AccueilPortailChatboxCalendrierFAQGroupesRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 L'autre grand ennemi de Ripley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mat
Le Pharaon
Le Pharaon


Nombre de messages : 5127
Masculin Age : 26
Localisation : Amiens

MessageSujet: L'autre grand ennemi de Ripley   Mar 9 Déc 2008 - 1:55

Outre l'Alien, qu'il soit là en tant qu'individu ou en tant que ruche, le second adversaire de Ripley est la Weyland-Yutani. (recomposée en Walmart pour Alien 4 et non présente pour cet opus) Elle est l'un des concepts les plus vastes de la franchise, sorte de pieuvre infâme qui s'incarne de différentes manières.

Dans Alien 1, elle est d'abord une idée lointaine, une espèce d'entité impersonnelle, la "Compagnie." C'est une masse indistincte qui affrète les cargos, donne les ordres, distribue les paies.
Dans la seconde partie du film, elle est incarnée par deux personnages plus concrets: Ash, le synthétique, et Maman, l'IA du Nostromo. Dans une lecture psychanalytique où l'Alien représente le ça, les pulsions destructrices surgies de nous-mêmes; et le Nostromo le psychisme, ou une espèce de temple de l'inconscient et de la nature humaine, Ash et Maman représentent pour leur part le surmoi, mais dans une forme de rationalité implacable et de pragmatisme tellement exacerbé qu'elle en devient aussi redoutable que la pulsion.

Dans Aliens le retour, la Compagnie devient beaucoup plus proche et tangible. Même si toujours aussi terrible, elle perd de sa superbe pour devenir plus médiocre. Comme le dit Ripley, la noblesse des Xénomorphes par rapport à eux, c'est que ces derniers ne s'entretuent pas pour obtenir le plus gros paquet de fric.
La W-Yutani se dévoile alors telle qu'elle est, avec son lot de PDG obtus et corrompus, et de personnalités minables qui cachent bien leur jeu par le fait qu'elles soient tout simplement Humaines... (Carter Burke) La phrase de la "parole d'honneur" est là pour découvrir le fait que la W-Yutani n'en a effectivement pas. Ni de parole, ni d'honneur. Pas étonnant, puisqu'elle est l'avatar absolu d'une sorte de capitalisme débridé, pour lequel ne compte en finalité que la rentrée du pognon, à tout prix. (c'est le cas de le dire) D'où l'obsession de la Compagnie pour une créature qu'elle pense être une mine d'or pour former de nouveaux alliages, dissolvants, armements biologiques... etc.

Alien 3 présente pour la première fois des Humains opposants à Ripley qui ne sont pas liés à la Compagnie: les violeurs. Mais il renforce également le trait que donnait Alien 2 à la Weyland, avec des personnages identifiables. Toutefois, ceux-ci sont glaciaux, directs, compétents, silencieux. En cela, il sont un peu le pendant des marines du 2, en plus "bad" (peut-être même le pendant de l'Alien, quelque part) et moins de Burke et des gros bonnets du pseudo tribunal, qui passaient leur temps à cabotiner, l'ouvrir pour rien, et afficher leur bassesse. C'est pourquoi je trouve qu'Alien 3 offre un peu le juste milieu entre la terrifiante Compagnie du 1, cette sorte de Léviathan presque légendaire, et la bande de gras du bide le pognon plein les poches du 2. Avec le 3, elle n'est pas revenue à son statut impersonnel, mais ses représentants sont effrayants de puissance, de compétence, d'obscurité "sublime" à la manière du huitième passager.

Mais Alien 3 présente aussi, par le biais de Aaron "65", le visage du gars à la base, qui est là pour payer son loyer et qui ne fait que suivre le mouvement, entre naïveté et obligation, sans être réellement coupable de quelque chose.

Du reste, la possibilité que Bishop 2 soit lui aussi androïde, contrairement à ce qu'il avait prétendu, (rapport au coup de masse et à l'oreille arrachée) sonnerait comme une continuité de la parole d'honneur de Burke, et comme une sentence définitive sur le fait que la Weyland-Yutani porte irrémédiablement la duperie et la médiocrité en elle...

On note deux façons, au sein de la Compagnie, d'appréhender l'Alien: (hormis Aaron qui n'a pas dit ce qu'il en pensait réellement, hormis que c'est une saloperie)
-La fascination "authentique" des personnalités scientifiques (Ash, Michael Bishop) pour un être jugé parfait et admirable.
-La convoitise vénale pour, par exemple, Carter Burke, qui fantasme sur tous les moyens possibles et imaginables d'exploiter la créature pour devenir riche.

Très concrètement, la Weyland-Yutani est un état-corporation, un groupement économique qui n'a cessé de s'accroitre jusqu'à devenir pratiquement son propre état.
Elle possède des cargos spatiaux, des androïdes et des IA. Elle établie ses propres colonies sur les mondes qu'elle découvre. Elle rend des jugements, établit des bagnes off-world pour criminels endurcis dont ses propres gardiens sont chargés, et sacrifie des êtres Humains si nécessaire. Enfin, elle possède même son service de sécurité privé. (Des agents basiques comme Aaron, ou alors de véritables soldats, beaucoup plus inquiétants, tel que les masques blancs. Et n'est-ce pas là un engin de guerre de même classe que le Sulaco que je crois reconnaître dans le ciel de Fury161, à la fin de Alien 3?)

Le pire, c'est que la Weyland a peut-être des homologues...

Quoi qu'il en soit, elle est une force qui concurrence l'état, et pourrait même tenter de le remplacer un jour. Il ne serait pas étonnant qu'au travers des 300 mondes habités, il y ait déjà eu des escarmouches entre marines et masques blancs, surtout que ces derniers ont, on l'a vu, la gâchette facile...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'autre grand ennemi de Ripley
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'autre grand ennemi de Ripley
» [Nicolas, Christophe] Un autre
» Index des articles des hebdos
» [Autres] cOsmétique de l'ennemi
» La part de l'autre-Eric-Emmanuel Schmitt

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Multivers :: .:: Fictions, franchises & univers à l'honneur::. :: Alien :: Pentalogie & Univers-
Sauter vers: