prérequis que le monde télévisuel. De plus il est infiniment plus facile d'avoir une démonstration par l'exemple dans ce dernier domaine via des auteurs ayant eu infiniment plus de contraintes que Mallozzi pour leurs créations. Les papiers de JMS ou de Whedon sur le sujet et qui trainent sur le Net depuis des années montrent ce fait. Budget inférieur, ingérence direct des chaines, mise en désordre de la diffusion des épisodes, retouche des scripts etc etc. Bizarrement ils ont réussi à pondre B5 et Firefly...Mallozzi avec des moyens supérieurs il a fait quoi ?
Tu tente d'intégrer tel quel mon postulat au domaine de la conception d'un film/série. Non, tu dois adapté le "processus-type" au domaine audiovisuel, toutes les contraintes ne sont pas identiques mais globalement, le processus créatif est identique : on laisse les scénaristes (et les concepteurs plus généralement) construire l'histoire et, en fonction des contraintes, elle se voit remodelée plusieurs fois. Certains scripts de SGU tournent sur Internet (y'avait un post sur SGF), ils ont probablement été révisés des dizaines de fois (et pas forcément dans le bon sens).

Maintenant, il y a une autre problématique quand on a plusieurs auteurs sur un même projet, ça peut donner du très bon comme du très mauvais, créer des incohérences énormes, des changements de trame scénaristique etc. Je serai étonné que cela ne se soit produit ne fût-ce qu'une seule fois pour Stargate en plus de dix ans d'existence.

Je comprends tout à fait ton propos mais je ne peux, moi, le rejoindre car je sais qu'il existe des contraintes (techniques le plus souvent) qui influencent la conception, que ce sont des choses qui arrivent très rarement aux oreilles du consommateur et qu'en conséquence, il n'en a presque jamais conscience. De fait, je ne critique que l'oeuvre (et j'évite autant que possible d'avoir des préjugés envers l'auteur).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ketheriel
Conquérant Itinérant
Conquérant Itinérant
avatar

Nombre de messages : 1424
Masculin Age : 38

MessageSujet: Re: Responsabilité du scénariste et attentes des spectateurs   Dim 22 Avr 2012 - 19:13

Citation :
Non, justement. Il a une obligation de moyens envers la MGM, c'est à dire, qu'il doit mettre tout en oeuvre pour correspondre le plus possible aux objectifs de la société. En aucun cas, il n'a une obligation de résultat envers le public. De la même façon que tout employé a une obligation de moyens envers la société.

Ici l'obligation s'insère dans une relation entre la personne et la société, pas entre la personne et la clientèle. Il y a quelques exceptions au principe: le médecin, l'huissier, l'avocat...

Alors je n'avais pas percuté la première fois mais en fait la base de ton sophisme (car s'en est un) c'est que tu tentes d'appliquer des principes juridiques à un phénomène sociologique. C'est un non-sens.
Le cadre juridique n'a absolument rien à voir avec la réalité sinon les sociologues, économistes et autres ne s'embêteraient pas a avoir leurs propres outils.

En socio et autres (éco etc), il y a un principe celui de la corrélation en cascade (ailleurs on l'appelle Déterminisme tout simplement). Tu appliques ce principe tu vois toutes les conséquences et donc responsabilités des choix effectués par les acteurs en question. Il y a une boucle semi-causale où si mallozzi fait de la m***e, les téléspecteurs ne vont pas regarder et s'ils ne regardent pas, la MGM va répercuter le manque a gagner et donc sur Mallozzi himself.

Citation :
Les scénaristes (et plus globalement les têtes pensantes) d'Ubisoft passent d'un studio à un autre (puisqu'Ubisoft n'est pas qu'un éditeur, la société dispose de studios et les scénaristes et autres designers sont ceux qui "voyagent" le plus). Maintenant, je suis d'accord pour dire que généralement, l'éditeur n'a rien à voir.
C'est ainsi que Jade Raymond passe d'Assassin's Creed à Splinter Cell (un exemple parmi tant d'autres).
NB: Je cite Ubisoft, mais la plupart des gros éditeurs/studios appliquent cela.
En fait là tu ne réponds pas à ce que je demande. Je souhaite qu'on me trouve un exemple de personnes ayant été à la tête d'un projet qui s'est révélé lamentable et qui plus tard s'est retrouvé à la tête d'un autre projet qui fut un grand succès. C'est ça qu'il faut que tu montes pas que certains ont changé d'équipe dans des projets dont ils ne sont pas les instigateurs et donc dont leurs talents de créateurs n'ont pas été mis à profit réellement. (Faire perdurer ou se baser sur des pré-requis d'une franchise déjà établi c'est infiniment plus simple que d'en monter une)

Citation :
Je ne remets pas en cause cela et du point de vue consommateur, j'estimerai qu'il est mauvais. Mais de l'autre coté, je sais qu'il existe des contraintes (relativement identiques) qui ont une certaine influence sur le développement d'un jeu/film. Ainsi, je ne peux pas dire que Mallozzi n'a pas eu "d'influence néfaste" (idem pour le reste de l'équipe) et ces dernières années, je pense plutôt que la MGM (et Syfy) ont quelque peu pressés le staff (au vu des résultats, ça me semble probable). Si tu as un lien qui prouve que malgré cela, ils ont eu carte blanche (puisque tu dis qu'il avait moins de contrainte), ça m'intéresse de pouvoir le lire. Heureux

Alors des liens, j'ai du en donner sur ce forum mais ça doit être enfouis dans la montagne de posts existants (idem sur SGF lorsque j'y étais). Cependant tu peux comparer (mais ça va te prendre un temps fou) le blog de mallozzi et celui de JMS et tu pourras te rendre compte de la différence de traitement des chaines et entreprises qu'on subit mallozzi et JMS et on peut pas dire que Mallozzi arrive à la cheville de JMS en tant qu'auteur. (Tu dois pouvoir trouver ça dans la partie Bab 5 de ce forum mais comme ça fait un moment que je ne suis pas repassé, je ne sais pas si ce n'est pas enfoui parmi les autres posts)

Citation :
Maintenant, il y a une autre problématique quand on a plusieurs auteurs sur un même projet, ça peut donner du très bon comme du très mauvais, créer des incohérences énormes, des changements de trame scénaristique etc. Je serai étonné que cela ne se soit produit ne fût-ce qu'une seule fois pour Stargate en plus de dix ans d'existence.
Oui mais on peut exclure cette variable sur les épisodes SG où mallozzi fut le seul scénariste (d'ailleurs ses meilleurs épisodes sont ceux où il partageait la paternité avec d'autres auteurs..)

EDIT : Tiens je viens de voir qu'on me remerciait dans un blog sur B5^^
http://kronikmarsiennes.canalblog.com/archives/_tv__series_science_fiction_/index.html

J'ai laissé une trace dans l'histoire ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackeagle
Alien Respectable
Alien Respectable
avatar

Nombre de messages : 190
Masculin Age : 27

MessageSujet: Re: Responsabilité du scénariste et attentes des spectateurs   Dim 22 Avr 2012 - 20:48

ketheriel a écrit:

Alors je n'avais pas percuté la première fois mais en fait la base de ton sophisme (car s'en est un) c'est que tu tentes d'appliquer des principes juridiques à un phénomène sociologique. C'est un non-sens.
Le cadre juridique n'a absolument rien à voir avec la réalité sinon les sociologues, économistes et autres ne s'embêteraient pas a avoir leurs propres outils.

En socio et autres (éco etc), il y a un principe celui de la corrélation en cascade (ailleurs on l'appelle Déterminisme tout simplement). Tu appliques ce principe tu vois toutes les conséquences et donc responsabilités des choix effectués par les acteurs en question. Il y a une boucle semi-causale où si mallozzi fait de la m***e, les téléspecteurs ne vont pas regarder et s'ils ne regardent pas, la MGM va répercuter le manque a gagner et donc sur Mallozzi himself.
Ce que je veux dire, c'est que, formellement, il a une obligation de moyens envers sa société (ce qui est logique). Mais c'est elle qui a une "obligation" de résultat, c'est elle qui prendra en compte l'audience. Certes, en cas de problème, elle se tournera vers l'équipe (et Mallozzi).

Du moment que Mallozzi respectait son obligation (et même si l'épisode était critiqué), la MGM ne se posait pas de question. Une fois que l'audience n'est plus, que cela "agace" la société, elle jette un oeil de plus près et décide de prendre des mesures. Ne respectant plus (du point de vue du public et de la société) son obligation, Mallozzi est viré. Il n'a donc pas d'obligations directes envers le public, mais envers son employeur. C'est son employeur qui tient compte du public, pas lui (même s'il devrait).



On peut citer Ed del Castillo qui a participé à Ultima IX (les critiques étaient relativement mitigées voire mauvaises, situation qui ressemble légèrement à celle de Mass Effect en passant), s'est retrouvé à la tête de Battle Realms.
Merci pour le lien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fangate1
Commandant Cyborg
Commandant Cyborg
avatar

Nombre de messages : 544
Masculin Age : 33

MessageSujet: Re: Responsabilité du scénariste et attentes des spectateurs   Dim 22 Avr 2012 - 22:43

Blackeagle a écrit:
ketheriel a écrit:

Alors je n'avais pas percuté la première fois mais en fait la base de ton sophisme (car s'en est un) c'est que tu tentes d'appliquer des principes juridiques à un phénomène sociologique. C'est un non-sens.
Le cadre juridique n'a absolument rien à voir avec la réalité sinon les sociologues, économistes et autres ne s'embêteraient pas a avoir leurs propres outils.

En socio et autres (éco etc), il y a un principe celui de la corrélation en cascade (ailleurs on l'appelle Déterminisme tout simplement). Tu appliques ce principe tu vois toutes les conséquences et donc responsabilités des choix effectués par les acteurs en question. Il y a une boucle semi-causale où si mallozzi fait de la m***e, les téléspecteurs ne vont pas regarder et s'ils ne regardent pas, la MGM va répercuter le manque a gagner et donc sur Mallozzi himself.
Ce que je veux dire, c'est que, formellement, il a une obligation de moyens envers sa société (ce qui est logique). Mais c'est elle qui a une "obligation" de résultat, c'est elle qui prendra en compte l'audience. Certes, en cas de problème, elle se tournera vers l'équipe (et Mallozzi).

Du moment que Mallozzi respectait son obligation (et même si l'épisode était critiqué), la MGM ne se posait pas de question. Une fois que l'audience n'est plus, que cela "agace" la société, elle jette un oeil de plus près et décide de prendre des mesures. Ne respectant plus (du point de vue du public et de la société) son obligation, Mallozzi est viré. Il n'a donc pas d'obligations directes envers le public, mais envers son employeur. C'est son employeur qui tient compte du public, pas lui (même s'il devrait).



On peut citer Ed del Castillo qui a participé à Ultima IX (les critiques étaient relativement mitigées voire mauvaises, situation qui ressemble légèrement à celle de Mass Effect en passant), s'est retrouvé à la tête de Battle Realms.
Merci pour le lien.


Tu entends quoi par "obligation de moyens"?

Citation :
Il n'a donc pas d'obligations directes envers le public, mais envers son employeur. C'est son employeur qui tient compte du public, pas lui (même s'il devrait).

Oui il n'a pas d'obligation directe envers le public, mais indirectement s'il veut garder son job, il a l'obligation de faire du bon boulôt en écrivant de bonne histoire qui vont plaîre au plus grand nombre. c'est le public qui va décider si la série doit continuer ou pas avec les audiences que la société va regader de près. A la limite il doit d'abord prendre en compte l'avis et les goûts des téléspectateurs avant d'écouter la société de prod pour écrire son histoire. Je veux dire c'est pas "il devrait" mais "il doit" prendre en compte le public qui va regarder son scénari.

Mallozi passe peut-être un peu pour un bouc émissaire dans la dégradation de la qualité de la franchise SG dans le temps. Il n'était pas tout seul aussi dans le staff et il avait sûrement pas mal de contraintes technique et autres pour écrire ses épisodes.

Mais bon il est l'auteur de "les démons de la brume" de SGA S5, le pire épisode que j'ai vu dans la franchise alors que dans ce zode il avait tout (en moyens financier) pour faire ce qu'il voulait et il est l'auteur de "Assault 1 et 2" SGU, qui est le pire cliffhanger qu'on ait eu dans toute la franchise SG. Ah et les fameux dialogues tout pourris de Mitchell "Ma grand mère disait, grenouille de bénitier, recette de cuisine à la con" c'est lui aussi. Donc on peut dire "(pour être gentil") qu'il est vraiment très médiocre comme auteur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackeagle
Alien Respectable
Alien Respectable
avatar

Nombre de messages : 190
Masculin Age : 27

MessageSujet: Re: Responsabilité du scénariste et attentes des spectateurs   Dim 22 Avr 2012 - 23:06

Citation :
Il a une obligation de moyens envers la MGM, c'est à dire, qu'il doit mettre tout en oeuvre pour correspondre le plus possible aux objectifs de la société.

Citation :
Oui il n'a pas d'obligation directe envers le public, mais indirectement s'il veut garder son job, il a l'obligation de faire du bon boulôt en écrivant de bonne histoire qui vont plaîre au plus grand nombre. c'est le public qui va décider si la série doit continuer ou pas avec les audiences que la société va regader de près. A la limite il doit d'abord prendre en compte l'avis et les goûts des téléspectateurs avant d'écouter la société de prod pour écrire son histoire.
C'est bel et bien ce que je dis.

Citation :
Je veux dire c'est pas "il devrait" mais "il doit" prendre en compte le public qui va regarder son scénari.
Dans les faits, non. Il n'a aucune obligation, ce n'est pas un "devoir". C'est plus une recommandation de scénariste, préférable pour lui s'il désire garder son poste. Mais, ce n'est probablement pas le seul scénariste à agir de la sorte.


Dernière édition par Blackeagle le Dim 22 Avr 2012 - 23:09, édité 2 fois (Raison : Trouvé le mot que je cherchais...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ketheriel
Conquérant Itinérant
Conquérant Itinérant
avatar

Nombre de messages : 1424
Masculin Age : 38

MessageSujet: Re: Responsabilité du scénariste et attentes des spectateurs   Lun 23 Avr 2012 - 0:15

Citation :
Dans les faits, non. Il n'a aucune obligation, ce n'est pas un "devoir". C'est plus une recommandation de scénariste, préférable pour lui s'il désire garder son poste. Mais, ce n'est probablement pas le seul scénariste à agir de la sorte.
Tu te trompes lourdement quand même là. Premièrement une oeuvre s'adresse toujours à un public et non à l'intermédiaire que sera la MGM ou d'autres. De plus à moins qu'un auteur n'ait AUCUNE éthique, il a donc bien des devoirs (je parle bien de l'aspect moral des choses ici). Il faut vraiment que tu t'extirpes des concepts normatifs du Droit...

Lorsque tu construits ou créés quelque chose, cela t'engage légalement (avec les limites de responsabilités juridiques) mais aussi moralement (ce que rien de marqué dans le marbre ne définira parfaitement)

Par simple respect, il n'a pas a dénaturer une oeuvre. De même que par respect de son public auquel il doit grosso modo tout comme tout auteur, pour la chance qu'il a eu de participer à une franchise réputée, pour la chance qu'il a eu d'avoir eu un tel travail, l'éthique impose qu'il fasse de son mieux lorsqu'il écrit un script.
Alors il n'y a que 3 réponses possibles puisque la série s'est vautrée.
Soit ils (le staff) sont majoritairement des incompétents.
Soit ils en avaient absolument rien à faire.
Soit un peu des deux.

Puisque Mallozzi semble aimer son job (difficile de ne pas aimer^^), je considère qu'il n'en a pas rien à faire mais qu'il a des compétences limitées (mais réelles s'ils bossaient) et que son arrogance crasse (bien visible sur son blog) l'ont empêché de faire un travail correct...Lorsqu'on croit dur comme fer qu'on fait du bon boulot à chaque épisode alors que c'est loin d'être le cas forcément on ne se rend pas compte qu'il faut mettre un coup de collier pour rectifier le tir (ça s'appelle de l'auto-suffisance).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackeagle
Alien Respectable
Alien Respectable
avatar

Nombre de messages : 190
Masculin Age : 27

MessageSujet: Re: Responsabilité du scénariste et attentes des spectateurs   Lun 23 Avr 2012 - 0:49

ketheriel a écrit:
Citation :
Dans les faits, non. Il n'a aucune obligation, ce n'est pas un "devoir". C'est plus une recommandation de scénariste, préférable pour lui s'il désire garder son poste. Mais, ce n'est probablement pas le seul scénariste à agir de la sorte.
Tu te trompes lourdement quand même là. Premièrement une oeuvre s'adresse toujours à un public et non à l'intermédiaire que sera la MGM ou d'autres. De plus à moins qu'un auteur n'ait AUCUNE éthique, il a donc bien des devoirs (je parle bien de l'aspect moral des choses ici). Il faut vraiment que tu t'extirpes des concepts normatifs du Droit...

Tout dépend du sens de la phrase de fangate, si on prend au sens strict: cela veut dire qu'il s'agirait d'un devoir légal (contractuel pour être plus précis). Or, ce n'est pas le cas. Il ne faut pas oublier que la phrase citée par fangate est à remettre dans son contexte : une relation entre un employé et un employeur. De fait, il s'agissait là d'un aspect contractuel. Merci de ne pas me dire que je me trompe en citant ma réponse sans tenir compte du contexte dans lequel elle fut émise.

Maintenant, c'est en effet un devoir moral, (bien que la moral tout comme l'éthique varie en fonction des personnes, des mentalités et des lieux). Va savoir, il est réellement possible que cela ne l'intéresse pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fangate1
Commandant Cyborg
Commandant Cyborg
avatar

Nombre de messages : 544
Masculin Age : 33

MessageSujet: Responsabilité du scénariste et attentes des spectateurs   Lun 23 Avr 2012 - 2:38

Blackeagle a écrit:
ketheriel a écrit:
Citation :
Dans les faits, non. Il n'a aucune obligation, ce n'est pas un "devoir". C'est plus une recommandation de scénariste, préférable pour lui s'il désire garder son poste. Mais, ce n'est probablement pas le seul scénariste à agir de la sorte.
Tu te trompes lourdement quand même là. Premièrement une oeuvre s'adresse toujours à un public et non à l'intermédiaire que sera la MGM ou d'autres. De plus à moins qu'un auteur n'ait AUCUNE éthique, il a donc bien des devoirs (je parle bien de l'aspect moral des choses ici). Il faut vraiment que tu t'extirpes des concepts normatifs du Droit...

Tout dépend du sens de la phrase de fangate, si on prend au sens strict: cela veut dire qu'il s'agirait d'un devoir légal (contractuel pour être plus précis). Or, ce n'est pas le cas. Il ne faut pas oublier que la phrase citée par fangate est à remettre dans son contexte : une relation entre un employé et un employeur. De fait, il s'agissait là d'un aspect contractuel. Merci de ne pas me dire que je me trompe en citant ma réponse sans tenir compte du contexte dans lequel elle fut émise.

Maintenant, c'est en effet un devoir moral, (bien que la moral tout comme l'éthique varie en fonction des personnes, des mentalités et des lieux). Va savoir, il est réellement possible que cela ne l'intéresse pas...


Bien sûr que ce n'est pas marqué dans son contrat, mais il a le devoir morale de regarder un peu les critiques faitent par le public, voir si ça plaît ou pas, pour se rendre compte qu'il écrit des scripts médiocres et ainsi pouvoir s'améliorer comme dit Ketheriel. Et puis le vrai patron à la fin c'est le public, c'est lui qui décide si on continue ou pas la série. (même si ce n'est pas marqué dans son contrat de travail hein^)On doit l'écouter un minimun, c'est normal et recommandé.

Bon enfin on est d'accord je pense sur le fond tous les trois.

Pour la question du départ du débat, peut-on se moquer du travail d'un scénariste parce qu'on trouve son scénario de film mauvais?, je réponds oui si on argumente un peu derrière, après dans la critique il faudrait préciser ' je critique le scénariste sur ce film là, sans tenir compte du passé dudit auteur'.(même s'il a fait du bon avant)' c'est vrai qu'en général on se focalise sur le dernier projet en date pour juger. Connaître un peu le passé de l'auteur devrait pris en compte avant de dire qu'il est mauvais. Enfin bon aussi on ne va pas à chaque fois relire tout le pédigree du type avant de le critiquer négativement..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Responsabilité du scénariste et attentes des spectateurs   

Revenir en haut Aller en bas
 
Responsabilité du scénariste et attentes des spectateurs
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Responsabilité du scénariste et attentes des spectateurs
» Projet bd steampunk avec scénariste.
» Pré-propositions : prix du meilleur scénariste
» Scénariste débutant cherche dessinateur!
» Recherche scénariste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Multivers :: .:: Discussions et Détente ::. :: Discussion Libre-
Sauter vers: