AccueilPortailChatboxCalendrierFAQGroupesRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 The lovely bones

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mat
Le Pharaon
Le Pharaon


Nombre de messages : 5127
Masculin Age : 26
Localisation : Amiens

MessageSujet: The lovely bones   Mer 10 Fév 2010 - 20:59





Une adolescente violée puis assassinée, bloquée dans un entre-deux spirituel au seuil de l'Au-Delà, observe les agissements de sa famille, des enquêteurs et de son meurtrier dans un monde qui tourne désormais sans elle.



Réalisateur : Peter Jackson
Producteurs : Peter Jackson, Steven Spielberg, Carolynne Cunningham & Aimée Peyronnet
Scénaristes : Peter Jackson, Fran Walsh & Philippa Boyens
D'après une oeuvre originale de : Alice Sebold (roman éponyme)
Compositeur : Brian Eno
-
Nationalité : Néo-Zélandaise, Américaine & Britannique
Titre VF : Lovely bones
Date de sortie : 26 décembre 2009
Budget : 65 millions de dollars
Durée : 2 H 08 Min
Pas de classification par âge connue



Saoirse Ronan - Susie Salmon
Mark Wahlberg - Jack Salmon
Rachel Weisz - Abigail Salmon
Rose McIver - Lindsey Salmon
Christian Thomas Ashdale - Buckley Salmon
Stanley Tucci - George Harvey
Susan Sarandon - Lynn
Michael Imperioli - Len Fenerman
Reece Ritchie - Ray Singh
Charlie Saxton - Ronald Drake
Amanda Michalka - Clarissa
Jake Abel - Brian Nelson
Carolyn Dando - Ruth Conners
Nikki SooHoo - Holly
Annabel Grealish - Lola




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mat
Le Pharaon
Le Pharaon


Nombre de messages : 5127
Masculin Age : 26
Localisation : Amiens

MessageSujet: Re: The lovely bones   Mer 17 Fév 2010 - 22:45

The Lovely Bones n'est pas un mauvais film, loin de là, mais je pense qu'il n'est pas non plus le chef d'oeuvre que l'on était en droit d'attendre.

Niveau jeu d'acteurs, c'est OK. Niveau réalisation et mise en scène, c'est OK la plupart du temps. J'applaudis quand un réalisateur arrive à nous faire instinctivement ressentir l'angoisse du côté du méchant et que d'un coup on pense "mais, tu fais quoi, là? C'est le méchant! C'est pas pour lui que tu dois t'inquiéter!" . La scène où les parents "comprennent" est également très dure et difficilement soutenable dans mon cas, ça arrive en vrai à chaque accident de voiture grave et je trouve ça beaucoup plus choquant que du gore de cinéma. La scène où Susie comprend qu'elle est piégée est très anxiogène elle aussi, de même que d'imaginer le corps abandonné dans le coffre-fort, particulièrement lors de la parodie d'inhumation finale, très trash.

Cependant, le film perd par différents choix narratifs qui amenuisent trop considérablement la profondeur qu'il aurait pu avoir autrement. Aussi, même si l'on apprécie la manière dont l'entre-deux et le monde "mortel" interagissent par symbolisme et par "échos" lointains sans jamais se mélanger réellement (ce qui change, par exemple, de Ghost, où le fantôme est coincé sur Terre. Le fantôme de Lovely Bones n'a pratiquement pas accès au monde réel) , on regrettera que par moment les séquences surnaturelles s'apparentent surtout à un catalogue d'écrans de veille Windows dont l'apparence et la signification, je dirais même la pertinence, ne sont jamais interrogées, par exemple à la lumière de l'expérience et de la personnalité de Susie (mais il y a quand même des idées intéressantes, comme toute la séquence où Susie ne comprend pas encore qu'elle n'est plus, ou encore les bateaux en bouteille) .
Un autre exemple de choix dommageable selon moi, c'est que Susie s'arrange pour obtenir son baiser malgré tout. Je suis désolé mais je pense que c'était idiot. Si après-vie il y a, je doute qu'on puisse si aisément revenir en arrière pour finir de ranger ses affaires. Non, Susie est morte avant son rendez-vous, elle n'a jamais eu son baiser, elle ne connaîtra jamais cette sensation, et c'est pas cool, certes, mais c'est la vie, c'est comme ça, ce sont des choses qui arrivent. Combien d'êtres Humains ne verront jamais se réaliser le rêve qui leur était le plus précieux? Et il m'aurait semblé plus symbolique, plus fort, plus mature, plus osé, que Susie doive y renoncer, apprendre à faire sans, gérer sa "mutation" vers un autre stade d'existence en l'absence définitive de cette satisfaction, plutôt que d'inventer une pirouette improbable pour qu'elle puisse arracher in extremis son bisou. On n'a pas toujours ce qu'on veut dans la vie, et je pense qu'il y avait là une belle manière de l'illustrer.

Une autre question qui m'a gênée est celle du tueur. La voix off le présente clairement comme un malade mental, harcelé par une pulsion, par une démangeaison. Je ne dis pas que ça le rend non coupable, loin de là, cependant, dés lors que la narration dit cela de lui, je ne comprend tout simplement pas qu'un film ayant le sujet de The Lovely Bones ose tuer le tueur sans nous montrer brièvement sa propre après-vie (et attention, pas juste pour nous montrer un truc bien manichéen du style bouh il va en enfer, je parle de quelque chose de plus sophistiqué que ça) .
D'ailleurs, la façon dont ce dernier meurt, avec cette espèce d'exercice de justice divine ultra calculée, est franchement risible, même grotesque. Et au fait, il est où, le piano qui aurait dû tomber sur la tête d'Hitler? Cette mort, tout comme le coup du match revanche pour le baiser, c'est un peu tout ce qui fait que je n'arrive que rarement à m'immerger dans une histoire traitant de communication entre les morts et les vivants : si le destin punissait les mauvais, si les morts revenaient mettre de l'ordre dans leur vie, est-ce que cela ne se saurait pas, partout sur Terre? Pourquoi est-ce que des milliers de salauds ne seraient pas impitoyablement foudroyés, et pourquoi est-ce que des milliards de morts ne reviendraient pas en arrière, à tel point qu'il serait impossible de le louper? Et si l'on invoque l'argument de l'exception qui prime sur la généralité (entendez par là un pouvoir d'intervention surnaturelle que certains morts obtiendraient parfois ponctuellement pour une ou plusieurs raisons précises) , moi je veux bien, mais alors pourquoi et comment Susie Salmon et son meurtrier sont-elles l'exception, et pas une autre victime et son meurtrier?

Autre problème : même si c'est contrebalancé par le fait que dans un premier temps, le père chagriné accuse à tort et à travers un peu tout le monde et n'importe qui avant de tomber sur le bon, je déplore vraiment que le père et la soeur découvrent l'identité du meurtrier et se tiennent à cette conviction... sans aucune preuve, par simple croyance, sur la base de... l'instinct. Non, désolé, mais je ne fais pas partie de ceux qui croient que les Humains "sentent" quand un proche est en danger à l'autre bout du globe, ou identifient le coupable insoupçonné d'un meurtre rien qu'en le croisant (exception faite des éléments de déduction objectifs, fussent-ils infinitésimaux, tant qu'ils demeurent dans le spectre de l'humainement perceptible) . Et montrer ce genre de chose à l'écran sans recul, sans second degré, l'afficher avec une telle légitimité auto-attribuée, ça me met en rogne. Le père traque l'accusé de nuit avec une batte de base-ball, la soeur s'introduit chez lui par effraction pour chercher des preuves, tout cela sur la seule base de l'intuition/conviction... bon, et c'est effectivement lui le coupable, sauf que The lovely bones n'est qu'un film, et dans la réalité nos apprenti détectives/justiciers auraient certainement tabassé/cambriolé un bouc émissaire qui passait au mauvais endroit, au mauvais moment. Donner ce genre d'exemple sans l'accompagner d'une réflexion, d'un recul, je trouve ça limite. Là-encore, j'aurais trouvé le film plus difficile, mais surtout plus mature et plus honnête, s'il avait eu le culot de nous faire voir la famille s'acharnant sur la mauvaise cible à cause de la fiabilité de leur "instinct", tandis que l'assassin authentique menait sa routine normalement (et on aurait même pu pousser le vice jusqu'à le faire pactiser avec ses victimes ignorantes, mais c'est autre chose)

D'ailleurs, le coup des photographies aurait pu être un démarreur crédible et pertinent pour cette suspicion, si Peter Jackson n'avait pas manqué à la finesse qu'on lui connaît habituellement, en ne faisant apparaître le tueur qu'à un seul endroit et un seul moment sur tous les clichés, alors qu'il était évident que remarquer le tueur en plusieurs endroits incongrus sur les pellicules de photo, constamment et discrètement aux semelles de Susie, aurait totalement changé la donne.

En bref, j'ai trouvé que The lovely bones se gâchait par la mauvaise rentabilisation du surréalisme de l'entre-deux dans certaines séquences (il n'est pas toujours exploité à mal mais quand même trop) et par une naïveté hors-de-propos et même un peu idiote dans sa manière de traiter les pans les plus philosophiques de l'affaire. ça n'en fait pas un mauvais film, mais assister à l'auto-rétrogradation d'un film du chef d'oeuvre au film plus banal, ça irrite. Peter Jackson nous a habitué à bien mieux, mais il est vrai qu'en illustrant et en décantant Le seigneur des anneaux, il n'était pas confronté au traitement de questions plus psychologiques et "intellectuelles" (ce qui ne veut absolument pas dire que Peter Jackson est un con) comme on en trouve à la pelle dans Lovely bones, nécessitant un type de traitement particulier, qui n'a pas pu être fourni pour cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mat
Le Pharaon
Le Pharaon


Nombre de messages : 5127
Masculin Age : 26
Localisation : Amiens

MessageSujet: Re: The lovely bones   Mar 9 Mar 2010 - 13:18

Fournée déniouzée (comme de coutume je ne le précise que sur les topics-oeuvre ayant eu au moins une réponse)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
The lovely bones
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lovely Bones
» Lovely Bones de Peter Jackson
» The lovely bones
» [Film] Lovely Bones
» Lovely bones (fan art)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Multivers :: .:: Les fictions en particulier, classées par genre, par style ou par thème ::. :: Merveilleux :: Les oeuvres : cinéma, télévision, web, jeu vidéo, bande originale...-
Sauter vers: