AccueilPortailChatboxCalendrierFAQGroupesRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Hellraiser, le pacte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mat
Le Pharaon
Le Pharaon


Nombre de messages : 5127
Masculin Age : 26
Localisation : Amiens

MessageSujet: Hellraiser, le pacte   Mar 19 Aoû 2008 - 11:49





Franck Cotton se procure un cube mystérieux. En l'actionnant, il génère un pont interdimensionnel et devient le jouet des Cénobites, êtres occultes avides de plaisir et de douleur...



Année de sortie: 1987
Réalisateur: Clive Barker
Producteurs: Mark Armstrong, Christopher Figg, David Saunders & Christopher Webster
Scénariste: Clive Barker
D'après une histoire originale de: Clive Barker (The Hellbound Heart)
Compositeur: Christopher Young



Andrew Robinson - Larry Cotton
Clare Higgins - Julia Cotton
Ashley Laurence - Kirsty Cotton
Sean Chapman - Frank Cotton
Oliver Smith - Frank le monstre
Robert Hines - Steve
Anthony Allen - la première victime
Leon Davis - la seconde victime
Michael Cassidy - la troisième victime
Kenneth Nelson - Bill
Gay Baynes - Evelyn
Niall Buggy - l'invité du dîner
Doug Bradley - Pinhead
Nicholas Vince - Chatterer Cenobite
Simon Bamford - Butterball Cenobite
Grace Kirby - La femelle Cenobite
Sharon Bower - l'infirmière
Raul Newney - le docteur






Dernière édition par Mat Vador le Lun 2 Fév 2009 - 2:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mat
Le Pharaon
Le Pharaon


Nombre de messages : 5127
Masculin Age : 26
Localisation : Amiens

MessageSujet: Re: Hellraiser, le pacte   Mar 30 Déc 2008 - 1:13

Hellraiser ne fait pas vraiment "peur", pas davantage que la majorité des films de son type. S'il peut dans certaines scènes provoquer quelques coups de tension et d'adrénaline comme en produit un opus Alien ou encore Predator 1, cela reste avant tout du gore baroque et "intelligent" (de plus de 20 ans déjà) plus conçu, je pense, pour provoquer un malaise plutôt qu'une frayeur au sens propre. (Moi c'est les films comme le Sixième Sens ou The Others qui me font peur mrgreen The Thing aussi...) Attention, après, Hellraiser reste profondément impliqué dans des thématiques surnaturelles, c'est son intérêt. Si c'est du gore pur que l'on recherche, mieux vaut se tourner, je pense, vers un Saw. D'ailleurs, personnellement je n'aurais jamais l'idée de regarder du gore s'il n'y a pas du Fantastique, de la SF ou du Merveilleux avec.

Le film se distingue par sa nature difficile à classer. Il y a de l'Horreur, mais le reste relève-t-il de Merveilleux, de Science-Fiction? à ce stade, on n'en sait rien. Sorcellerie ou haute science extradimensionnelle, notre physique est dépassée. Les effets lumineux du Cube sur lui-même et sur les créatures "renvoyées" a quelque chose de très électronique, voire informatique, même si c'est selon une représentation visuellement assez "grasse", typique de l'époque. Un peu ce que sont les effets spéciaux de TRON à ceux de Matrix, quoi.

Visuellement, le film est très intéressant, le Cube et ses possesseurs, vraiment fascinants. On retrouve des tons "momiesques" ou "draculesques" dans l'un ou l'autre détail, et plusieurs effets spéciaux (Frank-zombie au tout début de sa recomposition, la chose à deux têtes, l'espèce de ptérodactyle infernal) semblent tout droit sortis de The Thing, rien que ça!

J'apprécie le fait que l'intrigue autour de Frank ne soit que le paravent au retour des Cénobites. J'ignore si c'est courant dans le genre, mais j'adore la façon dont ils ont été pensés, le fait qu'ils soient un peuple bien précis, et tous un peu différents. Ils ne sont pas juste des bestiolles uniques en leur genre, venues d'on ne sait où.

Le film est très crasseux, dérangeant. La maison familiale des Cotton semble être secrètement une sorte de temple de la pulsion la plus dure, la plus égoïste, la plus primitive. Viande en putréfaction, insectes grouillants, morceaux de carcasse humaine, barbarie sur des animaux... des symboles explicites auxquels s'ajoutent les références à l'inceste, ("viens voir papa") à la relation sexuelle sans âme, ("pétasse mijorée") etc... on évolue dans les niveaux les plus viscéraux, les plus archaïques de la psyché humaine.

On suit ensuite Julia Cotton, une femme malheureuse avec son mari, Larry, qu'elle n'aime pas. Visiblement, elle n'est pas satisfaite sexuellement, ne trouve pas l'épice dont elle a besoin dans cette relation. Surtout qu'elle vit dans le souvenir de son amant disparu, son propre beau frère, Frank, (un homme à la recherche des "plaisirs inconnus du paradis et de l'enfer") avec lequel elle entretenait une sexualité peu conventionnelle faite de rapports de soumission, sans doute aussi de sado-masochisme... Le contraste est d'ailleurs frappant entre la puissance enivrante de la relation sexuelle emplie de plaisir et de douleur d'un côté, et de l'autre, la scène volontairement pitoyable du bonhomme, probablement reflet du mari de Julia, qui se met maladroitement en caleçon en attendant les bras ballants.
Tellement en manque de cette relation adultère qui la faisait vivre physiquement, et qui vire à la fascination la plus profonde le temps aidant, des flashs de mémoire l'omnibulent à longueur de temps. Aux retrouvailles, cette femme ordinaire devient alors l'esclave d'un monstre, puis chasse et tue pour lui. Le premier meurtre semble lui faire l'effet d'une libération brutale des sensations, lui procurer un plaisir interdit. Lorsque son mari finit par se montrer entreprenant au lit, c'est déjà trop tard, elle appartient à Frank, et dans cette relation trouble elle a franchi des paliers d'expériences contre lesquels Larry ne peut lutter.
Le problème, c'est que le couple est allé trop loin dans l'interdit, et finit son expérimentation de l'immoral sur le plaisir de la trahison, de la barbarie, d'une non-empathie absolue. Le couple s'autodétruit, et d'ailleurs ce sont les Cénobites, le miroir de ce que Frank est devenu, qui lui règlent son compte.
Entre cette relation trop salée et celle du mari et de sa femme qui l'est trop peu, la fille de Larry, Kristy, semble la seule à avoir une vie privée viable.

à juste titre, les interdits de la morale nous obligent à nous contenir pour respecter les autres et former une société qui tienne debout, mais Hellraiser interroge sur les plaisirs de la douleur, donnée ou reçue, et de l'amoralité, qu'ils nous soient accessibles ou non. Après tout, les tueurs en série, les bourreaux de cave, tout cela existe bien. Pourquoi?

Si l'on est un peu sensible à la seconde lecture du film, Hellraiser est un film bizarre et fantasque dont le visionnage laisse une étrange sensation dans le ventre. Hellraiser n'a d'yeux que pour ce qui réveille l'esprit ancestral, pas pour ce qui l'endort. Mais c'est aussi un film visuellement et scénaristiquement très riche, avec le Cube, les Cénobites et leurs bêtes, Frank...

Le film a marqué et en a inspiré d'autres, Event Horizon par exemple, qui a son propre Cénobite hi hi

On m'a dit le plus grand mal des suites, en particulier les plus lointaines, mais je regarderai quand même et jugerai sans à priori.


Dernière édition par Mat Vador le Lun 2 Nov 2009 - 16:30, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mat
Le Pharaon
Le Pharaon


Nombre de messages : 5127
Masculin Age : 26
Localisation : Amiens

MessageSujet: Re: Hellraiser, le pacte   Lun 2 Fév 2009 - 2:45

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Barlbatrouk
Pharaon Cosmique
Pharaon Cosmique


Nombre de messages : 2716
Masculin Age : 28
Localisation : à Twin Peaks

MessageSujet: Re: Hellraiser, le pacte   Lun 3 Jan 2011 - 12:51

Hum ayant particulièrement aimé The Thing et Hevent Horizon je pense que je regarderai ce film lorsque je serai sortit de mes partiels.

_________________

"-Talby, looks like I'm headed for the planet. Going right toward it.
- When you hit the atmosphere you start to burn
...
What a beautifull way to die - as a falling star
- I guess you 're right"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/l.a.p.o
Thyghj
Mutant Commun
Mutant Commun


Nombre de messages : 79
Masculin Age : 36

MessageSujet: Re: Hellraiser, le pacte   Lun 3 Jan 2011 - 13:30

Depuis un mois, je me regarde l'intégralité des 8 films. Soyons clairs : le meilleur est le premier. Il sait allier au mieux les différents ingrédients de l'horreur (ou plutôt du fantastique tant ce film est loin d'être dur à suivre pour moi qui supporte mal tout ce qui est film d'horreur).

La première suite a le mérite de clore la boucle avec le premier pour ce qui concerne certains protagonistes mais est déjà un ton en-dessous. Les suivants sont très nettement moins passionnants. Cela dit, je suis actuellement arrêté au 4 (je n'ai pas encore pris le temps de regarder les 4 suivants), le dernier à être sorti en salles : son seul intérêt est de relater l'histoire du Cube. Qu'on enlève cela et il n'a strictement rien d'intéressant dans son histoire. Il est pratiquement soporifique.

Donc oui, le premier est le plus marquant, le plus troublant, le mieux équilibré et certainement de mon point de vue le meilleur de la série.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Podracers
Larve Toxique
Larve Toxique


Nombre de messages : 44
Masculin Age : 34
Localisation : Terre

MessageSujet: Re: Hellraiser, le pacte   Sam 4 Juin 2011 - 16:06

Honnêtement, je l'ai vu il y a quelques jours en streaming pour la première fois. C'est surement de l'avoir vu aujourd'hui qui me fait cet effet là mais c'est pour moi un énorme nanar mrgreen tout au plus, on sent que le budget est passé dans la réapparition du mec, lorsqu'il sort littéralement du plancher pour se reconstituer. J'ai d'ailleurs pas bien compris l'intérêt de cette scène. Bref, ça ne vaut pas Evil Dead !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://podracers.blogs.allocine.fr/
Wannabemad
Larve Toxique
Larve Toxique


Nombre de messages : 38
Masculin Age : 27

MessageSujet: Re: Hellraiser, le pacte   Lun 13 Juin 2011 - 14:19

Sans doute le film aurait-il gagné à avoir un habillage (lieu, époque, place des personnages) plus intéressant... à l'image comme dans l'esprit... temple, manoir, un alter ego du nostromo, quoi...

Malgré tout, je te trouve un petit peu expéditif, Podracers (je te "connais" pour t'avoir lu sur Allociné...) ... Le xeno de 1979 n'était pas beaucoup mieux animé que les monstres les moins humanoïdes du film...
Et alors, les lectures qui en sont faites plus haut... tu en pense quoi? Tu y vois des chimères du téléspectateur?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Hellraiser, le pacte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hellraiser le pacte
» Hellraiser, le pacte
» Hellraiser, la saga (1987-2005)
» [Whitley, David] Le Pacte de Minuit
» Hellraiser : Bust 1:1 Pinhead

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Multivers :: .:: Les fictions en particulier, classées par genre, par style ou par thème ::. :: Horrifique et/ou Fantastique, versant irrationnel :: Les oeuvres : cinéma, télévision, web, jeu vidéo, bande originale...-
Sauter vers: