AccueilPortailChatboxCalendrierFAQGroupesRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Let Me In

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Skay-39
The Vortex Guy


Nombre de messages : 4190
Masculin Age : 27
Localisation : TARDIS 39th room (blit), on Moya third level, in orbit around Abydos (Kaliam galaxy)

MessageSujet: Let Me In   Sam 16 Oct 2010 - 19:28





Abby, une étrange fille de 12 ans, vient d'emménager dans l'appartement voisin de celui d'Owen, jeune garçon marginal qui vit seul avec sa mère et est constamment martyrisé par les garçons de sa classe. Dans son isolement, Owen s'attache à sa nouvelle voisine qu'il trouve si différente des autres personnes qu'il connaît. Mais l'arrivée d'Abby dans le quartier coïncide avec une série de meurtres inexplicables et de disparitions mystérieuses, et Owen comprend que l'innocente jeune fille est un vampire....



Réalisateur : Matt Reeves
Producteurs : Alexander Yves Brunner, Philip Elway, Guy East, Fredrik Malmberg, John Ptak, Donna Gigliotti, Carl Molinder, John Nordling, Simon Oakes & Nigel Sinclair
Scénaristes : Matt Reeves & John Ajvide Lindqvist
Inspiré du film suédois de 2008 Let the Right One In réalisé par Tomas Alfredson, et le roman Let the Right One In par John Ajvide Lindqvist
Compositeur : Michael Giacchino
-
Nationalité : Américaine
Titre VF : Laisse-moi entrer
Date de sortie : 6 octobre 2010
Budget : 20 millions de dollars
Durée : 1 H 52 Min
Interdit aux moins de 12 ans France



Kodi Smit-McPhee - Owen
Chloe Moretz - Abby
Richard Jenkins - Le père
Elias Koteas - Le policier
Cara Buono - La mère d'Owen
Sasha Barrese - Virginia
Chris Browning - Jack
Dylan Minnette - Kenny
Jimmy Pinchak - Mark
Seth Adkins - Seth
Ritchie Coster - Mr. Zorick
V.J. Foster - Vampire Rachel Hroncich - Infirmière
Brett DelBuono - Frère de Kenny
Rebekah Wiggins - Infirmière de chambre du père
Deborah L. Mazor - Infirmière de jour
Rowbie Orsatti - Scottie Tate
Gregory Leiker - Flic Los Alamos
Jon Kristian Moore - Auxiliaire médical
Frank Bond - Conducteur de train
Taylor Warden - Nageur / Plongeur
Juliet Lopez - Auxiliaire médical 2
Dylan Kenin - Larry
Ashton Moio - Gosse de Lanky





_________________

________________
« My name is Skay-39, an administrator… An enthusiasm wave hit and I got shot through a link... Now I'm lost in some distant part of the webniverse on a forum – a crazy forum – full of strange, geek life-forms… Help me… Listen, please. Is there anybody out there who can read me ? I'm being tyrannized by an insane fondator… doing everything I can… I'm just looking for a real life. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skay-39
The Vortex Guy


Nombre de messages : 4190
Masculin Age : 27
Localisation : TARDIS 39th room (blit), on Moya third level, in orbit around Abydos (Kaliam galaxy)

MessageSujet: Re: Let Me In   Sam 25 Déc 2010 - 18:26

Mince, je viens de m'apercevoir que je n'avais jamais commenté ce film, ce que je regrette profondément : je l'ai trouvé excellent, et j'aurais vraiment voulu vous donner envie d'aller le voir. Quel dommage... Attentions, quelques spoilers !

J'ai réellement adoré ce film. Initialement, le synopsis m'a fait penser à un thriller, voir à un film d'aventure ; les meurtres penchaient plutôt en faveur du premier, mais les deux héros étant, au moins en apparence, d'une douzaine d'années, je m'attendais à une histoire plutôt gentillette. J'étais totalement dans l'erreur. Il serait également une erreur de s'attendre à un film de vampire classique, à la mode : car nous revenons ici à l'origine du mythe, une véritable malédiction, quelque chose de noir et de poisseux. Abby ne vit pas pour être un vampire, elle s'efforce de survivre à sa nature de vampire. En l'occurrence, elle pourrait être n'importe quelle autre sorte de monstre, n'importe quoi qui survive par le meurtre et soit piégé sous l'apparence d'un enfant.

L'ambiance de ce film est dure, sombre, dérangeante. Le héros, ce jeune garçon, est perturbé, étrange, marginal ; il ne s'agit pas de l'enfant solitaire classique des blockbusters, celui que l'on prend aussitôt en sympathie, parce que sa différence est une force blabla... C'est parfois vrai dans la vie réelle, mais c'est une ficelle très classique, qui n'est pas reprise ici : Owen est bizarre. C'est compréhensible, dans la mesure ou il vit seul avec une mère un peu à côté de la plaque, où il est harcelé par des garçons plus âgés et franchement dangereux... et cela le rend en effet attachant, d'une certaine façon ; mais on sent tout de suite que le film pourrait très vite s'aventurer en dehors des sentiers battus, vers une histoire à la moralité trouble, subjective, et réaliste, avec des héros aussi dérangés et névrosés que nous pouvons l'être.

La fillette qui joue Abby est magnifique. C'est une enfant ; c'est un monstre. Les deux ne sont pas incompatibles. Comme tous les vampires, elle use de la séduction ; mais elle a douze ans, et c'est extrêmement dérangeant de la voir user comme elle peut auprès de son ami des maigres charmes de son corps préadolescent ; et Owen, de son côté, n'est évidemment pas un saint, comme tous les garçons de cet âge, et leur relation oscille inlassablement entre l'innocence de l'enfance, à laquelle tous deux appartiennent d'une certaine manière, et quelque chose de plus malsain, vicié, non pas par les faits eux-même, mais par la manière dont la véritable nature d'Abby les dénatures. Jusqu'à la dernière seconde du film, je suis demeuré incapable de décider si elle était sincère dans ses approches, ses fuites, ses hésitations, ses révélations, et surtout ses pertes de contrôle, où si tout cela relevait d'une stratégie soigneuse, bien organisée, pour s'attacher la dépendance d'Owen. Il y a une part de stratégie, sans aucun doute, mais à quel point ce comportement est-il dicté par la peur, le désespoir, la soif, la nécessité ? Car je ne doute pas qu'elle ait été sincère dans sa tristesse lorsque
Spoiler:
 
Il y a en elle quelque chose de reptilien qu'il faut sans doute, dans le contexte du film, associer à sa nature vampirique.

Le pourvoyeur est également un personnage extrêmement attachant. Il aime Abby, on le voit bien ; elle l'a aimée, on le devine, et l'aime encore, d'une certaine manière ; mais il a toujours été un marginal, comme Owen - c'est la raison pour laquelle elle les a choisis tous deux, ou bien peut-être la raison pour laquelle ils se sont intéressés à elle - et ces années de vie dans l'isolement, la peur, le sang l'ont usé jusqu'à ce qu'il perde à ses yeux tout intérêt. Il s'accroche à elle parce qu'il n'a personne d'autre, elle demeure à ses côtés parce qu'elle n'a pas le choix, et aussi précieuse qu'ai pu lui sembler cette première - et dernière - amitié au tout début, aussi précieuse qu'elle parait à Owen à la fin du film, ce qu'il reste à la fin c'est une vie gâchée.

_________________

________________
« My name is Skay-39, an administrator… An enthusiasm wave hit and I got shot through a link... Now I'm lost in some distant part of the webniverse on a forum – a crazy forum – full of strange, geek life-forms… Help me… Listen, please. Is there anybody out there who can read me ? I'm being tyrannized by an insane fondator… doing everything I can… I'm just looking for a real life. »


Dernière édition par Skay-39 le Dim 2 Jan 2011 - 18:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parnassus
Mercenaire Interplanétaire
Mercenaire Interplanétaire


Nombre de messages : 273
Masculin Age : 27

MessageSujet: Re: Let Me In   Dim 2 Jan 2011 - 18:16

Je trouve beau ton enthousiasme Skay. Ce film est l'essence même de l'inutilité absolue: c'est une photocopie à 99% conforme à l'original Morse : Let the right one in, film suédois (je crois) réalisé par Thomas Alfredson, vieux d'il y a deux ou trois ans. Les plans et les dialogues sont EXACTEMENT les mêmes dans la plupart des scènes. Sauf à la fin bien sûr, où il fallait visiblement ajouter un peu de dynamisme américain à l'action. Rolling Eyes

Il est logique que le résultat soit bon, puisque sa version originale n'est ni plus ni moins qu'un chef d'oeuvre. Il n'en reste pas moins que je ne comprends pas comment un réalisateur peut s'abaisser à faire un travail aussi pauvre. Recopier, tout le monde peut le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skay-39
The Vortex Guy


Nombre de messages : 4190
Masculin Age : 27
Localisation : TARDIS 39th room (blit), on Moya third level, in orbit around Abydos (Kaliam galaxy)

MessageSujet: Re: Let Me In   Dim 2 Jan 2011 - 18:30

Parnassus a écrit:
Je trouve beau ton enthousiasme Skay.
Ma foi enthousiasme légitime, parce que le film est vraiment excellent. Wink Pour ce qui est des informations supplémentaires que tu apportes, je n'étais pas au courant, et ne connaissant pas la version originale (tout ce que je savais c'est qu'elle existait), je serais bien incapable de comparer les deux...

J'avais supposé que ce devait être une histoire à la The Ring, un film très bon en soi reprit par un autre pays pour des raisons pratiques, en raison d'insuffisances dans les FX, de codes issus d'une culture différente peu susceptibles de toucher un autre public... Mais il semblerait donc qu'il n'en soit rien ?

_________________

________________
« My name is Skay-39, an administrator… An enthusiasm wave hit and I got shot through a link... Now I'm lost in some distant part of the webniverse on a forum – a crazy forum – full of strange, geek life-forms… Help me… Listen, please. Is there anybody out there who can read me ? I'm being tyrannized by an insane fondator… doing everything I can… I'm just looking for a real life. »


Dernière édition par Skay-39 le Dim 2 Jan 2011 - 20:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ketheriel
Conquérant Itinérant
Conquérant Itinérant


Nombre de messages : 1418
Masculin Age : 36

MessageSujet: Re: Let Me In   Dim 2 Jan 2011 - 19:51

Citation :
Ce film est l'essence même de l'inutilité absolue: c'est une photocopie à 99% conforme à l'original Morse : Let the right one in, film suédois (je crois) réalisé par Thomas Alfredson, vieux d'il y a deux ou trois ans.
Skay juge le film en lui même, pas le fait que ça soit un remake/plagiat (qui en soit est à critiquer négativement mais c'est un autre sujet). Tu sais lorsque Tarantino a sorti son Inglorious Basterds, je n'ai vu que peu de personnes souligner là aussi que c'était un gros remake d'un film existant de la fin des années 70, "The Inglorious Bastards" alias "Quel maledetto treno blindato".
Tout le monde a jugé ce film (moi le premier) pour ce qu'il était au premier degré, pas que c'était comme beaucoup de productions américaines récentes...des remakes et plagiats parfois éhontés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mat
Le Pharaon
Le Pharaon


Nombre de messages : 5127
Masculin Age : 26
Localisation : Amiens

MessageSujet: Re: Let Me In   Mar 4 Jan 2011 - 9:49

Perturbant, en effet. Je savais que Let me in était un remake, mais un clone... est-ce que cette version n'introduit pas des variations plus importantes en matière de jeu d'acteur, de toile émotionnelle, d'esthétique?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parnassus
Mercenaire Interplanétaire
Mercenaire Interplanétaire


Nombre de messages : 273
Masculin Age : 27

MessageSujet: Re: Let Me In   Mar 4 Jan 2011 - 22:50

Non. Moretz est bonne actrice, tout comme l'était l'enfant qui jouait le personnage dans l'original. Il n'y a aucune prise de risque ou écart significatif fait vis-à-vis de Morse. Ah si, les ricains ont supprimé les plans qui pourraient choquer les censeurs. Forcément.

Ketheriel: pas vu Inglorious Bastards, mais j'imagine que Tarantino a tout de même apporté sa patte au film. Remaker, pourquoi pas. Recopier, non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Let Me In
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Multivers :: .:: Les fictions en particulier, classées par genre, par style ou par thème ::. :: Horrifique et/ou Fantastique, versant irrationnel :: Les oeuvres : cinéma, télévision, web, jeu vidéo, bande originale...-
Sauter vers: