AccueilPortailChatboxCalendrierFAQGroupesRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Joe's Garage (disque)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Barlbatrouk
Pharaon Cosmique
Pharaon Cosmique


Nombre de messages : 2790
Masculin Age : 28
Localisation : à Twin Peaks

MessageSujet: Joe's Garage (disque)   Lun 24 Oct 2011 - 13:50

1979





Dans une société totalitaire, aux mœurs pourtant délabrée, parodiant l’Amérique puritaine, Joe joue de la musique au fond de son garage. Début d'une déchéance qui le conduira dans les milieux religieux, lui brisera le cœur, lui fera avoir des aventures sexuelles avec un robot, abusé en prison et finira par le rendre rendra fou...


Voix:
Frank Zappa : Central Scrutinizer, Larry, L. Ron Hoover, Father Riley and Buddy Jones
Ike Willis : Joe
Dale Bozzio : Mary
Dennis Walley : Mrs. Borg
Al Malkin : Officer Butzis
Warren Cucurullo : Sy Borg
Ed Mann : Sy Borg
Terry Bozzio : Bald-Headed John
Al Mankin, Warren Cucurullo, Dale Bozzio, Geordie Hormel, Barbara Issak,... : choeurs


Musiciens:
Frank Zappa : guitare, guitare solo, chant, composition
Warren Cucurullo : guitare rythmique, chant
Dennis Walley : guitare slide, chant
Ike Willis : chant
Peter Wolf : claviers
Tommy Mars : claviers
Arthur Barrow : basse, chant
Ed Mann : percussions
Vinnie Colaiuta : percussions
Jeff : saxophone ténor
Marginal Chagrin : saxophone baryton
Stumuk : saxophone basse
Dale Bozzio : chant
Al Malkin : chant
Craig Steward : harmonica
Patrick O'Hearn : basse




Tout d'abord quelques mots sur Frank Zappa, il s'agit pour moi de l'un des plus grands musiciens qu'il y ai jamais eu, en tout cas le plus grand du siècle passé. Pour faire simple cet homme n'est plus ni moins que la divinité suprême du Barlbatruisme (religion pratiqué par le Barlbatrouk). Frank Zappa (21 décembre 1940 - 4 décembre 1993) était un guitariste, chanteur, producteur mais surtout un compositeur au talent immense...

Durant toute sa vie il a habilement mélangé ou inventé toute sorte de courant musicaux dans ses compositions: le rock, le psychédélique, le doo-wop, le jazz, la fusion, le reggae, le ska, la musique électronique, la musique contemporaine, le blues, le funk, la musique concrète, le hard rock, le rock progressif, la pop, le proto-rap et la world music... Zappa à dévorer toutes ces musiques pour se les réapproprier complètement et en faire quelque chose d'unique. De ce fait, il a accueilli et révélé au sein de son orchestre une multitude de musiciens qui feront carrière par la suite.

Le gus à aussi un humour sans pareil. Ses chansons sont pour la plupart satiriques, d'un comique ravageur et parodient allègrement notre société. Pour ce faire une idée, il suffit de citer Terry Gilliam comme un de ses fans. L'humour des Monthy Python s'inspire beaucoup de Zappa et l'on trouve quelques similitudes entre Brazil et Joe's Garage. C'est d'autant plus génial que cela est fait sur une musique riche, complexe et très musicale. Joe's Garage n'est pas forcement mon disque préféré mais est peut-être un des plus accessible. La phrase d'introduction de cette section: "mais soyons tout de même attentifs, car l'humour peut aussi être vecteur d'expression sérieuse" n'a jamais été aussi bien illustrée...



Acte I :
Central Scrutinizer - Joe's Garage - Catholic Girls - Crew Slut - Fembot in a Wet T-Shirt - On the Bus - Why Does It Hurt When I Pee? - Lucille Has Messed My Mind Up - Scrutinizer Postlude

L'opéra de Joe's Garage débute par la présentation du Central Scrutinizer, sorte de Big Brother aux allures de soucoupe volante bon marché qui se glisse derrière vous pour vous épier. Malgré tout, il est évident que la trajectoire est guidée depuis le plafond à l'aide d'un bout de ficelle manié par un gars du syndicat portant une chemise verte foncé et mangeant un sandwich dont des morceaux tombent de temps en temps. Il flotte en l'air et parle ainsi:


"Ici le Central Scrutinizer. Il est de ma responsabilité de faire appliquer toutes les lois non encore votées. Il est aussi de ma responsabilité d'alerter tous et chacun d'entre vous sur les conséquences potentielles d'activités quotidienne diverses que vous pourriez mener, et qui pourraient bien un de ces jours vous coûter la peine de mort, ou affecter le taux de crédit de vos parents. Nos Institutions criminelles sont remplies de petits vauriens comme vous qui agissent comme il ne le faut pas... Et beaucoup d'entre eux ont été conduits à perpétrer ces cimes par une horrible force appelée Musique! Nos études ont montré que cette force est si dangereuse pour l'ensemble de notre société qu'en ce moment même des lois sont rédigées pour l'interdire à jamais! Des punitions cruelles et inhumaines sont précautionneusement décrites sur de minuscules paragraphes afin d'éviter tout conflit avec la Constitution, elle-même en cours de modification pour s’accommoder du Futur. Je vais maintenant vous faire un exposé spéciale qui montrera ce qui peut vous arriver si vous décidez de faire carrière dans la... Musique..."


Ce premier morceaux pause le décor sur un fond musical assez crétin, qui sera repris plus tard dans My Guitar Wants to Kill Your Mama et pointe déjà les endroits que Frank va attaquer. Joe's Garage va fustiger un certains nombre d'institutions, la morale sacro saine américaine qui perdure malgré son décalage complet avec la réalité. Frank Zappa : "La société contemporaine est devenue si compliquée que vous pourriez violer la loi sans meme le savoir. C'est toute l'histoire de Joe's Garage: la criminalisation de l'Amérique. Les gens sont responsables de leurs actes. Mais qui peut savoir si vous êtes un criminel? [...] Pensez au corpus des lois qui existent dans tous les Etats, auxquelles s'ajoutent les lois fédérales et la jurisprudence! Vous êtes à la merci d'un système qui pourrai vous faire exécuter alors même que vous n'avez pas conscience de votre crime. Il me semble qu'il existe encore quelque sentence de peine de mort pour copulation dans le New Jersey ou le Dakota du Nord...". Après cette introduction, le Central Scrutinizer nous propose de le suivre jusqu'à un garage ou joue un certain Joe.


Joe's Garage dévoile le héros de notre histoire, Joe, ainsi que son pote Larry. Les deux gus chantent les fantasmes de n'importe quel petit groupe jouant au fond d'un garage, qui bien évidemment se séparera lorsque la gloire arrivera, sur trois accords. Ce morceau utilise de belle manière le figuralisme pour lancer une petite boutade sur tous ces morceaux FM assez médiocre qui commencent à envahir les ondes. A la fin du morceau une voisine, excédée par le tapage sonore, appel la police qui débarque aussitôt. Une équipe SWAT envahit le garage. Ceci étant la première confrontation de Joe avec la Loi, on est assez gentil avec lui. Un conseillé lui donne même un donut et lui dit de se rapprocher d'activités sociales plus orienté vers l'Eglise.


Joe se rend donc dans des clubs catho ou il fait la rencontre de Mary, une petite croyante très ouverte et du Père Riley qui a des relations assez intimes avec les jeunes placés sous son aile. Catholic Girls introduit le personnage de Mary, que l'on va suivre pendant quelques morceau, qui permet à Zappa de fustiger l'Amérique puritaine. Le saint milieu de la religion ne l'est pas tellement... Mary devient de plus en plus débauchée et fini par sécher les réunions du Club Social pour aller faire des gâteries aux musiciens dans les coulisses (Crew Slut). Quand les musiciens se lassent de la petite, ils la débarquent n’ importe où et sans le sous. Mary est donc obligée de participer à des concours de t-shirt mouillés pour vivre dans Fembot In A Wet T-Shirt. Dans ces morceaux, Zappa pointe du doigt les travers de l'american way of life ainsi que ceux inhérent à la relation musiciens/groupies, dans un ton assez acerbe. Durant On the Bus, un morceau très musical plus que bienvenu après ce début assez pastiche, le Central Scrutinizer nous raconte qu'un ancien pote de Joe est témoin de la scène et va confier à son ami ce qu'il est advenu de son ex-petite amie. Effondré Joe ira se consoler entre les jambes d'une serveuse du stand des tacos d'un Jack-In-The-Box, Lucille. Mais cette dernière lui refile une maladie vénérienne au nom imprononçable...


Why does it hurt when I pee est une chanson que j'adore. Elle montre parfaitement le talent de Zappa pour rendre des chansons ultra crétines super belles, en leur posant un fond musical génial. Dans la chanson suivante, Lucille Has Messed My Mind Up, Joe continue de chanter sa tristesse, cette fois ci sur fond de reggae avec une ambiance des plus réussie. Ce tournant musical illustré par ces deux morceaux illustre aussi les débuts réels des déboires de Joe. Le Central Scrutinizer nous confie dans un interlude: "Joe dit que Lucille lui a dérangé l'esprit, mais est-ce la fille? Ou la musique? Comme vous le voyez... les filles, la musique, la maladie, les coeurs brisés... Tout est lié. Et les ennuis de Joe ne font que commencer [...] Mais pour une fois le voilà qui fait quelque chose d'intelligent: Un gros chèque à L.Ron Hoover et son église d'Appareillologie".



Acte II :
A Token of My Extreme - Stick It Out - Sy Borg - Dong Work for Yuda - Keep It Greasey - Outside Now

A Token of My Extreme nous présente donc ce mystérieux L.Ron Hoover qui n'est autre qu'une caricature de L. Ron. Hubbard et de son Église de Scientologie. Joe supplie, avec l'appui du gros chèque, L.Ron Hoover de trouver son problème et de lui apporter une solution. Hoover décrète que Joe est "un Fétichiste latent d’appareils "... Joe trouve ça bizarre car il n'a jamais langui après un grille-pain ou une télévision mais Hoover use d'artifice pour le persuader d'aller au club "Le Placard" ou il pourra assouvir ses besoins.


Après avoir appris l'Allemand pour séduire les robots les plus performants, Joe ce rend au Placard. Joe flashe sur Sy Borg, un croisement d'aspirateur industriel avec un cochon-tirelire chromé doté de gadgets sexuels collés tout le long de son corps. Joe entame une chanson en allemand pour le séduire: Stick It Out. Joe ramène ensuite le robot chez, dans Sy Borg et commence à faire son affaire avec. Joe trouve Sy Borg beaucoup plus drôle que Mary et plus propre que Lucille. Malheureusement il montre trop d'entrain durant leurs ébats et il finit par casser le robot...


Le Central Scrutinizer envoie Joe en prison afin qu'il paie sa dette. Le Père Riley du début fait son retour dans Dong Work for Yuda. Ce dernier est maintenant aumônier de la prison et il profite encore de sa situation en échangeant aux détenus du gel lubrifiant contre des cigarettes, des bonbons ou aux services dont on ne peut parler ici. Immanquablement le Père Riley finira pas se saisir de Joe, dans une pièce maîtresse de l'album : Keep it Greasy. Ici on voit tout le génie de Zappa qui cache sous une chanson ridiculement funky une structure très complexe et un grand moment de musique. Keep It Greasy comporte également un solo de guitare aussi épique que magistrale. Ereinté, Joe se met à rever de ces quelques notes de guitare, Outside Now, que chaque executif déteste. Les notes graves! Car tout exécutif qui se respect sait que seules les notes aigues façonnent des hits, sauf pour Duane Eddy... La musique est de plus en plus torturée (et magnifique) pour figurer la folie montante de Joe. Outside Now est un très beau morceau.



Acte III :
He Used to Cut the Grass - Packard Goose - Watermelon in Easter Hay - A Little Green Rosetta

Joe reste allongé durant des années à rêver de notes imaginaire jusqu'à ce qu'on le laisse finalement sortir. Il découvre alors un monde triste, He Used To Cut The Grass, ou les musiciens ont disparus. Joe y erre tel un fantome. " Tout est précautionneusement organisé. Les gens pointent quotidiennement pour collecter leur chèque de l'assistance sociale qui, une fois encaissé, donne au plus jeunes la possibilité de continuer à payer le traites des appareils obsolètes et irréparables que leurs parents ont achetés selon un plan de financement, voici des années, avec pour caution le futur revenu de leur enfants. Le reste de l'argent est utilisé par les enfants pour s'acheter des trucs chouette et bien à eux, dont la plupart se sont révélés inutiles ou sont tombés en panne quelques instants après leur achat. Ces trucs chouettes s'entassent partout et forment des statues abstraites à la gloire de la Qualité de Fabrication Américaine...". Tout ça sur une musique magnifique encore une fois.


On retrouve un rythme funky dans Packard Goose. Le Central Scrutinizer nous apprend avant que Joe a maintenant son esprit complètement détruit par la musique. "Il est dingue a tel point qu'il croit même que des gens écrivent des articles et des critiques sur ces notes de guitares imaginaires! Il ne rêve plus seulement de notes, mais pire encore, il rêve de paroles imaginaires pour une chanson sur la profession imaginaire de journaliste...". Cette chanson critiquant allègrement les critiques d'art contient la citation très connue: " L’information n'est pas le savoir. Le savoir n'est pas la sagesse. La sagesse n'est pas la vérité. La vérité n'est pas la beauté. La beauté n'est pas l'amour. L'amour n'est pas la musique. La musique est la meilleure chose!!".


Après s’être retrouvé dans une frénésie imaginaire à la fin de sa chanson imaginaire Joe commence à déprimer. Il sent la fin proche et réalise que les notes et les paroles imaginaires n'existent que dans l'imagination de celui qui les a imaginées... et... au bout du compte tout le monde s'en fout, non? (Comme surement la plupart le feront pour ce post quasi-imaginaire). Joe se pose donc dans sa chambre et rêve tranquillement de son dernier solo de guitare imaginaire dans Watermelon in Easter Way. Un morceau qui met la larme à l'oeil... Qu'elle plus belle manière de figuré un mec entrain de rêver de notes imaginaires? Avec ce morceau Zappa ne fait pas seulement rêver Joe, il nous transporte nous aussi... Cette musique à un coté tragique indéniable qui marque la fin de l'aventure pour Joe...


Le Central Scrutinizer intervient une dernière fois: "Comme vous avez pu vous en appercevoir, la Musique peut sacrement vous foutre en l'air... Tirez la leçon de Joe, faites comme lui. Mettez votre guitare imaginaire au clou et trouvez-vous un bon job. Joe l'a fait, et c'est un gars heureux maintenant". Suit la dernière chanson, A Little Green Rosetta, farce absurde et crétine. Tout comme notre monde?


Pour conclure:
Comme je l'ai dit, Joe's Garage n'est pas mon disque préféré du bonhomme, mais c'est un des plus abordable et un de ses plus connu (et reconnu). Pour ma part je trouve les premières chansons un peu trop légère, Zappa y allant beaucoup plus fort sur d'autres disques. Il faut dire que Joe's Garage est une sorte de blague pour Zappa même, il l'a sortit en très peu de temps. En fait j'ai une préférence pour ses musiques mélangeant plus habillement plusieurs genre au sein d'un même morceau, plutôt qu'une présentation: un morceau parodie chaque genre, comme c'est plus le cas ici. Et même si c'est fait de manière totalement géniale. Par contre, j'adore les morceaux de fin, allant de paire avec la folie de Joe. Leur coté triste, assez rare chez Zappa, leur donne une force en plus et on y retrouve de très jolis solos de guitare. Si vous avez des questions, envie d'en parler, n'hésitez pas, parler de Zappa est toujours un plaisir pour moi!

_________________

"-Talby, looks like I'm headed for the planet. Going right toward it.
- When you hit the atmosphere you start to burn
...
What a beautifull way to die - as a falling star
- I guess you 're right"


Dernière édition par Barlbatrouk le Mer 18 Avr 2012 - 11:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/l.a.p.o
fangate1
Commandant Cyborg
Commandant Cyborg


Nombre de messages : 543
Masculin Age : 31

MessageSujet: Re: Joe's Garage (disque)   Lun 24 Oct 2011 - 19:34

Cela s'appelle un OVNI ce genre de disque, haaan étrange et bizarre, Tu dis que c'est un opéra, ça veut dire que comme l'opéra classique , 'il y a plusieurs chanteurs qui nous chantent/racontent l'histoire du Joe's garage sur scène et disque en fait. c'est ça?

Citation :
Pour faire simple cet homme n'est plus ni moins que la divinité suprême du Barlbatruisme (religion pratiqué par le Barlbatrouk).

Je ne connaissais pas clin d'oeil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Barlbatrouk
Pharaon Cosmique
Pharaon Cosmique


Nombre de messages : 2790
Masculin Age : 28
Localisation : à Twin Peaks

MessageSujet: Re: Joe's Garage (disque)   Mar 25 Oct 2011 - 12:35

Citation :
Tu dis que c'est un opéra, ça veut dire que comme l'opéra classique , 'il y a plusieurs chanteurs qui nous chantent/racontent l'histoire du Joe's garage sur scène et disque en fait. c'est ça?

Disons qu'ici c'est plus de l'opera rock, dans le style de The Wall (Pink Floyd), Tommy (The Who) ou S.F. Sorrow (Pretty Things). Les chansons se suivent et raconte une histoire. Les chanteurs qui interviennent sont ceux du groupe, bien que Zappa ne se gène pas pour aller chercher d'autres intervenants si les besoins du disque l'exige. De tel oeuvre peuvent effectivement être représentées sur scène ça été fait pour The Wall par exemple. Dans le cas de Joe's Garage ce qui est drôle c'est que le livret fourmille d'indications et est présenté à la manière d'une pièce de théâtre écrite, mais ça n'a pas été fait dans le but d'une représentation sur scène, plutôt pour planter le décor et que l'auditeur s'imagine plus facilement l'aventure (et aussi histoire des caser des blagues supplémentaires ^^). Zappa ne le jouera jamais tel quel sur scène en tout cas, il se contentera d'en piocher des chansons par ci par la. La plupart des chansons de l'album sont d'ailleurs des vieux morceaux qu'il traînait depuis un certains temps en live mais qu'il n'avait pus encore coucher sur disque. Je crois que par la suite certaines troupes et/ou ensemble ce sont essayer à reproduire le disque sur scène dans sa globalité. J'aimerai bien voir ce que ça donne, si la musique est bien jouée ça doit être assez fun!

Citation :
Cela s'appelle un OVNI ce genre de disque, étrange et bizarre

Voila qui revient souvent à la première écoute de Zappa. J'avais été moi-même assez déboussolé par le premier disque que j'ai écouté du gus. Il faut avouer que c'est souvent le cas lorsque l'on se frotte à un "genre" auquel on n'est pas habitué et que Zappa est un courant musical à lui tout seul. Quand on écoute la plupart de ses disques on ne peut dire s'il s'agit de rock, de jazz, de musique d'orchestre, ce qui peut faire un peu peur de prime abord. J'aime penser qu'il s'agit de Musique tout simplement. Je trouve que ce terme convient parfaitement à des morceaux comme Florentine Pogen ou Pygmy Twylyte qui figurent parmi mes préférés.

Zappa c'est d'ailleurs battu toute sa vie pour essayer de casser les barrières, jouer avec à la fois un orchestre de rock et un ensemble classique... Et il est malheureux de voir qu'il a fallu attendre qu'il soit toucher par le cancer pour que tout le monde commence à lui accorder des projets à la hauteur de son ambition et reconnaisse son génie musical... Même si ça faisait un bout de temps que des gus comme John Lennon, Kent Nagano, Eric Clapton, Jimi Hendrix, Terry Gilliam et d'autres pointures l'avaient déjà fait.

Pour ceux que ça intéresse, dans les albums les plus accessible je mettrai:
Joe's Garage : les genres se mélangent un peu moins dans chaque chansons ce qui peut le rendre moins déstabilisant.
Freak Out : son premier disque qui sonne assez rock façon 60's et qui lancera le mouvement Freak.
Overnite Sensation : peut-être le meilleur pour commencer. Un régal si l'on aime le rock, la soul et le funk façon 70's. Durant l'enregistrement Zappa à ramené les Ikettes et Tina Turner, qui enregistraient dans le studio d'à coté, et elles posent de magnifique choeur sur les chansons. Ce disque contient aussi I'm the slime, c'est en écoutant un extrait live de cette musique sur Arte que j'avais découvert le gus. Ce morceau est assez incongru par rapport au reste de l'album mais je trouve le riff principal ravageur, le solo énergique et puis sa décrit la télé assez bien!
Sheik Yerbouti : Un de ses plus gros succès commercial. Surement car il y touche a des mouvements assez populaire comme les ballades à deux balles, le hard rock FM et et le disco. Même si c'est fait d'une manière totalement parodique.
Et si vous aimez, jeter les deux oreilles sur Roxy'n Elsewhere, un que j'adore tout particulièrement. Ce disque est un enregistrement live d'une des meilleure formation de Zappa (pour moi). Après son écoute on a une toute autre vision de la musique...

Voila, désolé de m’être éparpillé. J'espère avoir quand même répondu à tes questions ^^.

_________________

"-Talby, looks like I'm headed for the planet. Going right toward it.
- When you hit the atmosphere you start to burn
...
What a beautifull way to die - as a falling star
- I guess you 're right"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/l.a.p.o
 
Joe's Garage (disque)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Joe's Garage (disque)
» décodeur TNT avec disque dur
» Le Garage a Bitz
» [diorama] Garage hangar casse CITROËN abandonné
» [Pratchett, Terry] Les Annales du Disque-Monde - Tome 26: La Vérité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Multivers :: .:: Les fictions en particulier, classées par genre, par style ou par thème ::. :: Comédie & Parodie :: Les oeuvres : cinéma, télévision, web, jeu vidéo, bande originale...-
Sauter vers: