AccueilPortailChatboxCalendrierFAQGroupesRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Drag Me to Hell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mat
Le Pharaon
Le Pharaon


Nombre de messages : 5127
Masculin Age : 26
Localisation : Amiens

MessageSujet: Drag Me to Hell   Mer 27 Mai 2009 - 23:42





Christine Brown, banquière efficace et heureuse en amour, mène une vie paisible jusqu'à ce que, pour plaire à son patron en vue de l'obtention d'un poste de directeur adjoint, elle refuse une rallonge de délai à une vieille femme. L'entrevue dégénère, et c'est alors que Christine subit une violente agression...



Réalisateur : Sam Raimi
Producteurs : Sam Raimi, Robert G. Tapert, Grant Curtis & Cristen Carr Strubbe
Scénaristes : Sam & Yvan Raimi
Compositeur : Christopher Young
-
Nationalité : Américaine
Titre VF : Jusqu'en enfer
Date de sortie : 27 mai 2009
Budget : 30 millions de dollars
1 H 39 Min
Déconseillé aux moins de 13 ans aux USA, déconseillé aux moins de 15 ans au Royaume-Uni, interdit aux moins de 12 ans en France
Présenté hors compétition au festival de Cannes 2009



Alison Lohman - Christine Brown
Justin Long - Clay Dalton
Lorna Raver - Mrs. Ganush
Dileep Rao - Rham Jas
David Paymer - Mr. Jacks
Adriana Barraza - Shaun San Dena
Chelcie Ross - Leonard Dalton





Dernière édition par Mat Vador le Mar 29 Sep 2009 - 13:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parnassus
Mercenaire Interplanétaire
Mercenaire Interplanétaire


Nombre de messages : 273
Masculin Age : 27

MessageSujet: Re: Drag Me to Hell   Lun 7 Sep 2009 - 11:40

Je l'ai vu au cinéma et c'est très réussi, ça fait film d'horreur old school efficace et amusant. J'ai sursauté plusieurs fois et le propos est moins primaire que certains blockbusters horrifiques. L'introduction m'a donné une grosse claque. C'est à voir je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mat
Le Pharaon
Le Pharaon


Nombre de messages : 5127
Masculin Age : 26
Localisation : Amiens

MessageSujet: Re: Drag Me to Hell   Lun 16 Nov 2009 - 0:31

Je n'ai pas trouvé le film mauvais...

Il y a quelques clichés, lieux communs et fausses bonnes idées. Par exemple, la vieille gitane qui passe son temps à gerber des liquides improbables, ou ces mêmes gitans qui condamnent un garçonnet de dix ans à un sort bien pire que la mort car il a... volé un collier. haaan Je veux dire, je ne désapprouve pas le fait en soi que des enfants subissent des horreurs de ce type dans le cinéma de genre, je n'ai de problème avec ça dans, par exemple, Alien et La porte des secrets. En revanche, que ça se passe comme ça, pour ça, non, je n'adhère pas. ça manque trop de finesse, et puis d'autre part, c'est une image assez curieuse que l'on donne de cette communauté (les Gitans, pas les enfants^^) .

D'un point de vue moins dérangeant, il y a des séquences trop longues et ultra prévisibles, comme le laborieux et sempiternel repas maudit chez les parents. De même, le coup de l'espèce de diseur de bonne aventure qui ferme brutalement sa boutique et délocalise aussi sec à Tombouctou en prétextant qu'il doit mettre des sous dans le parcmètre, parce qu'il a lu quelque chose de terriiiible dans l'avenir de Christine... purée, j'ai halluciné qu'on ose encore mettre ça dans un film "sérieux" de nos jours. C'est harassant de... je ne sais même pas de quoi, tellement on l'a vu 150 fois et tellement c'était déjà moyen la première.

La réalisation est plutôt efficace, sauf, personnellement, la façon trop grandiloquente dont est filmée le sort du garçon au début, ou encore la scène plutôt maladroite de l'exorcisme, où l'on se croirait plutôt dans une comédie façon 999 fantômes que dans un fils spirituel (mouah ah ah le jeu de mot de fou) de Poltergeist. Le film maîtrise bien la tension qu'il procure, (par exemple dans l'excellente scène où Christine croit voir des ombres faire s'effondrer tout le mobilier chez elle) mais je regrette un peu que le film n'aille pas plus loin dans l'angoisse et le choc, ni dans le gore. La vieille qui se débrouille envers et contre tout, même une fois morte, pour passer son temps à gerber dans la bouche de Christine, c'est juste dégueu, rien d'autre... et le peu de gore -mais QUI suspend une enclume en l'air dans son garage...?- dont je me souvienne n'est pas très bien fait : trop numérique, ça manque de... chair^^ C'est moins bien fichu que dans le premier film de zombies venu, en tout cas.

J'ai apprécié un certain anticonformisme dans le film, depuis le sort réservé au chat jusqu'à la scène de fin (certains disent -comme toujours- l'avoir vu venir longtemps à l'avance. Pour ma part, j'avoue que non et je reconnais avoir eu une surprise totale) . Le jeu d'acteur n'est pas mauvais, notamment celui d'Alison Lohman (sauf par rapport à l'affaire du chat, dans les heures qui la suivent, mais là c'est plus le script qu'elle) .
Le cheminement de son personnage, Christine, est d'ailleurs intéressant. Depuis la jeune femme moderne et active, jolie et intelligente, bien accompagnée, réussissant en milieu aisé, et qui, sous l'effet de la terreur qui l'enserre et en trois jours seulement, change du tout au tout, faisant des choses dont elle ne se serait jamais cru capable. Son cheminement arrive à terme avec la très symbolique scène du cimetière, dans la boue sous la pluie, de nuit, à genoux sur un cadavre, jurant comme une camionneuse avec son t-shirt mouillé moulé à sa silhouette, investie d'une beauté sauvage et intimidante que son personnage n'avait pas eu jusque là. On passe donc des strates à priori "civilisées" de l'esprit Humain (ce qui n'empêche pas l'absence d'empathie, l'égoïsme, la cupidité, le sadisme... dixit l'éviction d'une vieille dame malade hors de l'unique maison de sa vie, pour le fric, encore et toujours) aux strates à priori "primitives", les composantes les plus viscérales, les plus animales, les plus naturelles et primaires, de nos comportements.

Dans les remarques à propos de tout et de rien, on peut noter le rôle central donné à la notion de hasard ( = le mec qui rate le bouc possédé et le vieux bonhomme qui oblige la voiture à piller) , à même de décider complètement de l'avenir de Christine, à partir de toutes petites choses. Le hasard le plus banal, le plus vulgaire, le plus aveugle, le plus insignifiant, est ici une force conséquente au milieu d'un monde pourtant pénétré par l'esprit, le destin, la malédiction et d'autres concepts ésotériques de ce type. ça, et la métamorphose de Christine, c'est intéressant... bien plus intéressant, même, que le propos vaguement social qui surfe sur le désamour soudain d'une civilisation pour ses valeurs professionnelles classiques, à grands coups de "ho la banque la méchante" (je ne dis pas que c'est dit à tort, notez bien) . J'embraye d'ailleurs sur cet autre point, on est en 2009 dans un film Américain, et c'est donc une banque qui, par son attitude et sa philosophie, provoque la catastrophe. à croire qu'une certaine crise est bien passée par là...^^
J'ai également beaucoup aimé la bande-son.

En conclusion, un film qui se laisse regarder sans déplaisir, avec au moins trois propos dont deux particulièrement notables, mais qui n'a, à mes yeux, rien de très impérissable. Ce qui me frappe, c'est cette sensation persistante que le film n'était pas si effrayant que ça malgré quelques passages notables (la première attaque de la vieille, le "poltergeist"...) , particulièrement dans la séquence de prologue et dans celle de l'exorcisme, où je me croyais pratiquement dans une comédie fantastique familiale (la tronche du bouc, pitié...) . Un film qui, de surcroît, a une tendance pénible à tout miser sur le trash à coup de mouches et de vomi. J'ai moins accroché que Parnassus, visiblement.^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skay-39
The Vortex Guy


Nombre de messages : 4190
Masculin Age : 27
Localisation : TARDIS 39th room (blit), on Moya third level, in orbit around Abydos (Kaliam galaxy)

MessageSujet: Re: Drag Me to Hell   Mar 9 Mar 2010 - 14:45

Ma foi, un film très sympathique, qui vous balade efficacement entre rire, inquiétude et sursauts, sans véritables longueurs ni action à outrance. Ce n'est pas un véritable film d'horreur, on rit trop pour cela, mais on ne peut pas dire non plus que l'épouvante en est exclu. Difficile à classer, et probablement pas impérissable - il lui manque le petit quelque chose qui le différenciera radicalement de tous ceux qui lui ressemblent -, mais j'ai en tout cas beaucoup aimé. La bande-son également est prenante, j'aime le générique de fin. ça compense tous les moments, durant le film, ou des sons violents viennent soudain vous vriller les oreilles, sans avertissement. ça, par contre, c'était pénible.

Ce qui m'a séduit notamment, c'est le caractère ouvertement excessif de toute l'histoire. La gitane qui ne veut pas mourir, les clichés à répétition, les situations improbables... ça dépasse constamment les limites du cohérent, si bien que le film bascule sans cesse, volontairement, de la tension à l'hilarité, et inversement. L'ensemble est bien dosé, cependant, de sorte qu'on ne cesse pas pour autant de s'inquiéter pour l'héroïne.
Le meilleur exemple en sont les scènes innombrables ou la gitane réussi à vomir dans la bouche de Christine. Je veux dire, au secours ! On avait déjà regretté la première scène, et voila qu'on y a encore droit, et encore, et encore ! C'est tellement invraisemblable que ça en devient drôle...

L'absurdité de la menace est également pour beaucoup dans la tension que j'ai ressentis. C'est vraiment une malédiction terrible, et terrible est la pensée qu'on puisse être ainsi maudit pour une faute infime, un manquement imaginaire, ou bien simplement le caprice d'une femme. La scène initiale avec l'enfant, en ce sens, donne bien le ton.

Idem pour les scènes du bouc et de l'improbable possession... Mat a regretté ce passage, malvenue selon lui, pour ma part il compte parmi mes préférés. Il est bien dans l'esprit du film, à mi-chemin de l'inquiétant et du grotesque.
Spoiler:
 

_________________

________________
« My name is Skay-39, an administrator… An enthusiasm wave hit and I got shot through a link... Now I'm lost in some distant part of the webniverse on a forum – a crazy forum – full of strange, geek life-forms… Help me… Listen, please. Is there anybody out there who can read me ? I'm being tyrannized by an insane fondator… doing everything I can… I'm just looking for a real life. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phenix Noir
Routard Interstellaire
Routard Interstellaire


Nombre de messages : 339
Masculin Age : 34

MessageSujet: Re: Drag Me to Hell   Lun 5 Avr 2010 - 15:38

Ce film est autoparodique. C'est une comédie plus qu'un film d'horreur, qui se veut adaptation d'une "nouvelle horrifique" avec sa propre logique et morale (en général cruelle). Tout est volontairement amplifié jusqu'à l'absurde, tout en gardant une réalisation supérieure à une série B. Je pense qu'il ne faut pas comprendre ce film autrement, il est à l'opposé d'un Paranormal Activity dans le propos et les moyens utilisés.

Bref un film agréable, dès lors qu'on ne s'attend pas à une histoire "sérieuse", et bien plus appréciable qu'une véritable "comédie" lourdingue comme ils savent si bien nous en faire (et nous aussi d'ailleurs)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EvilLoki
Pirate Galactique
Pirate Galactique


Nombre de messages : 421
Masculin Age : 29

MessageSujet: Re: Drag Me to Hell   Dim 11 Avr 2010 - 17:46

Je viens de le voir et c'est peut être parce que je n'ai pas compris le coté parodique, ou en tout cas je n'ai pas adhérer à ce mélange des genres, mais je n'ai pas aimé. En fait beaucoup d'éléments m'ont géné, comme par exemple la tendance de Christine à tous se prendre dans la bouche, l'esprit en forme de chèvre, le massacre du chat et son "retour" lors de la scène de spiritisme, l'ensemble de la scène de spiritisme que j'ai trouvé au mieux ridicule et la fin attendue.

Bon, concernant la fin c'est bizarre car ils ont été assez intelligent pour le coup. J'étais sur et certain qu'elle s'était trompé d'enveloppe dans la voiture mais en même temps, il y assez de scène jusqu'à la fin pour se dire que finalement non, elle ne s'est pas trompé et que tout va rentré dans l'ordre ... jusqu'à ce que son copain ouvre la bouche sur le quai de la gare.

Cependant, j'avoue qu'il y a certaines scènes où j'ai rigolé ou sursauté, mais surement plus par dépit. Le seul vrai point positif est très certainement le cheminement de Christine qui finit par avouer qu'elle a bien une part de responsabilité dans tout cela et que tout c'est déclenché à cause de son ambition professionnelle.

Mais à part ça, ce film est à oublier pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Drag Me to Hell
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Drag Me to Hell (2009, Sam Raimi)
» Drag me to Hell
» One piece 540-Lv6 Infinite hell
» [JEU] WELCOME TO HELL : On va casser du zombi! ATTENTION âmes sensibles s'abstenir [Payant]
» drag harley

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Multivers :: .:: Les fictions en particulier, classées par genre, par style ou par thème ::. :: Horrifique et/ou Fantastique, versant irrationnel :: Les oeuvres : cinéma, télévision, web, jeu vidéo, bande originale...-
Sauter vers: