AccueilPortailChatboxCalendrierFAQGroupesRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Identité de la SF à (très) long terme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mat
Le Pharaon
Le Pharaon
avatar

Nombre de messages : 5127
Masculin Age : 27
Localisation : Amiens

MessageSujet: Identité de la SF à (très) long terme   Lun 17 Nov 2008 - 9:05

Le sujet risque de vous paraître tiré par les cheveux, mais tant pis.^^ Récemment, en écrivant un texte, je me suis demandé ce qu'un être appartenant à un futur semblable au fantasme futuriste collectif appréhenderait de l'un de nos films actuels de SF?

à l'âge du numérique et du virtuel, il me semble raisonnable de penser que le gros/le meilleur de notre cinéma actuel passera les années et nous survivra. Peu de chances de le perdre, comme tant de ces films muets et noir et blanc, sur bobines périmées, tronquées, égarées, voire brûlées.

Si notre société existe toujours en 2400 et que certains y regardent encore notre production cinématographique;
Nos films SF pourraient-ils ne plus être que des équivalents de films d'action/aventure/suspens, parce que l'élément SF sera passé dans le quotidien banal? (On pourrait me dire que non, car même si le futur tourne globalement comme on l'imagine, l'aspect réaliste -physique élémentaire, science... - de films comme Star Wars est complètement kikkolol. Certes; mais aujourd'hui, un Die Hard n'est pas intrinsèquement réaliste non plus, que je sache. Pourtant, le décor reste contemporain, banal)
La SF pourrait-elle alors, avec le temps, ne devenir qu'un décor pour d'autres genres cinématographiques? Ou plus précisément, est-ce qu'une comédie ou une romance de 2100 nous paraîtrait, à nous en 2008, être de la SF, à cause de son décor "normal"?
Si un tel futur se réalise, qu'y deviendra la SF? Le concept va-t-il mourir, ou évoluer, en englobant de nouveaux traits? Lesquels?
D'autres traits peuvent perdurer. Par exemple, j'ai dans l'idée que 2001, A Space Odyssey pourrait rester de la Science-Fiction pour très, très, longtemps. Mais en revanche, certains genres comme le Cyberpunk pourraient, en grande partie, rejoindre assez vite (relativement) la réalité.
Si le futur tourne ainsi, la composante mystique au coeur de films comme Le Cinquième Elément ou même Star Wars pourrait-elle redéfinir une nouvelle conception du Fantastique?

Ou, plus simplement, pensez-vous que tout cela n'est que du baratin, que dans l'avenir la science et les découvertes n'offriront pas la moitié de tous les changements qu'on a anticipé à leur sujet, et que la majorité de la SF le restera?

Voilà, j'espère que quelqu'un, quelque part, a compris quelque chose à ce que j'ai essayé de raconter, en tout cas maintenant c'est en ligne...^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sapho
Gouverneur Planétaire à Mandibules
Gouverneur Planétaire à Mandibules
avatar

Nombre de messages : 1051
Féminin Age : 87
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Identité de la SF à (très) long terme   Lun 17 Nov 2008 - 13:38

Au risque de paraître pessimiste (ou pas d'ailleurs ^^) je pense qu'effectivement, on se fait beaucoup d'idées sur ce que sera le futur. L'humanité a fait en très peu de temps un grand bond technologique, mais je ne pense pas qu'on continuera à avancer comme ça longtemps...

Donc, à mon avis, la SF existera encore longtemps. Extraterrestre, mutant, voyages temporels... on a de la marge ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haiyken
Chat de synthèse
Chat de synthèse
avatar

Nombre de messages : 2377
Masculin Age : 28

MessageSujet: Re: Identité de la SF à (très) long terme   Lun 17 Nov 2008 - 16:19

La question que tu poses est légitime. C'est vrai qu'à terme, on peut se demander ce que deviendra la SF si justement, elle n'est plus si fiction que ça. A juste titre on peut penser qu'elle deviendrait alors un genre de films, comme tu le dis, auxquels appartiennent aujourd'hui des films comme Die Hard ou le Transporteur. Tiré par les cheveux certes, fictions, d'accord, mais l'univers du film étant en adéquation avec le monde et la société actuelle.

Cependant on peut se demander quand même si certains domaines de la SF resteront à jamais irréalisables par l'homme. Là sur le moment je pense à Cube, qui est un film plus qu'improbable dans la réalité, ou même Jurassic Parc, car après un film comme ça, quiconque voulant créer ce genre d'évènements serait stoppé net par un tas de gens.

Après il est fort à parier que dans des millénaires, notre société se développe au point de ressembler a des univers comme ceux de Star Wars, ou plutôt Firefly, qui me semble plus raisonnable. Mais dans ce cas là, que seront les films ? Qui peut prévoir la sauvegarde de notre patrimoine à des milliers d'années dans le futur ?


Plus généralement, on peut se demander : quel sera l'état du cinéma en 2400 ? Contrairement à toi, je suis beaucoup moins persuadé que cela restera identique. Depuis le XIXe siècle puis fortement au XXe, on a vu une telle progression du cinéma (notamment avec le cinéma russe et les films d'Eisenstein dans les années 20-30) qu'on peu douter que le procédé reste identique pendant encore 400 années. De plus en voyant l'essor des technologies d'animation et l'hyperréalisme que l'on peut créer virtuellement, je suis prêt à parier qu'on ne regardera bientôt plus le film dans une salle de cinéma, mais qu'on sera dans le film !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artheval_Pe
Chief of Spatial Operations
Chief of Spatial Operations
avatar

Nombre de messages : 2319
Masculin Age : 26
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Identité de la SF à (très) long terme   Lun 17 Nov 2008 - 19:20

Concernant ce que deviendront les films SF, je pense que ça dépendra essentiellement de leur genre. Globalement, ça pourrait devenir une forme de rétro SF, qui serait perçue un peu comme nous voyons le steampunk ou les oeuvres de Jules Verne. De la SF tout de même, mais qui s'est concrétisée.

Un film comme The Thing par exemple ne vieillira pas et restera de la SF, placée à un moment précis du temps. Il en est de même par exemple pour Predator.

D'autres films comme Alien, Outland, Starship Troopers ou autres finiront probablement perçus à l'image de la manière dont nous percevons les premières oeuvres de SF actuellement, je pense. De la SF dépassée, parfois surannée (De la Terre à la Lune et Autour de la Lune de Verne n'ont plus rien de spéculatif), ou toujours d'actualité, mais basée sur de la spéculation passée, qui n'a plus court. Soit dit en passant, c'est un phénomène dont on peut déjà prendre conscience en regardant les ordinateurs dans les films des années 80.

Je pense qu'il faut garder à l'esprit deux choses :
1- Le futur ne se réalisera pas comme prédit dans la Science-Fiction. Il existe tellement de visions différentes du futur, de prédictions inconciliables, qu'il est impossible que tout se déroule comme prédit dans les films, tellement certains concept sont éloignés les uns des autres, autant que leurs possibilités de réalisation. Ne serait-ce que l'évolution de la technologie est imprévisible. Avant 1940, personne n'avait imaginé l'apparition des ordinateurs tels qu'on les connait actuellement. Huxley pensait à des fiches perforées.
Donc, quel que soit notre futur, les films de Science-Fiction actuels continueront à avoir un aspect spéculatif. Même ceux assez peu ambitieux coté technologique ressembleront toujours à une forme de SF, de part l'anachronisme dans les technologies.
2- Quel que soit le niveau technologique ou de société que nous atteindrons, il y aura toujours de la SF (enfin, tant que la culture existera), l'homme se posera toujours des questions de type "et si ?", essayera toujours d'imaginer son futur et on se servira encore de projections futures ou d'exagérations fictives pour fustiger des politiques particulières ou en encourager d'autres.


Citation :
Si le futur tourne ainsi, la composante mystique au coeur de films comme Le Cinquième Elément ou même Star Wars pourrait-elle redéfinir une nouvelle conception du Fantastique?
Je ne dirais pas que ça serait une nouvelle conception du fantastique, mais ils appartiendraient à un genre mélange de fantastique et de science-fiction. Aujourd'hui, on a tendance à les voir comme de la SF alors qu'ils ne le sont pas vraiment.

Concernant le futur du cinéma, je suis assez d'accord avec Haiyken. Le cinéma va évoluer techniquement, et même si sous ce nom là, il restera un média passif, les formes de projection et de diffusion seront totalement différentes. Je ne serai pas aussi optimiste concernant d'éventuels films immergeant le spectateur ou peut-être en 3d, parce qu'ils seraient des cauchemars à tourner, et seraient dans un premier temps uniquement possibles en images de synthèse, mais c'est sûr que le média va changer.

_________________
Stargate Earthling Fleet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mark IX
Organisme Monocellulaire
Organisme Monocellulaire
avatar

Nombre de messages : 14
Masculin Age : 22

MessageSujet: Re: Identité de la SF à (très) long terme   Lun 17 Nov 2008 - 20:37

( Dégouté je dois tout réécrire depuis le début j'ai tout perdu mon texte ! mèfle ! )

Vous aurez le droit à la version courte car j'avais fait un jolie texte mais pas envi de tout réécrire Mad

En 2400, faut voir si on est toujours là ^^ ( Mais le sujet c'est pas de débattre si on sera là en 2400 ( ou pas ) )

En 2400, les voyages plus rapides que la lumières, en hyperespace, par des trous de vers seront peut être possibles ! Qui sait ? Moi si j'étais quelqu'un du 12ème siècle, la science fiction pour moi, c'est la photographie, le voyage sur la lune, la terre est ronde ! ou encore l'automobile, aujourd'hui c'est réalité !

Pour nous en 2008 la SF c'est les voyages dans le temps, plus vite que la lumière et j'en passe ! Mais peut être que dans 4 siècles on saura maitriser tout ça ! Et les séries comme stargate, star wars ne seront plus aussi populaires qu'aujourd'hui ^^ On appellera plus ça de la SF en tout cas.

L'homme veut toujours se surpasser ! C'est ce qui fait le charme de notre espèce ! En 2400 on sera loin d'appréhender tous les secrets de l'univers ! Alors les sujets de SF s'adapteront sans doute au fil du temps. En 2400 on aura toujours des choses qu'on voudrait faire et qui nous paraitront impossibles, elles feront sans doute parti des sujets des films de SF ! A mon avis la Science fiction à encore une longue vie devant elle Heureux

Tant que on ne saura pas tout sur tout ! ( J'entend par là tous les secrets de l'univers, et qu'on ne pourra pas tout faire ) La Science fiction vivra ! warrior
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mat
Le Pharaon
Le Pharaon
avatar

Nombre de messages : 5127
Masculin Age : 27
Localisation : Amiens

MessageSujet: Re: Identité de la SF à (très) long terme   Mer 19 Nov 2008 - 14:12

Citation :
C'est vrai qu'à terme, on peut se demander ce que deviendra la SF si justement, elle n'est plus si fiction que ça. A juste titre on peut penser qu'elle deviendrait alors un genre de films, comme tu le dis, auxquels appartiennent aujourd'hui des films comme Die Hard ou le Transporteur. Tiré par les cheveux certes, fictions, d'accord, mais l'univers du film étant en adéquation avec le monde et la société actuelle.
Reste à savoir, quand on sera en 2000 et quelques siècles, quel sera le niveau réel de la science, et aussi comment on imaginera alors la science se situant encore plus loin dans l'avenir... On a vu comment Jules Verne voyait notre époque. On rit des ordinateurs du futur avec des tronches de gros minitel dans Alien, Outland, Solaris (l'original) ... Peut-être que notre propre imagination nous a trompé, et sans doute les générations du futur elles-mêmes se tromperont parfois en imaginant leur propre avenir.

Citation :
ou plutôt Firefly, qui me semble plus raisonnable.
à part les Colts du Far-West, oui, mrgreen je pense qu'effectivement c'est une vision assez sobre.

Citation :
Contrairement à toi, je suis beaucoup moins persuadé que cela restera identique.
Je n'ai pas écris une telle chose?

Citation :
Depuis le XIXe siècle puis fortement au XXe, on a vu une telle progression du cinéma (notamment avec le cinéma russe et les films d'Eisenstein dans les années 20-30) qu'on peu douter que le procédé reste identique pendant encore 400 années. De plus en voyant l'essor des technologies d'animation et l'hyperréalisme que l'on peut créer virtuellement, je suis prêt à parier qu'on ne regardera bientôt plus le film dans une salle de cinéma, mais qu'on sera dans le film !
Oui, tout cela est pertinent; clin d'oeil mais aujourd'hui, on lit encore les auteurs de la Renaissance, et même du Moyen-âge et de l'Antiquité. On regarde toujours le cinéma de Murnau, de Fritz Lang... alors, sauf catastrophe majeure, je trouverais étonnant que le futur balance à la corbeille ce que nous avons fait de mieux.
De plus, j'avais lu que projeter en 3D l'un de nos films classiques était envisageable dans l'absolu...

Citation :
D'autres films comme Alien, Outland, Starship Troopers ou autres finiront probablement perçus à l'image de la manière dont nous percevons les premières oeuvres de SF actuellement, je pense. De la SF dépassée, parfois surannée (De la Terre à la Lune et Autour de la Lune de Verne n'ont plus rien de spéculatif), ou toujours d'actualité, mais basée sur de la spéculation passée, qui n'a plus court.
Il faut quand même prendre en compte la maturité, notamment scientifique mais pas seulement, que nous avons gagné depuis. Quand des auteurs et des réalisateurs tournaient ou écrivaient des titres comme Les Premiers Hommes dans la Lune, l'imagination remplaçait partout la connaissance absente. Je veux dire, vraiment absente; un auteur d'aujourd'hui peut se baser sur d'innombrables théories scientifiques échafaudées sur un siècle de science moderne, et s'il reste très sobre, (Outland) ça peut tenir longtemps. Il n'y avait pas un tel bagage pour Jules Verne.
Autant des films qui, dans les concepts scientifiques évoqués, se barrent dans tous les sens, comme la prélogie Star Wars, (mais on me rétorquera qu'être sobre et sérieux n'était pas du tout le but et "on" aura bien raison) ont de quoi devenir les héritiers de ces films où l'on débarque en scaphandre sous-marin du XIX° siècle sur une Vénus peuplée de dinosaures, autant des films comme Alien ou Outland me semblent assez sobres pour mieux résister au temps dans l'absolu; à l'exception de l'incontournable décalage esthétique, mais c'est à peu près tout. Je veux dire, si on a la gentillesse d'imaginer des ordis plus probables à la place des minitels qui parlent avec des voix de canards, dans les concepts eux-mêmes, il n'y a rien à jeter dans ces films.

Cette sobriété des concepts abordés qui sauve probablement Alien, Le Huitième Passager sur le long terme, elle s'estompe déjà dés Aliens, Le Retour, jusqu'à ce que l'on ne puisse clairement plus compter dessus une fois arrivé à Alien IV : La Résurrection.

Après, le ton du film est à prendre en compte. Starship Troopers est à mi chemin entre la parodie et la satyre politique et philosophique, c'est cela sa nature.

Citation :
Dégouté je dois tout réécrire depuis le début j'ai tout perdu mon texte !
Triste

Citation :
En 2400, faut voir si on est toujours là ^^
Oui, mais bon. Avec beaucoup moins de moyens et beaucoup moins de populations, les Humains ont survécu à l'ère glaciaire, à la peste noire... aujourd'hui, j'ai du mal à croire qu'un holocauste nucléaire ou viral (comme le cinéma s'en abreuve) soit vraiment possible, et quand bien même on arriverait au pire des prédictions lancées sur le sujet, (je vois déjà Ketheriel qui montre les dents^^) je ne crois pas que la pollution puisse nous emporter comme ça. Soyons geek, un astéroïde? Mouais.

Citation :
Moi si j'étais quelqu'un du 12ème siècle, la science fiction pour moi, c'est la photographie, le voyage sur la lune, la terre est ronde ! ou encore l'automobile, aujourd'hui c'est réalité !
Oui mais justement, ce n'était pas le cas, parce ces concepts que tu cite, ils nous étaient totalement inconnus, ils ne traversaient l'esprit de personne. Il manquait toute une pyramide de découvertes et d'expérimentations empiriques, suivies de réflexions et de théories sérieuses, pour que nos esprits puissent assembler telle observation scientifique avec tel principe physique, pour finalement donner l'idée de la photographie.
Comme l'a très bien dit Artheval, nous-mêmes serions certainement surpris de connaître les concepts, anodins pour nos vieux jours, que nous n'imaginons même pas encore.
à une époque où la science ne signifiait pas du tout la même chose, c'est la magie, les légendes, qui contes, qui avaient leur place. Pourtant, il serait totalement anachronique de qualifier ceci de Fantastique ou de Fantasy, tout comme on ne peut pas établir un pont entre Jules Verne et le Steampunk autrement que rétrospectivement et avec des pincettes.

Citation :
En 2400 on sera loin d'appréhender tous les secrets de l'univers ! Alors les sujets de SF s'adapteront sans doute au fil du temps. En 2400 on aura toujours des choses qu'on voudrait faire et qui nous paraitront impossibles, elles feront sans doute parti des sujets des films de SF !
Je suis d'accord avec ça.^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mat
Le Pharaon
Le Pharaon
avatar

Nombre de messages : 5127
Masculin Age : 27
Localisation : Amiens

MessageSujet: Re: Identité de la SF à (très) long terme   Lun 24 Nov 2008 - 0:57

ça n'apportera pas grand chose au débat, mais ces vidéos valent bien ça... mrgreen ça illustre plutôt bien notre sujet.

Un film historique du futur
Un Vaudeville du futur
Une animalerie du futur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artheval_Pe
Chief of Spatial Operations
Chief of Spatial Operations
avatar

Nombre de messages : 2319
Masculin Age : 26
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Identité de la SF à (très) long terme   Lun 24 Nov 2008 - 21:58

Citation :
sauf catastrophe majeure, je trouverais étonnant que le futur balance à la corbeille ce que nous avons fait de mieux.
Surtout que par exemple, un des films considérés comme un des meilleurs de tout les temps, Citizen Kane, n'est pas spécialement récent.

Citation :
Il faut quand même prendre en compte la maturité, notamment scientifique mais pas seulement, que nous avons gagné depuis. Quand des auteurs et des réalisateurs tournaient ou écrivaient des titres comme Les Premiers Hommes dans la Lune, l'imagination remplaçait partout la connaissance absente. Je veux dire, vraiment absente; un auteur d'aujourd'hui peut se baser sur d'innombrables théories scientifiques échafaudées sur un siècle de science moderne, et s'il reste très sobre, (Outland) ça peut tenir longtemps. Il n'y avait pas un tel bagage pour Jules Verne.
ça peut marcher un peu, mais il y aura forcément de très gros anachronismes par rapport à l'évolution réelle dans la réalité. Tout simplement par exemple, parce qu'on ne peut prévoir quand telle idée ou telle théorie sera enfin mise en oeuvre. On espère tous la fusion nucléaire dans des tokamaks, mais rien ne dit qu'on ne réussisse pas à inventer des systèmes permettant de modifier l'espace-temps (en d'autres termes, de possible hyperpropulseurs), avant qu'on réussisse à avoir des réacteurs nucléaires à fusion énergétiquement rentables.

Petit exemple tout bête, et récent : En 1996, lorsqu'un élu dit au responsable départemental de France Télécom dans le Tarn qu'à terme, il faudrait se diriger vers une couverture continue du réseau de téléphone mobile entre Castres et Albi (deux villes de 45000 habitants environ), le responsable répondit qu'il faudrait AU MOINS 15 ans. Moins de 5 ans plus tard, c'était fait, et la plus grande partie de la France était couverte. Le téléphone mobile fait partie de ces évolutions technologies, que personne n'avait réellement prévu et surtout dont on n'avait pas anticipé la popularisation. En 1997, le mobile était un luxe, maintenant, des gamins de 12 ans en ont (ce qui n'est pas forcément une bonne chose mais passons)

Certaines choses peuvent tenir longtemps, et l'équipe de 2001, L'Odyssée de l'espace s'est montrée très visionnaire avec un design et des équipements qui ne paraissent toujours pas datés à ce jour, par exemple. Mais la cohérence de cette oeuvre ne résistera probablement pas au temps.

Quand à la Science... La physique a fait beaucoup de progrès au début du XXème siècle, La Biologie et la Géologie durant tout le XXème siècle, mais il ne faut pas oublier que la plupart des lois de base que nous utilisons en mécanique, en optique, en électricité ou en chimie étaient déjà connues à l'époque de Jules Verne. Ne parlons même pas des Mathématiques...
D'ailleurs Jules Verne en a fait un usage remarquable dans certaines de ses oeuvres, mais durant le vingtième siècle, les auteurs de Science-Fiction avaient déjà ces outils à disposition, ce qui ne les a pas empêché de pondre ce qui nous semblera plus tard des anachronismes. Les fiches perforées chez Huxley cotoient un niveau d'ingénieurie génétique dont nous sommes très loin. Chez Asimov, hyperpropulsion et ascenseurs gravitationnels cotoient des ordinateurs tellement compliqués qu'il faut apprendre à s'en servir (Dans Prélude à Fondation où Seldon qui a l'habitude d'utiliser des ordinateurs pour mathématiques doit passer du temps à apprendre comment se servir des ordinateurs du département d'histoire...)
Même en restant sobre, celà ressort.

Concernant Alien, pourquoi pas, mais on aura du mal à faire coexister Hyperpropulsion et Androïdes avec armes d'un autre âge, systèmes de pilotage et de navigation complètement dépassés, et ordinateurs surannés.

_________________
Stargate Earthling Fleet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skay-39
The Vortex Guy
avatar

Nombre de messages : 4190
Masculin Age : 28
Localisation : TARDIS 39th room (blit), on Moya third level, in orbit around Abydos (Kaliam galaxy)

MessageSujet: Re: Identité de la SF à (très) long terme   Dim 30 Nov 2008 - 23:24

Bien, après toutes les choses intelligentes qui ont été dites, mon avis ne va sans doute pas apporter un nouvel éclairage, mais je trouve ce sujet très intelligent et je tenais à le dire. C'est une question très pertinente mat, que je me suis toujours vaguement posé sans la formuler vraiment.

Tout d'abord, non, je ne pense pas que nos productions actuelles pourront jamais correspondre à la réalité future. Il y a trop d'imprévus, trop de possibilités que personne n'aurait pu envisager. Il y a nombre de détails dans notre technologie actuelle qui peuvent paraitre mineurs mais en réalité ont un impact assez notable : l'invention du concept d'icônes sur les ordinateurs, la création de la souris, l'interactivité grandissante entre l'homme et la machine.
Il suffit de détails. Si dans trois ans on invente un antidote contre l'infarctus, un film situé en 2050 ou un personnage en mourra paraitra toujours d'une amusante invraisemblance. Ce n'est qu'un petit exemple, mais une accumulation de ces petits anachronismes peut très vite révéler l'ancienneté d'un film de manière irrévocable. Ainsi, même si on ne peut plus leur reconnaître une valeur science-fictive, je ne crois pas qu'ils deviendront pour autant de banales histoires d'amour, d'horreur ou d'enquêtes policières. Il restera toujours une forte part de rétro, d'incongru, qui placeront immanquablement la plus sage de ces histoires dans un univers parallèle.

Et en ce qui concerne l'avenir de la SF, je ne me fais vraiment aucun soucis. Envisager l'avenir à toujours été dans les désirs de l'homme, même si cette tendance s'est faite nettement plus marquée depuis que les progrès de la technologie nous on fait imaginer des bouleversements plus importants encore. L'engouement pour les romans et les films a grandi aussi, et en ce moment il explose ; la science-fiction au final est jeune encore, comparée aux autres genres, et il est donc difficile de dire encore ce qu'elle deviendra sur le long terme. Mais je suis persuadé, et je vois mal en fait comment il pourrait en être autrement, que le genre maintenant qu'il est né ne s'éteindra plus, et que l'homme rêvera toujours de plus grands pouvoirs et connaissances, ainsi que de nouvelles manières d'appréhender notre société.

Pour moi, la SF en a encore pour très longtemps.


PS : Excellentes vidéos mat. ^^

_________________

________________
« My name is Skay-39, an administrator… An enthusiasm wave hit and I got shot through a link... Now I'm lost in some distant part of the webniverse on a forum – a crazy forum – full of strange, geek life-forms… Help me… Listen, please. Is there anybody out there who can read me ? I'm being tyrannized by an insane fondator… doing everything I can… I'm just looking for a real life. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mat
Le Pharaon
Le Pharaon
avatar

Nombre de messages : 5127
Masculin Age : 27
Localisation : Amiens

MessageSujet: Re: Identité de la SF à (très) long terme   Lun 8 Juin 2009 - 15:17

Je ne suis pas le seul à m'être posé la question du quotidien du futur dans une série... à quoi ressemblera une série dans le genre de JAG, sans intention SF, dans les décennies à venir? La courte série télé Century City (9 épisodes) prend de l'avance en narrant la vie professionnelle d'un cabinet judiciaire dans les années 30... du XXI° siècle.

http://century-city.serieslive.com/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Century_City_ (série télévisée)

Bon, l'idée est bonne, mais ne va pas encore aussi loin que cette expérimentation que j'espère voir un jour, en un show utilisant la SF uniquement comme décor naturel et contexte quotidien, pour des intrigues ne relevant pas d'un fond SF en soi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skay-39
The Vortex Guy
avatar

Nombre de messages : 4190
Masculin Age : 28
Localisation : TARDIS 39th room (blit), on Moya third level, in orbit around Abydos (Kaliam galaxy)

MessageSujet: Re: Identité de la SF à (très) long terme   Mer 17 Juin 2009 - 5:29

Mat Vador a écrit:
Je ne suis pas le seul à m'être posé la question du quotidien du futur dans une série... à quoi ressemblera une série dans le genre de JAG, sans intention SF, dans les décennies à venir? La courte série télé Century City (9 épisodes) prend de l'avance en narrant la vie professionnelle d'un cabinet judiciaire dans les années 30... du XXI° siècle.
Louable tentative. Projet risqué également... Loin des recettes habituelles du succès, tout dépend sans doute de la réalisation. Je suppose que l'intérêt réside essentiellement dans l'originalité et la capacité à se renouveler... Faire cela en neuf épisodes était sans doute judicieux.

_________________

________________
« My name is Skay-39, an administrator… An enthusiasm wave hit and I got shot through a link... Now I'm lost in some distant part of the webniverse on a forum – a crazy forum – full of strange, geek life-forms… Help me… Listen, please. Is there anybody out there who can read me ? I'm being tyrannized by an insane fondator… doing everything I can… I'm just looking for a real life. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mat
Le Pharaon
Le Pharaon
avatar

Nombre de messages : 5127
Masculin Age : 27
Localisation : Amiens

MessageSujet: Re: Identité de la SF à (très) long terme   Mer 17 Juin 2009 - 10:10

Attention la série a été annulée prématurément, comme Firefly, elle n'était pas conçue pour durer juste neuf épisodes^^

Son intérêt? Et bien, pour moi, c'est imaginer une série non-SF telle qu'elle pourrait être tournée en 2050, dans l'environnement normal de l'époque. Dans le cas d'une série policière, mêler des intrigues recourant à des concepts encore très SF à nos yeux, avec des enquêtes vieilles comme le monde, toutes "simples" dans la forme, le tout "l'air de rien". Une expérimentation, assurément, mais c'est une idée qui me parle beaucoup...

En fait, depuis que j'ai vu certains épisodes de Stargate SG-1 comme Collateral Damage, l'idée d'une vraie série télé policière moins "SF" que "policière dans le futur" ne me quitte pas. Il y aurait là une véritable curiosité, ainsi qu'un fort potentiel d'originalité, de nourriture conceptuelle d'un nouveau genre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phenix Noir
Routard Interstellaire
Routard Interstellaire
avatar

Nombre de messages : 339
Masculin Age : 34

MessageSujet: Re: Identité de la SF à (très) long terme   Mer 17 Juin 2009 - 11:32

Je ne vois pas tant que ça l'intérêt du contexte futuriste comme simple de base de décor pour situer l'action. D'ailleurs je suis certain que pour de nombreuses personnes ça ne serait pas de la SF à leurs yeux.

Après on en revient à la raison d'être des thrillers/polar historiques finalement, user d'une ambiance pour une histoire n'en dépendant pas réellement sur le fond. Et en général, ce sont des histoires parlant d'un monde plus que d'une aventure.

Pour en revenir au sujet, ayant récemment lu encore un peu du cycle des Robots et commencé le troisième tome (la première grande histoire), ça m'invite au choix à une large humilité ou l'abandon de ce soucis. Ces récits sont très datés, dans leur vision du futur (fiches perforées et cerveaux positroniques...) mais et c'est très frappant dans la mentalité des personnages (ce qui est possiblement attribuable à l'auteur). J'avoue que je me sens presque perdu, tellement les protagonistes sont éloignés de ma sensibilité ^^

Et finalement c'est peut-être ça le plus difficile, capter une future mentalité sans en réalité la marquer au fer rouge de celle de sa propre époque. Même dans les dystopies, nous sommes finalement invités à partager le regard d'un narrateur/observateur bien plus proche de nos standards, qui éclaire alors l'anormalité terrifiante du monde dans lequel il vit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Identité de la SF à (très) long terme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Identité de la SF à (très) long terme
» SES : nouveau contrat à long terme avec : channel 4....
» Un film très très long
» Les montres mécaniques peuvent elles être un investissement rentable à long terme?
» Photo d'Hyménoptère : Pélécinide - Pelecinus polyturator - Insecte noir avec un très long abdomen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Multivers :: .:: Discussion Globale ::. :: Genres & culture de l'imaginaire : discussions générales-
Sauter vers: