AccueilPortailChatboxCalendrierFAQGroupesRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Tim Burton (et la science fiction)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wannabemad
Larve Toxique
Larve Toxique
avatar

Nombre de messages : 38
Masculin Age : 28

MessageSujet: Tim Burton (et la science fiction)    Jeu 20 Jan 2011 - 12:19

J'espère que ce sujet n'est pas mal placé... je le consacre à Tim Burton, célèbre réalisateur à la longue carrière...
Quelle est votre opinion sur Tim Burton et sa carrière, particulièrement ce qui se rapproche le plus de la science fiction?
Aimeriez-vous voir un vrai Burton SF?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rangil
Gouverneur Planétaire à Mandibules
Gouverneur Planétaire à Mandibules
avatar

Nombre de messages : 1023
Masculin Age : 27
Localisation : Sur une station spatiale, à attendre qu'elle explose, comme les quatre précédentes.

MessageSujet: Re: Tim Burton (et la science fiction)    Jeu 20 Jan 2011 - 13:00

A part la planète des singes, je ne vois pas quel film de SF a fait, mais il est impossible qu'ils me soient sortis de la tête...

En soi, j'aime beaucoup l'univers de Burton, même si je trouve Charlie et, surtout, Alice, plutôt décevants, ce qui me fait un peu peur pour la suite.

A propos de Burton et de la SF, quand je vois son travail sur la planète des singes, je me dis que c'est loin d'être son genre de prédilection : ce film est de loin son travail le moins personnel et le moins intéressant. Un vrai Burton SF, pourquoi pas, je suis sûr qu'il aurait des choses à apporter, mais je préférerais voir un réalisateur qui a confirmé ses doutes dans ce domaine, comme Ridley Scott, revenir aux fondamentaux, plutôt qu'un réalisateur certes excellent, mais qui n'a pas l'air d'apprécier la SF plus que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skay-39
The Vortex Guy
avatar

Nombre de messages : 4190
Masculin Age : 28
Localisation : TARDIS 39th room (blit), on Moya third level, in orbit around Abydos (Kaliam galaxy)

MessageSujet: Re: Tim Burton (et la science fiction)    Jeu 20 Jan 2011 - 15:04

Dans les Burton SF, il y avait aussi Edward aux mains d'argent, en quelque sorte... Même s'il est vrai que l'aspect science-fiction est assez diffus et très éloigné du scénario en lui-même. Et Mars Attack!, bien sur.

Tim Burton est également un réalisateur que j'apprécie énormément ; j'ai beaucoup aimé Beetlejuice, Edward, L'Étrange Noël de monsieur Jack, les Noces funèbres (surtout par nostalgie pour Jack), Mars Attacks!, Sleepy Hollow (Grace), Big Fish... De véritables références, et de sacrés empreintes dans mon imaginaire. J'essaye encore de capter la petite touche Burtonienne pour la restituer dans mes dessins.

J'ai l'impression, cependant, que l'univers trouble et frontalier du fantastique, ou le merveilleux pur et dur, conviennent davantage à son esprit fantasque ; la science-fiction, c'est un enjeu, une certaine concrétisation d'un univers, là ou les deux genres précédents, plus nébuleux, permettent davantage de marge de manœuvre, sans qu'il soit besoin au réalisateur de justifier ou même, parfois, d'expliquer tous les détails de ce qu'il montre. C'est particulièrement vrai sans doute pour Tim Burton, dont les univers magiques sont toujours à la limite du rêve, ou plutôt du cauchemars, dans leur logique, leur mise en scène. Je pense qu'il est plus facile de partir en chansons dans un enfer gluant que dans un vaisseau spatial.

Un véritable film de SF à la Tim Burton est une perspective extrêmement intéressante, mais je crois surtout que ce sera un défi de taille pour le réalisateur. Je suis terriblement curieux de voir la planète folle ou il pourra mettre en scène tous ses fantasmes morbides. ^^

_________________

________________
« My name is Skay-39, an administrator… An enthusiasm wave hit and I got shot through a link... Now I'm lost in some distant part of the webniverse on a forum – a crazy forum – full of strange, geek life-forms… Help me… Listen, please. Is there anybody out there who can read me ? I'm being tyrannized by an insane fondator… doing everything I can… I'm just looking for a real life. »


Dernière édition par Skay-39 le Jeu 20 Jan 2011 - 18:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wannabemad
Larve Toxique
Larve Toxique
avatar

Nombre de messages : 38
Masculin Age : 28

MessageSujet: Re: Tim Burton (et la science fiction)    Jeu 20 Jan 2011 - 15:33

Rangil a écrit:
A part la planète des singes, je ne vois pas quel film de SF a fait, mais il est impossible qu'ils me soient sortis de la tête...

En soi, j'aime beaucoup l'univers de Burton, même si je trouve Charlie et, surtout, Alice, plutôt décevants, ce qui me fait un peu peur pour la suite.

A propos de Burton et de la SF, quand je vois son travail sur la planète des singes, je me dis que c'est loin d'être son genre de prédilection : ce film est de loin son travail le moins personnel et le moins intéressant. Un vrai Burton SF, pourquoi pas, je suis sûr qu'il aurait des choses à apporter, mais je préférerais voir un réalisateur qui a confirmé ses doutes dans ce domaine, comme Ridley Scott, revenir aux fondamentaux, plutôt qu'un réalisateur certes excellent, mais qui n'a pas l'air d'apprécier la SF plus que ça.
Science fiction assumée ou transparente dans la filmographie de Tim Burton :
-Mars Attacks! (Où cependant Burton met son style entre parenthèses pour emprunter des délires années 50 qui lui sont étrangers, le film n'est donc pas très représentatif de la question...)
-La planète des singes (Où Tim a déclaré qu'il voulait se prouver qu'il était capable de faire un film "normal", sans citer son propre univers...)
-Batman et Batman returns (Largement + science fiction que l'univers de Nolan)
-Projet Superman avorté (Avec vaisseaux géants, aliens...)

Science fiction ambiguë sous apparence de conte merveilleux:
-Edward aux mains d'argent (On parle bel et bien d'un Frankenstein robotique, au final...)
-Charlie et la chocolaterie (Là encore, le ressort du film est la technique et la science, pas la magie, même si le résultat est un peu enchanté, du fait d'une science sans rigueur...)

En cela, je ne dirais pas comme toi que Tim Burton est si éloigné de la science fiction, mais plutôt qu'il y a fait quelques incursions discrètes ou déguisées. J'estime que, Mars Attacks! et La planète des singes étant des films où Tim a clairement cessé de s'écouter pour adopter momentanément un fonctionnement autre, Edward aux mains d'argent est le film le plus représentatif de ce que serait de la science fiction Burton totalement assumée.

Bonjour Skay-39.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skay-39
The Vortex Guy
avatar

Nombre de messages : 4190
Masculin Age : 28
Localisation : TARDIS 39th room (blit), on Moya third level, in orbit around Abydos (Kaliam galaxy)

MessageSujet: Re: Tim Burton (et la science fiction)    Jeu 20 Jan 2011 - 19:02

Wannabemad a écrit:
En cela, je ne dirais pas comme toi que Tim Burton est si éloigné de la science fiction, mais plutôt qu'il y a fait quelques incursions discrètes ou déguisées. J'estime que, Mars Attacks! et La planète des singes étant des films où Tim a clairement cessé de s'écouter pour adopter momentanément un fonctionnement autre, Edward aux mains d'argent est le film le plus représentatif de ce que serait de la science fiction Burton totalement assumée.
Et bien justement, la SF dans Edward aux mains d'argent était très en filigrane. A mes yeux, Edward tient davantage du mécanisme d'horlogerie ou du golem articulé que d'un androïde résultant d'une programmation révolutionnaire lui attribuant une aptitude à éprouver des émotions. Bien entendu, je ne conçois pas les films de SF qu'en hard science, les représentations plus symboliques et éloignées de la logique conventionnelle peuvent être toutes aussi intéressantes, mais ici, le miracle que représente Edward se trouve à mes yeux à la frontière de la science et de la magie, dans le sens le plus féérique du terme (dans le sens le plus commun du mot féérie ^^). J'ai du mal à le considérer réellement comme une incursion de Burton dans l'univers de la Science-Fiction, je le vois davantage comme une incursion de la Science-Fiction dans l'univers de Burton, si tu me comprends.

Attention, je ne nie pas à Edward aux mains d'Argent sont statut d'œuvre de SF, mais je me demande si on peut réellement considérer cela comme un exemple de ce que le réalisateur pourrait donner s'il s'attelait réellement à un véritable film de SF.

Wannabemad a écrit:
Bonjour Skay-39.
Bonjour Wannabemad. ^^

_________________

________________
« My name is Skay-39, an administrator… An enthusiasm wave hit and I got shot through a link... Now I'm lost in some distant part of the webniverse on a forum – a crazy forum – full of strange, geek life-forms… Help me… Listen, please. Is there anybody out there who can read me ? I'm being tyrannized by an insane fondator… doing everything I can… I'm just looking for a real life. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rangil
Gouverneur Planétaire à Mandibules
Gouverneur Planétaire à Mandibules
avatar

Nombre de messages : 1023
Masculin Age : 27
Localisation : Sur une station spatiale, à attendre qu'elle explose, comme les quatre précédentes.

MessageSujet: Re: Tim Burton (et la science fiction)    Jeu 20 Jan 2011 - 22:29

Honte à moi, j'avais oublié Mars Attacks !, pourtant très agréable XD En revanche :

- Edward aux mains d'agent : Comme l'a expliqué Skay, je vois mal comment on peut considérer que ce film fait partie de la SF. Il s'agit à mon avis plus d'une fable que d'autre chose. D'ailleurs, sur IMB, le film est rangé dans les catégories Drama, Fantasy, Romance.

- Batman et Batman returns : Je parlerai plus de gadgets funs que de SF. A ce compte-là, tous les James Bond sauf les deux derniers sont des films de SF !

- Projet Superman avorté : Peut-être, même si j'aurais plutôt tendance à ranger la SF super-héros comme un genre un peu à part, puisque les règles sont souvent différentes. Mais en tout cas, ce film n'est pas sorti, donc...

- Charlie et la chocolaterie : Idem que pour Edward, on est (plus clairement encore), dans le conte, la féérie. Je ne crois pas que le mot "science" apparaisse une seule fois dans le film, d'ailleurs. Science et technique sont clairement un prétexte pour raconter l'histoire, on est finalement assez proche du concept de gadget fun. La science mise en place dans ce film tient franchement de la magie réarticulée, je trouve qu'il y a quelque chose de très "grec ancien", on est dans le scientifico-magico-philosophique. Il n'y a aucune réflexion technique dans le film.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kezako
Gouverneur Planétaire à Mandibules
Gouverneur Planétaire à Mandibules
avatar

Nombre de messages : 1090
Masculin Age : 25
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Tim Burton (et la science fiction)    Jeu 20 Jan 2011 - 22:34

Citation :
Batman et Batman returns : Je parlerai plus de gadgets funs que de SF. A ce compte-là, tous les James Bond sauf les deux derniers sont des films de SF !

Oui, c'est très loin d'être de la SF surtout ces deux là de Burton quis 'inscrivent clairement et pleinement dans le genre super héroique ...

Citation :
Peut-être, même si j'aurais plutôt tendance à ranger la SF super-héros comme un genre un peu à part, puisque les règles sont souvent différentes. Mais en tout cas, ce film n'est pas sorti, donc...

Les genres sont totalement différents en effet.

Pour ma part de ce que j'ai vu de Burton en SF (pas grand chose en l'occurrence vu qu'il y a un film et un autre disons à moitié puisque c'est plus de l'hommage à la SF des 50's), Burton ne me semble pas être très à l'aise avec, son univers devant soit être purement et simplement éliminé pour laisser place à cette dernière, soit être rajouté (jamais arrivé jusqu'à présent) et donner un mélange, qui il me semble, ne sied en rien avec ce que j'attends de la SF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Wannabemad
Larve Toxique
Larve Toxique
avatar

Nombre de messages : 38
Masculin Age : 28

MessageSujet: Re: Tim Burton (et la science fiction)    Sam 29 Jan 2011 - 15:05

Citation :
Et bien justement, la SF dans Edward aux mains d'argent était très en filigrane. A mes yeux, Edward tient davantage du mécanisme d'horlogerie ou du golem articulé que d'un androïde résultant d'une programmation révolutionnaire lui attribuant une aptitude à éprouver des émotions.
A ce tarif, ne faudrait-il pas considérer le punk à vapeur comme un genre total à part entière, à titre égal de la sf, du fantastique... plutôt qu'un sous-genre de la sf générale... Car l'aspect "'robot-horloge" c'est ni plus ni moins cela... Si tu vois ce que je veux dire...
Même si Jules Verne était ultra-rationnel dans le cadre qu'il connaissait, l'univers qu'il a engendré est, selon notre regard d'aujourd'hui, arquebouté entre la science et... je ne parlerais pas de magie, mais d'une sorte de physique de l’enchantement, souvent à l'oeuvre à mes yeux dans les films les plus "hors-temps" de Tim...

Citation :
J'ai du mal à le considérer réellement comme une incursion de Burton dans l'univers de la Science-Fiction, je le vois davantage comme une incursion de la Science-Fiction dans l'univers de Burton, si tu me comprends.
Tout à fait... C'est joliment dit... D'une certaine manière, l'univers de Edward me rappelle un peu un ovni comme Hellraiser... Où il est difficile de trancher entre technologie interdimensionnelle et magie occulte...

Citation :
Attention, je ne nie pas à Edward aux mains d'Argent sont statut d'œuvre de SF, mais je me demande si on peut réellement considérer cela comme un exemple de ce que le réalisateur pourrait donner s'il s'attelait réellement à un véritable film de SF.
Qu'est-ce que la véritable sf? C'est de la sf Burton, voilà.

Citation :
- Edward aux mains d'agent : Comme l'a expliqué Skay, je vois mal comment on peut considérer que ce film fait partie de la SF. Il s'agit à mon avis plus d'une fable que d'autre chose. D'ailleurs, sur IMB, le film est rangé dans les catégories Drama, Fantasy, Romance.
Bien sûr que c'est une fable, un conte... Mais ça fonctionne sur la physique, même si c'est de la physique irréaliste... L'idéologie derrière est différente de si le père créateur avait agité une baguette et un parchemin en gothique devant un tas de glaise...

En vos âmes et consciences, croyez-vous vraiment qu'un robot comme Edward, qui a la nature que l'on sait malgré les principes techniques insuffisants qui l'animent, est plus impossible qu'un MacCay capable de triturer le projet de canon ultime qu'avaient abandonné les Anciens...

Citation :
- Batman et Batman returns : Je parlerai plus de gadgets funs que de SF. A ce compte-là, tous les James Bond sauf les deux derniers sont des films de SF !
Oui Rangil Kezako... Je ne me suis pas très bien expliqué... même si le super héros est effectivement un genre à part, et même si ces deux films ne sont pas de la sf, le monde Batman par Burton est technologiquement plus riche que le notre, même si l’anticipation ne fait pas partie des thèmes réellement mis au travail... Mais pour autant, ils sont bien là, ces gadgets qui dépassent nos moyens... et permettent d'observer la manière dont Burton se comporte scénaristiquement parlant avec des éléments technologiques futuristes proches de son monde (à l'inverse de ceux de ses deux seuls "vrais" films de sf) , ce qui est toujours une piste... de même que les concept arts du Superman avorté donnent des pistes quant à une traduction space opera du design Burton...

Je ne suis pas contre ce que tu dis pour Charlie mais, même chose que pour Edward, on garde l'apparence de la technique, même vide de sens, sans recourir au champ lexical, visuel, de la magie.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mat
Le Pharaon
Le Pharaon
avatar

Nombre de messages : 5127
Masculin Age : 27
Localisation : Amiens

MessageSujet: Re: Tim Burton (et la science fiction)    Sam 29 Jan 2011 - 15:55

+1 aux propos de Wannabemad.

Du Burton en SF? Idée fascinante qui m'a souvent visitée, c'est clair. Mais qui implique des choses complexes. Il faudrait déjà que Burton trouve le moyen d'exprimer son univers au travers d'un autre champ conceptuel. Il est clair qu'un manoir abandonné de Floride aux poutres vermoulues couvertes de toiles d'araignées n'a rien à faire sur un astéroïde industriel, et que tout ce qui est globalement de l'ordre de la hantise, du macabre, ou plus globalement du fantastique ou du merveilleux, est difficile à s'y faire placer correctement. Or, Burton me semble éprouver une certaine difficulté à ajuster à la SF la rigueur qui lui convient et qui n'est pas celle des mondes irrationnels. Que l'on prenne pour exemple la langue anglaise et les chevaux de La planète des singes, où l'avion ultramoderne de Batman qui, malgré son système de visée montré en gros plan, est incapable de descendre un Joker presque immobile (Mars Attacks étant hors-sujet de par sa nature parodique) , une véritable SF Burtonnienne pourrait tout à la fois jouir des atouts les plus spécifiques de Farscape (SF anticonformiste, gothique voire funèbre, coupée aux forces occultes, entre autres) , et des défauts les plus insupportables de SGA (aucune tenue de route en matière de logique, causalité...) . Skay l'exprime assez bien par :

Citation :
J'ai l'impression, cependant, que l'univers trouble et frontalier du fantastique, ou le merveilleux pur et dur, conviennent davantage à son esprit fantasque ; la science-fiction, c'est un enjeu, une certaine concrétisation d'un univers, là ou les deux genres précédents, plus nébuleux, permettent davantage de marge de manœuvre, sans qu'il soit besoin au réalisateur de justifier ou même, parfois, d'expliquer tous les détails de ce qu'il montre. C'est particulièrement vrai sans doute pour Tim Burton, dont les univers magiques sont toujours à la limite du rêve, ou plutôt du cauchemars, dans leur logique, leur mise en scène. Je pense qu'il est plus facile de partir en chansons dans un enfer gluant que dans un vaisseau spatial.

Un fantôme dans une station spatiale, pourquoi pas après tout, d'autres l'ont fait, et bien fait, mais pour que ce soit du Burton sans jurer ridiculement avec le contexte, il faudra du talent et des efforts. Je crois que j’appellerais ça le syndrome de la bougie rouge se consumant sur un crâne Humain qui surplombe un piano jouant tout seul devant un chapeau haut-de-forme flottant en l'air... dans une base sur Pluton. Dans ma tête, la dissonance n'est pas que la présence d'un piano, d'une bougie, d'un haut-de-forme et d'un crâne est impossible dans une base sur Pluton, rien dans la physique ne l'interdit, et la question du mélange des marqueurs de genre malvenu ou non est entièrement subjective. Quant au spectre, il peut tout à fait être de nature science-fictionnelle. Non, le problème, dans ma représentation des choses, serait plutôt qu'il faut m'expliquer pourquoi et comment un piano, une bougie, un crâne Humain et un chapeau haut-de-forme auront fait le chemin, empiriquement, depuis une maison à la lisière d'une forêt Galloise jusqu'à cette base. Garder l'esprit Burton tout en l'inscrivant dans un système de logique local inédit, où le Burtonisme pourra "justifier correctement sa présence" par rapports aux codes, aux tenants et aux aboutissants d'un monde de SF, voilà selon moi le noeud du challenge.

Après, un univers SF Burtonien n'aurait pas forcément à être monochrome; pourquoi pas une esthétique rationnelle (après tout très sympa, même si classique) à La Planète des Singes, pour la Terre, une autre à la Alice pour la dernière planète colonisée, une autre à la Edward/Beetlejuice pour le vaisseau fantôme qui erre en orbite, et quelques touches de Mars Attacks, Batman, etc, disséminées ici et là au gré des occasions... ^^ A la rencontre entre les éléments visuels dévoilés par La planète des Singes, Batman, Edward ou encore les premiers (et derniers) jets de Superman, je pense que Burton saurait inventer un univers à la fois Burtonien visuellement et capable de fonctionner à peu près rationnellement en apparence, concernant les bases les plus élémentaires (notion d'étanchéité pour un vaisseau spatial, par exemple, ce qui exclue le bois, la pierre ou de la poussière partout^^) , cependant, autant une rigueur à la SGA gène peu pour son Batman ou pour un film entièrement surnaturel, autant ne pas réussir à faire mieux pour de la SF pure serait problématique, comme on l'a déjà vu avec les invraisemblances regrettables de sa Planète des singes, dans lequel l'on s'immerge du coup bien moins.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Tim Burton (et la science fiction)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Burton, Tim] La triste fin du petit Enfant Huitre
» Convention Tim Burton (23 au 25 avril 2011)
» Vos personnages de fiction préférés
» Alice au Pays des Merveilles : La version Disney ou la version Burton?
» Les Etranges Nuits de Tim Burton au Champo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Multivers :: .:: Discussion Globale ::. :: Genres & culture de l'imaginaire : discussions générales-
Sauter vers: