AccueilPortailChatboxCalendrierFAQGroupesRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Séisme, tsunami et centrale nucléaire, la situation au Japon

Aller en bas 
AuteurMessage
Kezako
Gouverneur Planétaire à Mandibules
Gouverneur Planétaire à Mandibules
avatar

Nombre de messages : 1132
Masculin Age : 26
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Séisme, tsunami et centrale nucléaire, la situation au Japon   Lun 14 Mar 2011 - 17:30

[EDIT Skay-39 : Les dix premiers messages de ce sujet ont été scindés du topic "News des membres" afin de constituer un sujet de discussion à part]

Malgré le drame que représentent les évènements au Japon, je serai toujours autant surpris par la bêtise humaine. Et c'est reparti ! Revoilà les" anti-nucléaires qui n'y connaissent rien du tout mais qui croivent (avec un "v" s'il vous plaît) qu'un Tsunami peut débarquer dans Bruxelles" qui ressortent, un plaisir de (se) dis(c)(p)uter avec eux, mais fatiguant à force, on se croirait dans le Gouffre de Helm Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rangil
Gouverneur Planétaire à Mandibules
Gouverneur Planétaire à Mandibules
avatar

Nombre de messages : 1072
Masculin Age : 27
Localisation : Sur une station spatiale, à attendre qu'elle explose, comme les quatre précédentes.

MessageSujet: Re: Séisme, tsunami et centrale nucléaire, la situation au Japon   Lun 14 Mar 2011 - 18:14

De toute façon, le nucléaire c'est dangereux, le solaire c'est cher, l'éolienne ça fait du bruit... Le jour où tout le monde se mettra d'accord sur une forme d'énergie qui serait bien à exploiter, ça nous fera des vacances ! Surtout que bon, d'ici à ce qu'on remplace le nucléaire par des énergies de flux, on a le temps de voir venir ^^

Je rêverais que les chefs d'Etat débloquent les budgets pour la recherche histoire qu'on ait des centrales à fusion avant 2200, mais ça, c'est une autre histoire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warrius
Routard Interstellaire
Routard Interstellaire
avatar

Nombre de messages : 305
Masculin Age : 30
Localisation : Ca te regarde pas.

MessageSujet: Re: Séisme, tsunami et centrale nucléaire, la situation au Japon   Lun 14 Mar 2011 - 19:54

Dans un pays comme le japon, effectivement, le nucléaire est dangereux car ils utilisent des REB et non des REP. Verbiage technique me direz vous, mais il a une importance capitale.
Les REP (ou PWR en anglais) sont des Réacteurs à Eau Pressurisée. L'eau sous très haute pression (155 bar et 296 à 327°C) entourant le combustible nucléaire passe dans un système d'échangeur thermique où elle chauffe de l'eau à moindre pression (55 bar et 270°C) Cette eau à "basse" pression se vaporise et est envoyée dans les alternateurs qui produisent l'électricité. Elle est ensuite condensée et renvoyée dans l'échangeur ... C'est ce type de réacteur qui équipe les navires, sous marins et qui constitue également la majorité du parc de centrales dans le monde (les 58 réacteurs français sont des REP). Une évolution du REP est l'EPR (vive les anagrammes d'acronymes). Il utilise le même principe de base, mais rajoute des systèmes de sécurité supplémentaires (pas trouvé lesquelles) et augmente le rendement énergétique, passant de 33 à 36 % (pas énorme sur le papier, mais au bout de quelques GW, ça se fera sentir). Les principaux manufacturiers sont l'européen Areva (design hybride Framatome/Siemens) et Westinghouse.
Dans les REB (ou BWR en anglais), on a pas de circuit secondaire de génération de vapeur. C'est l'eau en contact avec les barres de combustible qui est vaporisée à une pression moitié moindre et à une température légèrement inférieure à celle du REP. La vapeur d'eau ainsi produite est envoyée dans les turbines pour faire de l'électricité, etc, etc, etc. Seulement, là, si il y a une fuite, c'est de la vapeur contaminée qui va foutre le camp, alors que dans les REP, c'est juste de la vapeur très chaude. En plus, malgré le caractère sismique du pays, les autorités japonaises ont été laxistes ces dernières années sur les mesures de sécurité concernant leurs centrales ... Le REB a été amélioré en ABWR qui rajoute lui aussi quelques systèmes de sécurité. Les principaux manufacturiers sont General Electrics et GE Hitachi.

Ce qui a fait le succès dans certains pays des REB, c'est qu'il coute moins cher à mettre en oeuvre que le REP. Et pour des raisons d'homogénéité du parc, les pays à REB vont rester REB et les pays à REP vont rester REP. Et perso, je suis content que la France ait choisi les REP, dont le design est une amélioration du modèle Westinghouse cédé par la compagnie du même nom en 1974. Sans ce petit coup de pouce américain, notre filiaire nucléaire n'aurait aps été aussi sûre, car les réacteurs à l'uranium naturel graphite gaz étaient beaucoup plus scabreux à manoeuvrer, le fluide utilisé étant du CO2 et non de l'eau ... Cette technologie avait été voulue par le général De Gaulle dans le cadre de sa politique de grandeur de la France, mais Georges Pompidou l'abandonnera au profit des Westinghouse, moins cher à produire et potentiellement plus puissants (preuve en sera faite, les premiers modèles construits avaient une puissance de 900MW, les derniers 1400MW). Cependant, et ça on en parle jamais, les réacteurs UNGG ont fonctionnés jusqu'à assez récemment, le dernier des 9 réacteur ayant été définitivement arrêté en 1994, et c'est à eux qu'on doit les plus graves accidents nucléaires en France depuis l'adoption de cette filière, la centrale de St Laurent ayant générée graçe à ses deux UNGG deux accidents de niveau 4 (Tchernobyl est à 7) sur l'échelle INES.

Pour ce qui est de la fusion, ITER devrait nous apporter des réponses sur les spécifications techniques nécessaires pour construire des centrales commerciales rentables, tout comme sur la faisabilité à grande échelle de cette technologie. Malheureusement, la centrale ne sera pas achevée avant 2017 pardon 2020, et ses opérations ne devraient durer qu'une petite vingtaine années (400h effectives de plasma à raison de quelques minutes l'expérience) avant que le site ne ferme. Il doit permettre d'amasser des données pour la construction de DEMO, un réacteur expérimental de démonstration 4 fois plus puissant qu'ITER (2GW). Avec DEMO, on devrait pouvoir mettre au point les process industriels pour avoir une production massive de réacteurs qui reviendraient alors à un prix équivalent à celui d'un réacteur nucléaire actuel. Sauf que totu ça c'est à prendre avec des pincettes, parce qu'on se projette de 50 ans dans le futur et qu'on parle de coopération internationale pour les deux projets. Qui dit coopération internationale dit retards phénoménaux au programme. Et si jamais ya un peit malin qui veut faire de l'esbrouffe et qui bloque le projet (comme ça a été le cas avec le Japon qui refusait d'accepter que Cadarache accueille ITER), on est pas sortis du sable ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warrius
Routard Interstellaire
Routard Interstellaire
avatar

Nombre de messages : 305
Masculin Age : 30
Localisation : Ca te regarde pas.

MessageSujet: Re: Séisme, tsunami et centrale nucléaire, la situation au Japon   Ven 18 Mar 2011 - 12:47

De ce que j'en vois, pour faire très très court, les Japonais sont dans la merde jusqu'au niveau du buste, les bras dépassent encore (à Tchernobyl, les soviétiques avaient de la merde par dessus le crâne à titre de comparaison).
En un poil plus développé, le tremblement de terre a provoqué l'arrêt d'urgence des réacteurs, le mur anti-tsunami ayant été conçu trop bas (6m quand 7,5 auraient été nécessaires) les vagues sont passées par dessus et ont abîmé les installations, notamment les générateurs diesel électriques de secours, résultat, la circulation d'eau froide dans le coeur des réacteur n'a plus été assurée pour les tranches 1 à 4, les tranches 5 et 6 ayant été construites plus à l'écart, elles n'ont pas été touchées, tout du moins pas de la même façon.


Le problème majeur des REB, c'est que les barres de contrôle doivent remonter dasn le coeur, alors que les REP en général ont des barres de contrôle qui descendent, résultat en cas de pépin, dans un REP, on laisse tomber les barres toutes seules, en moins de 5 secondes, tout est coupé. Dans le REB, faut el temps que ça remonte, et sans électricité pour alimenter le circuit de contrôle, ça remonte pas. Du coup, comme les barres ne sont aps isolées, et qu'il n'y a plus d'apport d'eau froide, ça chauffe. Ca chauffe tellement qu'à un moment l'eau attaque toute seule comme une grande les barres en Zirconium qui contiennent le combustible, ça produit de l'oxyde de zirconium et de l'hydrogène. A un moment, ya trop d'hydrogène, et boum, le bâtiment saute, endommageant au passage les éléments de confinement. Ce qui es donc souvent fait, c'est que l'on libère l'hydrogène dans le bâtiment abritant le réacteur, quite à ce que l'hydrogène pète dasn le bâtiment, mais ça limite les risques au niveau de l'enceinte de confinement. C'est ce qui s'est passé sur les réacteurs 1 à 3, avec deus explosions dans le cas du réacteur 2.
Un autre gros problème, c'est que dans le même bâtiment que le réacteur étaient stockées dans une piscine en hauteur les barres de combustible usagé en cours de refroidissement. De même que pour le réacteur, l'alimentation en eau froide de ces piscines a été coupée, et vu les températures des barres, il n'a pas fallu longtemps pour que non seulement l'eau se mette à bouillir toute seule (les piscines sont à pression atmosphérique) et pour que les barres se retrouvent à l'air. C'est de là que viennent bon nombre des émanations radioactives et ce sont ces éléments que les techniciens et ingénieurs tentent actuellement de contrôler en leur balançant de l'eau de mer dessus, pour alimenter comme ils le peuvent en eau froide les piscines. Car si l'eau sert à refroidir les barres, elle est aussi chargée de modérer la radioctivité, sans elle, plus de confinement, et aie aie aie les sievert dans les gencives.
Troisième problème, les piscines de condensation situées sous le réacteur sont à sec, tout comme le coeur, ya plus d'eau là dedans, alors évidemment, quand un hélico balance une bacholle d'eau de mer sur un réacteur, tout ne va pas dans la piscine, mais le refroidissement induit est minime. Pensez qu'en condition d'utilisation, l'eau est à 80 bar et 280°C. Pour maintenir ces conditions, les barres de combustibles sont à plus de 500°C en permanance. Sans refroidissement, c'est pas la même histoire, ça peut monter à près de 3000°C, or le gainage de Zirconium se dégrade vers 700/800°C, se rompt tout seul vers 1200 et fond comme un grand à environ 1600 (c'est beau quand même, les couilles arrivent régulièrement tous les 400°C, à croire que la nature es sadique par définition). Du coup, quand le gainage de Zirconium n'est plus là pour un peu calmer les ardeurs du combustible, les réactions en chaines s'accélèrent, sans qu'on atteigne une masse critique, sinon ya un joli champignon qui va monter dans le ciel. Les réactions s'accélèrent donc, la température augmente encore, et on peut arriver à la fusion du coeur, ce qui s'est passé sur le réacteur N°2 à Three Miles Island en 1979 (fusion partielle sans fuite en dehors de l'enceinte de confinement), et sur le réacteur N°4 à Tchernobyl en 1986 (fusion complète avec rejets massifs à l'extérieur de l'enceinte, le corium menaçant même d'atteinte une poche d'eau souterraine, ce qui aurait non seulement contaminé les eaux souterraines, mais aurait provoqué une seconde explosion qui aurait pu vaporiser toute la centrale et contaminer mortellement toute l'Europe).


Donc, actuellement, où en sommes nous. Les barres de combustible du réacteur N°1 ont été gravement endommagées, mais l'enceinte de confinement primaire (la cuve en acier qui contient les barres de combustible) serait toujours intacte, les rejets radioactifs sont dûs au rejets de vapeurs et à la piscine dénoyée. Actuellement, Tepco injecte de l'eau de mer et de l'acide borique dans le réacteur, pour respectivement refroidir les barres et modérer les réactions. Cependant l'alimentation en eau de mer et en acide borique est chaotique, à cause des répliques et aussi parce que les stocks ne sont pas extensibles à l'infini, l'eau de mer devant être acheminée dans le circuit de pompage avant de pouvoir être utilisée pour l'injection.
Le réacteur numéro 2 est dans une situation plus grave, car le coeur aurait fondu à 33% et les barres de combustible sont endomagées. Plus grave, les deux explosions qui ont eu lieu ont endommagées la piscine de condensation sous le réacteur, ce qui provoque d'importante fuites radioactives. Malgré les annonces "rassurantes" des autorités japonaises, les experts français estiment que l'enceinte primaire a pu être elle aussi endommagée. Tepco a réussi à relancer certaines pompes qui envoient de l'eau à un débit limité dans le réacteur, ce qui semble un peu calmer ses ardeurs. Paradoxalement, et malgré la fusion du coeur du réacteur, c'est la tranche 2 qui reste la moins endommagée, car le bâtiment na pas été soufflé par les explosions qui ont eu lieu. Le bâtiment est encore à peu près intact, ce qui fait que Tepco va tenter un redémarrage du réacteur pour apporter de la puissance électrique au site, les réacteurs 5 et 6 était à l'arrêt technique, ils ne sont pas en condition pour être remis en marche.
Le réacteur N°3 est un cas lui aussi, car il utilise du MOX, un combustible à base de plutonium, qui est beaucoup plus toxique que l'uranium. Ici aussi, un alimentation en eau de mer limitée a été mise en place pour refroidir le coeur. Le gros souci avec ce réacteur, c'est que la piscine à combustible est vraiment à sec et que ça crache des radiations à plein pot.
Pour le réacteur N°4, c'est encore différent, car il était en révision au moment du tremblement de terre, il n'y avait plus la moindre barre de combustible dans le coeur, risque de fusion 0. Le seul hic, c'est que la piscine de refroidissement est pleine à craquer, avec pas loin de 1500 barres dont certaines encore très actives, et que l'alimentation en eau s'est coupée ... c'est bouillant comme problème. Et pour couronner le tout, deux incendies se sont déclarés dans le bâtiment du réacteur, vraisemblablement à cause d'accumulations locales d'hydrogène. L'incendie le plus grave est celui qui a eu lieu du côté de la piscine, car il a soufflé le toit du bâtiment et endommagé le bâtiment du réacteur N°3, qui n'avait pas vraiment besoin de ça.


Alors dis comme ça, on pourrait se dire que la situation est sous contrôle relatif, sauf que les niveaux de radiations en provenance des bâtiments endommagés sont dangereusement hauts. Normalement, un mec comme moi qui ne fume pas, qui n'est jamais malade, qui ne prend pas l'avion, qui ne fait pas des folies avec greenpeace près des sites nuclaires ... bref le bozo lambda reçoit globalement 2,5 mSv/an, soit 0,28µSv/h. Actuellement, au niveau des réacteurs 3 et 4, on compte 400mSv/h, ou son équivalent de 3500 Sv/an, soit 1,4 millions de fois la dose reçue naturellement. De plus, les radiations, c'est comme les prunes de stationnement, ça s'accumule. C'est à dire que si vous avez bouffé, je sais pas moi, disons 100 mSv, vous les avez bouffé, même si vous vous éloignez en dehors de la zone de danger, les 100 mSv ont été accumulés, et si vous retournez, vous allez augmenter la dose. C'est pas comme les médicaments qui passent dans le sang et qui sont progressivement éliminés par le corps, toute dose de radiation est prise pour la vie.
Alors j'ai fait une petite énumaration en début de paragraphe, parce que fumer vous iradie, passer une radiographie aussi, tout comme faire des vols en avions et tant d'autres choses. J'ai parlé de Greenpeace parce que je peux pas les sentir et que malheureusement, c'est sans danger pour eux d'aller faire chier le monde devant les centrales, un écran cathodique lâchant plus de radiations dans la nature qu'une centrale nuclaire ... Alors pas d'affolement, les doses sont infinitésimales, sauf si vous êtes pilote de ligne et que vous êtes sur une ligne régulière qui passe par les pôles, là ya une petite surveillance à avoir, mais sinon, rassurer vous braves gens, vous n'allez pas mourir d'un empoisonnement aux radiations.
Petit point de physique avant de continuer, il existe deux unités pour mesurer les radiations, le Sievert (Sv) et le Gray (G) (vous remarquerez que les abréviations ont des majuscules, les noms d'unités sont donc hérités d'un nom de scientifique, contrairement au mètre, au gramme ou encore à la seconde qui ont été créées de toutes pièces et qui ont leur abréviation en minuscule). Sv et G sont toutes les deux homogènes à des J.kg-1, alors me direz vous, quel intérêt d'avoir deux unités ? Le Gray mesure la dose reçue, tandis que le Sievert va s'intéresser aux effet biologiques de la dose en G, corrigée par des facteurs sans unité qui quantifient l'efficacité irradiante de la source (à énergie égale, une particule alpha est plus dangereuse qu'un raonnement gamma par exemple), et la capacité de résistance du tissu irradié (vos dents sont largement plsu résistantes que votre moelle osseuse). Par la suite, j'emploierai G et Sv, donc je voulais vous introduire les notions pour que vous soyez pas paumés.
Donc, j'insiste sur les dégâts dûs aux radiations, pourquoi ? Ben parce que Tokyo, mégapole de 30 millions d'habitants est à une centaine de km au sur de Fukushima et qu'un nuage radioactif passant dans le secteur provoquerait des ravages. Mais je le fais surtout pour mettre en exergue le courage des techniciens et des ingénieurs de Tepco qui sont actuellement sur le terrain et qui pour certains ont déjà été exposés à plus de 1G, ce qui est une dose potentiellement létale. Ces hommes et ces femmes mènent de véritables missions kamikazes au niveau des centres de commande des réacteurs pour essayer de remettre les installations en route, et sont vraisemblablement en train de sacrifier leur vie pour essayer de sauver ce qui peut encore l'être. Alors si les dirigeants de la Tepco sont de beaux enfoirés qui ont mentis depuis des années aux autorités à propos de la sécurité de leurs installations, tout ça dans un but de rentabilité, il faut saluer ces employés anonymes qui vont vraisemblablement parvenir à empêcher le pire, mais à quel prix.


Enfin, pour ce qui est de la classification de l'accident, je ne sais pas à quelle chapelle me vouer, les japonais classant l'accident au niveau 5, comme Three Miles Island, les français le mettant niveau 6, comme pour la catastrophe de Kyshtym en 1957 où un site militaire de stockage de produits radioactifs liquide a explosé quelque part en sibérie centrale. Les produits stockés avaient une fâcheuse tendance à surchauffer, les soviétiques ont installé un système de refroidissement. Manque de bol, un des circuit est tombé en panne, le liquide de refroidissement a chauffé, chauffé, chauf... BOUM, la dalle de 160 tonnes de béton armé vole, projetée dans les air par une explosion équivalente à 100 tonnes de TNT, et avec elle une bonne partie des déchets stockés. Le nuage s'étirera sur près de 350 km, contaminant 800 km², sans que l'on connaisse l'impact sur les populations civiles, n'oublions pas que nous sommes en l'URSS ...
Pour le moment, il n'y a pas eu de fuite majeure, il serait donc logique que rester à 5, mais vu les niveaux de radiations mesurés actuellement à Tokyo, on peut quand même se dire que les fuites sont bien présentes et que le niveau 6 est raisonnablement envisageable.


J'ai essayé de faire concis, et je parle uniquement à partir de mes connaissances personnelles et des infos que j'ai pu glâner de ci de là. Si Rufus, qui est quand même plus dans le domaine que moi veut me corriger, je n'y verrai pas d'objections.

PS, je viens de me rendre compte que j'avais quand même pondu un sacré pavé de texte moi ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rufus Shinra
Roi des Petits Gris
Roi des Petits Gris
avatar

Nombre de messages : 2455
Masculin Age : 29
Localisation : Là où s'est déroulée la dernière catastrophe en date ~ Compagnon senior de la Confrérie

MessageSujet: Re: Séisme, tsunami et centrale nucléaire, la situation au Japon   Ven 18 Mar 2011 - 19:29

Euh, perso, je ne suis pas particulièrement dans le domaine des centrales nucléaires. Je connais un peu le domaine, mais pas plus que quiconque se plaisant à casser les contre-vérités des zozos de "Sortir du nucléaire" (vous savez, ces fanas du charbon et des gaz de schiste). Petit truc à rajouter, il semblerait que les japonais aient réussi à ramener une connexion haute tension aux centrales, et, ce WE, vont tenter de réactiver les systèmes de refroidissement rendus inopérants par la destruction des générateurs de secours. On peut espérer une amélioration nette de la situation si ce plan fonctionne. Croisons les doigts, cette semaine a très mal commencé, mais semble se terminer sous de meilleurs augures (ça, et la résolution de l'ONU pour la livraison de matériel de très haute technologie à un certain colonel).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warrius
Routard Interstellaire
Routard Interstellaire
avatar

Nombre de messages : 305
Masculin Age : 30
Localisation : Ca te regarde pas.

MessageSujet: Re: Séisme, tsunami et centrale nucléaire, la situation au Japon   Ven 18 Mar 2011 - 21:11

Je suis fils, petit-fils et arrière petit-fils d'agent EDF, alors le nucléaire, je m'y suis très tot intéressé, et je suis un fervant partisan de cette filière énergétique. Et ce qui se passe là bas est suffisement grave pour que l'on s'y intéresse de près, car c'est peut-être notre futur énergétique qui est en train de se jouer au Japon. En effet, après ce désastre, les divers pays du monde qui songeaient à s'équiper en centrales nucléaires mais qui ne l'ont aps encore fait vont-ils toujours vouloir construire ces réacteurs ? Et si oui, quels seront les grands gagnants de la bataille économique qui va être livrée ?

Dans un style complètement différent, et beaucoup plus proche de nous, la situation en Libye commence à sérieusemet m'inquiéter, n'allons nous pas nous diriger vers un Irak méditerranéen si nous autres pays du Nord intervenons dans ce pays du Sud. Mais en même temps, ne pas intervenir, c'est un peu se rendre complice des crimes que Kadhafi est en train de commettre contre le peuple libyen. Je reste malgré tout persuadé que nous devons intervenir, ne serait-ce que pour protéger ces fameux droits de l'homme dont certains se gargarisent à longueur de journée et à longueur de belles phrases creuses. Nous nous disons le pays des droits de l'homme, prouvons le.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vyslanté
Conquérant Itinérant
Conquérant Itinérant
avatar

Nombre de messages : 1462
Masculin Age : 23
Localisation : Banana State Building, dernier étage, dans un fauteuil présidentiel de maître du monde en cuir véritable de plastique.

MessageSujet: Re: Séisme, tsunami et centrale nucléaire, la situation au Japon   Sam 19 Mar 2011 - 21:24

(Hum, j'ai rajouté "blanc" sur mon premier post. C'était le bac blanc)

Sinon, concernant la situation en Libye... On envoie le Charles de Gaulle...
Je suis d'accord pour le patriotisme de bas étage (^^), mais quand à dire si c'est la bonne chose à faire.. Et bien, comme on dit, l'avenir nous le dira.


Sinon, je ne sais pas si c'est moi qui suis un peu trop cynique, mais dans d'autres pays où ça gronde, comme Bahreïn, là aussi ça répresse sec... Et personne ne fait rien... Oh, mais, que vois-je ? Le pays abrite une base Etats-unienne ? Rah là là, quel hasard !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oxygenn.fr.nf
Warrius
Routard Interstellaire
Routard Interstellaire
avatar

Nombre de messages : 305
Masculin Age : 30
Localisation : Ca te regarde pas.

MessageSujet: Re: Séisme, tsunami et centrale nucléaire, la situation au Japon   Dim 20 Mar 2011 - 0:25

On a beaucoup raillé le CDG pour les gros problèmes de conception qui ont accompagné sa mise en service, car le pont oblique avait été conçu trop court de 4 m pour pouvoir accueillir les Hawkeyes en toute sécurité; si il devaient aller jusqu'au bout du pont oblique pour s'arrêter, là il y aurait un gros problème ... les 4 m c'était la marge de sécurité. Et puis il y a eu le pb avec ses hélices qui sont des pièces de métal massif, coulé en une seule fois, et qui sont d'une forme extrêmement complexe afin de procurer un maximum de poussée tout en générant le moins d'efforts sur le métal, et étonnement, c'est plus difficile de couler comme il faut du premier coup un truc comme ça qu'un lot de soldats de plomb ...
Moyennant quoi, les américains ont été bien content d'avoir le CDG au large du Pakistan courant 2003, car il permettait à leurs propres porte-avions de faire relâche. Et, pour rester dans le chauvinisme de base, la France est avec les USA le seul pays a disposer de navire de surface à propulsion nucléaire. Ce que je vais dire va hériser le poil de certains, mais je souhaite que le baril grimpe beaucoup et durablement, pour que le second porte-avion dont la France devra se doter tot ou tard soit à propulsion nucléaire lui aussi, parce que lui mettre du mazout dans le ventre ça couterai trop cher.
Avoir ce petit rafiot à proximité de la Libye permettra non seulement d'avoir des patrouilles plus longues au dessus du pays, mais aussi cela autorisera une réactivité plus grande, en cas de pépin. Si les appareils ont 10 minutes de vol pour se rendre sur zone, c'est mieux que les 60 min pour les engins qui viendraient de Solenzara, ou encore les 90 minutes de vol nécessaires aux rafales de Saint-Dizier pour venir sur zone.

Et non Vyslanté, tu n'es pas cynique, tu as compris tous les rouages de la realpolitik. Tu ferais un parfait diplomate.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rufus Shinra
Roi des Petits Gris
Roi des Petits Gris
avatar

Nombre de messages : 2455
Masculin Age : 29
Localisation : Là où s'est déroulée la dernière catastrophe en date ~ Compagnon senior de la Confrérie

MessageSujet: Re: Séisme, tsunami et centrale nucléaire, la situation au Japon   Dim 20 Mar 2011 - 8:09

Euh, à propos des navires de surface, il ne faut pas oublier nos amis russes et leurs brises-glace à propulsion nucléaire, ou surtout leur Kirov, qui est le navire le plus bourrin de la planète, du genre capable de tenir tête à un vaisseau-ruche (il est plus armé qu'un 304). Mais, effectivement, on est les seuls avec Washington à avoir un CVN (qui est, nous le rappelons, quelques dizaines de milliers de tonnes de diplomatie, selon le proverbe naval).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warrius
Routard Interstellaire
Routard Interstellaire
avatar

Nombre de messages : 305
Masculin Age : 30
Localisation : Ca te regarde pas.

MessageSujet: Séisme, tsunami et centrale nucléaire, la situation au Japon   Dim 20 Mar 2011 - 12:34

J'avais mis le brise glace de côté, car ce n'est pas un navire de guerre à proprement parler. Par contre, je plaide coupable pour avoir oublié le Kirov, mais en même temps, en ce moment, les russes, je sais plus trop quels sont leurs navires actifs et leurs navires décomissionnés, ils ont hérité de tellement de rafiots pourris de l'ère soviétique que c'est un peu le bordel. La dernière fois que je me suis penché sur la question, ils étaient en train de mettre à la casse un nombre assez phénoménal de destroyers et de frégates. Et ils en commandent de nouveaux à tour de bras. Si ils maintiennent le rythme actuel, ils vont égaler les capacités de l'US Navy d'ici 15 ans (ils veulent avoir 6 CVN aussi soit dit en passant ...)
Et oui, le Kirov est un monstre de puissance de feu, avec une quarantaine de VLS seulement, mais avec tout ce qu'il faut dedans pour couler 2 Task-Force de l'US Navy. A part le couler par en dessous, et de très loin qui plus est, je pense pas qu'il soit possible de lui faire très mal. Et le pire, c'est que sur les 5 prévus, ils en ont fait 4, yen a un de démantelé, 1 en service en Méditerrannée, et les 2 autres sont dans la naphtaline, yen a un qui sera fini de remettre en état courant 2012, et l'autre est en attente de financement pour remise en état/service.
Et contrairement aux américains et leurs dispendieux Zumwalt (3,3 milliards de dollars LE destroyer, ça fait cher, c'est le prix d'un porte-avion ...), les Kirov ne coutent par SI cher que ça.
Il faudrait donc ptet que nos potes les ricains pensent à développer un navire aux capacités similaires, mais pas forcément non plus hyper méga sophistiqué comme le Zumwalt, parce qu'à vouloir tout révolutionner, on se prend souvent les pieds dans les cordages (parlant de navires, c'est plus adapté que le tapis). Et puis de toute façon, d'ici à 2020, il va falloir qu'ils remplace les Ticonderoga et les Oliver Hazard Perry encore ne service (les seconds c'est en cours avec les LCS, mais les premiers ...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skay-39
The Vortex Guy
The Vortex Guy
avatar

Nombre de messages : 4190
Masculin Age : 29
Localisation : TARDIS 39th room (blit), on Moya third level, in orbit around Abydos (Kaliam galaxy)

MessageSujet: Re: Séisme, tsunami et centrale nucléaire, la situation au Japon   Mar 22 Mar 2011 - 1:07

Merci pour le petit résumé concernant le nucléaire et les soucis des japonais Warrius, comme tous le monde le sujet m'intéresse et m'inquiète, j'ai suivi ton explication avec grand intérêt.

Comme promis, j'ai récupéré tous les messages dans "News des membres" concernant la situation au Japon pour les réunir dans ce sujet.
Wink Je vous invite à vérifier que je n'ai rien oublié...

_________________

________________
« My name is Skay-39, an administrator… An enthusiasm wave hit and I got shot through a link... Now I'm lost in some distant part of the webniverse on a forum – a crazy forum – full of strange, geek life-forms… Help me… Listen, please. Is there anybody out there who can read me ? I'm being tyrannized by an insane fondator… doing everything I can… I'm just looking for a real life. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warrius
Routard Interstellaire
Routard Interstellaire
avatar

Nombre de messages : 305
Masculin Age : 30
Localisation : Ca te regarde pas.

MessageSujet: Re: Séisme, tsunami et centrale nucléaire, la situation au Japon   Mar 22 Mar 2011 - 8:12

T'as l'air d'avoir tout pris.

Aux dernières nouvelles, l'alimentation électrique des réacteurs 1, 4, 5 et 6 a été rétablie grâce à un câble des plus de 1500m qui tire sur le réseau global. Cependant, les systèmes de refroidissement n'ont pas encore été remis en route, car ils doivent être vérifiés pour éviter les court-circuits.
Sauf que le hic, c'est que les réacteurs 2 et 3 se mettent à dangereusement fumer, rejetant du césium et de l'iode radioactifs dans l'air. Les personnels de TEPCO ont d'ailleurs été évacué des deux sites par sécurité. On verra bien comment ça va se goupiller tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rufus Shinra
Roi des Petits Gris
Roi des Petits Gris
avatar

Nombre de messages : 2455
Masculin Age : 29
Localisation : Là où s'est déroulée la dernière catastrophe en date ~ Compagnon senior de la Confrérie

MessageSujet: Re: Séisme, tsunami et centrale nucléaire, la situation au Japon   Mar 22 Mar 2011 - 9:23

Apparemment, le personnel est revenu sur place, et les travaux reprennent. Article sur LeMonde.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ketheriel
Conquérant Itinérant
Conquérant Itinérant
avatar

Nombre de messages : 1421
Masculin Age : 38

MessageSujet: Re: Séisme, tsunami et centrale nucléaire, la situation au Japon   Mar 22 Mar 2011 - 16:27

Citation :
Sinon, je ne sais pas si c'est moi qui suis un peu trop cynique, mais dans d'autres pays où ça gronde, comme Bahreïn, là aussi ça répresse sec... Et personne ne fait rien... Oh, mais, que vois-je ? Le pays abrite une base Etats-unienne ? Rah là là, quel hasard !
Lorsqu'un pays comme la France s'engage dans une action directe, il y a toujours une vision à plus long terme qui en découle. Du moins c'est comme cela qu'il faut le prendre, même si parfois ce n'est pas le cas.

Le but premier ici n'est pas de sauver la révolution lybienne et la vie des insurgés. Certes pour une fois, on intervient pour une cause moralement défendable. (ça fait jamais de mal d'avoir un peu de justice de notre côté)

Mais le fait de permettre au mouvement de propagation de la révolte arabe de continuer pour modifier donc le paysage géopolitique de la région.
Pourquoi attaquer en Lybie ? Tout simplement parce que c'était d'une urgence absolue. La rébellion était sur le point d'être vaincue et aurait eu pour effet de stopper la contamination du phénomène dans la région.

Que fut le résultat de l'assaut occidental (France, US, UK) ?

La propagation de la peur parmi les dictateurs du coin et de leur entourage MAIS surtout la défection de nombreux militaires au profit "des insurgés" comme au Yemen, en ce moment. Car le point obligatoire dans ces pays là (hormis la Tunisie) c'est qu'il faut que l'armée, ou du moins une partie n'appuie plus le dictateur en place.
L'Egypte en est l'exemple flagrant. Une fois l'armée se détournant de moubarak et bien c'était fini.
Ici l'occident plus que d'avoir sauver les insurgés lybiens de la débâcle ont lancé un message aux forces armées des pays du coin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warrius
Routard Interstellaire
Routard Interstellaire
avatar

Nombre de messages : 305
Masculin Age : 30
Localisation : Ca te regarde pas.

MessageSujet: Re: Séisme, tsunami et centrale nucléaire, la situation au Japon   Sam 2 Avr 2011 - 1:29

Petite remise à jour du topic pour tenir compte des dernières évolutions de la situation.
Contrairement à ce que l'on aurait pu espérer, la remise sous tension des installations n'a pas permis d'améliorer le refroidissement des coeurs des réacteurs qui sont, selon les ptits gars de chez Areva, rentrés en fusion, ce qui n'est pas pour nous rassurer, car ils n'y a aucun système de récupération du corium (c'est le nom porté par l'infâme mélange qui résulte de la fusion du coeur du réacteur et qui avoisine les 3000°C, ya de des céramiques à haute résistance qui peuvent tanker ça, même le tungstène ou le béryllium, deux des éléments avec le plus haut point de fusion, ne peuvent supporter ça, ils fondent avant). En parlant d'Areva, Tepco c'est enfin décidé à demander de l'aide à l'international et c'est la société française qui a envoyé ses spécialistes sur place pour aider à contenir tant bien que mal la radioactivité sur le site.
En effet, les déversements massif d'eau de mer ont ruissellés et sont partis en direction de la mer, où l'on retrouve des taux alarmants d'iode 131 et de césium 137 non seulement dans l'eau de mer, mais aussi dans les sols et dans l'eau potable. Toute la préfecture de Fukushima est extensivement contaminée pour des années, et on risque d'avoir durant les 20 prochaines années les mêmes problèmes de santé publique dans cette région que dans les régions d'Hiroshima et de Nagazaki durant les années 50 et 60.
La centrale de Fukushima Daichi va évidemment être démantelée suite à cet accident, tout du moins les réacteurs 1 à 4, les N°5 et 6 étant à l'arrêt lors du séisme, ils n'ont rien subi, et comme ils sont construit à l'écart des 4 autres, ils pourraient tout à fait fonctionner quelques années de plus, encore que, vu qu'ils ont le même age que le 4 et qu'ils sont acutellement à l'arrêt, il se pourrait bien qu'ils ne redémarrent jamais, et qu'ils passent à l'as avec les 4 autres tranches. Quant aux tranches 7 et 8 dont la construiction devait débuter au printemps 2012, leur réalisation est plus que fortement compromise, du fait de la contamination du site, ils seront vraisemblablement installés à Fukushima Daini, le second site, beaucoup moins touché par le séisme (même pas de fissures dans les murs, juste quelques frayeurs, les systèmes redondants ont tenus le coup dans celle-là).

Bref, les infos ne parlent presque plus de cet accident majeur, officiellement classé 5 sur l'échelle INES, même si je redoute un passage au niveau 6 vu l'état des coeurs et l'état actuel de la contamination des sols. On va continuer à surveiller ça à distance, en espérant que cela s'améliore.

A noter aussi que de nouvelles unités de l'armée ont été envoyées, car les unités déployées ont atteint leur limite d'irradiation, ce qui est très mauvais signe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rufus Shinra
Roi des Petits Gris
Roi des Petits Gris
avatar

Nombre de messages : 2455
Masculin Age : 29
Localisation : Là où s'est déroulée la dernière catastrophe en date ~ Compagnon senior de la Confrérie

MessageSujet: Re: Séisme, tsunami et centrale nucléaire, la situation au Japon   Sam 2 Avr 2011 - 9:15

Correction pour ce qui est des températures de fusion : le tungstène serait en mesure de supporter un corium, puisqu'il ne fond qu'à 3400 °C. Mais le souci est de pouvoir le traiter pour en faire un bassin complet, ce qui est particulièrement difficile au niveau technique.

Mais, à part ça, il faut bien admettre qu'on est dans la merde à ce niveau. La seule bonne nouvelle pour le moment, c'est qu'il ne semble pas y avoir de forte probabilité d'une explosion majeure à la Chernobyl. Donc, même s'il y aura une Zone contaminée (et, Artheval, si tu oses parler de la suite de S.T.A.L.K.E.R. qui se ferait à Fukushima, tu te fais virer dans l'instant), on évitera le gros nuage radioactif bien méchant qui transforme le Japon en zone morte.

Bref, ça pourrait être pire.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warrius
Routard Interstellaire
Routard Interstellaire
avatar

Nombre de messages : 305
Masculin Age : 30
Localisation : Ca te regarde pas.

MessageSujet: Re: Séisme, tsunami et centrale nucléaire, la situation au Japon   Sam 2 Avr 2011 - 11:02

Rufus Shinra a écrit:
Correction pour ce qui est des températures de fusion : le tungstène serait en mesure de supporter un corium, puisqu'il ne fond qu'à 3400 °C. Mais le souci est de pouvoir le traiter pour en faire un bassin complet, ce qui est particulièrement difficile au niveau technique.

Oups, autant pour moi (Part en courant et va revoir sa classification). D'ailleurs, petite correction au niveau du béryllium, son point de fusion n'est qu'à 1200 et quelques degrés, donc pas super non plus, même l'acier fond à plus haute température ... donc je me suis gaiement planté sur ce coup là. Comme matériaux disponible ne grande quantité, hormis le tungstène, on a le carbone qui fond à près de 3650°, mais sous quelle forme l'utiliser ? Le graphite ça brûle, le diamant ça coute un peu trop cher, des fibres de carbone éventuellement, mais le coût est rédhibitoire et en plus ça a beau être très solide, c'est également très fragile, principalement en cas de choc, ce qui a de fortes chances d'arriver en cas de pépin dans une centrale ... Après de facilement industrialisable, ya un peu trop rien, car les autres métaux à haut point de fusion (supérieur à 3000°) sont le rhénium (toxique, très rare et très très beaucoup cher, de l'ordre de 6000€ le kilo, c'est pas encore le taux de l'or, mais ça reste pas mal), l'osmium (très toxique, très rare et très cher) et le tantale (pas trop toxique, mais rare et cher).

Du coup, il vaut mieux éviter de construire des centrales en zone sismique, ça sera mieux pour tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Séisme, tsunami et centrale nucléaire, la situation au Japon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Séisme, tsunami et centrale nucléaire, la situation au Japon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le nucléaire : pour ou contre ?
» Le nucléaire
» Chaîne humaine contre le nucléaire
» Le nucléaire... est'il l'avenir de l'homme?
» Vers un accord turco-iranien sur le nucléaire ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Multivers :: .:: Discussions et Détente ::. :: Discussion Libre-
Sauter vers: