AccueilPortailChatboxRechercherS'enregistrerConnexion
-43%
Le deal à ne pas rater :
Pied mixeur Moulinex DD64210 OPTICHEF
39.99 € 69.99 €
Voir le deal

 

 Les newsletters

Aller en bas 
AuteurMessage
Mat
Le Pharaon
Le Pharaon
Mat

Nombre de messages : 5127
Masculin Age : 30
Localisation : Amiens

Les newsletters Empty
MessageSujet: Les newsletters   Les newsletters EmptyDim 14 Mar 2010 - 21:17

Les newsletters F91e3ff87b1847453237a8ed52392cd020081025163246
17 décembre 2009 : #1




Bien le bonsoir, adhérants et usagers de Sci-Fi Fan-Séries. Le forum vous donne rendez-vous pour une toute première newsletter mensuelle!


A la une...


Ce 16 décembre 2009 aura marqué, après un certain nombre d'opérations marketing, de bande-annonces, de projections presse, d'avant-premières... et surtout de rumeurs dithyrambiques comme catastrophistes, la sortie mondiale effective du film 3D qui fait parler les amateurs de science-fiction depuis des années; le Avatar de James Cameron (réalisateur Canadien au travail aussi rare qu'adulé, notamment auprès des fanas de science-fiction et de grand spectacle, grâce à Aliens, Terminator 1 & 2, Titanic, ou encore Abyss) .

Dans un futur technologique et financier, Jake Sully, un vétéran paraplégique, se rend sur Pandora, une luxuriante lune du système d'Alpha Centauri, pour y prendre le contrôle psychique d'un corps artificiel. Ce dernier est conçu pour infiltrer les indigènes primitifs qui s'opposent aux ouvriers, scientifiques et mercenaires de la Research and Development Administration, une puissante corporation sidérale...

Alors, Avatar est-il la révolution tant annoncée, ou non? Qu'avez-vous pensé du film? Concrètement, tient-il plutôt d'un atypique District 9 ou d'un tonitruant 2012? Et l'avenir se souviendra-t-il de James Cameron plutôt comme de l'homme du Titanic et de la famille Connor, ou comme de l'homme de Pandora? A vous de nous le dire, et de partager vos impressions sur notre forum!


Du côté du forum!


Sont encore épinglés dans la section des actualités pour quelques jours, les sujets de Paranormal Activity, La Route, 2012, Arthur et la vengeance de Maltazard, Hors du Temps, Le Drôle de Noël de Scrooge, Astro Boy, Max & les maximonstres, Zombieland et Twilight : Tentation. Alors que ces films quittent doucement les grandes salles obscures, pourquoi ne pas partager vos avis avec la communauté tant que vos souvenirs sont frais?

Qu'est-ce que la science-fiction? Nouveau et vaste sujet qui est proposé à qui le veut bien... parmi beaucoup d'autres. N'ayez pas peur de participer, plusieurs pistes ont déjà été lancées!

Vive le vent, vive le vent... à l'approche des fêtes de fin d'année, le forum se drape discrètement des couleurs du moment et n'oublie pas pas que SFFS, c'est aussi une communauté chaleureuse, accueillante et détendue, que vous pouvez retrouver sur la shootbox, dans la section des discussions libres et dans celles des jeux...
Joyeux noël et bonne année 2010 à tous!

Côté écriture, la Confrérie des Scientifiques Belliqueux est fière de vous annoncer l'imminence de son prochain concours-éclair, encore plus surprise que le précédent car, à la surprise générale, sa date est annoncée à l'avance !
En effet, le sujet sera officialisé le vendredi 8 janvier vers 16 heures, avec comme date limite le dimanche 10 janvier au soir (minuit clôture des dépôts). Au programme, deux épreuves, la première étant un texte de mille mots ou moins sur un thème surprise (encore, décidément !), la seconde un texte sans limite sur le thème du Premier Contact. La participation à la première épreuve est requise pour être éligible à la seconde.


Lumière sur...


Une oeuvre : Jusqu'en Enfer, ou Drag me to Hell en version originale, est un film réalisé en mai 2009 par Sam Raimi, célèbre artisan des Evil Dead et des Spiderman. Il raconte la lutte d'une jeune femme brillante face à la malédiction qui doit la conduire au royaume de Lucifer! Entre surnaturel et épouvante, Raimi traîne fièvreusement ses spectateurs plus ou moins innocents dans les méandres occultes et ésotériques de son étrange et effrayant univers... alors, le contrat horrifique est-il rempli? Si vous désirez vous exprimer à propos de Drag me to Hell, un sujet consacré vous attend...

Une création : RINN, nouvelle indépendante tout droit sorti de la cuisse ou du cerveau de Phenix Noir, est une aventure intimiste localisée dans les coursives d'un engin stellaire privé, habité par son équipage d'hommes et de femmes ainsi que par une intelligence artificielle. Il s'agit là d'une perle rédactionnelle poétique et torturée, qui vous interrogera sur la nature de la conscience et sur la définition de l'authenticité, par le biais d'un sobre mais élégant univers d'anticipation spatiale.

Le saviez-vous? Peter Jackson (connu des amateurs de films de genre pour Bad Taste, Braindead, Fantômes contre fantômes, la trilogie du Seigneur des Anneaux, King Kong...) revient prochainement aux genres extraordinaires avec une oeuvre au visuel onirique, The Lovely Bones, chronique d'une adolescente violée puis assassinée, et qui, depuis l'Au-Delà, observe sa famille dévastée... tout comme son meurtrier, toujours en liberté. Si le projet vous interpelle, rien ne vous empêche de lancer une discussion à son sujet...



C'est sur ces bons mots que l'équipe de SFFS vous libère, et souhaite de très belles fêtes à tous ses inscrits. A bientôt sur le forum!





Les newsletters F91e3ff87b1847453237a8ed52392cd020081025163246




__________________________________________________________________





Les newsletters 321e3024546828ad34b77ec81f3265ea20081025163246
2 février 2010 : #2




Bien le bonsoir, adhérents et usagers de Sci-Fi Fan-Séries. Le forum vous salue bien pour cette seconde édition de la newsletter mensuelle!


A la une...


Alors qu'Avatar, après avoir détrôné Titanic en tant que film le plus rentable de tous les temps, joue les prolongations dans les salles, la période actuelle ramène en même temps au cinéma plusieurs films de science-fiction et de fantasy, dans des genres très différents les uns les autres, ce que nous n'étions plus habitué à observer depuis quelques années.

Mr. Nobody, fort de différentes identités esthétiques contrastées, mêle le film psychologique libre à une anticipation urbaine, socio-scientifique et astronautique sans complexe.
Comme une continuation officieuse de The Road, The book of Eli offre un spectacle post-apocalyptique musclé aux amateurs, avec Denzel Washington dans le rôle-titre.
Solomon Kane renoue pour sa part avec la fantasy à la Conan, plus ou moins clairement inscrite dans notre Histoire, entre mythe et réalité, là où la mode récente allait à la fantasy entièrement déconnectée de notre cadre spatio-temporel (Narnia, Eragon...) .
L'adaptation modernisée et déjantée prévue pour début février confrontera la légende Sherlock Holmes & docteur Watson aux mystères et aux menaces du spiritisme et de l'occultisme...
Planet 51, lui, pastichera bientôt le film de science-fiction des années 50 en inversant, au détriment d'un cosmonaute Terrien, la situation d'un explorateur sur un monde qui n'est pas le sien.

Puisque M6 entreprend la diffusion des deux trilogies Star Wars et de l'Alien Quadrilogy, le moment est bien choisi pour aller sur le forum commenter ces films ou discuter de leurs univers.

Avec le développement d'un Prédator numéro trois qui se détaille, le projet d'un Alien 5 qui se dessine, le projet d'une nouvelle The Chronicles of Riddick plus proche du respecté Pitch Black, et l'idée d'un The Thing "Zéro" qui se confirme, l'on peut dire que les monstres sacrés n'en ont pas encore fini avec nous! Pour le meilleur ou pour le pire? Vos avis sont attendus par notre communauté...


Du côté du forum !


Sont encore épinglés dans la section des actualités pour quelques jours, les sujets de Avatar, Mr. Nobody, The book of Eli et enfin Solomon Kane. Alors que ces films quittent doucement les grandes salles obscures, pourquoi ne pas partager vos avis avec la communauté tant que vos souvenirs sont frais ?

Le dernier concours d'écriture de la CSB Company aura donné naissance à deux textes basés sur l'univers de Terminator, et deux textes indépendants. Avez-vous pensé à les découvrir?


Lumière sur...


Une oeuvre : Minority Report est un film présenté en octobre 2002 par Steven Spielberg, réalisateur tant snobé qu'adulé, qui contribua si souvent à la science-fiction au cours de sa carrière. Bien plus futuriste qu'un -par exemple- Bienvenue à Gattaca ou qu'un Solaris, Minority Report fait partie des fondateurs d'un style "Blade Runner propre et clair" souvent observé dans la SF cinématographique des années 2000 (A.I Intelligence Artificielle, I Robot...) .
Blade Runner et Minority Report sont d'ailleurs deux histoires originellement venues d'un même esprit, celui de Phillip K. Dick, appuyant le fait que les deux films, si symétriques et donc si parfaitement opposés, puissent être respectivement le yin et le yang d'une même vision.
En 2054, aux USA, Précrime utilise la para-science pour prédire les meurtres... et les empêcher. Mais si les précogs ne se trompent jamais, pourquoi l'un des plus brillants officiers de Précrime se fait-il annoncer que dans quelques heures, il tuera de sang froid un homme qu'il ne connaît même pas?
Succès critique auprès du public comme auprès de la presse, le film allie un scénario complexe, un rythme vivifiant et un visuel sophistiqué pour donner une oeuvre de SF remarquablement belle, prenante, divertissante et intelligente, tout à la fois. Aimez-vous les scénarios à tiroirs, à trompe-l'oeil? Minority Report est-il un vrai "K. Dick"? Si vous désirez vous exprimer à propos de Minority Report, un sujet consacré vous attend...


Une création : Effet papillon, fanfiction de Rufus Shinra à mi-chemin entre les séries Stargate et l'univers indépendant, détaille les mésaventures de la Voie Lactée, de Pégase et plus encore dans une réalité alternative sans Oris ni épidémies de bêtise galactique, où le scénario n'est pas souillé par la dégringolade finale de l'équipe scénaristique de SG-1 et SGA. Space-opéra fin et réfléchi à la sauce Babylon 5, EP vous fera découvrir le Stargate post-Goa'ulds d'une manière inédite et inattendue, bien plus remarquable que ce qu'en firent les séries elles-mêmes.


Le saviez-vous ? La rumeur prétend que Sam Worthinton, célèbre pour ses rôles dans Terminator IV, Le choc des Titans et Avatar, aurait déclaré s'être fait projeter par Cameron une version d'Avatar longue de... 4 H 30 Min, presque le double de la longueur cinéma du film, (2 H 40 Min) , et bien au-delà de la longueur "version longue" hypothétique la plus fréquemment reprise (3 H 09 Min) . Croyez-vous en cette information? Si oui, que peut bien contenir un Avatar deux fois plus long, et pensez-vous qu'une édition DVD/blu-ray la proposera intégralement un jour prochain, bien que le film soit déjà généreusement rentabilisé? Si le sujet vous interpelle, ne manquez pas notre topic Avatar...


C'est ainsi que l'équipe de SFFS vous quitte, en espérant que les jours à venir vous seront profitables. A bientôt sur le forum!




Les newsletters 321e3024546828ad34b77ec81f3265ea20081025163246





____________________________________________________________________





Les newsletters D7825a2e792a554f3ef4cbe6aad3437b20081025163246
14 mars 2010 : #3




Salutations, adhérents et usagers de Sci-Fi Fan-Séries, pour cette newsletter mensuelle numéro trois!
Malheureusement, Forumactif n'a pas encore été en mesure de corriger le bug qui affecte la présentation de nos newsletters. Nous nous en excusons une fois encore. D'autre part, vous constaterez que cette newsletter arrive avec quelques jours de retard, suite à une petite parenthèse maladie de l'auteur. Pour cela également, nous vous présentons nos excuses.


A la une...

Le temps de la 3Dferlante est venu, et personne ne sait encore ce qu'elle amènera, 3Dcollage ou 3Dbacle! Peu après la lame de fond d'Avatar, l'on murmure que la suite serait déjà en pré-production. Ridley Scott voudrait Alien V en 3D. Roland Emmerich (encore récemment 3Dsceptique) voudrait Fondation en 3D. Luc Besson voudrait District 8 en 3D. Les projets de films d'horreur en 3D affluent, tandis que même la pornographie veut désormais nous flatter en 3D. Enfin, nombre de films plus anciens sont aujourd'hui cités pour connaître à posteriori les plaisirs du relief et de la profondeur de champ.

Si l'on ne peut honnêtement mettre en question le rôle d'Avatar et de son triomphe financier dans cet électrochoc, reste à savoir de quel type d'évènement nous parlons. La 3D est-elle une nouvelle étape du cinéma, comparable au son et à la couleur en leur temps, ou ne s'agit-il que d'un gadget, un effet de mode? Nous attendons vos opinions sur le forum.

Peu de nouveaux films appartenant à nos genres fétiche à l'affiche ce mois-ci, mais nous noterons tout de même Amer, hommage aux giallo Italiens, films à la frontière du fantastique, de l'horreur et de l'érotisme. Vient ensuite Daybreakers, pour une société Vampire victorieuse des Humains, prenant le contrepied de Twilight jusqu'à évoquer plutôt Blade et Underworld, le tout mâtiné de futurisme noir. Valhalla Rising mêle lui imagerie Viking et mysticisme, tandis que Shutter Island joue sur la frontière entre folie et réalité, fantastique et horreur.


Du côté du forum !


Le forum suit surtout les tribulations du cinéma et de la télévision, mais il s'agit d'une circonstance et non d'un choix éditorial. Si vous êtes passionné(e) de littérature de science-fiction, de littérature fantastique et fantasy, etc, que vous suivez l'actualité des nouveautés et des parutions, que vous vous exprimez bien à l'écrit et que vous êtes prêt(e) à donner un peu de votre temps libre, n'hésitez pas à vous faire connaître auprès de l'équipe! Vous pourrez alors contribuer avec nous à épanouir notre frange plus littéraire.


Lumière sur...


Une oeuvre : Stargate est un film Franco-Américain présenté en octobre 1994 par Roland Emmerich, le monsieur film-catastrophe d'Hollywood (expression aux deux sens distincts, soulignent ses détracteurs) qui, autrefois, apporta à la SF, en tant que réalisateur ou producteur, des contributions bien plus originales et modestes que ses 2012 actuels, tel que Moon 44, Passé Virtuel, ou encore, vous l'aurez compris, Stargate. Si ce nom est avant tout connu pour la franchise télévisée qui en fut issue, Stargate est bel et bien originellement un film conçu pour fonctionner seul, et cette ambivalence du long-métrage, offrant deux interprétations extrêmement divergentes du scénario selon que l'on préfère le voir en lointain film-pilote de la série télévisée SG-1 ou en film entièrement indépendant, constitue encore aujourd'hui l'un des points forts originaux d'un film secondaire et perfectible mais honnête et rythmé. Indubitablement un film à univers, Stargate ouvre les portes d'un monde qui a tout pour faire rêver.
En 1994, un jeune archéologue, déchu par ses pairs en punition de l'étrangeté de ses théories égyptologiques, est découvert par l'U.S Air Force. En effet, le gouvernement s'intéresse à un mystérieux anneau géant, sans âge. Son déverrouillage aura des conséquences extraordinaires pour un commando confronté à une dimension mythologique et extraterrestre de l'Égypte antique...
Divertissement fluide, efficace et inventif, Stargate est un véritable film d'aventure, d'action et de science-fiction, se créant une patte pratiquement unique en fiction, grâce à la rencontre très visuelle entre le gris électronique de notre high-tech contemporain et une version ultra-technologique de l'ancienne Égypte, et de sa "magie" légendaire. Mais ce mérite esthétique ne fonctionnerait pas sans un rythme prenant et un noyau dur de personnages hauts en couleur, tel que le sinistre et sensuel , campé par le pourtant quasi-inconnu Jaye Davidson. Stargate est le genre de film simple et modeste mais insubmersible et intemporel, qui, seize ans après, demeure à une place confortable dans les DVDthèques des amateurs de SF, que l'on connaisse les séries TV éponymes ou pas. Et ce, grâce à l'honnêteté et à l'efficacité de son écriture et de sa réalisation, malgré des défauts et des limites que personne n'ignore.


Une création : Dans la fanfiction Walls, Skay-39 revient avec brillo sur l'univers sucré-salé de la folle série télé Farscape, y conter un stand-alone de son cru, bien évidemment inédit. Space-opéra, huis clos, intrigues, humour, action et polissonneries pure sauce Farscape sont au rendez-vous. La lecture du style est sans appel : Walls EST Farscape.


Le saviez-vous ? Les rumeurs sur la réalisation tardive de la troisième trilogie mort-née Star Wars au cinéma, meurent et ressurgissent cycliquement. Mais si l'idée de retrouver Star Wars sur grand écran pour sa trilogie supposée manquante est un reliquat, datant de l'époque où G. Lucas n'avait pas encore décidé de condenser l'intrigue de sa saga pour clore le volet Impérial dès Return of the Jedi, il existe bel et bien des simili-épisodes VII, VIII et IX, écrits après la cloture de la trilogie originale. Uniquement disponibles en roman et en bande dessinée, il s'agit des trois tomes du cycle La Croisade noire du Jedi fou, de Timothy Zahn, généralement considéré par les fans comme la véritable fondation du célèbre "Univers étendu" (romans, comics, jeux, téléfilms, animation...) de Star Wars. La saga implique Luke, Leïa, Han et tous les héros de l'ex-Rébellion dans le conflit entre Nouvelle République et vestiges du puissant Empire Galactique...


Il est temps de se quitter, et l'équipe de SFFS vous souhaite une agréable fin d'hiver. A bientôt sur le forum!




Les newsletters D7825a2e792a554f3ef4cbe6aad3437b20081025163246




_________________________________________________________________




Les newsletters F91e3ff87b1847453237a8ed52392cd020081025163246
12 avril 2010 : #4




Bonjour ou bonsoir, membres de Sci-Fi Fan-Séries, à l'occasion de cette quatrième newsletter.
Une fois encore, Forumactif n'a malheureusement pas été en mesure de corriger le bug qui affecte la présentation de nos newsletters. Pour cela, nous vous prions d'accepter nos excuses.


A la une...

Révolution du côté de Doctor Who, car la série, en abordant récemment la diffusion d'une cinquième et nouvelle saison saluée par les critiques, a souhaité la bienvenue à son onzième Docteur ainsi qu'à un nouveau showrunner! Retrouvez la série de SF Britannique et déjantée (qui a dit "c'est pareil"?) dans notre section dédiée et chez notre partenaire Beans on Toast.

Hormis le fait qu'ils soient à l'affiche ces derniers jours, dans votre cinéma et sur SFFS, quel est le point commun entre des films aussi disparates que Alice au pays des merveilles, Le choc des Titans, Nanny Mcphee et le Big Bang, Dragons...? Facile : ils sont tous Merveilleux. Ho, mais attention, nous ne voulons pas dire par là que ces films sont forcément géniaux... comment, vous êtes perdus? ;-) Alors ces quelques lignes ne vous feront pas de mal! A l'occasion de cette avalanche de films Fantasy tous différents à leur manière, revenons distraitement sur ces notions un peu oubliées de Fantastique et de Merveilleux...

Car originellement, le mot "merveilleux" n'implique aucun jugement de valeur. Le point commun de ces films ci-dessus, c'est bien entendu la magie, le rêve, le conte, la légende, sous une forme ou sous une autre!
Il y a belle lurette que même la presse spécialisée case indifféremment toute forme de Science-Fiction, de Fantastique ou de Fantasy, et même parfois d'Horreur au sens large (on cherche encore le lien...), sous l'appellation générale et fausse de "Fantastique". Si la plupart de ces genres ont bien un caractère irréel, paranormal, surnaturel, qui les rapprochent entre eux et les différencient des autres genres, cela reste un abus de langage.

D'un point de vue littéraire, le Fantastique est juste un genre qui signifie que des éléments paranormaux font irruption dans le monde normal, et que tout au long de l'histoire, on va hésiter entre une interprétation surnaturelle et une interprétation rationnelle des faits. Tandis que le Merveilleux est un autre genre, qui présente un monde dans lequel le surnaturel est présent naturellement et où tout le monde trouve cela normal.
Cinématographiquement, on qualifie plutôt le Merveilleux de "Fantasy".

A première vue, la frontière est mince, mais en fait, les implications sont énormes : en général, le Merveilleux/Fantasy va s'exprimer dans des univers féeriques, antiques, médiévaux, barbares, steampunk, ou en tout cas ouvertement magiques, peu proches de nous. D'ailleurs, chacun des quatre long-métrages récents, déjà cités précédemment, s'inscrit dans l'une ou l'autre de ces catégories. Le Fantastique, lui, pourra très bien se mélanger avec notre monde, comme dans Vanilla Sky et L'étrange histoire de Benjamin Button, avec l'Horreur, comme dans Paranormal Activity et Les autres, avec la Science-Fiction, comme dans The X-Files, ou même avec l'Horreur et la Science-Fiction en même temps, comme dans Event Horizon...

Il est vrai que pour diverses raisons, classer certains films en particulier en tant qu'oeuvre Fantastique ou Merveilleuse est parfois complexe et discutable, du reste, la "bonne réponse" n'existe pas forcément : toutefois, il ne fait pas de mal d'avoir en tête l'origine précise de ces thématiques, pour mieux s'y retrouver...

Finalement, peut-être que le Fantastique, c'est, comme l'Horreur, moins un genre à part entière qu'une sorte de "filtre", aussi bien applicable à un monde rationnel qu'à un monde de SF ou à un monde de Fantasy?

Que vous soyez d'accord ou pas, si vousz désirez en lire davantage sur le sujet, voyez ici et ici.


Du côté du forum!


Après des mois d'expérimentation, que pensez-vous du choix des treize franchises épinglées "au dessus de la mêlée" sur le forum? Laquelle ou lesquelles alourdissent inutilement le forum, selon vous?

Le découpage thématique vous semble-t-il efficace sur la durée? N'y a-t-il rien à modifier?

Que diriez-vous d'une forme de newsletter plus communautaire et interactive, où il serait donné aux membres de participer?

Que pensez-vous de la communication du forum, de sa présentation? En bien ou en mal, tous vos avis et conseils sont bons à lire...

Vous pouvez évoquer tous ces points ici.


Lumière sur...


Une oeuvre : Battle beyond the stars, ou Les mercenaires de l'espace en VF, film de 1980, est l'un des très rares "rip-offs" du Star Wars de 1977 (ainsi que des Sept samouraïs) à supporter la comparaison avec son modèle (la version "nature" et non la remasterisée récente, bien évidemment). Les effets spéciaux sont souvent de qualité globalement équivalente à celle de l'illustre sujet d'inspiration (et pour cause, puisqu'ils sont signés du jeune James Cameron de l'époque) et le scénario, bien que naïf et souvent trop facile, ne tombe pas dans les travers du nanar. Nous noterons enfin les mérites d'un univers dense, étendu, varié, et bourré de bonnes idées originales.
Sador, un seigneur de la guerre qui fait régner la terreur dans les immensités sidérales reculées, jette son dévolu sur Akir, une petite planète isolée et démunie, dont les colons Humains n'ont aucun moyen de défense. Alors que l'envahisseur instaure son dominion sanglant, un jeune Akirien monte à bord du seul vaisseau interstellaire que possèdent les siens, et part écumer la galaxie à la recherche de mercenaires prêts à les défendre pour une autre forme de paiement que l'argent. Car les demandeurs en sont dépourvus...
Pour les amateurs de l'ambiance de Star Wars : A new hope, trop rarement bien équilibrée dans les autres films à la reprendre, Battle... est sans conteste une perle à se procurer d'urgence.

Une création : ce n'est pas le règne des machines mais bien le rire qui vous terrassera dans cette courte fanfiction de Skay-39 s'inscrivant dans l'univers de Terminator, et plus précisément de The Sarah Connor Chronicles, avec un décalage digne d'une parodie mais un cadre, une cohérence et un sérieux dans le traitement, dignes d'une... machine!

Le saviez-vous? Sam Worthington, inconnu au bataillon il y a peu, est instantanément devenu une célébrité dans le monde des fans de Science-Fiction et de Fantasy, en étant annoncé presque simultanément, et un certain temps avant que quiconque ne visionne un seul de ces films, pour les rôles très attendus de Marcus Wright dans Terminator IV, Jake Sully dans Avatar, et Persée lui-même dans Clash of the Titans!
Comment un acteur Australien qui n'était connu et respecté qu'au niveau local a-t-il pu atteindre subitement une telle carrière mondiale, avant même que ses films de grande diffusion ne sortent au cinéma?
La raison en est simple : James Cameron, désireux de ne pas s'appuyer sur des stars préexistantes pour porter son film, rencontra S. Worthington au cours d'un casting comme un autre, et fut séduit par son jeu d'acteur. Dés lors, le simple fait d'avoir été choisi pour incarner la tête d'affiche dans le futur film et projet mythique de l'un des maîtres du blockbuster Nord-Américain à portée internationale, suffit à ce que les studios le demandent immédiatement pour camper un rôle d'importance dans Terminator : Salvation et The clash of Titans... et voilà comment l'on devient une star mondiale des blockbusters en quelques mois, avant même que l'un de ceux où l'on a joué un rôle ne soit sorti en salles!
Cependant, sachant que Cameron voudrait Avatar en trilogie, et que les studios voudraient Clash of the Titans en trilogie également, souhaitons à Sam de ne pas finir comme certaines vedettes phare des deux trilogies Star Wars et de la trilogie du Seigneur des Anneaux par Peter Jackson, qui, après la gloire vaste et fulgurante de la première fois, eurent bien du mal à faire vivre leur carrière au delà des rôles qui leur collait à la peau, à l'image de Mark Hamill, interprète "malheureux en affaires" de Luke Skywalker...



Le forum et l'équipe vous souhaitent un très beau printemps, et à bientôt, nous l'espérons...





Les newsletters F91e3ff87b1847453237a8ed52392cd020081025163246



_______________________________________________________________________




Les newsletters F91e3ff87b1847453237a8ed52392cd020081025163246
19 mai 2010 : #5




Salutations à nos lecteurs et usagers pour cette cinquième newsletter de Sci-Fi Fan-Séries.
Après des mois d'attente, Forumactif ne s'est pas révélé capable de palier les bugs de mise en page que subissent nos mails lors de l'expédition. Nous vous avertissons donc que nous n'espérons plus de correction du problème en l'état actuel des choses.

A la une...

Fin de voyage pour Heroes et Flash Forward. La série en disgrâce et la toute jeune pousse ne seront pas renouvelées pour de nouvelles saisons. En revanche, en matière de science-fiction plus explicite, le reboot de V aura droit à sa deuxième saison!

Nous n'aurons pas eu un nombre exceptionnel de films de genre à l'affiche, ces derniers jours. Une question s'est d'ailleurs posée à nous récemment, lors des sorties rapprochées de Iron Man 2 et de Kick Ass. Le premier, avec ses technologies futuristes, renouvelait clairement le contrat de mariage entre la science-fiction et les gadgets et super-pouvoirs des héros. Cependant, malgré son fond que beaucoup rapprochent de Watchmen, le second nous a posé un problème. Certes, de Batman à Spider Man, en passant par Superman et les Quatre Fantastiques, l'univers des super héros a toujours eu partie lié avec l'anticipation de la science et de la technique, avec les formes de vie extraterrestres, etc. Pourtant, tout film de super héros qu'il soit, Kick Ass fondait précisément son identité sur l'absence de technologies futuristes et de phénomènes paranormaux : tout ce qui lie le super héros à la SF! Alors, Kick Ass faisait-il oui ou non partie des domaines traités par le forum? Nous ne prétendons pas connaître la réponse, mais nous avons pris le parti de ne pas ouvrir de nous-mêmes un sujet "nouveautés" pour Kick Ass. Toutefois, si l'un de vous désire consacrer un topic au film, il ne faut pas hésiter.

Puisque nous parlons de super héros, Les aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec et Clash of the Titans ne sont plus à la une, mais ils restent d'intéressantes déviations sur le thème du super héros. Saviez-vous que de nouveaux projets d'adaptation cinématographique de Buck Rogers et Flash Gordon, les super-héros de la SF par excellence, étaient actuellement à l'étude?


Du côté du forum!


Sont encore épinglés dans la section des actualités pour quelques jours, les sujets de 8th Wonderland, film d'anticipation mêlant internet et politique, qui paradoxalement est à la fois un film de SF Français et un film apprécié par le public ; A nightmare on Elm Street, remake d'un célèbre film d'horreur fantastique, et Iron Man 2, blockbuster de super-héros hight-tech!


Lumière sur...


Une oeuvre : Silent Hill est un film Franco-Américain sorti en 2006 et réalisé par Christophe Gans (Le Pacte des Loups), tiré de l'univers macabre et oppressant de la célèbre série de jeux vidéos horrifiques du même nom. Bien que librement inspiré des différents opus, le scénario du film reprend principalement l'histoire du premier Silent Hill, tandis que son esthétique rappelle plutôt le deuxième épisode.
La réalisation de ce film a suscité parmi les fans de vastes émois ; cette saga à l'univers si particulier possède une solide communauté de passionnés, au sein de laquelle beaucoup voyaient l'initiative d'un mauvais œil. Christophe Gans aurait même reçu de nombreuses menaces de mort de la part de fans redoutant qu'un long-métrage ne dénature l'esprit du jeu.
La fille adoptive de Rose Da Silva, Sharon, fait d'horribles cauchemars accompagnés de crises de somnambulisme de plus en plus inquiétantes, dont elle s'éveille toujours sur le même nom : Silent Hill. Rose décide, contre l'avis de son époux, d'emmener sa fille visiter les lieu de ses songes, dans l'espoir que cette expérience l'aidera à raviver des souvenirs de son passé. Mais alors qu'elles pénètrent dans la ville fantôme, la silhouette d'une fillette entrevue sur la route provoque un accident au cours duquel Rose perd connaissance. A son réveil, la réalité tout autour semble avoir subit un inexplicable glissement, et sa fille a disparu. La jeune femme pénètre alors dans la ville lugubre et maudite où rodent des créatures de cauchemars, poursuivant une étrange enfant qui possède le visage de Sharon et semble la guider vers l'ignoble secret de Silent Hill.
Bien que souffrant de quelques maladresses dans le rythme et la construction, Silent Hill parvient très vite à instaurer une atmosphère lugubre et angoissante, tandis que le spectateur se noie peu à peu dans cet univers dément, obscène et anxiogène, accouchant des monstres les plus intolérables. A l'instar de la saga originelle, le film possède une forte symbolique, intimement liée à l'origine du mal contre-nature qui a prit possession de la ville-fantôme. A travers une bande son envoûtante et des effets spéciaux irréprochables, le film nous lie au destin de Rose, dont on finit par partager le besoin ardent d'élucider le mystère de Silent-Hill.
Quant à savoir si Christophe Gans a réussi le pari de faire honneur aux jeux sur grand écran, la question est laissée à l'appréciation de chacun...

Une création : Non pas une aujourd'hui, mais bien deux, avec Egophagie et Schisme, deux récits de science-fiction par Sylvouroboros. Dans ces nouvelles, l'auteur questionne d'abord notre identité à travers la plus titanesque de toutes les guerres entre la chair et la métal, dans laquelle l'homme est de toute manière perdant, puis nous emmène à travers le temps et l'espace au cœur d'une intrigue temporelle originale et inventive.

Le saviez-vous? Philip K. Dick, ce célèbre auteur Étasunien adulé et prolifique, a inspiré un certain nombre de grands films de science-fiction, reprenant généralement les traits d'un futur urbain immense et complexe. Et il est aussi un exemple du pouvoir et de la subjectivité de l'interprétation de texte sur la façon dont on adapte un univers : en effet, Blade Runner et Minority Report sont deux films appréciés et inspirés de l'oeuvre de K. Dick. Mais dans l'un, la mégapole du futur est plongée dans le noir, anguleuse, uniforme, saturée et polluée, tandis que dans l'autre, elle est devenue claire, harmonieuse, variée et écologique : cadre plus avenant mais qui ne gomme pas des problèmes socio-culturels qui restent "dignes" de ceux de la cité de Blade Runner. Alors, laquelle des deux villes du futur est la "vraie" cité Dickienne? A vous de voir...


Là-dessus, l'équipe vous quitte en vous souhaitant de beaux jours jusqu'à la prochaine newsletter!





Les newsletters F91e3ff87b1847453237a8ed52392cd020081025163246



_______________________________________________________________________




Les newsletters F91e3ff87b1847453237a8ed52392cd020081025163246
18 juillet 2010 : #6





Sci-Fi Fan-Series vous salue une sixième fois ! Un bel à été à tous.


A la une...


Et l'été nous donnera du grain à moudre, cette année. D'abord, c'est l'Horreur et certaines de ses figures les plus fameuses (et les plus différentes les unes des autres) qui viendront nous titiller de concert avec la canicule.
Pour commencer, Splice, par le réalisateur de Cube, relecture moderne, plus génétique que chirurgicale, de la thématique de la créature de Frankenstein, osant toucher à la fois à l'adultère, au viol, à l'inceste et à la zoophilie ! Projet franco-canadien ambitieux, qui se voudrait successeur et miroir inversé de The Fly, et qui ne laissera personne indifférent.
Predators ensuite, dernier segment en date de ce qu'il convient désormais d'appeler la trilogie Predator. Bel approfondissement envisageable pour un univers cinématographique jusqu'ici cantonné, visuellement comme conceptuellement, à l'irruption passagère d'un slasher alien parmi la norme terrestre. Après l'embarrassante parenthèse des deux films AvP, qui massacrèrent définitivement le potentiel scénaristique bien réel des jeux vidéo éponymes en se faisant tour à tour film d'aventure édulcoré et banal terrain d'éviscération de teenagers idiots, espérons que cette nouvelle tentative redorera le blason d'une franchise humiliée, et sera de bonne augure pour le prochain redémarrage de la saga Alien au cinéma, sous la houlette de Ridley Scott lui-même.
Par ailleurs, après le monstre de laboratoire qui a marié pour la première fois SF et épouvante, et après l'alien psychopathe devenu en quelques années l'un des symboles les plus forts du cinéma de genre contemporain, ce sont les bons vieux classiques, Vampires et Lycanthropes, qui reviendront également vers nous avec The Twilight Saga : Eclipse, certes dans une relecture qui n'a plus grand chose à voir avec la notion d'épouvante.
Nous ne manquerons pas non plus Djinns, film doublement remarquable puisque étant à la fois l'un des rares films de genre Français à exister et l'un de ceux, encore plus rares, presque chimériques, à obtenir une critique encourageante ! Il confrontera simultanément une escouade de paras Français à deux démons : sa guerre de décolonisation Algérienne, et une redoutable superstition du désert...
Décidément, cette période fait figure d'exception pour le cinéma Français, habituellement hostile au genre, puisqu'en plus de Splice et de Djinns, c'est L'autre monde, thriller sensuel empreint de noirceur sur fond de société virtuelle parallèle à la réalité, qui nous arrive de France et de Belgique, avec Louise Bourgoin à l'affiche.
Cynique à souhait, le synopsis presque horrifique de Repo Men avec Jude Law, dépeint l'ironie du sort pour un agent chargé de récupérer des organes artificiels hors de prix sur des malades incapables de payer, et qui au bout du compte, connaîtra personnellement le sort qu'il a l'habitude d'infliger.
Enfin, brisant un peu la monotonie des vagues de contamination virale à caractère zombiesque, ou éventuellement vampirique, The Crazies tentera de vous faire craindre les... fous vivants !
Blockbuster presque aussi secret qu'Avatar l'était à ses lointains débuts, et attendu comme le Graal par certains pour son scénario déroutant et pour le nom de son réalisateur rendu populaire par sa duologie Batman, Inception sera peut-être le film SF atypique à voir cet été.
Côté fantasy, les amateurs pourront s'intéresser au Dernier maître de l'air, adaptation live à gros budget de la série d'animation.
Justement, côté films d'animation, vous avez encore le temps d'aller découvrir Toy Story 3 et Shrek Forever After, si ce n'est déjà fait.

Du côté du petit écran, Warehouse 13 revient à l'antenne ainsi que la sanglante True Blood, pour une nouvelle saison inédite. Venez donc partager avec nous votre avis sur l'entrepôt mystérieux, ou bien sur cette petite ville d'Amérique ou les serveuses lisent dans les pensées et proposent du sang de synthèse...


Du côté du forum !


Un grand nombre d'arrivées ces derniers temps. L'équipe souhaite une fois encore une chaleureuse bienvenue à ceux qui viennent de découvrir le forum et à ceux qui le feront prochainement. Nous espérons de tout coeur vous revoir le plus souvent possible.

Si vous êtes auteur de textes de genre, il vous est désormais possible de vous faire mieux connaître aux yeux du forum grâce aux Menus des créateurs.

Prochainement sur SFFS, lancement du topic pour les "newsletters participatives" et arrivée de nouveaux Rapports d'IPX qui étonneront les lurkers (Ndlr : amateurs de Babylon 5) par leurs sujets rares et méconnus.

Le forum adresse ses félicitations à ceux qui viennent de réussir leurs examens et tous ses voeux de chance et de courage à ceux pour qui cela aura été plus difficile qu'espéré.


Lumière sur...


Une oeuvre : I, Robot est un film d'anticipation avec Will Smith dans le premier rôle, tourné par Alex Proyas en 2004. Situé en l'an 2035, à Chicago, il suit l'enquête d'un policier convaincu de l'existence d'un robot assassin... une idée totalement saugrenue pour la société toute entière, et qui sera source de l'isolement croissant de notre enquêteur tandis que les évènements qui s'enchainent amènent rapidement à une réévaluation totale de la notion d'être.
Décevant pour les puristes d'Asimov dont le film dit s'inspirer sans pour autant faire preuve d'une réelle fidélité, Proyas signe avec I, Robot un film hybride dans sa filmographie, plus linéaire et moins personnel que Dark City, plus intelligent et moins cliché que Knowing. Bien que parfaite illustration de la mise en boite d'une pure recette hollywoodienne, I, Robot est un spectacle bien réglé, au rythme efficace et de plus en plus mouvementé, qui étonne par son esthétique enthousiasmante, son intrigue correctement ficelée qui ne manque pas de poser quelques questions et cas de figure dignes d'intérêt, et par les personnalités de ses personnages et des acteurs qui jouent leurs rôles. Le film n'est pas forcément un chef d'oeuvre mais demeure en tout cas une agréable friandise en matière de cinéma de science-fiction.

Une création : Lorsque l'univers de la très grande Babylon 5 et celui si particulier du film Stargate se trouvent mêlés sous la plume d'un auteur talentueux, autour d'un scenario inventif, le résultat s'appelle Kaliam Connection. Véritable plongeon dans les étoiles du XXIIIème siècle, entre politique interstellaire et artéfacts multimillénaires, cette fanfiction confronte les héros de la station, non seulement à une galaxie nouvelle, mais aussi à un passé oublié où régnaient des dieux antiques.

Le saviez-vous ? Alien V était encore très récemment un véritable serpent de mer, rumeur plongeant et émergeant continuellement au gré de l'une ou l'autre déclaration plus ou moins sérieuse d'un acteur, réalisateur, producteur, technicien... rumeur généralement suivie de près sans être pour autant vraiment prise au sérieux par quiconque. Or, depuis peu, Alien V, et même sa suite, Alien VI, sont finalement devenu des projets réels et sérieux entre les mains du réalisateur originel, Ridley Scott. Et bizarrement, on dirait par moment qu'on a rarement aussi peu parlé d'Alien V...


Nous espérons que cette newsletter aura pu vous donner des informations utiles ou du moins plaisantes. A bientôt sur le forum de la discussion et de la création, de l'imaginaire et de l'extraordinaire !





Les newsletters F91e3ff87b1847453237a8ed52392cd020081025163246



_______________________________________________________________________


Dernière édition par Mat Vador le Sam 18 Sep 2010 - 14:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mat
Le Pharaon
Le Pharaon
Mat

Nombre de messages : 5127
Masculin Age : 30
Localisation : Amiens

Les newsletters Empty
MessageSujet: Re: Les newsletters   Les newsletters EmptyVen 16 Avr 2010 - 23:55

Recueil mis à jour (newsletter 4) .
Revenir en haut Aller en bas
Mat
Le Pharaon
Le Pharaon
Mat

Nombre de messages : 5127
Masculin Age : 30
Localisation : Amiens

Les newsletters Empty
MessageSujet: Re: Les newsletters   Les newsletters EmptySam 18 Sep 2010 - 14:54

Ajout des Nl 5 et 6.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Les newsletters Empty
MessageSujet: Re: Les newsletters   Les newsletters Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Les newsletters
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Multivers :: .:: Le Multivers ::. :: Vie de la Cité-
Sauter vers: