AccueilPortailChatboxCalendrierFAQGroupesRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Qu'est-ce que la Science-Fiction?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Mat
Le Pharaon
Le Pharaon
avatar

Nombre de messages : 5127
Masculin Age : 27
Localisation : Amiens

MessageSujet: Re: Qu'est-ce que la Science-Fiction?   Lun 7 Mar 2011 - 22:38

Walhan a écrit:
Je viens de lire ce sujet et... perd la tête
Étant donné que j'ai étudié ces différences dans mon travail, je vais vous proposer ma vision des choses et si ça peut aider certains lecteurs à y voir plus clair, tant mieux, si ça relance le débat, et bien tant mieux aussi...

L'imaginaire, dans son ensemble, se définit par la présence d'un élément incongru dans l'histoire. Un quelque chose qui n'y a pas sa place, qui ne devrait pas être présent. C'est la perception de cet élément qui va définir le genre. Je m'explique:

Fantastique: Cet élément est inimaginable, il ne peut être là. Par exemple: un loup garou dans notre quotidien. Lorsqu'on croise cette créature, C'est impossible!!!" Tout le monde sait que les loups garous n'existent pas.

Fantasy: Cet élément est accepté comme normal dans le monde. Nous sommes dans un univers imaginaire et on croise tous les jours des loups garous faisant leur courses. Pas de soucis, cet élément est intégré à l'univers, même s'il n'est pas expliqué.

Science-Fiction
: Cet élément est logiquement intégré dans l'univers. Un virus a transformé la moitié de la population en loup garou. C'est de la science. On ne connait pas le détail de la mutation ou comment un virus peut modifier la structure osseuse des humains, mais on nous a dit que c'est comme ça que c'est arrivé.

A partir de là, une même histoire peut se trouver dans les trois genres, ne ne changeant qu'un seul des éléments. Je reprends l'exemple donné par Christian Grenier (un auteur à rencontrer absolument) lors de ses interventions sur le sujet:

Nous sommes en pays basque et un homme va se marier le lendemain. Il va à un match de pelote basque (bien entendu) mais, de peur de perdre l'alliance de sa future épouse, il la glisse au doigt d'une statue de femme dans le jardin d'à côté. De retour du match, crevé, impossible pour lui de la récupérer, "pas grave" se dit-il , je reviendrai demain... Mais à l'aurore, il est retrouvé mort, dans son lit, apparemment écrasé par une masse importante.

Bien entendu, le lecteur aura vite fait le lien, et compris que la statue, ayant reçue l'alliance de mariage est allée rejoindre son "époux" et l'a, malheureusement, écrasé sous son poids.

Cette version de l'histoire tient du fantastique, puisque tout le monde le sait, les statues ne s'animent pas puisqu'elles sont en pierre...
Si on s'était trouvé à la frontière du royaume magique où vivent fées et licornes, et que l'homme avait passé l'alliance à une branche de cette forêt enchantée, on en aurait conclu que l'arbre était vivant et avait écrasé son "époux" dans la nuit. Mais ceci aurait été accepté, puisque c'était la forêt magique...
Et enfin, si la statue avait été un robot conçu par sa voisine (disons un certain docteur Susan Calvin au hasard), nous aurions compris que le robot aurait déduit qu'il était marié à l'homme et que, pour simuler un comportement humain, il l'aurait rejoint dans la couche où, malheureusement, son poids aurait écrasé le pauvre homme...

Ce n'est donc pas l'histoire qui fait le genre, mais la façon de la raconter, son contexte. Regardez comme il est facile de projeter Star Wars dans un monde de fantasy, ou le seigneur des anneaux dans un univers SF...

J'ajouterai qu'en dramaturgie, on apprend qu'une histoire s'appuie d'abord sur les personnages et non sur le monde.

J'ajouterai pour finir ces deux genres que sont l'anticipation et le merveilleux.
Le premier concerne une science fiction où la technologie n'est pas plus avancée, mais où d'autres éléments ne sont pas sensés être présents. Exemple, "La route" ou "Mad Max" n'intègrent pas d'éléments high tech, et pourtant le monde ravagé tel qu'il est présenté entre dans le genre de la science fiction, dans le sous genre de l'anticipation, car l'évolution de notre monde a été projeté à travers cet évènement qu'est une forme d'apocalypse.
Le merveilleux, quand à lui regroupe la fantasy et tout ce qui touche aux contes et légendes.

Je pourrais m'arrêter ici, mais il y a toujours cette histoire de château volant avec ses jets de vapeurs qui me turlupine. Il n'est peut être pas nécessaire que les jets de vapeurs soient si puissants qu'ils détruisent tout sur leur passage si des volumes d'air très chauds sont maintenus dans des zones du bâtiment afin de l'alléger... Tout ça pour dire que la cohérence dans la SF ne tient pas à comment ça marche (nous n'avons de toute façon pas aujourd'hui les connaissances pour l'expliquer), mais à comment elle s'utilise. L'exemple des populations qui se clonent et meurent de faim devant le peu de bétail qui leur reste est un exemple d'incohérence qui, s'il n'est pas expliqué, ne serait ce que par une petite phrase, peu gâcher l'univers...

Sur ce, je trouve que j'en ai fait assez pour une première intervention sur ce forum... censuré !
Intéressant, Walhan! L'exemple de Mérimée et sa Venus est un bon outil, même si il ne fonctionnerait pas différemment avec un certain nombre de figures de fiction de genre.

Citation :
L'imaginaire, dans son ensemble, se définit par la présence d'un élément incongru dans l'histoire. Un quelque chose qui n'y a pas sa place, qui ne devrait pas être présent. C'est la perception de cet élément qui va définir le genre
Je comprend parfaitement ton idée, cependant je me permet de discuter ta formulation. ;-) Je ne pense pas qu'on puisse parler d'incongruité et de place, au sens de légitimité ou non-légitimité, car il faut comprendre cet élément en fonction du cadre de référence où l'on se place. Du point de vue du spectateur moyen de 2011, l'élément magique/scientifique/extraordinaire/paranormal dénote effectivement de la normalité courante, mais seulement de la notre. La question de l'élément incongru, pas à sa place, si on le considère de manière interne, ne sied qu'au fantastique, à un pan de la SF (irruption des aliens -X-Files, Men In Black- ou d'une réalité extraordinaire -début de Matrix 1- dans le cours normal des choses...) , à certains titres à l'appartenance floue ou hybride (Truman Show, Vanilla Sky...) . Selon que l'on passe dans de l'héroïc fantasy pure et dure ou dans du space-opera débridé, on ne peut parler d'incongru ou de décalage, puisque c'est le fil-même du quotidien et de la réalité.

En gardant à l'esprit toutes les entorses et idées qu'un univers solide permet en termes de choc des genres.

Aux yeux de Ron Weashley, la civilisation Sorcière du Potterverse est du merveilleux. Selon la raison d'un moldu qui observe inopinément des bribes de manifestations de cette civilisation magique cachée, c'est du fantastique. Et si enfin Ron est embarqué dans une enquête au cœur de son monde merveilleux, mettant peut-être à l'épreuve le tabou total de la résurrection, on rebascule dans le fantastique aux yeux de notre sorcier qui en a pourtant vu d'autres. L'élévation dans une dimension spirituelle à la 2001 ferait peut-être le même effet à un routard chevronné de l'hyperespace.
Une colonisation détournée du quotidien par une SF venue d'une origine extérieure (petits gris...), dans la mesure où elle n'est pas encore répandue ni même avérée, constituera un casse-tête SF/fantastique semblable...
Dans Universal War One, les grands trajets interplanétaires et la terraformation sont normaux, quelque chose comme la téléportation est entre le fantastique et la SF...
Rien n'est jamais entièrement, aisément tranché.

Il est intéressant de constater qu'en fin de compte, le fantastique n'est vraiment pas plus proche du merveilleux que de la SF. Il ne consiste encore et toujours qu'en l'agression de la norme établie, mais peut importe que la norme de départ soit celle du Seigneur des Anneaux, de Star Trek ou de monsieur Dupont prend le métro pour aller au bureau. Il y a fantastique dés lors que la norme qui était posée subit une possible transgression, point.

Citation :

Science-Fiction
: Cet élément est logiquement intégré dans l'univers. Un virus a transformé la moitié de la population en loup garou. C'est de la science. On ne connait pas le détail de la mutation ou comment un virus peut modifier la structure osseuse des humains, mais on nous a dit que c'est comme ça que c'est arrivé.
Là encore, je dirais que cette intégration logique dans l'univers n'est indiscutable que d'un point de vue objectif, universel, impersonnel, extérieur. En gros, celui de l'auteur et du spectateur. Autrement, selon le cadre de référence du personnage pour qui une parcelle minuscule et précise de cet espace-temps est sa réalité personnelle, tout peut varier. Un colon-ingénieur Martien en astronautique pourra vivre une intrigue sur la découverte de l'hyperespace ou une invasion alien secrète, comme du fantastique. Et que dire de médiévaux ou même néolithiques recevant la visite d'astronautes?

De même, ce n'est pas parce que la magie de Farscape échappe aux facultés moyennes de la science galactique -d'où sa qualification de magie- qu'elle ne s'inscrit pas dans le fonctionnement naturel des lois encore inconnues de la nature et de l'univers, à un degré de complexité que la quasi-totalité des êtres ne perçoit pas.

Citation :
Ce n'est donc pas l'histoire qui fait le genre, mais la façon de la raconter, son contexte. Regardez comme il est facile de projeter Star Wars dans un monde de fantasy, ou le seigneur des anneaux dans un univers SF...
Je suis d'accord, cela rejoint, je pense, ma conception des choses, comme quoi à l'inverse de la SF et du merveilleux, l'horreur et le fantastique ne sont pas de vrais genres, mais juste des filtres narratifs spécifiques.

Citation :
L'exemple des populations qui se clonent et meurent de faim devant le peu de bétail qui leur reste est un exemple d'incohérence qui, s'il n'est pas expliqué, ne serait ce que par une petite phrase, peu gâcher l'univers...
Gater déçu?^^

Citation :
Par conte Walhan, je trouve dommage que dans ton analyse de la Venus d'Ille (qui est une nouvelle de Prosper Mérimée, pour ceux que ça intéresse) tu es changé la Venus par des arbres-vivant et des robots. Ces transformations un peux clichés desserve un peux ton propos je trouve.
Je ne comprend pas bien ton propos... le but de l'exemple est d'être à la fois juste, clair, et facile à généraliser à une catégorie précise, sans erreur... l'objet n'est pas d'écrire un essai original, ici...?

Citation :
Pour finir, dans science-fiction, il y a fiction, donc à priori on parle bien de récit incluant des faits imagé et non réels. Pour ce qui est de la science je voudrai juste revenir sur un point, car certaines personnes que je connais semblent omnibulé par les machines, la technologie... Et ils ne tiennent pas une oeuvre pour de la SF si il n'y a pas de robot, de technologie avancée... A mon avis c'est occulté une partie du mot "science". Car si la science comprend certes les avancée technologiques, la physique... la biologie, l'évolution humaine, la compréhension cérébrale en font aussi partie. Tout cela pour dire que le mot science englobe finalement énormément de chose et que cela peut parfois brouiller les frontières.
L'expérience a prouvée, sur plusieurs topics de ce forum, qu'il faut se méfier des définitions SF avec "tel élément, tel élément"... car on en arrive facilement -et en toute logique- à des énormités telles qu'exclure La guerre des mondes (et avec elle l'ensemble de la thématique de l'irruption alien, pacifique ou hostile, auprès de l'Humanité) de cette SF qu'elle a pourtant très fortement contribuée à fonder.^^




Dernière édition par Mat Vador le Mar 8 Mar 2011 - 22:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wannabemad
Larve Toxique
Larve Toxique
avatar

Nombre de messages : 38
Masculin Age : 28

MessageSujet: Re: Qu'est-ce que la Science-Fiction?   Lun 7 Mar 2011 - 22:53

Citation :
Surement parce que lovecraft n'a jamais voulu faire du fantastique ou de la Sf pure mais de "l'horreur" matinée d'apparence fantastique mais avec des bases clairement scientifiques (science de son époque).
Le terme horreur est mal choisi, mais c'est le plus proche de l'exploration de la folie que Lovecraft nous assène. (Et forcément la folie n'a pas de genre précis)
Quitte à ne guère faire avancer le sujet... cela me donne envie de citer Hellraiser, film culte d'épouvante... et chaînon manquant entre Dracula, Le loup-garou de Londres, La Momie, Les griffes de la Nuit... et Alien, La Mouche, La Chose...
Là aussi, une horreur au visage surnaturel attaque, emblème de perversité et de démence... mais ce paranormal épouvantable est-il ensorcelé (œuvre de mages noirs) , mythologique (création de démons) ... ou bien technologique et télékinézique, venue d'une autre planète, dimension ou époque...
A échelle du premier film (sans trop se préoccuper des suites) , on ne peut trancher...
Peut-être que si on part de l'hypothèse sur l'autre dimension, ou de celle sur la science d'un lointain futur donnée à voir à nos pauvres regards primitifs de fin du vingtième siècle... magie et science sont la même chose...

Même chose pour Poltergeist (le film) ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Barlbatrouk
Virtual Knight
Virtual Knight
avatar

Nombre de messages : 2874
Masculin Age : 29
Localisation : à Twin Peaks

MessageSujet: Re: Qu'est-ce que la Science-Fiction?   Mar 8 Mar 2011 - 0:23

Citation :
Je ne comprend pas bien ton propos... le but de l'exemple est d'être à la fois juste, clair, et facile à généraliser à une catégorie précise, sans erreur... l'objet n'est pas d'écrire un essai original, ici...?

Oui certes. Je disais juste que je trouvais dommage d'induire des clichés tel que: l'arbre enchanté pour la fantasy, le robot pour la SF. C'est certes clair, mais je trouve que des choses aussi ballot desservaient un peu son propos. C'est pourquoi l'exemple avec le loup-garou me parait plus pertinent.

Citation :
L'expérience a prouvée, sur plusieurs topics de ce forum, qu'il faut se méfier des définitions SF avec "tel élément, tel élément"...

En fait je voulais amener par cela le dire que définir la science-fiction peut-être plus dure qu'il n'y parait. Un peux comme pour le mot science... Par exemple il fait encore débat: est ce que la psychologie est une science? On parle aussi de sciences économique et sociales, pourtant nombreux sont ceux qui ce refusent à dire que cela est de la science. Il en va de même pour la SF, j'ai parfois considéré comme SF ce que d'autres tenaient pour autres choses et vice-versa. Comme le dit Walhan le contexte aide beaucoup, mais parfois même avec, cela peut rester flou... Effectivement je vois qu'on ne comprend pas trop mon idée... tant pis il est trop tard pour que j'y revienne dessus aujourd'hui.

_________________

"-Talby, looks like I'm headed for the planet. Going right toward it.
- When you hit the atmosphere you start to burn
...
What a beautifull way to die - as a falling star
- I guess you 're right"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/l.a.p.o
Walhan
Organisme Monocellulaire
Organisme Monocellulaire
avatar

Nombre de messages : 10
Masculin Age : 45
Localisation : Bordeaux

MessageSujet: Re: Qu'est-ce que la Science-Fiction?   Mar 8 Mar 2011 - 13:07

La définition d'un genre ne se fait que pour l'auteur et le lecteur/spectateur, les personnages n'étant quand à eux que dans leur univers, non?

Donc une telle définition ne peut être qu'objective, avec du recul. Il n'y a pas le choix. SI mes exemple sont disons grossier et archetypaux, c'est simplement qu'en général j'explique cela à des classes élémentaires ou des lecteurs de romans classiques, et c'est vrai qu'ici, il ne doit pas y en avoir beaucoup... Rolling Eyes

J'ajouterais que je trouve grands genres: SF, Merveilleux et Fantastique que je peux identifier à 95%, ensuite l'horreur, par exemple, est à ranger au même niveau que le polar de mon point de vue. On peut trouver de la SF d'horreur, du fantastique d'horreur et même de la fantasy d'horreur, comme pour le polar, le romantisme etc...

Trop souvent en bibliothèque, on croise les genres et les styles.

Lorsque je suis arrivé en bibliothèque, j'ai voulu trier les œuvres de l'imaginaire (toutes estampillées SF, même le seigneur des anneaux ou Lestat le vampire...) en les divisant en genres... Après une à deux années de réflexion et d'analyse, je préfèrerais que tous les romans soient mêlés, avec juste un petit logo indiquant le genre.

Plus le temps passe, plus je me demande s'il y a vraiment un intérêt à classifier ainsi les genres.
Pourquoi? Parce qu'il est plus difficile de passer de Star Wars au cycle de Mars (Mars la rouge etc...) que d'un Harlan Coben aux cavernes d'acier...

Alors quel intérêt excepté se rassurer sur notre connaissance individuelle de nos lectures. Cette volonté farouche d'analyser et classer ne serait elle pas un reflet de notre égo, de notre peur de perdre le contrôle sur nos lectures?

Quel est le problème de lire autre chose, de ne pas pouvoir le classer?

zinzin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondedewalhan.free.fr
sunjin
Skinjob N°7
Skinjob N°7
avatar

Nombre de messages : 732
Masculin Age : 47
Localisation : Mars

MessageSujet: Re: Qu'est-ce que la Science-Fiction?   Mar 8 Mar 2011 - 17:56

Je ne ferai qu'une courte participation à ce topic et encore très "pratico-pratique" voir HS

Pour fréquenter assidument les bibliothèques "de grande taille", j'avoue que le classements par "genre" me permet selon mes envies d'aller dans un rayon de taille abordable" (2 rayons de 3 rayonnages pour la SF + Fantastique à l'alcazar et 7 rayonnages à Bonneveine la bibliothèque de Mars la plus fournie sur ce genre sans écumer tous les rayons de A à Z de la littérature "généraliste" dans laquelle je vais aussi (et où j'ai trouver le "Gonzo Lubitsh ou l'incroyable odyssée" de Harkaway qui me semble effectivement inclassable par exemple et ce n'est pas un problème). Autant dans une petite bibliothèque, ça ne me gênerait pas, je fais en général tous de A à Z alors qu'à une autre échelle un tel classement me permet de cibler mes recherches, en fonction et de mes envies et du temps dont je dispose... et pour le coup je suis de celle qui peste du mélange SF + fantasy car ça fait un peu comme le rayon librairies en ce moments 85% de fantasy, 10 % de bit lit et presque rien pour les titres de SF dont je rate certaines nouveautés car je ne suis pas tous les sites éditeurs (l'atalante uniquement..).

Après l'avantage de tout mettre en même temps serait aussi d'avoir tous les ouvrages d'un même auteur-e au même endroit... ce qui n'est pas toujours le cas... L'idée d'un repère visuel est intéressante du coup je trouve... pour moi le classement n'est pas une fin en soi mais une indication.

Désolée (un peu) du HS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.doctor-who.fr/
Barlbatrouk
Virtual Knight
Virtual Knight
avatar

Nombre de messages : 2874
Masculin Age : 29
Localisation : à Twin Peaks

MessageSujet: Re: Qu'est-ce que la Science-Fiction?   Mar 8 Mar 2011 - 20:14

Encore un post très intéressant Walhan, qui soulève un point qui m' interpelle aussi:

Qu'elle est la pertinence d'un classement par genre? Bien que personnellement je me le soit plutôt demandé à travers la musique. Le nombre de fois ou j'ai cru que j'allais m'arracher les cheveux en entendant "oulala ya de la guitare saturé c'est du rock" ou "ah ouai c'est de la musique classique" dés qu'il y a un violon de présent. Je pense que Sunjin à plus ou moins répondu à la question, il s'agit à la base d'une question pratique. Et malheureusement, je trouve, certaines personnes s'enferme trop dans ce cloisonnement.

Surtout que finalement ce choix est discutable. Si tout était référencé par ordre alphabétique, on ne passerai finalement pas tant de temps que ça à chercher. Les oeuvres d'un même artistes étant parfois dispersés dans plusieurs rayon et/ou alors chaque magasin le mettra dans un rayon différent... ce qui donne parfois à mes recherche des airs d'épopées. Voir encore plus grave si l'on prend certains artistes. Je pense par exemple au guitariste Buckethead, ce dernier effectue un véritable travail de recherche musicale et nous pond à chaque fois un disque complètement différent des autres. Cela le rend complètement "invendable" pour les chaines de distributions qui ne savent pas ou "le ranger", du coup "op" à la trappe et se procurer ses CD ce relève être impossible si l'on ne passe pas par internet.

J'ai l'impression que quelque part on aime ranger, étiqueter, classer... Si cela à parfois ses avantages je trouve quand même ça bien dommage.

_________________

"-Talby, looks like I'm headed for the planet. Going right toward it.
- When you hit the atmosphere you start to burn
...
What a beautifull way to die - as a falling star
- I guess you 're right"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/l.a.p.o
Walhan
Organisme Monocellulaire
Organisme Monocellulaire
avatar

Nombre de messages : 10
Masculin Age : 45
Localisation : Bordeaux

MessageSujet: Re: Qu'est-ce que la Science-Fiction?   Mar 8 Mar 2011 - 23:59

Je sens qu'il y a de quoi ouvrir un sujet à part entière...

Direction: SF, Classement et Bibliothèques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondedewalhan.free.fr
Barlbatrouk
Virtual Knight
Virtual Knight
avatar

Nombre de messages : 2874
Masculin Age : 29
Localisation : à Twin Peaks

MessageSujet: Re: Qu'est-ce que la Science-Fiction?   Sam 12 Mar 2011 - 17:29

En feuilletant un livre de P.K.Dick, je suis tombé sur une introduction du monsieur: Pour une définition de la science-fiction. Vu la contribution du gus au style je me permet de vous le partager. Tout le monde ne sera pas forcement d'accord avec lui, mais en tout cas c'est vraiment intéressant.

"Je définirai la science-fiction en commençant par dire ce qu'elle n'est pas. On ne peut la définir comme une "histoire située dans le futur", vu qu'il existe un type de récit appelé "aventures dans l'espace", qui ce situent dans le futur mais n'est pas de la S-F. Ce n'est que cela: des aventures, des combats et des guerres du futur dans l'espace impliquant une technologie ultra-avancée. Pourquoi n'est ce donc pas de la science-fiction? Ça en a l'apparence, et des gens comme Doris Lessing ne cherchent pas plus loin. Cependant, l'aventure spatiale manque de cette idée neuve bien particulière qui est l’ingrédient essentiel. Par ailleurs, il peut très bien y avoir science-fiction sans que l'on quitte le présent: la nouvelle et le roman aillant trait au mondes parallèles. Donc, si nous séparons la S-F du futur comme de la technologie ultra-avancée, qu'avons nous qui puisse mériter le nom de science-fiction?

Nous avons un monde fictif; voila le premier pas: une société qui n'existe pas dans les faits, mais qui est fondée sur celle que nous connaissons; autrement dit, la société que nous connaissons fait office de tremplin pour l'autre; celle-ci émerge de la notre d'une certaine façon, peut-être orthogonale, comme dans les romans et nouvelles sur le thème des mondes parallèles. C'est notre monde disloqué par une espèce d'effort mentale de la part de l'auteur, transformé en ce qu'il n'est pas ou pas encore. Ce monde doit différé duu notre sur au moins un point, et ce seul point doit suffire à engendré des évenements qui ne pourrai ce produite dans notre société - ou dans n'importe qu'elle société connue, présente ou passée. Il doit y avoir une idée cohérente au centre de cette dislocation; c'est à dire que la dislocation doit etre d ordre conceptuelle, et non seulement relevée de l'insignifiant ou du bizarre - là est l'essence de la science-fiction, dans cette dislocation conceptuel à l'interieur de la société qui fait qu'une nouvelle société ce crée dans l'esprit de l'auteur, est transferée sur le papier et, à partie de là, crée un choc dans l'esprit du lecteur, le choc de la non identification. Il n'est pas question de son monde dans le texte qu'il lit et il le sait.

Et maintenant, comment distinguer la science-fiction du fantastique? C'est impossible, et un instant de réflexion montrera pourquoi. Prenez les pouvoirs psy; prenez les mutants comme ceux de Théodore Sturgeon dans l'admirable "Les plus qu'humains". Si le lecteurs croit que ces mutants peuvent exister, il considérera le roman de Sturgeon comme de la science-fiction. Si au contraire il croit qu'à l'instar des magiciens et des dragons, il ne sont ni ne seront jamais possible il est entrain de lire un roman fantastique. Le fantastique implique ce que l'opinion général considère comme impossible; la science-fiction implique ce que l'opinion générale considère comme possible dans certaines condition appropriées. C'est là une stricte question d'opinion, vu que le possible et l'impossible ne relève pas de la connaissance objective mais plutôt d'une croyance subjective de la part de l'auteur et du lecteur.

Autour de la bonne science-fiction. Comment la définir? La dislocation conceptuelle - ou, en d'autres termes l'idée neuve - doit être vraiment neuve (ou constitué une nouvelle variation sur une ancienne) et être intellectuellement stimulante pour le lecteur; elle doit envahir son esprit et laisser entrevoir une possibilité qui ne l'avait jamais effleurée. C'est pourquoi la "bonne science-fiction" est une question de d'appréciation, et non une réalité objective, même si pour moi il existe des ouvrages méritant objectivement cette appellation.

Je crois que le professeur Willis Mclelly, de l’université de Californie formulait tout cela au mieux quand il disait que le vrai protagoniste d'une nouvelle ou d'un roman de science-fiction c'est l'idée et non le personnage. Si c'est de la bonne S-F l'idée est originale, stimulante et, détail particulièrement important, elle déclenche une réaction en chaîne d'idée formant ramification dans l'esprit du lecteur; elle déverrouille, pour ainsi dire, l'esprit dudit lecteur de telle façon que cet esprit, comme celui de l'auteur commence à créer. Ainsi la S-F est créatrice et génératrice de créativité, ce qui n'est majoritairement pas le cas de la littérature générale. Si nous lisons de la S-F (je parle ici en tant que lecteur et non en tant qu'écrivain), c'est parce que nous aimons vivre cette réaction en chaîne déclenché dans notre esprit par la découverte d'une idée neuve; c'est pourquoi la meilleure science-fiction débouche en définitive sur une collaboration entre l'auteur et le lecteur, dans laquelle tout deux créent - et y trouve du plaisir: le plaisir et l'ingrédient essentiel et ultime de la science-fiction, le plaisir de découvrir du nouveau!"


Phillipe K. Dick, lettre à John Betancourt (14 mai1981)
Traduit par Jacques Chambron


Je trouve cela intéressant et le rejoins particulièrement sur la notion de subjectivité, point déjà soulevé par Walhan. Ce que je recherche aussi dans la S-F c'est beaucoup des idées, comme il le décrit vers la fin, mais je conçois que cette vision ne colle pas forcement pour une définition.

_________________

"-Talby, looks like I'm headed for the planet. Going right toward it.
- When you hit the atmosphere you start to burn
...
What a beautifull way to die - as a falling star
- I guess you 're right"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/l.a.p.o
Rangil
Gouverneur Planétaire à Mandibules
Gouverneur Planétaire à Mandibules
avatar

Nombre de messages : 1043
Masculin Age : 27
Localisation : Sur une station spatiale, à attendre qu'elle explose, comme les quatre précédentes.

MessageSujet: Re: Qu'est-ce que la Science-Fiction?   Sam 12 Mar 2011 - 18:16

Je trouve cette définition très intéressante, mais comme toutes les définitions, elle s'avère finalement incomplète. Cette définition correspond bien à un courant de la science-fiction qu'on retrouve chez les auteurs canoniques : K Dick évidemment, Asimov, etc. Je retiendrai particulièrement la distinction entre aventure spatiale et science-fiction, que je considère extrêmement pertinente et qui mériterait d'être plus connue. En fait, je pense qu'aujourd'hui, on pourrait créer un genre qui tiendrait de l'aventure futuriste, qui engloberait à peu près tous les films dits "SF" sortis au cinéma ces 10 dernières années et bien d'autres : Transformers, Avatar et consort se contentent de transposer dans un nouveau cadre des schémas assez simples. Il y a une guerre, sous quelque forme que ce soit, et les héros doivent se battre. Tout le reste ne sert qu'à créer un cadre, la SF n'est qu'un décor. La SF, finalement, devient de plus en plus rare sur grand écran.

Ce qui me gêne un peu plus, dans cette définition, c'est cette partie : "le vrai protagoniste d'une nouvelle ou d'un roman de science-fiction c'est l'idée et non le personnage". Alors certes, cette phrase résume toute la définition que donne K. Dick, mais je la trouve en même temps un peu restrictive. Est-ce qu'on peut nier la dimension SF de la série Firefly par exemple, simplement parce que les idées un peu originales de la série (système solaire composé d'un grand nombre d'étoiles, pas de propulsion supra-luminique, etc.) ne prennent pas le pas sur les personnages ? On prend plus de plaisir à voir les personnages évoluer et interagir qu'à réfléchir sur les idées que propose la série. Pourtant, on ne saurait réduire la SF à un simple décorum, comme dans SGU. Est-ce qu'on a ici affaire à de l'aventure spatiale ou à de la SF ?

Et que dire de Doctor Who, qui en fonction des épisodes, considère la SF soit comme un simple prétexte pour faire apparaître des ennemis monstrueux, soit comme le coeur même de la série et s'en sert pour exploiter des concepts très baroques ? Avec Doctor Who, on est complètement dans l'aventure, mais pourtant, est-ce qu'on pourrait réduire cette série à de la simple aventure spatiale et renier son côté SF ?

La définition de K. Dick est donc très intéressante, mais je la trouve un peu "vieille" dans le sens où aujourd'hui, je crains qu'on trouve trop d'exemples charniers, ni tout à fait SF, ni tout à fait aventure spatiale ou futuriste, où les personnages rivalisent avec les idées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Barlbatrouk
Virtual Knight
Virtual Knight
avatar

Nombre de messages : 2874
Masculin Age : 29
Localisation : à Twin Peaks

MessageSujet: Re: Qu'est-ce que la Science-Fiction?   Sam 2 Juil 2011 - 12:35

Citation :
Ce qui me gêne un peu plus, dans cette définition, c'est cette partie : "le vrai protagoniste d'une nouvelle ou d'un roman de science-fiction c'est l'idée et non le personnage".

C'est intéressant que tu soulève ce point. En fait, K.Dick lui même te répond (en voila de la chance : ) dans une deuxième partie que je n'ai pas retranscrit ici. Je ne vais pas tout mettre ici, mais voici l'idée principale:

"La différence entre nouvelle et roman se résume à ceci: quand le première traite du meurtre, la deuxième se préoccupe du meurtrier, et l'action y prend sa source dans une personnalité que l'auteur a préalablement bien pris soin de présenter..."

Alors ça ne répond pas forcement à tout ce que tu as dit, mais ça nuance au moins le propos de K.Dick concernant la place des personnages dans la science-fiction, puisque
"Le roman doit en outre remplir une condition qui ne concerne pas la nouvelle: le personnage doit-être suffisamment apprécié par les lecteurs, suffisamment connu d'eux, pour que ces derniers aient l'impression qu'à sa place ils auraient fait la même chose... ou dans le cas de la littérature d'évasion, aimer faire la même chose.
[...] Le roman (particulièrement en science-fiction) invente tout un monde parsemé d'innombrable détails mineurs... L'univers fictionnel entier repose sur ces mille petits rien.
[...] Dans le roman, les faits et gestes du protagoniste sont si profondément enracinés dans sa personnalité que pour l'en extraire l'auteur serait obligé de revenir en arrière et de réécrire entièrement son personnage.
[...] A mesure qu'il construit son roman, l'écrivain se retrouve lentement emprisonné par lui, privé de sa liberté; ses propres personnages prennent le dessus et, tout à coup, n'en font qu'à leur tête."


Les passages cités proviennent d'un Extrait d'une introduction inédite composée en 1968 pour le recueil The Preserving Machine. Traduit par Hélène Collon.

_________________

"-Talby, looks like I'm headed for the planet. Going right toward it.
- When you hit the atmosphere you start to burn
...
What a beautifull way to die - as a falling star
- I guess you 're right"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/l.a.p.o
Rangil
Gouverneur Planétaire à Mandibules
Gouverneur Planétaire à Mandibules
avatar

Nombre de messages : 1043
Masculin Age : 27
Localisation : Sur une station spatiale, à attendre qu'elle explose, comme les quatre précédentes.

MessageSujet: Re: Qu'est-ce que la Science-Fiction?   Sam 2 Juil 2011 - 13:53

Effectivement, ces nuances sont très intéressantes, et il y a certains points que je trouve très bien vus, comme :
Citation :
[...] Le roman (particulièrement en science-fiction) invente tout un monde parsemé d'innombrable détails mineurs... L'univers fictionnel entier repose sur ces mille petits rien.
Cette définition par exemple me semble ouvrir de nombreuses portes ! Je regrette que finalement, on n'enseigne si peu les définitions de la science-fiction : ça fait du bien de voir comment les grands auteurs ont planché sur ce sujet, alors que du point de vue français, ce champ semble totalement empirique ou presque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Qu'est-ce que la Science-Fiction?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Multivers :: .:: Discussion Globale ::. :: Genres & culture de l'imaginaire : discussions générales-
Sauter vers: